Etude de cas.

Bonjour,

Aujourd’hui, j’ai une amie qui m’avait confié pas mal de chevaux pour l’entretien de leurs pieds, qui s’est décidée à me faire voir le « petit dernier ». Celui qui était resté dans le lot de chevaux du MF… pour des raisons purement diplomatiques, dirons nous 😉

Ce cheval, TF de moins de 10 ans, est pieds nus depuis environ 4 ans. Il a donc été suivi par un MF diplômé qui, a priori, fait bien son travail, ne tape pas les chevaux (un bon point!), et semble même plutôt sympathique.

Le souci, mon amie a bien vu de ses yeux que les pieds des chevaux que je suis maintenant depuis « presque » 2 ans, ont BEAUCOUP plus évolué que les pieds de ce cheval en plus de 4 ans…

Il est à noter que même ce MF qui est allé voir DANS LE PRÉ les pieds des chevaux que je suivais, a avoué qu’ils étaient super! (car il connaissait les chevaux du temps où ils étaient ferrés)

Bon, donc j’ai pris des photos du 1er parage pour voir l’évolution des pieds d’un cheval qui passe des parages d’un MF diplômé et reconnu, à des parages de ma pomme diplômé aussi mais NON RECONNU….

Le but sera de montrer que la formation des DAEP (et des podologues équins en général) PERMET de MIEUX gérer les pieds nus, tout simplement parce que c’est le BUT principal de notre formation. La formation des MF porte essentiellement sur la pose correcte d’orthèses métalliques et la façon de les forger. La forge étant un ART à part entière, ils y consacrent un temps majoritaire pour son apprentissage. La formation des MF ne comporte aucune information spécifique pour l’entretien des pieds nus « ACTIFS », et les méthodes pour faciliter leur (re)développement pour atteindre un niveau de performance optimal.

La base théorique de départ est aussi différente, et donc les moyens pour arriver à nos fins (elles aussi différentes) sont donc logiquement différents. Mon but n’est pas de critiquer le boulot de ce MF, mais bien de faire comprendre qu’il a fait ce qu’on lui a enseigné du mieux qu’il pouvait… en toute bonne foi! La vérité, c’est que sa formation ne lui permet pas de s’en sortir!

 

Voici la bête:

Merlevenez-20130930-ProfBT

Profil before trim (avant parage)

Que peut- on déjà remarquer? 

Il fouaille de la queue. Ce jour là, les chevaux étaient particulièrement énervés… bon, y a des jours comme ça!

Il n’est pas « carré ». C’est peu de le dire! Son AG est sous lui et il avance son PG… Cela pourrait indiquer une incurvation à gauche? Sa tête y est déjà… et même sa queue du coup!

Pas un seul angle « pince/paturon » n’est aligné.

La suite:

Merlevenez-20130930-ADdM

Antérieur DROIT, avant et après entretien.

Que peut- on voir sur le pied non paré?

Un début de seime en pince, une paroi qui s’écaille et éclate, des cercles de croissances, un périople peu développé, de légers évasements.

Merlevenez-20130930-ADlM

Antérieur DROIT.

Trop de talon, trop de pince, alignement phalangien non respecté. Cet antérieur est porté en arrière, à cause d’un high/low syndrom (position du poulain)

On remarque que mon parage a fait retrouver au pied une forme physiologique, et qu’on a retrouvé l’alignement phalangien. (et pourtant mes repères n’ont rien à voir avec ceux des MF!)

J’ai relâché de la pression en quartier (correction des évasements quartier latéral) sur le bourrelet coronal. Cela va influer sur la stimulation du cartilage, et donc sur la forme de l’arrière du pied!

Merlevenez-20130930-ADsM

Toujours l’Antérieur DROIT, mais en vue solaire.

Aie, aie les talons! Les barres! La sole non exfoliée, la paroi en trop qui part à l’horizontale, les infections de fourchette, de ligne blanche… C’est le chantier!

J’ai fait reculer les barres et la zone d’impact à leurs emplacement physiologiques. J’ai soulagé les appuis sur la paroi, symétrisé la fourchette et rééquilibré le sabot avec le pied. Ce cheval a la chance d’avoir pas mal de sole, donc pas besoin de boots après ce 1er parage qui remet sa sole périphérique en fonction. Sa concavité est juste mais suffisante pour marcher, même sur les cailloux des allées.

