Le High/Low Syndrome ou hi/lo ou Position du poulain ou Syndrome de la diagonale.

Quel nom bizarre !

Peu de gens connaissent et pourtant ce problème postural est courant.

La situation est assez simple, le cheval, au lieu d’être « carré », sera « tordu ». Il portera un antérieur un avant et l’autre en arrière, et cela se verra à l’arrêt, mais aussi et surtout quand le cheval va brouter. Il aura toujours son antérieur « avant » devant et l’autre derrière et ne changera jamais, comme pourrait le faire un congénère « symétrique » pouvant brouter tantôt avec l’antérieur gauche devant, tantôt avec l’antérieur droit devant.

Il y a très peu de littérature en Français sur le sujet. Le seul article que j’ai trouvé « pour l’instant » c’est celui de Eric PERREAUX, qui a quasiment donné son nom au problème pour certains, car on trouve sur les forums l’appellation de « syndrome de la diagonale de Perreau » (sic).

http://www.le-gem.ch/conf_2003/conf_2003_perr.htm )

[edit du 20/10/13] Laure S. m’a transmit cet article très intéressant!

http://www.le-gem.ch/conf_2003/conf_2003_sivine.htm

En Anglais, c’est différent et les articles abondent, il suffit de chercher « high low syndrome » et ça donne déjà pas mal de résultats.

Alors comment savoir si son cheval a ce problème?

Le 1er test « facile » est de le regarder brouter, en liberté.
Horses in pasture
S’il est comme l’alezan (donc une erreur de la nature… NON, je rigole! LOL ) avec les jambes en ciseaux, toujours du même côté, et que pour avancer (nez par terre) il ramène son antérieur « arrière » à côté du premier, et avance l’autre à chaque pas, BINGO!

L’autre indice est la différence au niveau des pieds:

SI Exif high-heel-low-heel-syndrome
J’ai un cas d’école en clientèle! (j’en ai plusieurs même…)
Le pied porté en avant est plus plat, son arche interne souvent moins haute, ses glomes plus larges et moins hauts, sa pince est plus couchée et souvent plus longue, et il est généralement légèrement panard.
Vacances et divers janvier 2011 018 Vacances et divers janvier 2011 019
Le pied porté en arrière et plus creux, sa fourchette moins développée, ses glomes plus serrés et plus hauts, sa pince est plus courte et plus relevée.
Vacances et divers janvier 2011 013Vacances et divers janvier 2011 015
Vacances et divers janvier 2011 011

On voit que ses antérieurs déconnent… les angles de ses paturons ne sont pas les mêmes et ses boulets ne sont pas à la même hauteur.

Un autre détails intéressant, ces chevaux là ont les coudes dissymétriques.

Le coude de l’antérieur arrière est SORTI, on peut donc passer plusieurs doigts entre le coude et le ventre.

Le coude de l’antérieur avant est RENTRÉ, on peut à peine glisser un doigt derrière.

En lisant une thèse par hasard sur l’anatomie équine…. (j’ai des loisirs bizarres!) je tombe sur ça:

oatao.univ-toulouse.fr/1085/1/debouch_1085.pdf

P 74 > 2.2.2.1. POSITION DU MEMBRE SUR LE THORAX OU LE BASSIN

Ainsi, un cheval dont le développement de la cage thoracique se réalise insuffisamment au cours de la croissance, peut avoir les coudes trop rapprochés l’un de l’autre, ce qui induit une rotation latérale globale des membres antérieurs, et par conséquent des aplombs panards (figure 36, ci-dessous). Dans ce cas, si l’on tire latéralement la pointe du coude, on constate que le membre ne présente pas de déformation. Il faut alors se garder de toute intervention orthopédique ou chirurgicale, qui soumettrait le membres à des forces de torsion inappropriées pouvant être à l’origine de lésions graves. Il en est de même pour un animal souffrant de cachexie ou d’une atrophie de la musculature proximale des membres, car la perte de muscle ou de graisse axillaire provoque un rapprochement excessif de la pointe du coude vers la cage thoracique. Réciproquement, un cheval ayant un thorax large et cylindrique, ou des muscles pectoraux très développés, peut avoir des aplombs cagneux (figure 36, ci-dessous).

Le schéma qui suit (dans le doc) explique très bien les déviations des membres, en fonction de la position du coude!

ET ça m’a fait TILT !

hi_lo1

Le 4e dessin est de moi…. j’ai bricolé  le schéma, et ça colle parfaitement avec le high/low !

D’ailleurs, si on regarde le cheval de face, on verra que les muscles pectoraux ne sont pas symétriques non plus. (la forme entre les antérieurs et le sternum)

Dans le doc, l’ouverture du coude donne un pied cagneux, et sa fermeture un pied panard.

Pour le High/low syndrome, le pied AVANT est panard et le pied ARRIÈRE cagneux…. bon, c’est pas très marqué mais c’est « anatomiquement logique ».

D’ailleurs, les cavaliers se plaignent avec ces chevaux d’avoir de gros problèmes pour aller droit! Tu m’étonnes!

Le cercle dans les sens de la déviation (de l’incurvation) ne posera pas de problème, mais le cercle à la mauvaise main tiendra plus de la cascade ou de la lutte qu’autre chose…

Vu que l’omoplate est vrillée, une bosse apparaît à côté du garrot, du côté du pied avant. Cela déséquilibre la selle et crée des points de pressions.

Les postérieurs sont bien entendu touchés par le phénomène car finalement, c’est TOUT le corps du cheval qui est « tordu » ou incurvé, je pense à cause du problème de développement de la cage thoracique.

Un côté (interne) du cheval devient « fort », plutôt court et raide, et un côté (externe) du cheval devient « faible » et plutôt long et souple.

Côté parage, pas de souci!

(non, c’est la galère en fait)

Montage ANTG MontageANTDd

antDp

On voit que les choses peuvent évoluer assez vite et bien!  (déferrage en Janvier, photos pied nu prises en septembre)

Notez la prise de masse du coussinet plantaire…. les glomes se sont écartés de 2 cm…

La situation a encore évolué depuis!

Dans la pratique, on veille à équilibrer les pieds chacun dans leur forme respective, c’est à dire sans vouloir absolument les faire se ressembler en un seul parage. (et donc être trop invasif)

Par contre, on pourra veiller à bien maintenir la pince courte de l’antérieur porté en avant, et de bien raccourcir les talons de l’antérieur porté en arrière, pour essayer d’avoir moins de déséquilibre, ce qui aide le cheval à changer ses appuis. Les talons hauts ne peuvent être portés en avant sans gène… Je vois les chevaux que je pare pouvoir inverser leur position « de confort » après mon parage… mais les habitudes et le schéma corporel sont tenaces!

Coté manipulations…

C’est plus compliqué.

Kc Lapierre recommandait de tenir le seau quand on nourrit le cheval en l’obligeant à baisser sa tête, en inversant ses pieds…mais comme on doit agir sur la musculature du cheval…

Mon ostéo recommande des étirements antagonistes suivant les membres. (logique) Muscler le côté faible, assouplir le côté raide. (logique mais dans la pratique c’est moins facile)

J’ai une jument qui s’est grandement améliorée à la mise au pré, dans un pré en pente! Le dénivelé l’a sans doute forcée a utiliser ses aplombs dans les 2 sens et elle a sorti son coude « rentré », et son pied s’est quasiment remis.

Le travail du cheval, son suivi en ostéo, et la façon dont il sera géré au quotidien pourront aider à corriger ses dysmétries, rééquilibrer ses masses musculaires, assouplir son côté raide, renforcer son côté souple, et donc voir les pieds se transformer petit à petit. C’est un gros chantier et un travail d’équipe.

Je pense que même après un gros travail de redressement , si le défaut existe depuis poulain (ce qui est quasiment toujours le cas) la croissance de la 3e phalange aura été perturbée, et donc les 2 pieds ne seront jamais complètement symétriques.  Malgré tout, nul besoin encore une fois de fer orthopédique coûteux pour améliorer la situation.

