fbpx

Ce protocole ne saurait se substituer aux prescriptions du vétérinaire ou du maréchal ferrant, bien entendu. En cas de pathologie, faite tout de suite appel à l’un d’eux.

Ce ne sont que des suggestions, dans le cadre de chevaux sains, sans problème particulier, rentrant dans les soins courant d’entretien des pieds.

Stimulations :

Outils / méthode:

Fréquence:

– Fourchette, paroi, talons -Marche en mains sur asphalte 20’ par jour.
– Sole, fourchette -Marche en main sur sable/mou 20’ par jour.
– Coussinet, Cartilages -Marche en main sur sols irréguliers 20’ par jour.
Préventions:
-Aseptiser la fourchette et les lacunes. -Spray, pinceau. au moins 1x / sem.
(Silvetrasol, sole cleans, tea tree dilué, vinaigre de cidre)
-Protéger les lacunes. (au boxes ou au pré) -Manuelle ou pinceau. au moins 1x / sem.
(Field past, argile+tea tree, palmarosa)
Entretiens:
-Parage. -Râpe toute les 4 à 8 sem.
-Curages des pieds. -Cure pied. au moins 2x / sem.
-Brossages de la sole. -Brosse métallique. au moins 1x / sem.
-Papier de verre. (chanfrein) -Cale à poncer. 1x / sem.
Curatifs:
-Fourmilières, pourritures profondes, maladie de la ligne Blanche -Petit tournevis plat, seringue. 2x / sem.
(Silvetrasol, Hoof stuff, tea tree pur, eau oxygénée10% + coton)
-Pourritures de fourchette -Brosse à dent, pinceau. au moins 2x / sem.
(Silvetrasol, Sole paint, tea tree)
-Gale de boue. -Manuelle. au moins 2x / sem.
(honey heal, argile+lavande…)

[edit du 29/08/21]

Ce protocole, je pouvais le proposer à l’époque où j’étais encore « DAEP ».

L’idée était que le « professionnel » devait gérer l’essentiel des soucis du cheval et le propriétaire faisait du préventif. Le parage « magique » LApierre était censé nous éviter tous les problèmes…

La réalité du terrain m’a amené à comprendre que c’était du rêve. J’ai donc chercher des solutions autres que les produits miracles de la boutique de l’institut (Solemate, PHW, silvetrasol) et trouvé pas mal de solutions.

Le principale changement était dans l’approche global de la santé du cheval.

Le parage n’est PAS magique et c’est bien par une gestion GLOBALE qu’on peut espérer obtenir des résultats satisfaisants. Le parage optimal ne résoudra pas tout et l’écurie optimale ne résoudra pas tout et ainsi de suite. C’est une synergie d’approches adaptées qu’il faudra entreprendre.

La PEL s’inscrit dans cette démarche de compréhension du fonctionnement du pied et du cheval pour arriver à comprendre pourquoi ça ne va pas, ce qu’il ne faut pas faire et donc ce qu’il faut essayer de faire. On a un axe de travail, un cadre d’évolution, ensuite on peut s’adapter.

Les traitements préventifs fonctionneront toujours si on respecte les besoins fondamentaux du cheval. Ils ne seront pas magique si le cheval doit survivre dans un environnement inadapté.

Au fil du temps j’ai par exemple compris que l’idée de traiter les fourmilières à l’essence de térébenthine était une mauvaise idée. J’ai compris que les fourmilières n’étaient pas une « infection » mais un symptôme d’un problème plus global sous-jacent… Il est donc permit de penser qu’en traitant la CAUSE, la conséquence disparaitra d’elle même. C’est donc un axe de pensées et d’actions différent: au lieu d’essayer de traiter une fuite d’eau avec du scotch, je vais changer le tuyau… Au lieu de mettre de l’insecticide au dessus de la poubelle pour tuer les mouches, je vais vider la poubelle…

Beaucoup de gens vendent du « SUPER » scotch ou du super insecticide… et les clients adorent ce genres de produits qui est censé apporter une solution rapide et surtout sans aucun effort à un problème donné. Je vous livres un scoop… ce genres de solutions ne réglera rien.

On dit, ne lui donne pas du poisson, apprend lui à pêcher.

