CHAQUE PIED a une histoire : un regard en profondeur sur les examens physiques du sabot du cheval

Petit article qui résume ce que le professionnel OU le propriétaire d’équidés devrait pouvoir prendre en compte, quand il examine les pieds d’un cheval.  On se rend compte que l’auteur ne parle même pas de la corne… J’espère que vous comprendrez que la corne n’est que le résultat d’un pied fonctionnel (et d’un organisme non carencé)! Donc dire « ce cheval a une mauvaise corne » ne veut strictement RIEN dire!

Debra Taylor est vétérinaire et chercheuse à l’Université d’Auburn en Alabama. ( Lien) Elle travaille en collaboration avec Pete Ramey. Elle a eu son 1er cas de fourbure à 7 ans avec son 1er poney! Diplômé en 1990, Elle a travaillé de nombreuses années sur la compréhension des mécanismes de la fourbure. Elle a participé au dernier livre de Pete « Care and rehabilitation of the equine foot ».  Elle a mis au point (avec Pete Ramey…)  un programme de réhabilitation des pieds malades (ferrés? 😉 ) par un protocole de suivis podologiques SANS FER! ( lien ) qui est enseigné aux élèves vétérinaires et proposés aux clients de la clinique de l’université.

(Quand pourra t-on voir la même chose en France??? Un pareur qui bosse avec un professeur … )

(orthographe en cours de correction)

Debra R. Taylor, DVM, MS, Dipl. ACVIM (LAIM) [traduction libre de Guillaume Parisot, podologue équin diplômé de l’IAEP]

(Article original, lien)

Université d’Auburn, AL, USA.

Auburnlogo

Il y a si longtemps que nous voyons des chevaux avec de «mauvais » pieds, que l’observation fréquente des anomalies du sabot peut créer une altération du sens du mot « normal ». Au fil du temps, un clinicien peut accepter les «mauvais pieds » comme « normal». Une attention particulière à l’examen physique du sabot peut nous aider à comprendre l’histoire de l’animal, l’origine de la boiterie et de nous permettre d’être proactif face aux problèmes imminents.

Symétrie :

L’évaluation visuelle de la partie distale du membre repose en grande partie sur la reconnaissance de l’asymétrie entre les aspects latéral et médial de la même jambe et entre les membres controlatéraux. Les asymétries digitales (latéralités, hi/lo syndrome, pieds dépareillés, pied bot léger) peuvent être acquis en raison de la diminution de la mise en charge causée par un mouvement asymétrique, 1,2,3 tensions asymétriques des tendons, 4 et la douleur. 5 Le pied relativement surchargé (qui est initialement plus sain) acquiert un angle plus faible de la paroi dorsale du sabot (la pince), des talons trop bas et fuyants ou l’encastelement et un angle palmaire* faible (*angle du bord distale de P3 par rapport à la surface du sol), ainsi qu’une circonférence plus grande du sabot. Dans le membre relativement sous-chargé (pied douloureux ou à amplitude plus courte), le pied devient plus droit et étroit avec un angle palmaire plus important. 4 L’asymétrie peut persister même après que la boiterie originale ait été résolue. Même s’il n’est pas toujours associé à de la boiterie, l’asymétrie du sabot du cheval ne doit pas être observée comme une indication de la boiterie précédente, imminente ou chronique. 6

Bourrelet coronal :

coronary b 1) Bourrelet coronal 2) Lamina

Le poil sur le bourrelet coronal doit être à plat contre la capsule du sabot ; le poil qui saillit horizontalement peut indiquer que la force de réaction au sol sur la paroi du sabot est excessive [descente distale !] et peut être corrélée à de la douleur dans le pied. Le bourrelet coronal est une structure dynamique, et sa forme peut être affectée par une surcharge chronique.

Lors de l’observation du pied de côté [vue latérale], un bourrelet coronal sain devrait être presque droit avec seulement une légère courbure orienté vers le haut. L’asymétrie de la hauteur du bourrelet coronal dans la région du talon sur un côté est communément connu comme un « talon cisaillé « , qui est défini comme l’instabilité entre les glomes médial et latéral du talon.7

La cause est souvent une déformation de la capsule du sabot résultant d’un déplacement proximal d’un quartier/talon par rapport au côté opposé du pied.8 L’asymétrie de la région du talon 9 indique souvent un déséquilibre médial-latéral lors de la mise en chrage4 et prédispose le cheval à une seime quart spontanée sur le côté du pied qui a été déplacée de manière proximale.10 Les talons cisaillés ont souvent une « fissure » entre les glomes au niveau des talons 11, dans lequel un environnement chroniquement humide favorise le développement d’une infection.8

L’angle du bourrelet coronal peut être utilisé pour estimer la position de P3 à l’intérieur du sabot. L’angle du bourrelet coronal des antérieurs d’apparence normale est de 23,5° +/- 3°.12

Si l’angle du bourrelet coronal est > 30° le cheval est susceptible d’avoir un angle palmaire négatif, et si l’angle du bourrelet coronal est > 45°, le cheval compte sans aucun doute un angle palmaire/plantaire négatif. a, b, c

radio piedradio

A l’autre extrême, un bourrelet coronal parallèle au sol (vue de côté) est indicatif d’un grand angle palmaire, qui est souvent associé avec un pied bot ou à une fourbure.