J’ai une autre jument qui sort maintenant en Trec et en rando, pieds nus, et elle n’a jamais été aussi bien.

Les causes probables sont un poulain dont la mère n’aura pas voulu qu’il tète des 2 côté (pour moi), ET/ou dont les pieds n’ont pas été faits assez tôt.   Comme dit dans l’article de Perreaux, la position in utero peut influencer, et suivant les individus créer des torsions du corps et des dysmétries MAIS contrairement à lui, je pense que c’est tout à fait réparable et qu’un poulain qui évolue en tout terrain, et notamment sur des terrains durs, aura une chance de se redresser. Les poulains nés en box ou en stabu, qui passent leurs 1ères années de vie sur de la moquette, ont peu de chance d’évoluer. Surtout si comme le veut la croyance bien répandue, on ne doit pas toucher à leurs pieds avant un an!

Si le poulain commence à se tenir « en ciseaux » que d’un seul côté, on peut intervenir, et en corrigeant ses pieds, on va modifier ses sensations qui le pousseront à changer de position. On peut donc briser le cercle vicieux. Je le sais, car je l’ai déjà fait avec succès. Mes 1ers parages se font en général vers 2 à 3 mois. Le box, comme le fer ne sont pas la solution et les poulains doivent être stimulés, quitte à prendre la mère en main et aller marcher sur le dur!

Bref. n’achetez plus un cheval sans regarder ses pieds!

[edit du 22/01/14]

Je remarques que j’ai de plus en plus de hi/lo dans ma clientèle.

Je me poses des questions:

est-ce un hasard? Est-ce que je remarques aujourd’hui mieux le phénomène qu’avant? Est-ce que le parage qui favorise l’appuie solaire et un équilibre du pied en prenant les repères internes comme base permet de mieux faire ressortir les défauts de conformations structurels situés plus haut?

Je remarque que les MF peuvent cacher la misère en jouant sur la paroi. Cela permet d’équilibrer artificiellement les aplombs. MAIS, cette pratique occasionne des tensions insupportable sur la paroi, donc sur le bourrelet coronal et les cartilages. Tensions qui se répercutent plus hauts, dans les articulations, les ligaments et les tendons… amenant desmites,  tendinites, claquages… voir des ostéites ou des fractures.

L’appuie périphérique étant néfaste, si on cherche à équilibrer 2 membres en ne jouant QUE sur la paroi, les tensions inappropriés seront très rapidement pathogènes. (encore plus que quand tout va bien)

Sur certains chevaux, le hi/lo semble surgir un jour comme par magie… Je remarques que ces chevaux étant cagneux, avaient des gros problèmes d’évasements et souvent des fourmilières ou des séparations de paroi en quartiers. Ce que je prenais pour un manque de développement venait en fait d’une dysmétrie qui une fois la sole correctement développé et le sabot remis à sa place physiologique permettait de voir le problème à sa source! Une rotation de l’épaule!

La rotation de l’épaule du pied arrière notamment.  Qui conduit à une déformation (évasement) du quartier interne et un affaissement du quartier externe. Parce qu’il tourne vers l’intérieur en étant laissé derrière…

Ma dernière hypothèse est que les inséminations, ou les saillis « forcés » ne permettent plus aux jument de choisir un étalon adapté.

Certains éleveurs veulent « donner de la taille » et choisissent des étalons plus grand que la mère ou un type de chevaux à croissance plus rapide.

Le poulain va ainsi devenir plus grand que la hauteur des mamelles AVANT l’âge normale de sevrage… Il devra donc se contorsionner pour arriver à téter… cette contorsion très caractéristique, en ciseau avec la tête complètement retourné est je penses la cause principale du hi/lo.

En questionnant mes clients, à chaque fois on m’a confirmé que la mère « n’était pas grande »… que le poulain « était très grand »… et je l’ai vue de mes yeux sur un « accident de pré » où une ponette B a réussi à rejoindre un étalon Lusitanien. La pouliche a eu très vite fait de devoir se contorsionner pour arriver à téter… et j’ai pus voir sur ses pieds parfait que j’ai commencé à parer vers 3 mois une déformation arrivé vers les un an.

La correction du poulain est très facile… celle du cheval âgé l’est carrément moins. Tout le corps du cheval se construisant autour de cette déformation… agir sur les pieds ne permet pas d’en arriver à bout.

Osthéo, shiatsu, travail en main, monté, podologie… doivent se concilier.

[edit du 30/05/14]

J’ai donc été en stage avec April Battles* pour en savoir plus sur sa méthode et connaitre ses explications sur le hi/lo. (car on m’avait dit qu’elle était une spécialiste)

P1050989 2

Ce fut un super stage, de belles rencontres… du partage et des émotions. Du savoir, de la technique et un super pays, la Suisse!

P1050993

Concentration de rigueur!

Alors que fait April?

et en quoi ça nous concerne pour le hi/lo?

Et bien April s’est aperçu que le hi/lo syndrome provenait d’une posture de compensation liée à une première cote déplacée.

skeleton1strib

On peut le voir sur ce squelette de cheval. Les 2 premières cote ne sont pas symétrique. C’est très visible au point d’attache de la cote droite. On peut voir aussi que « du coup » les pieds ne sont pas symétrique non plus!

Le cheval n’ayant pas de clavicule, la scapula (l’omoplate) est fixé au squelette par des muscles. Si un os ou une articulation, n’est pas « pile poile » à sa place, le puzzle ne fonctionne pas correctement. Les nerfs peuvent être comprimés ou étirés, les ligaments de même et il encore de même pour les vaisseaux sanguins. Toute une zone peut donc être, pas à sa place et en plus, ne recevra plus comme il faut, nutriments et oxygène et pire encore, ne pourra pas correctement évacuer ses déchets métabolique! La congestion lié à l’inflammation et au manque de mobilité d’une zone va créer un cercle vicieux… douloureux…. qui amène des mouvements et des postures dite de compensation. ( pour se soulager « au mieux » )

Les muscles autour de cette « lésion ostéopathique » vont se rigidifier pour éviter que ça empire et pour limiter les mouvement déjà rendu douloureux.

Il est illusoire de penser qu’il possible de manipuler une lésion osthéo sans passer par la décontraction des muscles situés autour. Oui, certains le font… mais le cheval s’en souvient… et deviendra tout de suite moins coopératif pour les prochaines séances!

Passer par des décontractant chimique ou des AINS est un leurre que l’industrie chimique a réussi à faire passer comme « logique » dans les facs… (véto ou humaine) mais c’est aller contre l’homéostasie et donc aller contre la guérison.

J’entends déjà les sirènes du « charlatanisme » sonner… « oui, mais si y a trop d’inflammation… bla bla bla… » ! Effectivement, quand l’organisme SATURÉ de déchets, n’arrive plus à évacuer, commence à stocker … le système lymphatique se remplie… se sature… et devient finalement lui même « un déchet » pour essayer de sauver les organes… (avant dernier stade) et bien oui, à ce moment là, il suffit d’une pichenette pour déclencher un séisme dans le système immunitaire qui va essayer de « traiter » la lymphe… autant dire que ça commence à être le bordel arrivé à ce stade.  (BREF)

On en était à la lésion osthéo…. et a la première cote.

Avec une première cote « luxée » ou vrillée, le cheval va avoir son épaule plus ou moins « bloquée » et ce surtout en extension. Il gardera donc son antérieur sous lui, légèrement vrillé, mais ne l’avancera plus.

La locomotion sera perturbée, mais moins que pendant les phases de « broutages », parce que l’élévation de la tête permet de dégager l’épaule… contrairement à la posture de pâturage, qui bloque complètement le mouvement de l’antérieur en avant.

Le cheval pourra avancer son membre à la manière d’un handicapé qui aurait une jambe de bois. Je soulèves et je la jette vers l’avant.