C’est mon métier.

Le protocole de soins des pieds n’est donc qu’une approche en surface du problème.

Il faut relever ses manches, relever le capot de la bagnole et se salir les mains.

L’idée générale étant d’aller dans la direction du cheval, du fonctionnement global des êtres vivants et des règles de la naturopathie hygiéniste que Paracelse pouvait pratiquer lui même.

Ne pas nuire… et favoriser l’identification des causes primaires.

Essayer de soigner une seime sur une pince trop longue est peine perdu!

Essayer de soigner une pourriture profonde de fourchette sur des talons hauts/fuyants est peine perdu.

Essayer de soigner une fourmilière sur un âne aux pieds parés une fois par an et qui mange de l’herbe à vache toute la journée sans jamais rien faire est peine perdu.

On pourrait citer des milliers d’exemples du même type.

On a donc quand même des pistes… Favoriser l’équilibre des structures en respectant l’anatomie fonctionnel pour l’entretien des sabots… Stimuler les structures sur différents types de sols et notamment ceux qu’on aura a pratiquer régulièrement voir, des plus durs… Utiliser des produits phares aux propriétés chimiques/biologiques/énergétique reconnus comme l’huile de ricin, le bicarbonate de sodium, l’argile, l’aloe vera FRAIS, le miel, les huiles essentielles (etc).

Un régime alimentaire adapté au circonstances et aux métabolismes.

Une activité physique et psychique adaptés…

Alors oui, dans les grandes lignes ce protocole est encore adapté, si ce n’est que je ne recommande plus que la râpe pour les entretiens et que aujourd’hui mes clients peuvent tous parer leurs chevaux seuls et ils le font.

La marche en main n’est plus trop valable avec le parage PEL. La plupart des chevaux se faisant très rapidement à leurs nouvelle façon d’être géré. On peut donc remplacer « marche en main » par « marche au pas monté ». Il sera important de proposer des sorties sur la route à la plupart des chevaux, surtout ceux qu’on a déferrés récemment. Le « dur et plat » est très bénéfique au pas.

Le sol « irrégulier » est un terrain « pourrit » qui va venir déformer la boite cornée dans toutes les directions. On peut le faire en main, c’est comme une séance de kiné. C’est pas agréable mais c’est de la rééducation fonctionnelle. Il faut recâbler les motoneurones des pieds. C’est l’idée d’un article entier en fait!

Les bains de pieds au bicarbonate sont à privilégier et ce un peu pour tous les problèmes.

Le produit va agir par osmose et « tirer » les acides du membres.

C’est la même idée pour le ricin. Son pouvoir « purgatif » sera bien supérieur à un « laxatif » commun. (voir les nombreux articles sur les purges au ricin. Ne pas s’arrêter sur les encore plus nombreux articles à charges ou avis de faux experts sur l’aspect « irritatif » ou « trop violent » en interne… Ils n’ont tout simplement pas compris le principe de la purge, des acides et du fait que quand les déchets « sortent » oui, c’est pas très agréable. C’est valable pour tout le reste. Se brosser la peau à la brosse pour s’exfolier et faire circuler la lymphe peut ne pas être très agréable au début… Commencer le protocole des bains froids demande une certaine abnégation mais les résultats sont spectaculaires… L’entrainement demande des efforts… La rééducation n’est pas une partie de plaisir, etc ) Le ricin peut s’utiliser en cataplasme et en remplacement de la graisse à pied.

Le sable est un formidable outil de stimulation. Les petits cailloux ronds également.

Bref, un jour j’ai compris que, par exemple, la fourmilière n’était qu’un « petit épisode » de fourbure et que si on ne changeait rien aux conditions de vie du cheval, ça pouvait durer longtemps…

On peut donc mettre en place son propre protocole de soins des pieds en fonction de son temps, de son argent et de l’environnement de vie et de travail du cheval. Pleins de produits existent et beaucoup ne servent pas à grand chose.

 

 

4 Comments on “Protocole de soins des pieds

  1. Bonjour, je découvre tout juste votre site. Merci pour tant d’information.
    Pouvez-vous me confirmer que la liste des ingrédients pour chaque action comporte différentes alternatives et non un ensemble de produits a poser l’un apres l’autre ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :