Pourquoi faire un chanfrein?

Bonjour, bonjour!

Suite à mon inscription sur le groupe facebook « right to trim » je suis tombé sur un article qui parle du « chanfrein » ou « roll » en Anglais. C’est un article de James WELZ, le mari de Yvonne WELZ, amis de Pete Ramey et du Dr Bowker.  Ils ont un site sur le pied nu qui est assez connu…

L’article parle de l’importance du biseautage pour ne pas surcharger inutilement le bourrelet coronal. On  reprend les mêmes bases que le précédent article sur la charge périphérique que j’avais déjà posté.

Certains pourront y trouver des redites… mais l’importance du sujet mérite bien qu’on puisse l’aborder sous un angle différent!

Cela souligne aussi l’importance de l’entretien…

L’article originale est dispo là: 51_TheoryRoll

Théorie: Pourquoi nous biseautons la paroi?

article de James Welz, traduction libre de Guillaume Parisot.

Premièrement, il est important de jeter un œil à un sabot de mustang sain. La paroi saine du sabot du mustang est arrondie à des degrés divers sur tout le pourtour de la paroi du sabot, incluant les talons. En fait, le sabot de mustang sauvage le plus sain que j’ai vu était tellement arrondie que si le cheval devait se tenir sur une surface plane et dure, la ligne blanche serait la première partie de la sole périphérique à toucher le sol, et non pas la paroi.

La seconde chose sur laquelle je voudrais attirer votre attention est la paroi très épaisse. Il est considéré par la plupart (des MF et vétos, ndlr) que c’est génétique. Bien que je crois que la génétique puisse être impliquée dans l’épaisseur de la paroi, la génétique ne fait pas toute l’histoire. L’épaisseur de la paroi est également liée à l’angle avec lequel la paroi est attachée à la couronne. (En coupe transversale, l’angle de la gouttière cutigérale, quoi… ndlr.)

En arrondissant la paroi du sabot, nous cherchons à :

  • réduire la charge périphérique de la paroi (et ainsi diminuer la pression sur le bourrelet coronal. ndlr)
  • réduire l’apparition des anneaux de compression (croissance) sur le sabot.
  • prévenir les hématomes chroniques de la paroi au niveau des ligaments collatéraux, de la pointe des talons, et des processus palmaire.
  • éviter la séparation de la ligne blanche
  • de prévenir l’écaillage et la fissuration de la paroi du sabot
  • et promouvoir une paroi plus épaisse, en permettant la connexion de la paroi de la couronne de descendre à un niveau plus normal. (plutôt d’éviter que la colonne osseuse ne descende dans le sabot, faute de support palmaire. Ndlr)

AI3 AI2 AI

Sabot d’un cadavre d’un mustang sauvage vivant sur ​​un terrain extrêmement accidenté, photos de Pete Ramey. Notez la forme extrêmement arrondie, avec la partie la plus distale de la paroi du sabot étant la jonction paroi interne /ligne blanche. L‘arrondi se poursuit de la pince  jusqu’aux talons.

Ce que je veux dire quand je dis que vous devriez réduire la charge périphérique de la paroi du sabot, c’est que l’arrondi encouragera plus le sabot à partager sa charge. Le sabot est conçu pour augmenter la taille de sa zone de contact si la charge qui lui est appliquée augmente. Plus le sabot se dilate et se déforme à la mise en charge, plus chaque structure sera en contact avec le sol. Dans le cas spécifique de la paroi, si la paroi était simplement parée à plat (comme le fait typiquement un maréchal-ferrant), la totalité de la paroi serait toujours en contact avec le sol, et, en fait, elle supporterait la plupart de la charge appliquée sur le sabot, ne permettant pas d’adaptation au niveau de l’effort. Il a également été suggéré que la paroi du sabot est fluide (https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_la_goutte_de_poix ), en ce sens qu’elle peut être déplacée de sa position en raison de la pression négative (paroi périphérique chargée). Le déplacement de la paroi du sabot de sa position naturelle mènera à la pathologie. Autrement dit, l’arrondi réduit la pression sur la paroi.