Merlevenez-20130930-AGdM

Antérieur GAUCHE.

Bigre! Mêmes remarques que pour le droit… On remarque que le manque d’appui médial a laissé la paroi en quartier sans la casser! Même seime… mais moins importante… ce qui indique que l’appui en pince de l’AD est plus prononcé, venant encore appuyer la thèse du hi/lo. On voit aussi en quartier médial un évasement métabolique.

On remarque sur le pied paré, que j’ai été fort sur le chanfrein en pince. WHY ? toujours à cause du hi/lo, le pied avant voit sa pince migrer… j’ai donc dû la corriger. (on voit d’ailleurs à la seime, l’importance de la correction réalisée!)

Merlevenez-20130930-AGlM

Antérieur GAUCHE toujours. Vue latérale. Le pied a pris un pet en début de quartier latéral. On devine sur le pied non paré, le mécanisme d’écrasement des talons, qui à partir du moment où la paroi rentre sous le pied, commence à subir un bras de levier trop important… L’appui périphérique sur la paroi externe si néfaste! On voit aussi que j’ai rétabli l’alignement phalangien.

Le cheval n’est pas carré, à cause du hi/lo, mais il a ses pieds en équilibre dynamique, chacun dans leurs configurations respectives. Cela permet de commencer à éliminer les tensions de compensation, sans vouloir « forcer » un aplomb artificiellement « parfait ».  (on y viendra!)

Merlevenez-20130930-AGsM

Antérieur GAUCHE, vue solaire.

Purée… C’est tout pourri là dessous! oh ! Et que vois-je? Mais…. mais… c’est une pourriture profonde de fourchette? Ha oui… je peux y rentrer tout le cure- pied… Et là, j’ai toujours la même réponse « mais mon MF m’a jamais rien dit! »

Oui, c’est normal… 😦  La vie étant bien faite, elle avait acheté du « hoof stuff » la semaine d’avant! PARFAIT!

Bon, je vois que je me suis un peu laissé aller sur la barre médiale… qui n’a pas forcément une forme parfaite… je ferai mieux la prochaine fois!

On voit bien que la correction de la pince a été assez incisive. Pour autant, tout ce que j’ai enlevé était en trop… et la pousse qui suivra sera donc plus homogène.

Mes collègues Lapierre ne reconnaîtront sûrement plus les parages que nous avons appris… mais sachez que l’étude attentive des 20 DVDs de Pete Ramey, des travaux de Savoldi, Duckett, Bowker, Rooney, Ovnicek, Strasser, Guerrera, Jackson, et d’un autre pareur Brésilien dont je ne me souviens plus le nom, ont bien fait évoluer ma pratique ET mes résultats!

Merlevenez-20130930-PDdM

Postérieur DROIT, vue dorsale.

On voit bien que l’équilibre médiale/latérale n’est pas bon. Que ça occasionne un gros évasement du quartier médial. Que la paroi est restée trop porteuse, et qu’elle commence à s’étaler comme un flamby démoulé qui a trop chaud.

J’ai corrigé l’équilibre dynamique de tous les plans ainsi que les évasements. Le chanfrein est venu supprimer l’appui de la paroi externe. Le pied retrouve une forme physiologique, et donc ses fonctions!

merlevenez-20130930-pdlm

Postérieur DROIT. vue latérale.

Les remarques sont les mêmes, puisque il a subi les mêmes gestes. Je remarque que j’aurais pu prolonger un peu plus mon chanfrein en talon côté latéral. Ces talons sont fuyant, l’arrière du pied s’écrase et le coussinet plantaire manque de tonus! On ne peut pas vraiment vérifier l’alignement phalangien, puisque le cheval n’était pas carré et qu’il n’avait pas les mêmes appuis quand j’ai pris les photos.

Merlevenez-20130930-PDsM

Postérieur DROIT, vue solaire.

