Réflexion sur le sans embouchure… suite.

(désolé pour les fautes, texte en cours de corrections!)

Un ami échangeait avec moi au sujet de ses expériences sur son cheval, dressé en haute école et il m’avouait trouver cela fantastique mais trop limité pour lui et donc, décidait d’arrêter.

je ne sus même pas quoi lui dire… lui qui refuse la relation de complicité affective avec son cheval. Il est super triste de constater que bien évidemment privé de son outils douloureux, aussi bien utilisé soit t’il… il a rapidement trouvé des difficultés.

C’est pour ça que je n’ai jamais été d’accord avec les interlocuteurs de forums qui me bassinaient sur mon intégrisme… la demie mesure ne fonctionne pas. On en peut s’accommoder d’un morceaux de ci avec un bout de ça…

Utiliser un mors, c’est occulter l’intelligence et l’affectif (fatalement!)…. c’est nuire volontairement pour arriver à ses fins.

Monter sans embouchure, sans éperons, sans enrènement, c’est faire confiance à son cheval MAIS pas aveuglément! Bien sur certaines ont été au champs à cru et en licol… c’est assurément faire preuve d’inconscience quand le cheval n’y a pas été préparé!

Il faut revoir TOUS ce qu’on sait des techniques équestres et reprogrammer ses réflexes.
Il est impératifs d’accompagner le travail monté par une préparation à pied mais plus encore AVOIR UNE VRAI RELATION avec son cheval!

L’équitation sans « douleurs » repose avant tout sur une relation de confiance et de respect mais AUSSI sur une relation affective que n’ont PAS les écuyers, à mon sens…

j’en revins encore au concept d’antispécisme… qui pour moi explique pas mal de chose.

L’animal, habitué à la domination humaine ne se livre qu’aux personnes qui le respect mais qui lui « ouvre leur coeur »…
Je ne sais pas trop comment dire… mais quand je vais travailler un cheval, même un cheval de quelqu’un d’autre… je vais le voir et établie une relation « amicale » avec lui, de manière peut être encore plus sincère que ce que j’aurais pus établir avec un humain!

Le résultat?

En 10min, l’animal va venir chercher auprès de moi, cette notion de confort… de sérénité affective, (ou je ne sais quoi!) que peut être n’a JAMAIS eût le propriétaire… qui en général est dégouté pour parler jeune. lol

Je ne cherche pas à dominer ou à faire faire… je cherches la relation.

La relation acquise, on peut instaurer des codes…. puis demander. Tout devient simple…. tranquille et facile pour peux qu’on puisse y passer du temps.

Lorenzo doit travailler comme ça…. en y passant un temps énorme et en ayant une VRAI relation avec ses chevaux, avec en plus un talent que je n’aurais jamais.

Par rapport au « classique »:

La présentation faite au 13e colloque (13 Octobre 2008), du travail de Jean Franck Girard sur sa « mise en selle analytique » m’a tellement déplu que j’ai préféré quitter le manège pour aller boire un café. (Je bouillais!)

Son travail n’est pas « brutal’ au sens commun du terme. J’espère que ce mot ne peut servir d’aucun qualificatif pour le travail d’un écuyer digne de ce nom… Cependant, même fait sans brutalité APPARENTE, d’un point de vue extérieur non avertis ou non sensibilisé aux problèmes des embouchures et du travail dans la contrainte, les chevaux avaient dans l’œil cette expression si particulière de résignation qui me glace le sang. (notons qu’il ne faisait que commenter des élèves en démonstration)

Leurs comportements étaient de façon, « tendu », « menacé » et il ne transpirait aucune quiétude ni sérénité… je veux bien comprendre que pour les 2 candidates choisi pour la démonstration, le public devait « impressionner » cependant, une différence FLAGRANTE s’est établie avec les démos d’équitation centré, qui elle nous montraient des chevaux certes joyeux mais, enfin, emprunt d’une certaine quiétude…

De la même façon, j’avais osé critiquer la démo du colonel Carde, lors d’un stage à Penfrat… sur le Forum FFE, et sur le Forum Allège idéal directement par une lettre ouverte de Sylvie… qui s’était fait rembarré parce qu’elle avait OSÉE se présenter sans embouchure à son stage!