C’est l’action du muscle rhomboïde qui va le permettre et c’est pour cela qu’il est souvent très proéminent chez le cheval avec un hi/lo.

assymmetricdevelopment

Pour April, c’est 90 % de ses consultations aux USA ! Le chiffre fait peur… mais me rassure par rapport à mes propre constations.

Pour elle, n’importe qu’elle poulain pourra se déplacer la 1ere cote à la naissance, en glissant d’un antérieur, en mettant le pied dans un trou, en faisant une chute sur l’épaule, ou même en se prenant un coup.

C’est donc une lésion très courante, qui peux se remettre toute seule OU PAS… et qui peut suivant les chevaux et l’importance du déplacement, de son ancienneté et de la sensibilité occasionner plus ou moins de problèmes.

TOUS les chevaux présentant des dysmétrie de pieds ont un soucis de 1ere cote.

 

Quasiment tous ceux qui ont un problème d’incurvation, de virage etc etc bref, un côté qui semble « faible » ou « raide » ou « sensible »…. ce n’est PAS une fatalité! ! !

assymmetricdevabove

Le soucis amène du coup, des postures de compensations qui bloqueront le garrot, les cervicales basses, les cotes suivante, la scapula… voir atteindre les 1eres dorsales.

Comme le cheval est quadrupèdes, en soulageant sont antérieur « faible » il va reporter son poids sur son postérieur opposé (diagonalisation) et provoquer des différences de tensions au niveau des psoas…. ce qui va tirer sur les lombaires, le sacrum et finalement décaler les hanches… On comprend que les osthéos aient du boulot… surtout, SURTOUT… si ils ne sont pas formé à ce problème précis… car ils pourront travailler sur les conséquences en passant à côté de la cause!

assymmetricrider2

Pour ce qui concerne la podologie, il est utile de remettre les pieds en équilibre mais j’ai remarqué qu’il est vain de chercher à rattraper des déformations qui proviennent de postures de compensation!

Vouloir « forcer » le pied « hi » à poser en talon et soulager le pied « low », sans relâcher les tensions au dessus, va créer de nouvelles tensions qui pourront être plus douloureuses et plus perturbatrices qu’en ne faisant rien.

 

Le travail d’April permet de retrouver un cheval DROIT, sans contractures, aux structures osseuses en équilibre.

Pendant le stage, nous avons travaillé sur des chevaux « de sport »… j’avais pas vue depuis longtemps des chevaux « de sport »…

pied ferrépied ferré2

C’était a pleurer.

Et bien, même avec ces pieds dans un état CATASTROPHIQUE, les chevaux étaient carré en fin de séance! J’étais sur le ku!

Je me suis posé plein de questions (encore?) car c’est ce a quoi j’arrivais sur la plupart de mes chevaux après intervention. Ce qui me paraissait logique, en agissant sur les bases de sustentation. Le cheval, en être vivant complètement dynamique, peut se « redresser » par ses appuies MAIS AUSSI par ses chaines musculaires situées au dessus des bases.

On a donc les piliers du pont et les haubans du pont! On peux agir sur les piliers mais aussi sur les haubans.

De mon avis, ils est possible d’agir surtout sur les pieds, qui en modifiant les appuies, modifiera les tensions sur les haubans… l’inverse est plus difficile. (mais possible en déformation)

De ce stage, j’ai tiré pas mal d’enseignements.

J’ai relativisé l’importance de la podologie, puisque j’ai vue de mes yeux des chevaux aux pieds complètement pourrave se tenir droit et être détendu de « partout » après les séances.

Le « bodywork »‘ ou le « yoga équin » sont une superbe évolution de l’ostéopathie, qui en agissant sur les tissus (muscles) et plus sur les structures (os) permet de ne pas être traumatisants et surtout très efficace, tout en restant simple et très accessible.

On comprend que l’émotion agit sur l’organe, qui agit sur le muscle qui agit sur l’articulation.

Tout le côté « énergétique » avec l’acupressure, la kinésiologie, le shiatsu voir le reiki m’a paru plus difficile d’accès car il m’est presque impossible de déconnecter mon cerveau de HQI… qui vient perturber ce ressenti et cette connection sans qui rien n’est possible.

J’ai hâte de faire le niveau 2 !

Je ne peux que vous conseiller, d’acheter ses DVDs pour travailler chez vous et apporter énormément de bien être a votre cheval, qu’il ai un hi/lo ou non ! Il est IMPOSSIBLE de ne pas voir la pertinence de cette méthode.

[Edit du 30/04/16]

J’ai découvert dans 2 thèses identique (lien)(chapeau les correcteurs!) et dans le livre « Guide pratique d’orthopédie et de chirurgie équine » (p. 196) que les vétos décrivaient parfaitement le hi/lo syndrome pour les cas de « maladie naviculaire » ou « syndrome podotrochléaire » ou encore « tendinopathie distale du perforant »

On peut lire dans ces 3 publications à peut près la même description physique de l’asymétrie des pieds.

Exemple, p 145: (lien)

« L’examen physique apporte fréquemment de nombreuses informations et constitue ainsi un point clé de l’examen locomoteur du cheval. Lors d’une « boiterie de pied », plusieurs tests et signes locaux peuvent se révéler très informatifs, avec une sensibilité et une spécificité variable.

A – SIGNES D’APPEL

1. Position antalgique La position du pied est assez spécifique de la douleur et de sa localisation. Ainsi, le poser du membre en protraction est une position antalgique présentée par 37,3 % des chevaux de notre étude. Lorsque la douleur siège dans la partie palmaire du pied, le cheval porte fréquemment son membre en protraction et en abduction [31] : cette attitude est fréquemment décrite comme « le chemin de Saint-Jean » en référence à la rue de Paris où se trouvaient les abattoirs.

2. Signes de soulagement chronique Une modification de la conformation du pied est fréquemment notée sur nos chevaux. En effet, lors d’atteinte unilatérale, 46,8 % des chevaux présentent une asymétrie de pied avec un pied lésé plus petit, souvent décrit comme « atrophié » par le propriétaire. Lors d’atteinte bilatérale, une asymétrie de pied est moins fréquente puisque seuls 26,8 % des chevaux présentent ce signe physique.

 L’asymétrie de pied peut constituer en plusieurs critères, souvent associés : pied plus étroit, talons plus haut, fourchette plus étroite et sole plus concave…Ces signes orientent vers un soulagement chronique du membre, c’est-à-dire, au travail mais également en station. Lorsque le soulagement est ancien, il est également possible de noter une amyotrophie proximale. Sur les membres antérieurs, il est possible d’observer une fonte musculaire de l’épaule (muscle triceps brachial), du bras ou du poitrail. Seuls deux cas d’amyotrophie de l’épaule sont notés dans notre étude. »

On peut donc dire que le hi/lo et le syndrome et/ou la maladie naviculaire ne font qu’un… pour beaucoup de chevaux.

Avec 3 ans de recule, je peux dire que beaucoup de chevaux ont des hi/lo. Certains sont imperceptibles pour le non initié, d’autres sont effroyablement visibles et handicapants.

D’origine lésionnel, traumatique, posturale, compensatoire, le hi/lo n’aura pas toujours le même impact sur le cheval et l’ostéo pourra parler de hi/lo « pathologique » ou non pathologique, c’est à dire n’entraînant pas de problème pour l’activité du cheval.

Si le cheval est pieds nus, la compensation physique pourra permettre une adaptation fonctionnelle. Si il est ferré, les tentatives de corrections orthopédiques entraîneront fatalement des lésions plus importantes au dessus des pieds par sur compensation.

Aujourd’hui, beaucoup de gens ont lu cet article, pas mal de professionnel tant en shiatsu, qu’en ostéo ou en podologie planchent sur la question. April Battle a fait un gros boulot en pointant la lésion de la 1ere côte, mais il semble que le soucis puisse être plus compliqué que cela tout simplement parce que les adaptations physiques qui en découlent peuvent amener des lésions secondaires différentes et souvent multiples. Le praticien non informé les prendra pour des lésions primaires alors qu’elles ne seront que des conséquences….