La vache les barres!!! Faut pas oublier que c’est de la paroi! Donc à traiter comme telle. Trop d’appui sur la paroi provoque des pressions déséquilibrées et donc de l’inconfort et donc des compensations… (et la descente distale! et les problèmes de sole fine, et les décollements de paroi et les seimes, et les rotations des fourbus et les problèmes de fourchette… et et et…  )

La paroi elle- même est à l’image des barres… on verra dans 8 semaines ce que tout cela va donner.

J’ai pas touché au talon latéral car il morfle en général à cause de diverses raisons, ce qui fait que SI on le pare « nickel » ,vu qu’il souffre plus que l’autre, il va rapidement baisser plus, et tout le pied va s’effondrer vers l’extérieur.

Pour lutter contre ce phénomène, (qui vient souvent d’un mouvement de rotation exagéré du jarret), dans certains cas il suffit de demander aux propriétaires de manipuler leurs chevaux à main droite, ce qui va incurver le cheval à droite et reporter le point de pivot sur le postérieur gauche. Un engagement exagéré du postérieur droit peut aussi venir foutre le bordel, ainsi que des problème digestifs au niveau du cæcum et/ou du foie.

Merlevenez-20130930-PGdM

Postérieur GAUCHE, vue dorsale.

Évasement côté latéral comme d’hab. Seime et micro- seimes. Paroi cassante et écaillée. Périople au minimum.  Tout cela n’est pas un problème de CORNE, ce cheval n’a PAS de « mauvais pied »… il n’a pas besoin de biotine… Il a juste besoin d’avoir les pieds maintenus dans une forme physiologique pour que leur FONCTIONS puissent être réalisée de manière optimale. ( un petit vitabiol lui aurait pas fait de mal…)

Merlevenez-20130930-PGlM

Postérieur GAUCHE, vue latérale.

On remarque que sauf illusion d’optique (faut se méfier avec les photos) ce postérieur a les talons moins fuyants. ( hi/lo syndrom! avec une diagonalisation des problèmes… )

Il a par contre pris un pet en quartier, comme son collègue antérieur GAUCHE… latéralisation des problèmes…

Corne, pince, chanfrein… ok, vous connaissez la chanson?

Merlevenez-20130930-PGsM

Postérieur GAUCHE, vue solaire.

Une image vaut mille mots?

Et voilà, la vue finale!

 Merlevenez-20130930-ProfAT

Qu’est ce qu’on peut dire?

Merlevenez-20130930-ProfM

Même si il est encore PAS CARRÉ, sont polygone de sustentation est moins bordélique…

A la prochaine pour suivre l’évolution de ses petons!

15 réflexions sur “Etude de cas.

  1. Chez les maréchaux, on distingue les poseurs de fer des véritables maréchaux. Les premiers poses de fer à froid (sans les forger) et râpes autour du pied pour ça ressemble à quelques choses. Pour le parage, on retrouve la même chose, il y a les coupeurs de cornes et les pareurs. Seuls les seconds s’interrogent sur l’équilibre du pied, du membre, etc. Sur la santé des pieds et plus globalement sur tout le cheval. Ils cherchent des solutions, et apportent des réponses aux propriétaires. La tendance des pareurs naturels à dire que les maréchaux ne savent pas parer est une fausse bonne idée selon moi. Un maréchal intelligent, qui se questionne et se forme réalise d e très bons parages physiologique, orthopédique et bien sur de travail. Après bien sûr, la plupart s’en foutent complètement et là est le soucis, ce n’est pas les compétences qui pêchent mais la personnalité. C’est comme quand je passe derrière des collègues maréchaux et que je vois des trucs immondes, par contre, le même collègue sur des chevaux qui sortent en concours tout va bien. Le problème dans bien des cas est humain. C’est aussi pour le cela que je ne me dis pas maréchal-ferrant, la profession à trop de soucis et son diplôme n’est pas le reflet de la réalité du marché.

    Concernant ton boulot sur ce cheval, tout bon maréchal en aurait fait autant, ce qui n’enlève rien à tes compétences. C’est juste dommage que ceux qui sont reconnus par la loi ne se donnent pas la peine de bosser correctement pour le bien être du cheval.