J’ai été fusillé…

APN - Photo n°104 02-02-2008Stage Allège idéal… La bittless est non seulement INCONNU mais Carde a carrément refusé de prendre en charge la stagiaire! ( prétextant qu’il ne connaissait pas cet outil!)

Mais force est de constater que le colonel m’est apparu ce jour là, ni DOUX, ni COMPORTEMENTALISTE… et que ces méthodes ont un SOUPÇON de désensibilisation mais la sensibilisation par renforcement négatif domine… et ce au prix de coup de stick assez violent qui m’ont choqué!

APN - Photo n°101 02-02-2008 On rigole, on plaisante… en attendant, y a rien de nouveau sous le soleil !

Les conseils pour des « problème d’embouchures » (comme d’habitudes…) n’avaient RIEN de transcendant et ne faisait que mettre des pansements sur une jambe de bois… et ce fut 80% du stage!

APN - Photo n°102 02-02-2008 HO!  Si je tire sur la bride, le cheval baisse son bout du nez! Boulversifiant!

Andy Booth (encore lui!!! lol) aurait fait 100 fois mieux… je suis désolé de devoir encore le redire… et même n’importe quel moniteur un peu sensible et ouvert d’esprit aurait pus donner les même conseils voir mieux.

Sans être un écuyers violent ou brutale, les méthodes ne sont PAS faites en fonction du cheval MAIS en application d’un savoir ancestral (si je puis dire…) transmis de générations en générations sans se poser de question. (Sauf vous, bien sur…)

L’équitation sportive est la continuité de l’équitation militaire…. pour qui le comportementalisme était inconnu. (sauf de certains…)

Les enrênement fixe, les embouchures à levier et le dressage au pilier n’ont RIEN d’éthologique…. mais peuvent être effectivement qualifié de brutal malgré leur appartenance à l’art équestre Français.

Il advient aussi de voir l’ensemble des problèmes et d’appréhender la partie des motivations intrinsèques au dressage du cheval…. le miroir de l’âme? Combien de chevaux sont dressé en haute école (dans la douleur…) par pur plaisir égoïste personnel? Pour combler un besoin personnel et une vanité débordante à grand renfort financier?

La relation homme/cheval peut s’acquérir sans argent… et elle ne coute que se qu’on veut bien y mettre de personnel et d’affectif.

Le prix des chevaux de dressages actuel en dit long sur l’incompréhension total des participants, de cette notion fondamentale à mes yeux.

Beudant, même si il montait en mors et pratiquait le ramené outré, m’apparait comme être le summum de l’écuyer que plus jamais on ne pourra retrouver.

Il dressait aux exercices inimaginables des chevaux de réformes à la valeur nul…. juste pour le « fun ». Il leurs redonnait vie.

Et même vieux et infirme, il a atteint le sommet de son art avec Vallerine, jument au tempérament explosif parait il…

Pour ma part, le rêve ultime serait de fusionner Tom Dorrance et Beudant…

11 réflexions sur “Réflexion sur le sans embouchure… suite.

  1. bon, jusqu’ici j’étais d’accord avec tous les articles que J’ai lu. 🙂
    mais là c’est vrai que ca devient un peu trop catégorique pour moi.

  2. 🙂 ca s’est fait (en side en extérieur) et pourtant je pense avoir encore beaucoup de progrès à faire niveau relation avec mon cheval. (oui, oui, la cordelette en prochaine étape :-))
    Ce n’est pas le sans embouchure qui me fait tiquer mais l’association : travail en licol = respect. A l’heure actuelle, beaucoup se déclarent éthologues (ou adepte de l’équitation comportementale) sans vraiment avoir cette philosophie du respect et de l’écoute.
    Et d’autres l’ont même si parfois ils montent en mors (p.e. Frédéric Pignon ou ce Beudant que vous citez). Donc plus important que l’outil, c’est l’usage qu’on en fait. Evidemment si on a pas l’outil, on n’est pas tenté de mal s’en servir.
    Enfin merci de me faire réfléchir 🙂

  3. Je préfère toujours quelqu’un qui monte avec embouchure rênes longues que quelqu’un qui explose le cartilage nasal d’un cheval avec une ennasure mal posée et utilisée violemment.

    Le relationnel est certes important, mais l’adéquation du matériel aussi (selle qui ne fait pas de pressions, embouchure ou ennasure à la bonne taille et correctement utilisée, etc).