Quoi qu’il en soit, une approche pluridisciplinaire est indispensable! La mise pied nu et au repos impérative… le cheval étant gravement handicapé. L’absence de ferrure et de traitements AINS permet d’éviter les lésions tendineuses et après la dégénérescence osseuse observé pour la maladie naviculaire qui n’est qu’un hi/lo mal géré… souvent sur un GRAND selle Français, de CSO, ongre de 6 à 10 ans… avec un pied HI antérieur droit…

Pourquoi l’AD?

On peut avoir un commencement de début de réflexion avec la notion de TORSION physiologique. Explication: (lien)

[ajout du 12/10/16]

Stessy Billy, ostéopathe à Pontchâteau (Loire-Atlantique) à fait son mémoire de fin d’étude sur le hi/lo et a donc sérieusement étudié la question. Ses résultats parlent d’eux même! Perso. j’aurais indiqué qu’il est IMPÉRATIF de mener de front les 3 approches (parage, exercices, ostéo) si on espère un résultat et qu’il faut bien prendre en compte que le cheval est fortement handicapé avec un hi/lo donc y aller « molo ».

Ses articles sont très éclairants: (lien)

MàJ 12/11/17:

L’analyse du dr kerry ridgway (lien) C’est en Anglais et il ne parle pas des causes comportementales et très peu du hi/lo posturale (en opposition au hi/lo lésionnel) mais c’est très intéressant.

Pour ma part, 4 ans après la publication de cet article, mon œil à évoluer et je peux déceler un hi/lo imperceptible au premier regard… Ce qui confirme qu’il existe des hi/lo lésionnels et des hi/lo posturaux qui ne sont que des adaptations à une latéralisation tout à fait normale.

Le cheval est droitier, donc en pivot sur son antérieur droit et il va par fainéantise (praticité, économie) organiser toute sa locomotion de quadrupède autour de cet antérieur. Je penses que les chevaux sont majoritairement droitier (des antérieurs! parce qu’on peut réfléchir à partir des postérieurs) parce que les cavaliers utilisent massivement leurs chevaux à gauche, ce qui créer des oppositions « naturelles » et un pli à droite… donc un côté court et « fort » à droite… On peut tergiverser 150 ans sur les causes du hiLo posturale puisque au final on ne sait pas trop… contrairement au hiLo lésionnel issu d’un traumatisme donc d’un accident connu (la plupart du temps).

Les hiLo posturaux (ou de conformation) sont des chevaux droitiers avec un pied Low à droite et sont plus facile à réhabiliter puisque la cause n’est pas une douleur et/ou une compensation. Une équitation réfléchie et un parage adapté montreront très vite des bénéfices avec un effacement quasi complet des différences de volumes des pieds et un angle palmaire quasiment identique sur les 2 antérieurs.

La locomotion sera beaucoup plus fluide et toute les défenses disparaîtront.

62 réflexions sur “Le High/Low Syndrome ou hi/lo ou Position du poulain ou Syndrome de la diagonale.

  1. Article intéressant auquel je rajouterais que souvent nos poulains sont trop poussés et grandissent trop vite, ce qui provoque ce syndrome lorsque le jeune commence à brouter, sur des terrains plats et avec une encolure courte. Donc, effectivement, le terrain varié est très important, mais il est également possible de fortement aider un poulain développant cette asymétrie en le nourrissant un peu plus haut qu’à ras-les-pâquerettes. Dans la nature, naturellement, un cheval ne va pas se mettre la tête en-bas pour manger…donc une toute petite surélévation peut tout changer…dès le départ.

  2. je suis impressionnée ! super article ( ça je crois que je le dis a chaque fois ) mais c’est du concret articles, schémas, photos avant après ! c’est concis

  3. Fort intéressant ! Mon PSAr a un antérieur « bot », et bien, il souffrait de la même chose au départ (avec ferrure ortho pour corriger l’appui en pince).
    On est passé pieds nus pour des raisons perso et parce qu’il devenait barge au ferrage, et il est dans un pré trèèèèès pentu, le soucis s’est corrigé de lui même et au radios d’il y a une semaine, on a pu constater une fabuleuse évolution dans le bon sens !
    Donc je plussoie tout ce que tu peux dire dans cet article, et j’ajoute que ce syndrome peut sans doute aussi venir d’un pied bot qui gênerait le cheval dans ses appuis !

  4. Merci beaucoup pour cette information ! J’ai depuis 2 ans un cheval de 23 ans qui a les antérieurs que vous décrivez ; il a été un très bon cheval de club en saut d’obstacles; il est maintenant pieds nus et vit très bien sa retraite .

  5. Oui le High Low Syndrome est bien connu aux USA. De toute façon il n’y a guère que là-bas qu’il y a des choses intéressantes à lire sur le parage….
    Bref en cas de High Low syndrome, expérience faite, testée et approuvée par mes chevaux….Il faut se pencher sur le blocage de la 1ère côte. Après moultes recherches, c’est ce qui m’a permis d’équilibrer les pieds et de redonner aux épaules leur mouvement total. Hölas, il a fallu pour cela constater l’inefficacité des pratiques chiro et ostéo et trouver la solution aussi outre-mer….l’appliquer moi-même à mon cheval et constater….que ça marche.

      • Bonsoir, sur le High/low syndrome: http://www.drkerryridgway.com/articles/article-hl-heel.php

        Mai je reste très suspisieuse quant à « Significant awareness has come from recognizing that the syndrome can grossly alter the shape of the shoulder and the back. Altering the posture and shape of the shoulder and wither area creates problems with saddle fit. The resulting posture of the horse affects not only saddle placement but also alters the rider’s posture and balance, and ultimately the rider’s soundness. » Qui de l’oeuf ou de la poule????

        Là : https://www.google.ch/?gws_rd=cr&ei=0_ORUv6yGeb_4QSC_4HIBA#q=high+low+syndrome+in+horses&undefined=undefined
        on voit bien par contre…un peu en contradiction avec la citation précédente qu’il faut s’occuper du haut dans le cas des high/low: « For the many reasons presented, I feel quite strongly that it is inadequate to
        address the foot without looking at the consequences on the topside of the horse.
        Without seeking and correcting the root cause (in this case the high/low heel
        syndrome) any other treatment is only palliative. By properly addressing the high
        heel, low heel syndrome, the farrier can be of enormous help to both the rider and
        the horse. » ET là je signe! En effet, avant que je ne libère cette fameuse côte, le pied faisait de « la résistance » au changement….

        Le high/low syndrome est très vite le résultat de la 1ère côte bloquée, lorsque le cheval glisse et a une jambe en surextension. Ca arrive souvent au parc, pas besoin de faire des prouesses. On le repère facilement lorsque l’un des rhomboïde est très tendu et saillant. Si on peut poster des photos je mets volontiers celles de mon cheval avant et près traitement. Le résultat est que les 2 épaules ne fonctionnent pas correctement -> garrot qui se bloque et souvent aussi psoas et pelvis, avec le pelvis qui est décalé dans l’autre sens, le cheval n’étant que compensation….
        Quant aux pb ostéo, je n’ai pu les résoudre QUE par la méthode d’April Battles. J’organise un stage en Suisse avec elle pour les intéressés en mai 2014: c’est du caviar et les résultats sont EXCEPTIONNELS. On décèle non seulement les tensions mais leurs origines.

