Recueil des grandes idées de la podologie équine.

c’est des notes, une synthèse brute de concepts plus poussés qui émergent de dizaines d’heures de cours et de plusieurs centaines de pages de théorie…

Mais y a pas mal de truc là… sinon, l’essentiel? (ou tout du moins, ce que j’en ai retenu…)

Si un MF pouvait nous faire la même chose avec ses cours, on pourrait comparer !

Attention ça pique un poile.

Vous êtes pas là pour apprendre à parer. Recherche de l’autonomie. Lecture du pied.

Parage et Ferrage : science ou moyen ?

Un maréchal-ferrant en 20 ans aura vu 500 chevaux, le fer empêchera de voir plein de changement. C’est est un commerçant il vend un produit : le fer.

Tous les nouveaux produits visent à développer la technique (fer collé, plaque, silicone etc.) mais ne font pas évoluer la science. Le commerce est devenu une science. (L’économie)

Les vétérinaires étudient le pied ferré, le maréchal l’interaction du sabot avec le fer. Le parage naturel étudie l’environnement du cheval et l’interaction avec le pied. La podologie équine étudie le pied et l’interaction de ses structures entre elles dans son environnement.

La ferrure n’est pas une science, c’est une technique. La podologie équine est une science.

Podologie = étude du pied.

La science est différente de la tradition. Les maréchaux-ferrants et pareurs naturel, répètent, encore et encore les même techniques, malgré tous les problèmes qui arrivent.

Les problèmes arrivent quand on commence à vouloir faire mieux que la nature.

Le problème de la maréchalerie et du parage naturel c’est qu’ils ne s’attachent qu’à la forme. (Modèle du pied du cheval sauvage ou type de fer.)

Les Recherches cliniques sont différente des recherches observationnelles = pied naturel, types de ferrures, types de sols, types de pratiques…

Les progrès de la science (et de la podologie) ont permis de commencer à réfléchir à améliorer les conditions de vie des chevaux et pas seulement à laisser faire.

Voir l’historique de la ferrure.  Au 18e s, Mécanique statique = base scientifique de l’époque.

La mécanique ne suffit pas, il faut rajouter la physiologie.

La podologie équine (PE) utilise la pensée latérale. (Donc tous les scénarios, possible ou non)

La PE prend en compte l’utilisation de l’énergie dans le mouvement => bioénergétique

La bioénergétique est une branche de la biochimie qui analyse le flux d’énergie dans les systèmes vivants.

La podologie équine mets en place des modifications du sabot pour renforcer les structures du pied en vue de la performance.

La performance est définie par les résultats. (Le 1er des résultats est la santé)

La maréchalerie fait la même chose sans renforcer les tissus internes en utilisant des outils artificiels. (Fer, plaques, silicone) [On peut différencier ici, les performances du cheval, sa santé, et les performances voulu par le cavalier]

L’augmentation de la performance sans renforcer les tissus internes correspond au dopage. (ex: Utilisation d’anti inflammatoires en course d’endurance)

Il faut penser à faire du bien au cheval (répondre à ses besoins) et plus seulement à chercher des moyens de lui permettre de subir les besoins humains.

La PE apprend à agir sur l’extérieur du pied pour modifier l’intérieur. La maréchalerie, apprend à agir sur l’extérieur en fonction de l’intérieur sans penser pouvoir l’influencer.

La sélection artificielle de caractéristiques anatomiques spécifiques utile à l’homme = Modification de l’anatomie des chevaux domestique.

Il existe des différences anatomiques, de force et d’accélération entre un cheval de trait et un pur-sang, comme entre un Prjevalski et un selle Français.

Est-ce qu’un pied naturel pourrait supporter la domestication ?

F = M x A, donc la pression dépend du gabarit du cheval (sa masse) et de sa vitesse (son travail).

Le sabot est un moyen de conduire les stimuli pour influencer les structures internes qui vont pouvoir influer sur les structures externes.

L’intérieur est l’image miroir de l’extérieur et non l’inverse car sinon on devient prisonnier de l’état apparent de l’extérieur sans pouvoir changer l’intérieur.

Formes et structures du pied. —-> Définition d’un modèle =  analyse des structures en reverse engineering.

