Un nouveau regard sur la descente Distale.

(Ove Lind – Swedish Hoof School Inc. – traduction Parisot Guillaume.)

« La Descente  distale » est traditionnellement déterminée par la comparaison de la hauteur
de la troisième phalange avec  la hauteur de la boite cornée sur une radiographie prise d’un côté du sabot. (Vue latérale) Si la partie supérieure de la 3e phalange est plus basse que prévu par rapport au bourrelet coronal, on dit que ce pied souffre d’une «descente distale» ou de  «l’abaissement de la 3e phalange».

Que cette situation existe et qu’on ai des preuves sur une radio n’est pas l’objet de la discussion.
L’objet de la discussion est ce qui l’a causé et est-il possible de remettre en état et si oui, comment.

Dans mon expérience de dissection d’environ 1000 sabots et mon travail a la réhabilitation des
sabots malade depuis quatre ans, le fait est que cette pathologie est beaucoup plus fréquente que ce qui est reconnu  habituellement et il est tout à fait possible de la réhabiliter.  J’ai travaillé avec des chevaux qui ont
été presque complètement immobilisé pendant huit mois par des «descentes distales» et ont été capable de galoper dans le paddock après trois mois de soins.
Si au lieu de comparer la partie supérieure de la 3e phalange à la hauteur du bourrelet coronal, on se penche sur la forme de la sole  et que l’ont compare les sabots sains avec des sabots avec descente distale, une autre cause de cette situation deviendra évidente. Si on pratique une coupe transversale d’un pied, puis que l’ont applique une force au niveau de l’articulation du pied, la cause de cette pathologie apparait comme une évidence.

Puisque le pied n’est pas seulement rattaché à la paroi par la lamina mais aussi pour beaucoup, dans des conditions naturelles, en appuie sur la sole. La 3e phalange  va pouvoir déformer la sole car celle-ci va supporter du poids.
Dans des conditions naturelles,  la 3e phalange va mettre en appuie  la sole et la fourchette au  sol dans une position de support. [En faisant fonctionner l’arche interne ndlr]
Si cette situation naturelle n’est cependant pas possible en raison du fait que la paroi du sabot est trop haute, la distance entre le sol et la fourchette sera trop grande pour atteindre le sol facilement. La hauteur plus importante va faire qu’une grande partie du poids du cheval finira par être en appuie sur la sole qui va s’étirer comme un élastique entre les parois du sabot et finir par se déformer. [Voir aussi les travaux de SAVOLDI]

A vrai dire, si vous surchargez la 3e phalange sur un sabot où la fourchette ne se peut se poser au sol, la chair feuilleté reliant P3 à la paroi du sabot va se rompre et le sabot va se reposer complètement sur ​​la sole qui sera toujours accroché à la paroi du sabot (Sur son bord externe) comme la toile d’un trampoline.

Trop de cet étirement finira par étirer la sole qui deviendra plus mince jusqu’à ce qu’elle puisse permettre à la fourchette de toucher le sol. Lorsque cela s’est produit la sole ne sera plus en mesure de se recontracter pour soulever la 3e phalange et la remonter à sa position naturelle dans la boite corné, mais la laissera dans une position abaissée, ce qui sur une radiographie montrera les signes traditionnels de descente distale.

Ma conclusion est donc que cette descente distale peut très bien être causée par une chose aussi simple que de laisser  la paroi du sabot trop haute. Cela va empêcher la sole et  la fourchette de faire leur travail naturel qui est le support du poids. Je tiens à souligner que ce n’est pas d’abord une question de ferrage contre pieds nus, mais plutôt une question de hauteur de paroi du sabot, même si un fer va ajouter de la hauteur à la paroi du sabot.

La conclusion de tout ceci est que si la fourchette (et la sole périphérique ndlr) à un bon contact avec le sol et qu’elle porte naturellement une partie du poids du cheval, on évite les conditions qui mènent à la descente distale  et on peut même inverser le processus pour arriver à une guérison. Le cheval devra toutefois pouvoir se déplacer librement sur un sol mou, jusqu’à ce que les pieds soient complètement sains (ce qui prendra au moins un cycle de croissance du sabot).

Réhabiliter une descente distale doit être fait pieds nus et / ou avec des hipposandales  avec des pads pour stimuler la fourchette parce que la paroi du sabot doit être libéré de toute pression.

Déformation naturelle sur un sabot où  la fourchetteun bon contact avec le sol. Déformation artificielle créant une descente distale parce que la paroi est trop haute.
 ddistale1   ddistale2ddistale3  ddistale4
Comme il n’y a rien sous de la 3e phalange  qui peut porter du poids, la sole, sur ce sabot avec une descente distale a été étiré par la 3e phalange et est maintenant clairement « suspendu » à partir de la paroi du sabot.  La prochaine étape est que la chair feuilleté va se déformer.  ddistale5
Sur un sabot sain la sole et la fourchette auront un contact avec le sol et porteront leur part du poids ce qui permettra d’économiser la chair feuilleté et d’éviter a la sole de se déformer.  ddistale6

Un autre article sur la Descente distale, issu des travaux de Pete Ramey et traduis par l’AFPN. (LIEN)

Une réflexion sur “Un nouveau regard sur la descente Distale.

  1. Pingback: Stage de Podologie Equine Libre (PEL) avec Guillaume Parisot – D'un Cheval L'autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s