  6. Super article : ce que je qualifiais uniquement de pied bot (club foot) prend une tournure de plus dans le cas de mon cheval : high /low syndrome; et du coup tout est encore plus clair ! Est-ce que je peux me permettre de mettre un lien Picasa des photos récentes de l’état des pieds et vous demander quelques conseils de parage ?
    https://picasaweb.google.com/114904608864971120634/20131227?authuser=0&feat=directlink
    Voilà ce que j’aurais envie de dire à mon maréchal qui doit passer incessamment sous peu :
    1) Ne toucher à aucune des soles des 4 pieds
    2) Raccourcir les barres sur tous les pieds mais pas trop sur avant dans le cas du pied bot (AG) car j’ai remarqué qu’un nouveau cal s’était formé en dessous de P3 à partir des barres (qui sont restées 2 mois sans parage) et j’ai plutôt envie que la cale s’élargisse encore.
    3) Raccourcir un peu les talons du pied bot mais pas plus loin que le niveau du « seat of corn »; mustang roll sur la pince jusqu’au niveau de la ligne d’eau et surtout enlever la pression en quartier (faire une sorte de voute plantaire); c’est drôle d’ailleurs qu’on puisse voir une ligne l’indiquant ! Le maréchal tente d’ouvrir les talons à chaque fois sans succès; selon moi mais sans certitude, c’est plutôt l’appui en quartier qui faut lever.
    4) Sur l’antérieur avec les talons fuyants, pour regagner en talons, tenter de raccourcir la pince au max (jusqu’au bord de la sole) et là aussi enlever l’appui en quartier.
    5) Sur les 2 postérieurs (plutôt portés en-dessous : jarrets coudés), je raccourcirai pour une fois les pinces au maximum aussi pour regagner du talon.
    6) En ce qui concerne les pourritures de fourchettes je jongle entre :
    Négérol, Eau de javel, Trush remedy, sole clean de redhorses, onguent N°3 de Onguents traditions, etc…. et quelques fois du formol recommandé par un vétérinaire (pas sûre de ne pas détruire tous les tissus dans ce cas là, les bons comme les mauvais) mais comme on peut le constater sans réel succès, surtout l’hiver.
    Donc si les photos sont suffisamment parlantes pour avoir une « consultation par mail » qui puisse aussi bénéficier à d’autres, ce serait avec grand plaisir car j’ai noté que vous êtes dans le 56 et malheureusement pour mon cheval, lui est dans l’Essonne, ce qui ne permet pas un déplacement de votre part, à mon grand regret !

    • Bonjour,

      Vous avez une bonne vue du travail a effectuer.

      Les talons du pied bot peuvent être raccourcis 1mm en dessous du Soc. ET reculés en faisant bien le chanfrein jusqu’à la naissance de la fourchette.

      La 1ere étape est bien de soigner les lacunes centrale jusqu’a complète cicatrisation. Le cheval ne pourra pas se servir de l’arrière de son pied tant que ses lacunes centrale et donc ses épines de fourchettes ne seront pas opérationnelles.

      HOOF STUFF tous les 2 jours. Bien pousser le produit au fond des lacunes avec un bâtonnet de glace par ex.

      ci joint: https://podologie-equine-libre.net/?attachment_id=2431

      Une idée de la gestion des barres. Elles ne doivent pas dépasser la moitié de la longueur de la fourchette. Ne pas enlever de SOLE mais « araser » la barre avec une rénette courbée. (type double S rhino)

      La longueur de pince équivaut à une demie fourchette. (respecter la proportion 1/3 – 2/3)

      • Bonjour, excusez-moi de m’immiscer mais il semble que les barres ont migré par dessus la sole. Ce n’est pas un câl mais des barres, qui de plus risquent de provoquer un affinement de la sole ou du moins d’empêcher son épaississement, tout en exerçant des pressions sous P3. Si c’était mon cheval (j’en ai un qui avait ce « problème »), j’aiderais mon cheval à se débarrasser de cet excès de barres petit à petit tout en redéfinissant les barres petit à petit jusqu’à leur origine anatomique

  7. Bonjour,

    Merci beaucoup de vos précieux conseils que j’ai tentés d’indiquer à mon maréchal. Il est passé hier, et voici le résultat : https://picasaweb.google.com/114904608864971120634/20140103?authuser=0&feat=directlink
    Je suis assez satisfaite de l’AD et des postérieurs; je ne sais pas si sur le pied-bot, on aurait pu faire un peu plus court en pince sur le bord interne, à voir. Par contre, malgré mes protestations, le maréchal a voulu enlever de la sole sur les 4 pieds qui d’après lui, était de la corne morte qui pouvait gêner; Mon cheval a donc un peu de mal à marcher sur les cailloux. Concernant la voûte plantaire que j’ai fait faire à mon maréchal, ce n’était pas très naturel pour lui mais il l’a fait quand même; Du coup, j’ai un doute sur sa correcte réalisation mais çà a eu l’avantage d’enlever des pressions en quartiers. Il m’a quand même fait remarquer que je n’avais pas un mustang (mon cheval est de race trakhener) et que ce n’était pas forcément adapté à lui….. J’attends de lui prouver le contraire.
    Pour les fourchettes, j’ai commandé le Hoofstuff, celui de l’année dernière était tout dur et même à l’origine, j’avais beaucoup de mal à le couper. J’ai bien envie de mettre de l’onguent N°1 de chez Onguents et traditions en attendant sur le pied bot pour ramollir les talons et favoriser son expansion.
    En tous cas, merci encore de vos yeux avertis.

    • Bonjour, quelques commentaires si je peux me permettre sur ce que je ferais si c’était mon cheval :
      – photo 4: je ne vois pas de pied-bot mais plutôt un pied bien orienté. Il y aurait à mon avis plutôt une descente discale qu’un pied-bot. A-t-il une sole fine? Ou alors est-ce la photo qui est trompeuses? Lorsqu’un pied est « anatomiquement correct », il est beaucoup plus droit que ce qu’on a l’habitude de voir… En général, le pied finit selon le cheval entre 50 et 56 degrés.
      – photo 6: la paroi a été râpée sur l’extérieur, ce qui est contre-productif si l’on veut un pied solide et qui plus est reculer un pied. Le râpage de la paroi depuis l’extérieur est à proscrire (expérience faite) car les tubules de la couche non pigmentée sont très flexibles. Enlever la paroi pigmentée contribue donc à laisser migrer librement les tubules de la paroi non pigmentée. Il faudrait faire un biseau depuis le dessous et éviter toute destruction de la partie externe de la paroi.
      – photo 7: postérieur droit en arrière plan je présume: reculer les talons au maximum afin qu’ils supportent le poids du cheval et reculer en pince (mais pas artificiellement encore une fois en râpant par le dessus). Pied qui semble légèrement « bull nose » donc biseauter en quartier la paroi externe (depuis le dessous).
      – photo 8: il reste des barres sur la sole. Laisser ces barres provoque des pressions sous P3, les enlever provoquera momentanément une sensibilité car la sole est certainement fine dessous. Mais pour que la sole redevienne saine, il faudra à terme redéfinir les barres que l’on voit très bien se dessiner avec la partie non pigmentée de la paroi le long de la fourchette. Les barres, anatomiquement ne vont que jusqu’au centre du pied. Il conviendrait aussi de bien nettoyer la ligne blanche sur la droite de la photo en mamelle. Faire attention à reculer au maximum le talon sur la gauche de la photo pour essayer d’avoir à terme les talons au même niveau. Nettoyer beaucoup mieux la lacune centrale, enlever les tissus morts ce qui permet d’éliminer les agents anaérobie qui causent les pourritures de fourchette et de refermer la fourchette. Sans ouvrir et nettoyer cet endroit régulièrement, tous les produits du monde n’y changement rien.
      Photo 12: les barres ont été coupées et forment une « vague ». Les barres doivent être rectilignes, descendre légèrement depuis le talons en direction de la lacune latérale. Nettoyer la fourchette idem!!

      Je pense que la corne morte qui a été enlevée c’est plutôt une partie des barres qui ont migré sur la sole, non?
      J’espère que ceci peut vous aider. Qu’en aux remarques: « ce n’est pas un mustang, c’est un selle français etc, etc….. » il ne faut pas trop y faire attention….c’est un cheval et il a droit à ses pieds solides…et c’est possible 🙂

    • Bonsoir,

      Pour moi, je trouves qu’il y a encore beaucoup trop de barres sur le pied arrière. (AG ?)

      Les barres ont migré et il est possible de les retailler à leur places d’origine pour favoriser une stimulation correcte.

      Les talons auraient pus être encore descendu … il reste de la marge par rapport au Soc.

      Le cheval doit pouvoir inverser ses appuies après le parage, sinon en corrige rien du tout.

  8. Article très intéressant. Effectivement, ce syndrôme peut apparaître à la naissance ou à cause d’une croissance dans de mauvaises conditions. Je suis aussi d’accord qu’un accident peut y contribuer. Lorsque j’ai acheté mon cheval, il venait de passer 8 mois sans soins dans un petit paddock pieds nus (négligés, infectés et déformés). Il se tenait tordu en ciseau devant et derrière, l’antérieur et le postérieur gauches sous lui, et la déformation des pieds antérieurs correspondait parfaitement à la description dans l’article. De même, la musculature costale, scapulaire et dorsale était fortement dissymétrique. L’osthéopathe a diagnostiqué un blocage de l’atlas ainsi qu’un blocage du garrot sur le côté droit (impossible d’obtenir une flexion de ce côté-là). 8 mois ou plus dans cet état et hop, un high-low syndrome. 3 séances d’osthéopathe conjuguées à 3 parages répartis sur 5 mois et le cheval était de nouveau parfaitement droit. Après 9 mois et 3 autres parages (et plus qu’une seule visite de l’osthéopathe nécessaire), la forme de la boîte cornée n’y paraît plus, les 2 pieds sont identiques vus de l’extérieur de face et de profil. Les talons toutefois sont toutefois toujours un peu plus serrés et fuyants sur l’antérieur qu’il portait en arrière, plus larges mais plus affaissés sur l’antérieur qu’il portait en avant. C’est long à revenir, mais nous sommes sur la bonne voie!

    Merci en tous cas de cet article qui pourrait aider nombre de MF ou pareurs pour ne pas juste se contenter d’enlever le surplus d’avalure en se disant que le cheval est fait comme ça et c’est tout.

    Et je souligne que comme souvent, le cheval est à considérer d’un point de vue holistique. Un parage seul, un véto seul, un osthéopathe seul ne pourront pas obtenir des résultats, c’est un travail d’équipe, qui demande aussi un certain investissement en temps et en réflexions pour le propriétaire…

  9. Je plussoie, Sophie 🙂
    Mon pur sang a aussi le syndrome high/low, on en vient très doucement à bout au fil des mois, en partenariat avec des praticiens shiatsu et ostéo.
    On se limite souvent à penser « Boh, de toute façon il est comme ça ». Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai entendu « Il est fait comme ça/c’est de naissance/c’est la génétique », tout ça pour excuser un « Désolé mademoiselle, j’ai aucune idée de ce que je peux faire pour lui ».
    Alors qu’avec un peu de bon sens, on trouve des professionnels compétents et adaptés au cheval, qui sont cohérents.

    • Si c’est de naissance ou du jeune âge, c’est peut être plus long. Dans le cas du mien, c’est soit un accident, soit la négligence, donc la douleur de ses pieds qui a dû le ‘placer’ pour compenser en Hi-Lo (et ses pieds ont ‘suivi’ la posture), car sur les photos de passeport faites à ses 5 ans (son passeport est étranger et comporte une série de photos prises sous divers angles en guise de description), il est parfaitement symétrique.

      J’ai aussi fait venir le dentiste, d’une part parce qu’il en avait certainement jamais vu de sa vie (cela dit, peu de surdents ou autres, étonnant), d’autre part parce que le blocage de l’atlas sur une longue période a dû influencer sa mastication a provoqué une usure asymétrique (la mandibule inférieure pouvait se décaler sur la gauche, mais pas sur la droite, et toutes les molaires faisaient un biseau, à savoir plus longues sur les faces droites, plus usées sur les faces gauches).

  10. Dito: en est assez aussi du « il est comme ça, il n’y à rien à faire…. »
    Et ça aussi je signe:
    « Il est fait comme ça/c’est de naissance/c’est la génétique », tout ça pour excuser un « Désolé mademoiselle, j’ai aucune idée de ce que je peux faire pour lui ».

    pour ceux qui s’intéressent à la gestion holistique du cheval, j’organise un stage de « yoga » pour cheval avec April Battles en Suisse. C’est elle qui m’a permis de comprendre et résoudre le high/low (contre lequel tout le monde sait qu’on ne peut rien faire… 😉

      • heuu mais faites, avec plaisir!!!! On va être une équipe de passionnés! April m’a permis de boucler la boucle, de trouver tout ce que personne n’avait trouvé sur mon dada qui était, encore plus que d’autres « comme ça et puis c’est tout! » (je l’ai récupéré foutu, sur 3 pieds avec pour seul avenir la boucherie…) Avec elle, on ne soigne pas les symptômes mais les causes. Pour travailler en parage c’est génial. En fait je l’ai trouvée car j’avais des points d’interrogation sur son high/low….pourquoi ce pied ne veut pas s’équilibrer, pourquoi il résiste, pourquoi son rhomboïde reste dur comme de la pierre, pourquoi il se met à tousser, pourquoi il marche serré derrière, pourquoi les muscles de son épaule droite ne se développent pas plus, pourquoi, pourquoi…. et à part rééquilibrer le bassin tous les ans….pas beaucoup de solutions des ostéos, vu l’état de départ de mon cheval…il fallait s’estimer heureux qu’il ait 4 pieds à peu près fonctionnels, que je le monte c’était un miracle déjà, alors il ne fallait pas en vouloir plus. Il a une tension là, ok mais pourquoi???? Il marchait sur des oeufs et je pensais que c’était ses pieds et comme j’avais dégagé tous les pareurs et autres apprentis sorciers qui me l’avaient mis sur les plots, je me disais que c’était moi qui ne comprenait rien. En 15j, ce cheval a pété le feu, son allergie naissance était du passé, après 2 mois on partait en rando et en 3 mois je le monte pieds nus sans boots.
        J’organise ce stage pour permette au plus de chevaux possible et aussi aux pros (chouette on a une ostéo qui s’est inscrite!) de profiter de cette méthode qui est la plus complète que j’aie trouvé jusqu’alors….
        je rectifie, il me manque une étape pour boucler la boucle: le dentiste! et j’espère solutionner ça dès fin février avec une personne qui s’occupe d’équilibrage des dents en relation avec la locomotion et les tensions musculaires…. un beau sujet d’étude qui m’attend!
        Les flyers sont sur mon site http://www.horsespirit.ch, les sujets abordés vont déranger les vétérinaires, ceux qui disent « il est comme ça » et ceux qui restent mystérieux et veulent avoir 2 rdv annuels ou plus, ceux qui veulent faire des piqûres ou infiltrations, ceux qui veulent ferrer parce qu’on ne peut pas faire autrement avec un cheval « comme ça » car avec April, on soigne les causes et le cheval continue à progresser tout seul vers le mieux sans que l’on ne fasse rien. On met son corps dans un état de guérison possible, contrairement à beaucoup de techniques qui tiennent…2 jours….1 mois….6 mois. Je ne peux que dire…venez!
        Il reste des places auditeurs, des places aux séminaires et j’espère bien contribuer…à ma manière…à réveiller notre monde équestre…et à aider les chevaux que l’on dit « plus aptes »!