avantapres

Un exemple frappant de la paroi du sabot extérieur fluide. L’intervalle de temps entre ces photos est de deux mois (2 parages). La paroi du sabot n’a pas été râpée à l’exception de l’arrondi sur le bord inférieur. Les ondulations/crêtes ont disparu — et non pas parce qu’ils ont repoussé, mais parce que la paroi externe s’est détendu vers le bas. Le régime alimentaire du cheval n’a pas changé. [ Le chanfrein effectué n’est pas correct du point de vue de la podologie équine… et le praticien n’a pas géré les évasements correctement…]

On a vu que les anneaux de compression peuvent être réduits de façon significative avec l’application d’un arrondi suffisant. J’ai fait la preuve de leur réduction sur la paroi existante d’un sabot, c’est-à-dire avant que la paroi ait entièrement repoussé. Certaines personnes pensent que cela est un problème d’alimentation, et le régime alimentaire est probablement un facteur dans toutes les questions de santé, même avec le sabot. Mais il n’y a que quelques chevaux que j’ai parés sur une base régulière qui ont subi des changements importants dans le régime alimentaire.

L’arrondi empêche également la séparation de la ligne blanche. L’arrondi dirige la pression qui peut se propager dans la paroi — au lieu de charger le pied sur sa périphérie et que la paroi soit « tirée loin » de la sole. Dans mon modèle de mécanisme de sabot, la sole, combinée avec la fourchette et les barres, sont responsables de l’expansion — pas la paroi. (L’auteur oublie le coussinet plantaire et les cartilages qui viennent jouer eux aussi un rôle, on ne peut pas dissocier les structures internes du pied ! ndlr)

bour droit

Pression coronaire: Voici un exemple d’un sabot domestique typique. En raison de la charge périphérique chronique, la paroi externe a été poussée vers le haut. Ceci a conduit à la modification de la fixation de la paroi. La flèche rouge indique la partie supérieure de la paroi externe du sabot où elle rencontre les tissus coronaires; la flèche blanche est la paroi interne. La ligne bleue indique l’angle de cet attachement coronaire, qui est vertical de haut en bas. Angle coronaire vertical = parois minces. L’arrondi de la paroi externe permet d’améliorer cet angle dans le temps, et donc de conduire à une paroi plus épaisse.

[L’auteur indique « paroi externe poussée vers le haut » et je rajouterais que dans le même temps la colonne osseuse est tiré vers le bas puisqu’elle manque de support plantaire! Le changement de forme allongé de la gouttière cutigérale indique qu’elle est étirée… sous tension.]

Dans un modèle de mécanisme du sabot qui s’appuie sur la paroi pour l’expansion, la force exercée sur la ligne blanche est excessive, conduisant à la séparation de la ligne blanche. (Cela conduit aussi à l’amincissement de la sole, au décollement de la paroi, une possible descente distale, à un mauvais fonctionnement de l’articulation interphalangienne distale, et une atrophie des structures. Ndlr)

L’angle auquel la paroi du sabot s’attache au chorion coronaire, au-delà de la génétique et de la nutrition, dicte l’épaisseur de la paroi. L’angle de raccordement d’un mustang en bonne santé est moins raide que le cheval domestique typique. Lorsque cet angle devient plus raide suite au chargement périphérique, les tubules de la paroi externe sont produites plus rapprochées, permettant moins de place pour la paroi interne. Cela conduit à une paroi plus mince, plus fragile. Lorsque nous arrondissons la paroi, nous essayons de fournir un allègement suffisant de la paroi externe qui, au fil du temps, va relâcher la pression sur le bourrelet coronal et permettre un  angle de raccordement plus plat, permettant aux tubules de la paroi externe de se propager (et se mélanger), en permettant la pousse de plus de paroi interne,  ce  qui devrait conduire à une paroi plus épaisse et plus souple.