Ex : L’appareil locomoteur des antérieurs et moins rapides que celui des postérieurs, l’appareil suspenseur des antérieurs peut-être défectueux et les postérieurs vont aller plus vite et provoquer des chutes, c’est l’appareil suspenseurs qui fait la différence. (Ant. Rond pour la stabilité, Pos. Ovale pour la bascule/propulsion, en générale plus beau car moins de contrainte et plus de stimuli)

Définition de la performance :

Quand toutes les structures du pied sont en équilibre dynamique pendant toutes les phases de la foulée en pouvant répondre aux contrainte de l’environnement et ce sur le long terme.

La performance est obtenue quand chaque structure est capable de maintenir l’équilibre dynamique de la fonction qui lui est demandé.

La fonction dépend de la conformation (la forme). L’équilibre dynamique dépend de la conformation.

Le but de la podologie et d’agir sur les fondations pour transformer les structures.

Ce sont les fondations qui provoquent des boiteries.

90 % des boiteries sont provoqués par des structures molles ou dynamiques. (Les radios sont donc inutiles) et par une modification du potentiel élastique des structures. (donc issu de problèmes métaboliques)

L’Élasticité est différente du potentiel élastique = résistance à la déformation.

L’élasticité est la qualité d’un matériau à être déformable tout en reprenant sa forme d’origine lorsque la contrainte qu’on lui applique disparaît.

L’énergie du potentiel élastique est l’énergie potentielle emmagasinée dans un corps à caractère élastique lorsque ce dernier est compressé ou étiré par rapport à sa position naturelle.

Structures :

En connaissant la composition d’une structure on peut connaître sa fonction.

Il y a trois tissus dans le pied :

Les tissus mous

Les tissus dynamiques

Les tissus statiques

Cela représente l’ordre dans lequel les changements se font dans les tissus.

 

P3 des Postérieurs et des Antérieurs sont différents. Os spongieux, poreux, très dense, pas de moelle, pas de périoste.

Fonction =Transfert de l’énergie du corps vers le sol.

 

Processus palmaire = support des Cartilages collatéraux

 

Cartilages collatéraux, fort potentiel élastique. Permettent la distorsion, donne la forme à l’arrière du pied. Protège P3 d’un mouvement excessif. (permet la distorsion et donc protège les articulations des contraintes latérales)

Os naviculaire, os spongieux recouvert de cartilage. Sert à transformer une traction en rotation en amplifiant le mouvement par effet de levier. (Pivot)

Coussinet Digital, redistribue l’énergie (la pression) issu du membre vers les C.L. et sert d’amortisseur à P2.

La sole est (principalement) composée de tubule primaire sous la surface palmaire de P3. La sole périphérique est (principalement) composée de tubules terminales.

À l’apex, la sole c’est environ 4 mm d’épaisseur. L’épaisseur de la sole égale la profondeur des lacunes latérales plus 4 mm Sur la ligne la plus large du pied. L’épaisseur de la sole idéale est environ 12 ou 15 mm. (ou pas)

Ligaments et tendons. (Description brève) (Tendon relie muscle et os, Ligament relie os et os)

Arche interne.  > Utilisation de l’énergie. Suspension. Support Neurologique.

La paroi en couronne et 1/5 fois plus mince qu’en pince est donc plus souple car plus près de son point d’origine et protégé par le périople.

La graisse donne à la paroi externe les caractéristiques de la paroi interne.

Le fer empêche la distorsion, donc empêche la formation de paroi interne. (et permet les traumatismes des articulations en mouvement latéraux > atteintes des ligaments collatéraux et usures des surfaces articulaires > arthroses)

Si pas de bonne paroi interne la paroi externe cassera.

Plus les rivets sont gros (et rapprochés) moins la corne est en bonne santé. (donc le pied…)

Système nerveux somatique. > Chaque capillaire du tissu vasculaire.

 

 

Comment fonctionne le pied ?

La science a donné des valeurs anatomiques aux fonctions biologiques.

Fonctionnement Biomécanique + stimulation + fonctionnement neurologique = Relations entre structures internes et externes.

Une pression correcte = une croissance correcte. Trop de pression = nécrose. Pas pression = pas de croissance.

La boîte cornée et comme un ressort en C.

Elle isole P3 de la distorsion et transmet l’énergie vers l’arrière du pied en phase d’impact ou vers la pointe de P3 pendant la bascule. (le fer va contrarier tout ça)

Sabot (structures externes) stimulation pied (structures internes) Proprioception réponse physiologique

1 Fonctions anatomique 2 Stimulation => Les traitements actuels y répondent-ils ?

Le fer est un obstacle à la stimulation.

Comprendre le stimulus et comprendre la façon dont les structures y répondent.

Le stimulus d’une croissance correct est une pression correcte. (Notion de forme correcte)

On peut faire un lien entre la performance et la santé. (L’Etat générale) => S+F = P

 

Parage : Ne pas chercher le « comment » mais s’intéresser au « pourquoi ».

Importance de ne pas nuire.

Le pied est forgé par son environnement. (le fer n’est pas un environnement correct)

Importance de l’équilibre entre structures internes et le sabot

Modèle HPT : mettre le pied en équilibre dans le sabot

Modèle PEL : mettre le pied en équilibre dans le sabot, replacer correctement les points d’impact et de bascule et favoriser la croissance de la sole périphérique tout en limitant la pression reçu par le bourrelet.

Construire le pied de l’intérieur vers l’extérieur.

La position de P3 par rapport à la colonne osseuse est donnée par l’appareil de l’arche interne. La pensée classique donne la boîte cornée comme responsable de la position de P3 par rapport à la colonne osseuse.

Positionner P3 va permettre la transmission des stimuli qui vont permettre la création de bonnes structures.

Talons : la hauteur est déterminée par la santé de l’arche interne.

Pour avoir les 5° à la fourchette. Calcul de la hauteur de la fourchette virtuelle idéale à son point le plus large. 2,2 mm de hauteur gagnée par pouce (2,55 cm) de fourchette.

Plan de la sole vive:

Créer un point en apex.

Tracé un rond.

Imaginez la surface créée par le rond. Mettre la râpe en parallèle à la surface.

 

Soins :

Les chevaux souffrent du stress et du manque de travail (stimulation)

La santé du tissu va venir avec la santé de la fondation.

Les boiteries et douleurs proviennent d’un manque de suspension et/ou d’un manque de protection.

Le manque de suspension amène une distorsion incontrôlée qui va amener un manque de protection par un mauvais développement des structures internes.

Ce sont principalement les tensions sur les structures internes qui amènent la douleur. Le parage ne peut pas amener de problème deux à trois semaines après.

Lacunes collatérales, sont le véhicule du stimulus pour la fourchette et les barres. (ou pas…)

Stimulation des structures molles cartilages latéraux et coussinet digitales : solemates sur le terrain inégal. (Distorsion)

Solemates sur terrain dur et plat, fourchette.

La ligne blanche est une structure avasculaire, elle aide à déterminer la déformation du pied (ligne blanche étirée en pince)

Les quartiers vont des talons jusqu’à la ligne de break over.

Si les lacunes latérales sont très profondes derrière mais pas devant c’est un signe de rotation.

La fosse sole enlève de la concavité malgré une lacune latérale profonde. Pour protéger une structure faible.

Les fissures (seimes) en apex traduisent des structures faibles derrière.

Equilibre du pied : Relation entre position des talons et bascule du paturon.

Pieds plats + talons fuyants = douleur.  Position des talons = point d’appui.

Fuyant = processus palmaire.

Normal = Coussinet plantaire.

Talons fuyants : c’est la paroi externe qui grandit trop par rapport à la paroi interne. La pousse se fait vers l’avant. Il faut de la distorsion et de la friction. C’est la friction par grippage du pied au sol qui permet de réorienter la pousse du talon. (en fait c’est surtout la stimulation du bourrelet qui produit la paroi externe et donc le chanfrein au niveau du talon qui va permettre de récupérer de la pousse de paroi interne… tout en reculant au max. le point d’impact! NDLR)

Les évasements :

Les enlever ne nuit pas aux appuis car la paroi externe n’a pas une fonction de support.

Le système lymphatique est impliqué dans les pourritures et fourmilières.

Fourbure :

Ne pas se focaliser sur l’angle de la pince mais se focaliser sur la santé des structures internes arrière. C’est fait avec et seulement une bonne distorsion et une bonne élasticité de l’arrière du pied qu’on obtient des résultats sur la fourbure.

Si le processus extenseur est sollicité, la foulée est courte. L’Allure piquée. En élevant de quelques degrés les talons, on baisse la tension de 2 % sur le fléchisseur mais on augmente la tension de 50 % sur les extenseurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s