Perversions?

Il a quelque temps, j’avais fais des liens entre la sexualité et certaines dérives de l’équitation. J’avais posté ça sur le forum Azur. J’avais choqué…  Je vais y revenir et essayer de faire le lien avec l’antispécisme!

Quelques définitions pour définir plus précisément de quoi on parle:

Perversion:

La perversion désigne, dans un sens général, l’inclination à des conduites considérées comme « déviantes » par rapport aux règles et croyances morales d’une société. Le terme recouvre toutefois plusieurs champs sémantiques et différentes définitions. Il est issu du verbe « pervertir », qui signifie littéralement « détourner », d’après l’étymologie latine pervertere : « mettre sens dessus-dessous »1 et globalement « action de détourner quelque chose de sa vraie nature »2. Le sens moral du verbe pervertir (« convertir au vice ») date du XVIIe siècle et a longtemps eu une connotation religieuse.

Dans le vocabulaire courant, le terme est utilisé pour désigner soit une déviation des instincts conduisant à des comportements immoraux et antisociaux, soit la transformation de sens subie par un discours (par exemple un message politique), soit la manipulation, l’abus et la cruauté. En matière de mœurs, la notion de perversion a beaucoup évolué en fonction des époques et des normes, religieuses et pénales entre autres. Dans ce registre, le mot fait souvent allusion à la sexualité : il désigne alors des perversions sexuelles ou des conduites considérées comme telles, qu’elles soient définies comme pathologiques ou non.

En psychiatrie, le terme se réfère la plupart du temps à des conduites immorales ou amorales considérées comme déviantes. La liste des perversions a subi dans l’histoire de cette discipline des variations aussi nombreuses que discutées3 : telle attitude est vue comme pathologique à une époque, puis plus à une autre, selon des critères qui relèvent avant tout des normes sociales. Il désigne néanmoins pour beaucoup une structure psychopathologique établie.

En psychanalyse, Sigmund Freud a d’abord inclus la perversion dans le cadre de la sexualité, pour l’étudier ensuite dans une perspective psychogénétique de fixations et de régressions. Il situe la perversion dans les pulsions qui visent une satisfaction « polymorphe », ou détournée, c’est-à-dire un but autre que génital. D’une certaine façon, il suppose l’existence de ce processus chez l’enfant4. C’est surtout l’adulte qui, dans son développement, est l’enjeu de la dynamique des fixations et des régressions, et qui peut développer une perversion dans le sens psychopathologique. La perversion devient alors, dans un deuxième temps, l’expression de la pulsion d’emprise, et elle se manifeste dans la relation à l’objet. Son fondement psychique est, selon Freud, le déni de la différence des sexes, qui débouche sur le déni de l’altérité : la perversion sexuelle n’étant que l’une des manifestations de la perversion, tout comme la perversion narcissique. (source: wikipédia)

Altérité:

L’altérité est un concept philosophique signifiant « le caractère de ce qui est autre »1,2 ou la reconnaissance de l’autre dans sa différence, aussi bien culturelle que religieuse. Je rajouterais aussi dans son appartenance à telle ou telle espèces. (source:wikipédia)

Alors où est-ce que je veux en venir?

Ce qui nous amène a comparer des photos dans un premier temps. La symbolique de l’image nous permet de conscientiser justement des expressions de l’inconscient!

Parallèle2

Le site SM en question porte bien son nom…

Parallèle3

Troublant?

Parallèle

Tout y est…

ponygirl 24 0rirutex

L’attelage a aussi ses adeptes! A simple….

paire1 paire

Ou en double… pour plus de puissance?

perversion

La frontière avec la bestialité n’est plus très loin. Je vous passerais d’ailleurs les photos de bestialité avec des juments… c’est juste gerbant.

[ à ce moment là, vous vous dites surement, « mais comment se fait il qu’il a pus aller voir ça? » et vous aurez raison! Mais on peut aussi bien se servir d’un PC pour faire du traitement texte avec Word ou dessiner un paquebot de croisière avec Autocad… que simplement lire ses mails ou Facebook ou alors se servir de Google à fond et finalement tomber sur des trucs en cliquant de liens liens complètement au hasard…. et on finit par arriver sur des trucs qu’on regrette d’avoir vue même plusieurs années après… bref. Internet est comme une boite de chocolat, on sait jamais sur quoi on va tomber. (Forest Gump)]

Smiley content D on va se détendre un peu !