bour inclin

 Pression coronarienne correcte : Voici un exemple d’un sabot sain sauvage. En raison du manque de chargement périphérique et d’une paroi externe très arrondi, la fixation du bourrelet coronal est radicalement différente. La flèche rouge indique la partie supérieure de la paroi du sabot extérieure où il rencontre les tissus coronaires ; la flèche blanche est la paroi interne. La ligne bleue indique l’angle de l’attache coronaire, qui est très incliné. Cet angle est directement proportionnel à l’épaisseur de la paroi du sabot, due à la physique de l’équation : angle coronaire incliné = paroi épaisse.

Je vois généralement quelques types d’hématomes chroniques dans les parois de sabots qui n’ont pas été arrondis: ecchymoses au niveau du talon; au niveau des ligaments collatéraux en collaboration avec les processus palmaires. Ces ecchymoses sont tous le résultat d’un angle de raccordement couronne/paroi  trop raide.

Le tissu de la couronne sous la paroi externe dans cette partie du pied, en raison de la connexion étroite du chorion coronaire aux ligaments collatéraux, aux pointes des talons, et d’une éventuelle calcification des cartilages latéraux, est étiré, parfois jusqu’au point de déchirure, à cause d’une paroi périphérique chargé.

hema2 hema1

Deux types de contusions chroniques qui sont le résultat d’une charge périphérique excessive sur la paroi des talons.

Le sang libéré est encapsulé dans la paroi du sabot à mesure qu’elle grandit vers le bas.

C’est bien sûr seulement visible en général sur un sabot blanc. Je crois que la paroi externe croît plus vite que la paroi interne, ce qui aggrave cette situation. La solution simple à cette situation est de faire arrondir la paroi.

sabot jument

Certains arrondissent la paroi uniquement pour des raisons esthétiques ou pour « copier » un sabot de cheval sauvage. D’autres critiquent les parois arrondies pour ces mêmes raisons — et même en prétendant que cela est dangereux. En revanche, j’arrondis la paroi spécifiquement pour une fonction mécanique seulement, avec des résultats remarquables. En fin de compte, les sabots sont beaux, mais la forme suit la fonction. La Bonne structure est belle. La photo est celle d’un sabot postérieur d’une jument PRE.

——————————————————————————————————–

Perso. je ne chanfreine pas comme Yvonne W. mais plutôt comme KC en suivant Ramey…

Montage 3   Plumergat-20131029-00615

11 réflexions sur “Pourquoi faire un chanfrein?

  1. bonjour,
    Merci pour cet article, impressionnant les ondulations qui disparaissent sur le sabot.
    J’ai lu aussi à ce sujet la chose suivante:
    « si le roll est trop fort les papilles terminales qui produisent la corne de la ligne blanche ne sont plus stimulées correctement (ne reçoivent pas de bonnes pressions, pressions qui de plus arrivent selon une mauvaise direction). La bonne façon de stimuler ces papilles terminales, c’est en faisant un biseau plat qui ne porte que sur la paroi pigmentée. »
    Du coup j’ai du mal à visualiser ce qui serait un roll trop fort ou un roll adéquat.

  2. Le mystère de mon cheval:

    Il est paré par une dame ayant suivi les 2 ans de formation de Jochen Biernat.

    Si on lui fait un roll, il boitille jusqu’à ce que toute la paroi touche le sol à nouveau. Si on ne lui fait de roll, il se le fait lui-même là où il a besoin en marchant dans sa stabu, il se fait même un scoop tout seul. Donc son pied fonctionne juste, mais … il ne supporte pas qu’on lui fasse un roll au parage… Alors on lui fait juste un petit arrondi de 5mm de haut, et le reste il le fait lui-même en quelques jours.

    Etrange, étrange… Il a parfois des hématomes sur les quartiers, mais de moins en moins, et sa paroi épaisse de s’éffritte pas. Une première hypothèse serait qu’il a souffert des mois (ou même des années avant que je l’aie) d’une pourriture de fourchette très profonde, il a peut-être besoin de cette charge périphérique pour soulager ses fourchettes pas encore complètement guéries (c’est long, mais ça prend du temps, on voit le bout du tunnel).