      • hein heuuu oui GENIAL! 3 places auditeurs et/ou 3 places séminaires?
        Bon je fais les résa mais sur paiement…because c’est à April que je paye et elle doit payer son billet et surtout être sure d’avoir du monde, donc on bloque les places au fur et à mesure, ensuite c’est liste d’attente (on est déjà en liste d’attente pour les pratiquants). Donc je vais faire les paiements des inscriptions déjà rentrées semaine prochaine et ensuite au fur et à mesure. Il me faut aussi les coordonnées des inscrits pour que je puisse tenir à jour nos inscriptions. Cors « in english », vais traduire certaines choses si besoin mais vaut mieux avoir le stases parce que je ne me prétends pas traductrice…Est-ce que ça joue? Pour les auditeurs, il y a un séminaire ou demi-journée à prix réduit.
        Tu viens de où? Logement sur place je présume? Je vais sûrement faire auberge de jeunesse chez moi, mais faut que je compte les places 🙂
        Voilà, tu me redis! me réjouis! On parlera de pieds aussi parce que heureusement que j’ai mon groupe ricain, sinon ai personne avec qui en parler….je bloque le mois :-))) Hihi

  11. On doit avoir des chevaux jumeaux, Sophie 😉
    Isabelle… gros coup de cœur pour April !!! J’ai passé ma soirée à lire son site, regarder les vidéos, etc etc… Je suis étudiante shiatsu et ça me parle terriblement.. Mais je suis hyper juste niveau financier, et impossible pour moi de venir… Si jamais vous réorganisez ça un jour, je suis vraiment partante.
    Et pitié: FAITE NOUS UN RESUME !!!!!

    • Hello Jil! très contente qu’April vous plaise… En effet, elle ouvre beaucoup de portes à nos chevaux….. « inaptes » et aux autres qui le deviendront si on ne fait rien! Combinaison merveilleuse de shiatsu, communication animale, stretching, massage, ostéo. Avec April, c’est un « voyage au pays du cheval » et beaucoup d’espoirs pour les gens qui, comme moi, ne comprenaient pas certaines choses qui étaient « comme ça….. »Côté finance on a des séminaires à 50 francs…. et je ne sais pas où vous êtes mais j’ai une amie qui viendra pour le séminaire du 11 mai de Bourgogne, elle serait sûrement contente d’avoir quelqu’un avec pour le trajet 😉
      En tout cas, n’hésitez pas à diffuser le message, si vous êtes sur Facebook, je peux vous envoyer les flyers.
      Bref cela me ferait plaisir que ce cours soit plein car il y a un réel besoin pour les chevaux et pour les cavaliers de s’éveiller…..Pour le moment en tout cas pas mal de demandes, on verra si les gens concrétisent. Avant de la faire revenir, je vais tâcher de réussir l’organisation de ce stage, car c’est un monstre taf…. 🙂
      Sinon j’ai bien l’intention d’organiser aussi des formations en français dès l’été prochain, donc ça peut être une option chez vous :-)))
      Côté résumé, je ferai ce que je peux, au mieux, photos à l’appui, vidéos, etc. Sur mon site, les photos de mon cheval avant et après aussi, au cas où…on voit bien la différence entre conformation et posture…..
      Toute belle journée!

  12. Je viens de Belgique, mais j’arriverais peut être à fonctionner en co-voiturage si je m’y prends assez tôt.
    Je lu votre site hier aussi, je vous envoie un mail pour les flyers!

  13. hello Jil ai envoyé qqn photos via Facebook au cas où j’espère que vous les avalez reçue 🙂
    Quant à Guillaume, toujours intéressé par le cours ou les séminaires ?

  14. Guillaume, tu notes : « Pour le High/low syndrome, le pied AVANT est cagneux et le pied arrière panard…. bon, c’est pas très marqué mais c’est « anatomiquement logique ».

    Or, sur ma petite arabe de 3 ans, c’est l’antérieur en ARRIERE qui est devenu cagneux en quelques semaines, à la suite de 1 ou 2 très mauvais parages du maréchal qui a laissé s’accentuer le phénomène de talon haut et pince très courte sur le pied incriminé (dû à la base à la position de ciseau, toujours du même côté, pour brouter)…
    Qu’en penses tu?

  15. Merci d’avoir répondu à mon mail. Vous avez su trouver de quoi souffre mon poulain en regardant 5 photos de lui.
    Votre article est passionnément intéressant et me redonne de l’espoir !

    MErci encore

  16. depuis 4 parages Link, mon grand bazard de selle français, inverse sa position des antérieurs pour brouter!!! magie magie, le pied plat prend de la concavité le pied haut prend des glômes et les talons s’écartent! trop contente!
    merci Guillaume

  17. Et l’on oublie dans tout ça le casse-tête que cette posture dissymétrique pose au sellier consciencieux… comme c’est judicieusement souligné, au niveau des épaules et du garrot, les muscles et les structures osseuses (angle de la scapula notamment) sont dissymétriques également. Cela crée donc un vrai déséquilibre de la selle qui se répercute sur la posture du cavalier, qui confirme donc le cheval dans un mauvais équilibre postural.
    Du coup, on peut compenser par le matériel, mais on ne compense pas le déséquilibre locomoteur induit, et il faut un looonnng travail de rééducation postural, quasiment kinésithérapeutique, pour le cheval, quoi qu’il en soit. Le parage en est une composante, mais c’est bel et bien un problème à traiter de façon holistique (on l’a vu justement avec Sylène sur Link lundi dernier!)

  18. Ta vidéo ne fonctionne pas Guillaume!
    Et sinon, tu n’avais pas répondu à mon message un peu plus haut ! :

    « Guillaume, tu notes : « Pour le High/low syndrome, le pied AVANT est cagneux et le pied arrière panard…. bon, c’est pas très marqué mais c’est « anatomiquement logique ».

    Or, sur ma petite arabe de 3 ans, c’est l’antérieur en ARRIERE (le hight, donc) qui est devenu cagneux en quelques semaines, à la suite de 1 ou 2 très mauvais parages du maréchal qui a laissé s’accentuer le phénomène de talon haut et pince très courte sur le pied incriminé (dû à la base à la position de ciseau, toujours du même côté, pour brouter)…
    Qu’en penses tu? »

    • Salut,

      Que le MF à « encore une fois » accentué le problème…. et OUI, tu as raison, c’est plutôt l’inverse… c’est le pied arrière qui a tendance a rentrer vers l’intérieur.

    • La question ne s’adresse pas à moi mais tant pis :-). « en général » ne veut pas dire… »toujours » ce serait trop simple, ce sont aussi les tensions dans le garrot et le ou les coudes « coincés ou non » qui vont faire que le pied sera plutôt panard ou cagneux.

  19. Bonjour, puis-je avoir des renseignements sur les manipulations à réaliser sur un cheval Hi/Lo selon la méthode d’April BATTLES?

  20. Bonjour,

    dans votre article il est dit que :

    « Le pied porté en avant (…) est généralement légèrement panard

    Le coude de l’antérieur avant est sorti
    Le coude de l’antérieur arrière est rentré

    l’ouverture du coude donne un pied cagneux, et sa fermeture un pied panard

    le pied avant est cagneux et le pied arrière panard »

    Ça ne correspond pas ou c’est moi qui ai buggé ? Du coup, le quel est comment ?
    Merci (y)

  21. Bonjour,
    D’abord merci pour ce blog et pour ces article très intéressant, merci à ceux qui commente, j’ai enfin mis le doigt sur ce qu’a mon cheval, apparemment syndrome de high/low, j’aurais voulus savoir si l’un de vous avait remarqué un défaut d’allure au pas suite à ce syndrome ? merci
    Isabelle

    • Bonjour Isabelle,

      Je viens moi aussi de comprendre ce qu’a ma jument… en ce qui concerne mon trotteur, elle obéit aux sollicitations d’allures mais s’arrête vite. L’osthéo était pourtant venue… elle était moins raide après mais… toujours ce « truc » qui cloche. Puis apparait une bosse au dessus de son épaule ! et personne n’a su me dire ! grande solitude ! 😦 – je prends son et mon mal en patience, je la masse mais je n’arrivais pas à savoir le pourquoi jusqu’à cet article ! Bravo bravo et bravo. J’espère que pour ma jument ce ne sera pas trop compliquer pour tout remettre dans l’ordre … on verra bien !
      Cordialement,
      Isabelle

  22. Pingback: Témoignage d'Emotion et Loélia

  23. Pour moi tous les chevaux ont une dissymétrie plus ou moins marquée (c’est d’ailleurs pour cela je pense qu’il y’a la rectitude comme étape dans l’échelle de dressage de Von Ziegner). D’après mes lectures (les articles de Pierre Beaupère dans ChevalSavoir) souvent ils sont droitiers, c’est à dire qu’ils ont le coté gauche « court » et le coté droit « long », ils s’appuient plus sur l’épaule droite, s’incurvent moins bien à droite, engagent moins le postérieur droit. Cette épaule droite va être plus difficile à déplacer vers l’extérieur.
    Ca correspondrait à un antérieur droit en avant et un antérieur gauche en arrière.
    Que cette dissymétrie vienne toujours de cette coté déplacée, ca serait incroyable!!