Et avec tout ceci on ne peut plus s’empêcher de voir dans certaines situation des liens qui nous renvoies vers une symbolique perverse.

Comme la fameuse saillie entravé…

avec-une-partie-pratique-de-la-saillie-en-main-photo-d-archives-m-c-(clp)

Très dangereuse, pour tous le monde, et surtout complètement irrespectueuse pour la jument.  D’ailleurs on lit assez bien dans son œil que « c’est pas cool »… et c’est très souvent un ou des hommes qui s’en occupe. Les femmes, je penses, ne sont pas à l’aise avec ce genre de pratiques, que je qualifierais d’inutile, mais surtout de barbare!

saillie_lilou_mai09 Beaucoup d’éleveurs, plus intelligent et respectueux font ça plus intelligemment… Sont ils des magiciens?

calou_milady_saillieEt au final, La meilleur solution reste la monte naturelle, « pour de vrai » car il est de bon ton d’appeler la sailli entravé, « monte naturelle »… La jument pouvant décider QUAND et avec qui elle va se reproduire. (et aussi, par la même, avoir du plaisir, car a n’en pas douter, l’acte n’est pas dénué de plaisir. Les animaux aussi, jouissent!)

La jument, en plus, sait si la génétique de l’étalon va lui correspondre. Cela évite les problèmes de consanguinité dramatique qui sont en train de dégénérer les chevaux de sport croisés et recroisés avec les parents et/ou grand parents…

Donc, on entrave les juments… ou les étalons…

entrave:

Nom commun, féminin. Singulier/Pluriel: entrave, entraves

Lien qu’on met aux jambes de certains animaux, et en particulier aux jambes des chevaux, pour gêner, pour empêcher leur marche.

(Par extension) Lien pour attacher les prisonniers ou les condamnés.

(Figuré) Obstacle, empêchement, gêne, contrainte.

255109_photo-prise-en-mars-2010-des-pieds-entraves-d-un-detenu-de-la-prison-de-guantanamo-a-cuba

On a toujours attaché les indésirables, les prisonniers, et les animaux.  La contentions servait d’anesthésie… encore aujourd’hui, les vétérinaires utilisent le tord-nez au lieu de pratiquer l’anesthésie local dans la plupart des cas.

Il est véhiculé une légende qui dit: « Un tord-nez est un instrument de contention formé d’une cordelette ou d’une lanière de cuir en boucle fixée à l’extrémité d’un bâton, avec lequel on serre le nez des équidés pour les immobiliser. S’il est bien conçu et bien utilisé, il permet de libérer au niveau du cerveau des endorphines et des enképhalines qui ont une propriété analgésique. » Et bien c’est faux. Il suffit de lire la thèse sur l’histoire de la contention animal et l’auteur le précise bien. Au pire, on détourne l’attention de l’animal en lui provoquant une douleur au niveau du nez…

3102305983_1_3_nIMj5qRY Tout cela me rappel une autre époque…

entraves-1-small.1253832163 entraves D’ailleurs, je vous conseils d’aller voir Django unchained !

Et on en arrive au spécisme!

Le spécisme (ou espécisme) est défini comme une forme de discrimination concernant l’espèce, mise en parallèle avec toutes les formes de domination d’un groupe sur un autre comme le racisme (discrimination concernant la race) ou le sexisme (discrimination concernant le genre).
En pratique, selon l’antispécisme, cette idéologie justifie et impose l’exploitation et l’utilisation des animaux par les humains de manières qui ne seraient pas acceptées si les victimes étaient humaines. Les animaux sont élevés et abattus pour nous fournir de la viande ; ils sont pêchés pour notre consommation ; ils sont utilisés comme sujets d’expérimentation pour nos intérêts scientifiques ; ils sont chassés pour notre plaisir sportif. (et peuvent servir d’exutoires pour notre plaisir ou être éradiquée pour des raisons économique. ndlr)

Les antispécistes réservent la plupart de leurs critiques à la culture de l’« anthropocentrisme » qu’ont formulé certains théologiens chrétiens. En effet, le dogme selon lequel l’Homme est créé à l’image de Dieu, Jésus, est en contradiction directe avec la doctrine antispéciste de l’égalité en dignité des espèces. Pour un chrétien, les autres espèces ont été créées par Dieu pour servir à l’Homme : même si elles méritent le respect que leur confère le statut de créatures de Dieu, elles restent inférieures et n’ont pas droit au Salut, ni aux sacrements, etc.