    Donc en accord avec la pareuse, si le cheval a besoin et réclame des pieds sans roll, laissons faire tant que les fourchettes ne sont pas parfaites.

  3. Bonjour Sophie, expérience faite…hélas au dépend de mon cheval… Biernat prône l’appuie en paroi, jusqu’à ce que de plus en plus il devienne sensible. Nettoyage uniforme de la sole, paroi porteuse, ligne blanche soulignée à chaque parage et biseau de celle-ci par le dessous, résultat de plus en plus sensible, ils ont dû éliminer ce biseau de ligne blanche et c’était moins grave mais au bout de quelques mois un « sloping foot » (migration de phalange) et « jolie descente de phalange » car ils ont ainsi amplifié son high/low syndrome, fourbure mécanique et sole qui plie….Comme ils laissaient plutôt la paroi angulaire, mon cheval ne cessait de gratter (surtout sur son pied gauche qui migrait de plus en plus…) pour se raccourcir et arrondir ce pied.
    Nous avons en Suisse ce genre d’école mais en me renseignant plus avant, ils n’ont jamais eu leur diplôme de Biernat qui les a fichu dehors. 1-2 autres que je connais qui ont réellement suivi Biernat. Moi j’ai eu affaire aux 1ers…
    Bref, peu importe les polémiques, mon cheval avait aussi des pressions sur les parois et ai dû en urgence trouver une autre solution. Il m’a fallu 8 mois pour qu’il retrouve un pied au bon endroit et une sole épaisse…
    Bien sûr, ceci n’est QUE mon expérience et je ne peux affirmer qu’il en soit ainsi pour tous les pratiquants qui se réclament de Biernat mais je préfère le dire…si au moins la catastrophe qui guettait mon cheval peut servir aux autres….De votre côté vous semblez dire que cela va vers le mieux donc ça doit être juste.
    Voilà, surtout ne pas prendre mon message comme une critique à l’encontre d’un quelconque professionnel, il y a assez de ragots dans ce milieu et un pied se juge à un instant « t » mais un pied qui n’est pas encore correct ne veut pas toujours dire « mauvais parage » car on ne sait comment le pied était quelques mois auparavant.

    • Et effectivement, Isabelle, selon ce très vieil échange, force est de constater qu’une fois les infections soignées, il n’y a eu aucun progrès niveau pieds, et aucun progrès niveau amélioration de la sensibilité. Pas de détérioration, mais absolument zéro amélioration. La pareuse n’était pas la même que pour toi, la sole était toujours en contact (je dirais même que la paroi était souvent plus courte que la sole) avec celle-ci. Au final on a trouvé une autre stratégie 🙂

  4. Merci pour votre article. Je cherchais depuis pas mal de temps pourquoi mon poney avait des hématomes, les sabots avec des lignes de croissance assez marquées, de même qu’un bourlet prononcé au niveau de la pousse du sabot, je m’étonnais et avais que des réponses évasives du podologue.
    Donc depuis 6 mois, je roll très régulièrement, en tout cas une fois par semaines et au miracle tous ces symptômes ont disparu.
    Donc merci pour votre article , vous êtes le seul à en parler et j’ai pas mal creusé dans de nombreux sites.
    C’est vrai que comme ce que je décris n’entraînait pas de douleurs à proprement parler, j’aurai pu me dire comme le podologue qui le suit que ce n’est rien mais je me disais que cela doit automatiquement stresser le pied car ce n’était pas normal.
    Voilà pour mon témoignage et merci pour votre site.

  5. Pingback: Pete Ramey et le soin naturel des sabots – Partie 1 | Un journal particulier...

  6. Pingback: Stage de Podologie Equine Libre (PEL) avec Guillaume Parisot – D'un Cheval L'autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s