    • Bonjour,

      Comme tu le dis « un MF qui se questionne ET SE FORME »… où? comment? avec qui? Tu prouves toi aussi que votre formation ne répond PAS aux demandes des chevaux pieds nus. C’est exactement là où je voulais en venir. Patrice de Toffol y arrive bien lui aussi et d’autres avec vous, avez su évoluer et aller au delà de votre formation de base pour comprendre les besoins spécifique du pied nu. Il n’empêche, que sans vouloir vous vexer, vous aurez souvent le réflexe (professionnel) de vouloir referrer dans certains cas, là où je pourrais apporter des solutions et notamment des boots si besoin est. Parce que ma formation spécifique m’a fait comprendre que le fer n’est jamais la bonne solution, mais bien la source des problèmes.

      Personnellement, j’arrives pas à comprendre comment vous pouvez arriver à encore faire les 2!

      • S’occuper d’un cheval c’est savoir tout faire selon moi. Tu as des chevaux qui ne peuvent pas évoluer sans substitut (dégénérescence genetique, accident grave) ou dont les déformations sont si importantes qu’au parage, tu ne peux rien faire. Tu es donc obliger de mettre des Hypposandales ou autres.

        Prenons le cas d’une hyperlaxie sur un foal, que fais tu au parage lorsque le boulet touche le sol à chaques pas ? si tu as une solution, je prends, de mon coté je pose un fer en plastique collé + cure de vitamine etc. Prennons un deuxième cas, un trotteur avec une déviation articulaire partant des Meta-tarse, tarse voir même P1. Le cheval est tellement en déséquilibre qu’il s’atteint, s’ouvre le boulet opposé, il n’est pas possible de rétablir l’applombs au parage car sinon en plus de saigner, il ne marchera plus. Et de toute façon, ca ne changerait rien car il continuerait d’user à outrance un coté et de ne poser qu’un talon au sol (Après visite Osthéo of course).

        Tiens prenons un 3eme cas, un cheval pincard, tellement pincard que le boulet ce coup ci au lieu de toucher le sol par l’arriere, se retourne (ultra bouleté) et touche le sol par l’avant. Les talons à 10 cm du sol. Que fais-tu au parage ?

        J’estime qu’il faut pouvoir s’occuper de tout, même si je te l’avoue, je n’aime tjrs pas ferrer car c’est contre productif. Et j’essaye un maximum de passer tout le monde pieds nus ou en hipposandale.

        Donc au final, la plupart des fers que je pose sont en plastique et serait collé si la colle n’était pas si cher et si agressive.

        Pour les revers de la ferrure, ca vient de m’arriver, des pieds dans un été effroyable (jamais vu ca), je les ai repris mais le cheval ne pouvant pas se déplacer sans fers. Je l’ai donc referrer par dessus un parage physiologique. Le lendemain, le cheval a tellement changé dans sa conformation generale et ses pieds, qu’il a des déclarés des douleurs partout, j’ai viré les fers et poser des PHW en attendant des hipposandales.

  2. Bonjour, ce que tu appelles le high/low c’est bien ce qu’on appelle aussi le syndrome de la diagonale ? Si les talons ne se couchaient pas sous le pied, est-ce que ça entraînerait alors un pied bot ?

    • Bonjour,

      Oui, c’est bien le même syndrome. Merci pour cette nouvelle dénomination que je ne connaissait pas encore, cela m’ouvre d’autres possibilités de recherches!
      Le pied bot est différent mais dans un sens oui, le pied arrière a une forte tendance à voir ses talons se redresser, voir tout l’arrière du pied se déformer. La fourchette s’atrophie et les talons se resserrent.

  3. très impressionnant les images avant après sont parlantes !

    je vais vraiment aller voir le vitabiol ! ça m’intrigue et j’en entend du bien !

  4. super intéressant ca donne envie de savoir faire 🙂 juste quelques questions:
    sur l’AD:
    – pourquoi on voit une infection de la fourchette? parce que le milieu est mou dégeu? ca n’a pas l’air profond sur la photo.
    – la sole non exfoliée c’est la sole blanche crayeuse? pourquoi vous ne l’enlevez pas? Pour protéger la sole vive?
    sur l’AG:
    – l’évasement métabolique en quartier médial, on le corrige comment? en mettant la paroi à niveau et aussi en corrigeant par l’extérieur?

    merci,

    • Bonsoir,

      On voit de l’infection surtout à l’odeur… 😉 et à la couleur noir très présente un peu partout.