    Le meilleur indice lorsque je regarde travailler un cheval et que celui-ci, en avant et enjoué, malgré du poil d’hiver par exemple, ne transpire pas! Alors qu’un autre, enrêné, éperonné et au poil tondu sera moite de partout…

    Bon après, évidemment, le stress peut avoir une origine extérieure. J’ai des souvenirs de balade au pas surpris dans une tempête de vent violent rentrer avec un cheval moite, mais qui m’a fait suffisamment confiance pour continuer et ne jamais s’enfuir… Rênes flottantes dans la tourmente, quoi!

  4. Je serais pour l’instauration du sans-mors pour les débutants voire plus : on peut monter avec un mors lorsqu’on maîtrise bien le sans-mors… Mais je déteste voir des cavaliers se faire la main (littéralement) sur la bouche de pauvres chevaux de club. Toutefois, je ne suis pas contre le mors avec une très bonne main !

  5. C’est pas le sans-mors qui me gêne, mais de catégoriser instantanément les classique ou les western. Je monte western depuis un an, pour autant le cheval que je monte est-il « cassé »? J’ai un mors a branche et dès la seconde leçon, j’ai enfilé des éperons, ais-je causés des dégâts irréparables sur le pauvre cheval? Pourquoi ne pas admettre qu’un outil bien utilisé est un bon outil? Après tout, on peut dire autant de mal sur des cavaliers qui montent sans-mord et scient le chanfrein ou le poitrail de leur chevaux avec leur superbe licol en corde ou leur cordelette….

    Faut pas oublier une chose: regardez les tatanes qu’ils se mettent en troupeau, ils n’en meurent pas hein… Les chevaux ne sont pas en sucre. (évidement, ça ne veut pas dire et ça n’excuse pas de leur péter 3 vertèbres ou 3 dents ou toutes les côtes, à le frapper a la cravache jusqu’à lui en faire des cloques [déjà entendu en écurie de dressage, ça me choque toujours autant], en espérant le contrôler a tout prix…).

    Avez-vous déjà dressé/monté dans une vraie bonne écurie western? Parelli torture-t’il ses chevaux chaque fois qu’il les monte? Henriquet est-il un monstre de brutalité?

    A bout d’un moment, l’intégrisme ne mène qu’à un seul endroit, avoir un cheval (asservi donc, puisqu’il n’est là que pour notre plaisir égoïste), ce n’est ni etho, ni naturel. Monter ou jouer ou parquer n cheval, même dans le plus grand pré du monde non plus. Alors on les relâche tous et on les laisse faire leur vie de cheval sauvage.

    Dommage ça avait l’air de bien partir en arrivant sur ce blog dommage qu’il y ai toujours des idées fermées à un moment ou un autre. On peut faire du bon travail avec un mors et on peut faire du mauvais travail sans. Ca dépend du singe qui est au bout de l’outil.

  6. Donc vous ne connaissez pas du tout, si ce n’est le pire qu’on peut montrer (comme dans toute les disciplines quoi). Alors comment pouvez-vous être aussi affirmatif de quelque chose que vous ne connaissez pas? Vous affirmez sur ce que vous ne savez pas…

    • Bonsoir,

      « DONC …  » Non, c’est plutôt « COMME je connais… » j’ai pus prendre une décision réfléchie sur ce qui m’apparaissait comme étant au mieux inintéressant, au pire « de la maltraitance pur ».

      J’ai accès aux sites qui pointent sur mes articles (là où les gens mettent des liens) et pour ce qui concerne le western ou le sport, les commentaires sont généralement les mêmes.

      « Je suis un frustré, qui ne comprends rien et critique sans savoir »

      Les nanas (jeunes) aiment bien le mot « frustré » pour définir un homme qui les énervent…

      Et après, on peut lire « ho ben c’est pas quelques taquets dans la bouche qui vont tuer mon cheval » … ou « il aime sauter » … ou « la chasse est un art, il ne comprend rien »… « ils ne sont pas en sucre » …  » seller au boxe n’est pas un crime  » ( les pauvres n’ont pas compris que je parlais de chevaux qui sont laissé sellé au boxe pendant plusieurs JOURS… comme quoi, elles ne lisent qu’en diagonale! )

      Au final, Si on ne CONNAIT PAS une discipline, on n’a pas ou on ne peut pas avoir d’opinion.