Il est étonnant de constater que la guerre de sécession ai vue le même genre de débat vis à vis des hommes noirs en Amérique du nord… Lincoln s’étant battu pour que l’homme noir soit au moins reconnu comme égale devant la loi, mais pas devant dieu! (il le voulait, mais le texte ne serait pas passé…)

On peut signaler aussi le droit des femmes et l’égalité avec les hommes… qui n’est toujours pas acquis et ce dans plusieurs cultures!

Être antispéciste, c’est donc arriver à prendre en compte les injustices quel qu’elles soient. Fondamentalement, il n’y a aucune raison d’accepter l’esclavage, le racisme, le sexisme, ou le spécisme.

http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article42 ( c’est long…. oui, mais certains arrivent bien à lire un collection rose ou verte? Un le masque et la plume? alors pourquoi pas ça? )

On en reviens à la prise en compte ou non de la souffrance animal et de savoir où on place son curseur en son âme et conscience. Prendre en compte la souffrance animale, c’est déjà prendre en compte la souffrance quel qu’elle soit! ( non, c’est pas parce qu’on pleure devant un petit veau attaché au sol qu’on ne pense pas aux petits Africains… opprimé par les même multinationales qui sont à l’origine des dérives de l’agroalimentaire, par exemple)

http://www.jbjv.com/Le-critere-de-la-souffrance-dans-l.html

Vaste débat, vaste sujet.

« Demandez aux chercheurs pourquoi ils expérimentent sur les animaux et leur réponse est :

parce que les animaux sont comme nous.

Demandez aux chercheurs pourquoi c’est moralement acceptable d’expérimenter sur des animaux et leur réponse est :

parce que les animaux ne sont pas comme nous.

L’expérimentation animale repose sur une contradiction logique. »

Charles R. Magel

4 réflexions sur “Perversions?

  1. J’utilise tous les jours un tord-nez qui traine dans l’écurie: je m’en sers pour tapoter sur mes boots que j’ai du mal à enfiler aux postérieurs à cause de mon mauvais dos…

  2. Quand j’ai eu mon premier cheval pour mes 10 ans j’ai refusé net qu’il soit ferré malgré les remarques de mon mono ! Depuis tous mes chevaux ont toujours été pieds nus ! Par contre, j’y est cru au tord nez quand mon véto l’a utilisé… Bon reste plus qu’a travailler pour m’améliorer encore…

    • Bonsoir,

      J’y ai cru aussi au tord nez…. et a tout le reste…

      Le plus dur est d’accepter qu’on s’est fait berner et qu’il va falloir tout reprendre à zéro pour certaines choses qu’on pensait acquises!

      Au final, c’est un mal pour un bien puisqu’on évolue. (et on arrête de faire n’importe quoi au nom de l’ignorance)

  3. Les enrênnements sont, selon moi, à mettre dans le même panier. E me souviens du jour ou n moniteur m’a mise sur n cheval sur l’oeil (j’avais un petit niveau à l’époque je savais ps faire grand chose) en rênes allemandes. Je me suis fait enguirlandé parce que je cherchais comment me dépatouiller avec toutes ses rênes, pendant que le cheval allait plus ou moins où il en avait envie. Des dizaines d’année après, bien que j’ai demandé leur utilité plusieurs fois, je ne vois toujours pas à quoi ça sert… Ni comment me dépatouiller avec tout ça dans les mains.

    L’un des chevaux (lui aussi enrênné, en élastique très courts malgré sa longue encolure) ne m’a jamais donné de plus beaux résultats que quand je lâchais les rênes et que « j’oubliais » de lui mettre son gogue… Pourtant je n’étais pas magicienne ! Alors comment expliquer que j’avais un cheval léger et très réactif rênes longues et libre, alors que les autres cavalières peinaient à le faire avancer enrêné, qu’il était LOURD, les rênes serrées? Je ne suis toujours pas magicienne. Par contre, j’ai toujours les rênes longues ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s