      C’est sur l’AG qu’il y a une infection profonde de fourchette dans la lacune centrale.

      Pour les évasements, métabolique ou mécanique, le traitement est le même, on râpe distalement pour retrouver une paroi droite et alignée avec le pied, ne créant plus de point de pression ou d’arrachement.

  5. Pingback: Etude de cas, 4e parage. | Podologie équine ... libre.

  6. Bonjour, merci pour cet éclairage étayé de photos. Éduquer les proprios de chvos c important, et affiner la compréhension de ceux qui font un parage physiologique aussi !

  7. Postérieur DROIT, vue solaire.

    J’ai pas touché au talon latéral car il morfle en général à cause de diverses raisons, ce qui fait que SI on le pare « nickel » ,vu qu’il souffre plus que l’autre, il va rapidement baisser plus, et tout le pied va s’effondrer vers l’extérieur.

    Pour lutter contre ce phénomène, (qui vient souvent d’un mouvement de rotation exagéré du jarret), dans certains cas il suffit de demander aux propriétaires de manipuler leurs chevaux à main droite, ce qui va incurver le cheval à droite et reporter le point de pivot sur le postérieur gauche. Un engagement exagéré du postérieur droit peut aussi venir foutre le bordel, ainsi que des problème digestifs au niveau du cæcum et/ou du foie. »

    Bonjour, je suis étudiante en ostéo équine, j’ai fais un stage avec un maréchale dans le cadre de ma formation (malheureusement la pareuse que j’ai contacté m’a laisser tomber ..),
    Pouvez vous préciser votre relation entre l’évasement du talon latéral a droite et le digestifs (caecum/foie) ? J’aurai plutot fait incurver le cheval a gauche pour avoir le point pivot sur le posterieur gauche …
    Acceptez vous que je cite certain point de vos article dans mon rapport ? (je preciserai que ce viens de vous bien sur)

    merci pour votre blog très bien fait !

    • Bonsoir,

      La ceinture abdominale! La flexion du postérieur et l’engagement sous la masse sollicite l’abdomen… qui si congestion, douleur, inflammation sera moins enclin à être mobilisé correctement.

      Vous voyez bien, manipuler son cheval à main droite sera déjà un bon point de départ! Arrêter les demies tours sur place à main gauche… ou les chassés de hanches répétitifs comme on peut le voir en cours d’équitation comportementale…

      Mais tout cela n’évitera pas la cause, qui pousse le cheval a se déplacer en compensation et donc à user ses pieds de travers H24 insidieusement.

      Le pied n’est qu’un symptôme et le fait de le laisser « nu » permet d’y lire avec précision le moindre déséquilibre « d’en haut » !

  8. Bonsoir,

    Ma jument se trouve malheureusement dans un cas très similaire.
    Je suis son propriétaire depuis 4 ans et j’ai toujours eu des problèmes de décollement de la paroi, principalement en sortie d’hiver.
    Elle a toujours était ferrée. Mais depuis 2 mois elle se retrouve pieds nus car les 3 derniers centimètres de la paroi sont partis avec les clous lorsqu’elle a déferrée des 4 pieds.. la ferrure datée de 3 ou 4 semaines..
    Elle est passée devant plusieurs vétos et maréchaux et du coup elle a vue passer aussi pas mal de compléments alimentaires, biotine, granulés enrichis en vitamines et minéraux, de multiples onguents, keratex, prise de sang, etc etc… Bref 4 ans après: toujours pareil!!
    Malgré la perte des fers et d’une partie de la paroi la jument ne marchait pas trop sur des oeufs, la corne a poussée un peu depuis… mais avec les terrains qui commencent à sécher elle commence à être très sensible.
    Je me suis toujours dit que la corne qui était « créée » par les maréchaux pour loger les clous était la cause de la fragilité et du décollement.. mais quand on ne rencontre pas les bonnes personnes ou que l’on ne tombe pas sur le bon site internet cela peut durer longtemps… pardon.. je m’égare..
    Je suis dans la Drôme (26) à Romans sur Isère, je souhaiterais savoir si vous pouvez me conseiller quelqu’un rapidement?
    Ma jument a mal, mon appel à l’aide est urgent! SVP

    Merci

    Rudy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s