      Le western? Oui, c’est cool, chapeau, franges et grosses selles de 25 kilos…

      Des chevaux qui soient se traînent comme des limaces en sous impulsion (pleasure!) … soit sont massacrés des jarrets (sliding), soit sont massacrés de partout (barrel) et pour le roping, ben ça mélange un peut tout…

      Quand aux spin…. ben je trouves ça tellement kon, que ça dépasse l’entendement.

      La réalité de terrain, vue de ma fenêtre de podologue, c’est des chevaux débourrés BEAUCOUP trop jeune, exploité trop tôt…. aux pieds massacrés… au dos flingués et aux jarrets moisi…

      Mon collègue et ami dentiste, lui y voit des bouches mutilés, avec des plaies, des dents cassés et des langues parfois coupées…

      Mes collègues osthéos eux, y voient des GROSSES patho osthéos, tendineuses, musculaires et des lésions arthrosiques précoces.

      Les embouchures y sont extrêmement traumatisantes, (et même sans y toucher, l’effet est là, simplement par gravité), les méthodes de conditionnement et la répétition des exercices sont traumatisantes. Les méthodes d’élevages et de sélections sont souvent complètement aberrantes… pour voir s’exprimer telle ou telle couleur, et surtout avoir une masse musculaire importante… L’alimentation est aussi souvent complètement débile…

      Le ferrage pour slider… une connerie monumentale.

      C’est un milieu où on entrave, on attache, on corrige… on brise…. Le mot « to break a horse » est assez significatif de l’état d’esprit de départ.

      Le ropping permet de maltraiter des veaux… voir des leurs casser le cou…

      Reste le tri de bétail… Mise à part Pierre Yves Bourdon, qui le pratique pieds nu et sans embouchure, dans le respect des vaches et des chevaux… je ne connais pas trop.

      Voilà.

      Si vous me parlez de « Western » sans TOUT cela… pourquoi pas. Mais les puristes vous diront que du coup, c’est plus vraiment du western…

      J’ai une sensibilité et des connaissances qui me permettent d’apprécier les souffrances et les dégâts occasionnés sur les chevaux… Non, il n’y pas de gestes anodins et oui, ils souffrent.

      On n’accepterait pas de subir le 10e de ce que certains leurs font subir dans l’indifférence générale.

      Pour info, je ne monte plus à cheval depuis presque 10 ans. (et j’ai moi aussi fais subir des souffrances aux chevaux par ignorance et incompréhension)

  7. On est donc d’accord, vous connaissez la mauvaise équitation. Non les chevaux ne sont pas en sucre, c’est pas pour ça u’il faut leur mettre « un taquet » dans la bouche (a part le mettre en défense, perso, je comprend pas ce que ça fait), le laissé sellé pour plusieurs jours, j’avais jamais entendu ça ^^ » Débourrés trop jeunes, je trouve aussi (je considère qu’un cheval qui « tourne bien à 3 ans c’est trop jeune, mais ce n’est que mon avis). Mais bon, on ne peut pas diaboliser une ou des équitations, on ne prenant que les pires exemples. En classique (qui en font des belles aussi!) y’a de bons cavaliers, je retiens Nuno Oliveira, Henriquet, en western aussi.

    J’étais très sceptique sur les mors a branche et les éperons u western, avant de monter et de comprendre que quand on monte bien ben…………. (on m’avait déjà fait mettre des éperons en classique pour faire avancer une jument totalement froide à la jambe, je peux aujourd’hui affirmer que ça n’a rien a voir avec une bonne utilisation)

    Mais bon, je lis surtout que vous n’êtes pas ouvert et que vous préférez votre bulle de rejet. Quant à quitter le blog, non, je vois pas pourquoi, j’y apprend des choses que je ne connais pas du tout (même si c’est très/trop technique pour moi) et même en n’étant pas sûre que ça soit de la « vraie bonne info » (on nous sature tellement avec des mauvaises qu’on ne sait plus qui croire donc… Je préfère me méfier des sources, surtout sur le net, ensuite je fais le tri). Comme quoi, ne pas être forcément d’accord, ça veut pas dire tout rejeter en bloc et se mettre des oeillères.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s