    • Bonsoir,

      Ce que vous dites correspond à mon constat au niveau du parage des antérieurs. Ma position « assise » me permet de ressentir le moindre problème du cheval qui l’exprimera d’autant mieux qu’on ne lui mets aucune pression.

      J’ai très souvent des soucis de « maintien » (d’immobilité) de l’antérieur droit!

      Je ne penses pas que les disymétries naturelles des chevaux soient lié au hi/lo syndrome. J’ai constaté plusieurs « niveaux » de hi/lo syndrome.

      Le plus courant est le « traumatique », donc issu d’une chute, glissade ou même d’un coup. Le cheval présente des déformations de boites cornés depuis quelques années et ses problèmes locomoteurs ont évolués depuis l’accident.

      Le hi/lo du poulain qui s’est installé par une position de tété unilatérale. (la pire des situations)

      Un Poulain peut avoir un hi/lo traumatique…

      Je ne crois pas au hi/lo « génétique » contrairement à mon collègue Albert Villasevil.

      Quoi qu’il en soit, le hi/lo traumatique se résout souvent mieux et plus vite que le hi/lo du poulain, chez le cheval adulte.

      Chez le poulain, le hi/lo de tété, se résout très facilement avec un parage correctif avant et après sevrage.
      Le problème va s’installer SI le parage est retardé au 1 an comme cela se fait couramment (énorme erreur!)… et/ou si le praticien « respecte l’aplomb » comme ils disent… Là, la conformation du cheval va s’organiser autour de la lésion et les pieds vont se déformer pour permettre au cheval de baisser la tête.

      On peut corriger le hi/lo du poulain, non traumatique, juste par le parage.

      Je penses que la 1ere côte n’est pas impliqué dans tous les cas, ce qui rend le traitement assez pénible.

      La plupart des osthéos passant totalement à côté… ou alors ne faisant pas les manipulations de la 1ere côte dans le bon sens! Ils diagnostiqueront souvent un blocage des cervicales basses… mais ce n’est que la conséquence et pas la cause. Le cheval restera bloqué… piégé dans sa dissymétrie… et soumis à des demandes de redressements qui pourront le rendre soit « fou » soit complètement « autiste » puis malade…

      Le « pied bot » n’est pas une cause… mais une conséquence… et pour les MF qui ne veulent pas comprendre la route sera semé d’embûches et leurs tentatives de corrections « par le bas » se solderont par des tendinites, des claquages, un membre brassicourt, puis le syndrome naviculaire du pied surfonctionnel… souvent le pied LOW (bas) à cause du manque de développement des structures caudales mais parfois le pied HIGH (haut) si on lui a laissé monter les talons exagérément.

      Le hi/lo est un VRAI handicape… et une fois bien installé, il pourra impacter énormément de choses dans l’organisme du cheval.

  24. Article très intéressant, bien écrit et explicatif ! Mais du coup je me retrouve un peu rebutée car mon cheval a le High/Low et je le pare moi même et a chaque parage il était raide.. J’en ait conclut qu’il ne valait mieux pas que je touche a ses pieds moi même mais il y a peu de pro dans la région ou je me situe. Tout comme des ostheos bien informés sur ce sujet !

    • Bonjour Emeline,

      Vous pouvez aider votre cheval mieux qu’un pro mal informé….

      Il suffit dans un 1er temps de penser à reculer la pince du pied Lo et de reculer les talons du pied Hi.

      Le plus gros du boulot sera de décoincer le HAUT du cheval !

      Hi/lo traumatique? posturale?

      Faut trouver un osthéo inventif et curieux et/ou prendre rdv avec Isabelle Dorand….

      Pieds + manips + massages et boulot adapté = résultats

      Si il manque une donnée dans l’équation, ça va traîner…. et vous aller vous décourager.

  25. Pingback: Sylène Monnin, Stage de Podologie Equine Libre ‘PEL’ | Podologie équine ... libre.

  26. Article très intéressant, mais me laisse perplexe. J’ai de la peine à voir sur photos ce syndrome de Hi/Lo et si l’on y décrit la cause, à part les pieds, pas de détails sur le/s symptôme/s. (n’étant pas anglophone, pas de recherche de ce côté). Le cheval trébuche-t-il souvent? Peut-il avoir une « excroissance » directement sur le coude? Est-ce pour lui douloureux ou gênant lorsqu’on sangle? Peut-il avoir les deux coudes « dehors »? Merci de m’en dire plus, il y a peu de temps que j’entends parler de ce problème, est-ce connu depuis longtemps? Les maréchaux n’en parlent pas et les profs estiment normal qu’on distingue un côté faible et conseillent de le travailler encore plus…

  27. j’ai un cheval avec ce syndrome que M. Parisot à vu d’ailleurs ( encore merci pour votre travail et votre patience ) Je peux dire que mon cheval à les symptômes suivant: une foulée plus petite au niveau du pieds high, très difficile de faire une volte correcte à droite du coté High, ne partait pas au galop toujours à droite, une encolure et épaule très contractée, une fois le problème détecté avec des soins approprié cela va beaucoup mieux.

  28. Pingback: Réhabilitation du cheval de sport en... Cheval et d'une cavalière... en Humaine. - Aurélia Boulineau

  29. Bonjour,
    Pourriez vous me lister les differentes étapes en particulier les étapes de manipulation ostheo et kine à appliquer au quotidien ainsi que les exercices montés qui peuvent aider à rééquilibrer l’ensemble du cheval ?

  30. Bonjour, je pense que vous pouvez rapprocher ce que vous appelez le syndrome HI/lo de ce que l’on appelle la Torsion Physiologique en ostéopathie : http://revue.osteo4pattes.fr/spip.php?page=recherche&recherche=torsion, une fois celle ci bloquée on obtient un Hi/lo et la débloquer permet de parcourir une bonne partie du chemin vers la normale. Ceci dit je serai preneur pour votre façon de voir sous la forme d’un article dans notre revue.

  31. Pingback: Le syndrome High/low (ou Hi/lo) – Le Blog Equestre

  32. Je me permets ici de remercier Guillaume pour son travail formidable! J’ai suivi un stage PEL avec lui ce week-end, c’était genial!
    J’ai un cheval HI LO, je ne savais plus comment faire pour enrayer ce problème de poser de l’antérieur droit en avant et poser de l’antérieur gauche en arrière! Toute enthousiaste de ma formation du week-end, hier j’ai effectué mon premier parage PEL sur mon cheval. Et aujourd’hui miracle au «broutage» il inverse ses appuis 1 fois sur 2! Ça ne lui arrivait jamais avant! Vraiment jamais! Évidemment je compte aussi lui faire faire une séance de bodywork en complément car le problème vient à la base de la 1ere cote. Et tant que le problème postural n’est pas résolu, le problème de pieds ne se résoudre pas. Mais c’est déjà un pas énooooorme vers la solution!
    Merci milles fois Guillaume!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s