L’angle du bourrelet coronal et l’angle solaire de P3 (angle palmaire) sont corrélés avec le moment de force de l’articulation interphalangienne distale (MA DIP) ou couple et la force exercée par le tendon fléchisseur profond sur l’os naviculaire. 12

fourbure fourbure2

Tandis que l’angle du bourrelet coronal augmente (l’angle palmaire/plantaire diminue), le DIP MA et la force exercée par le tendon fléchisseur profond du doigt sur l’os naviculaire augmente.12

Sur un postérieur avec un angle solaire négatif (angle plantaire), on aura un angle de bourrelet coronal important (raide) qui lorsqu’il est projeté vers l’avant [projection d’une ligne imaginaire] vient croiser la jambe avant au-dessus du carpe ou aussi haut que la poitrine ou l’abdomen plutôt qu’au niveau du carpe ou juste en-dessous. 13, c

Un arc dirigé distalement dans le bourrelet coronal dans la partie dorsale (avant) du pied peut indiquer un remodelage de P3. (vue de côté, si le bourrelet est déformé vers le bas  en pince)

Un arc dirigé distalement dans la région du talon indique un talon faible. (vue de côté, si le bourrelet est déformé vers le bas  en talon)

La paroi :

paroi

La paroi normale du sabot sain doit être lisse, brillante, ne pas avoir d’évasements, de fissures ou de seimes ni d’anneaux de croissance proéminents.

Des anneaux de croissance sont des nervures horizontales de la boîte cornée qui sont formées par déformation de la corne tubulaire qui se produit lorsque la perfusion du corium coronaire est altérée par une mise en charge anormal du sabot [appuie périphérique !], des changements de régime, de l’intensité de l’exercice, ou par une maladie systémique. 14

Lorsque la croissance de la paroi est ralentie à cause d’une circulation perturbée, les altérations de croissance rendent les anneaux visibles à la marge proximale de la boite cornée [sur toute la largeur de la paroi quoi…].

Les anneaux asymétriques dans certaines régions indiquent que la circulation du corium coronaire a été diminuée dans la région étroite. La croissance de la paroi est généralement inversement proportionnelle à la charge qu’elle subit. 15 Un sabot qui présente des anneaux de croissance qui sont plus étroites dans certaines régions a probablement une surcharge chronique et/ou une sous-perfusion du corium coronaire dans la région des anneaux étroits. Les cercles de croissances serrés sont fréquemment observés dans la région de la pince de chevaux avec une fourbure chronique. 16

Les cercles de croissance serrés peuvent être vus sur le quartier médial des antérieurs de certains chevaux de sport présentés pour l’évaluation d’une boiterie. Le bourrelet coronal de ces chevaux est généralement déplacé proximalement de façon similaire au bourrelet coronal des chevaux avec des talons cisaillés et c’est probablement causé par une répartition inégale, similaire, des forces verticales. 10 Les anneaux (cercles) de croissance d’un cheval avec un angle palmaire/plantaire négatif sont souvent plus larges dans la région de la pince et plus étroits dans la région des talons, ce qui est dû à une surcharge de la région du talon.

La présence d’évasements ou de seimes est souvent causée par la surcharge chronique excessive de la paroi du sabot dans la région où ces défauts sont constatés. 8,10,17

Les seimes dans le quartier sont plus susceptibles d’impliquer les couches dermiques du sabot que des seimes dans d’autres régions. 17 Les seimes horizontales sont généralement le résultat d’une perturbation de la production de corne causée par un traumatisme du bourrelet coronal ou quand un abcès s’ouvre au niveau du bourrelet coronal. Ces seimes sont rarement une cause de boiterie une fois l’abcès a résolu. 17

Fourchette :

frog

La fourchette est une structure très dynamique et sa morphologie change en temps réel par rapport aux exigences du sabot et du terrain. 18

La largeur d’une fourchette en bonne santé doit être égale à 50-66 % de sa longueur. 11,19,20 La fourchette d’un sabot en bonne santé a une épaisseur suffisante sur sa partie dorsale pour être porteuse. 21,22 Si cette portion de la fourchette n’engage pas le sol, les fibrocartilages dans la partie palmaire du pied se développent mal ou s’atrophient, contribuant à un talon faible. 22

La lacune centrale devrait être large et peu profonde (emprunte du pouce). La contracture de la lacune centrale est couramment observée. Cette contraction peut créer un environnement anaérobie qui est idéal pour le développement d’une infection [pourriture profonde de fourchette]. 18 Lorsque le tissu de la fourchette coincé au fond d’une lacune contracté est infecté, le derme est souvent atteint jusqu’au fond de la lacune. Le cheval peut présenter des boiteries et montrer des signes importants de douleur lorsque la lacune est nettoyée avec un cure-pied. La douleur causée par l’infection dans la lacune centrale peut entraîner les chevaux à poser en pince pour éviter de charger les tissus mous inflammés du talon. Le poser pince en 1er peut provoquer la contraction et l’atrophie de la largeur des talons, perpétuant l’infection et la boiterie.

Une sévère infection de la lacune centrale dans tout un groupe de chevaux peut être une indication d’un déséquilibre minéral dans l’alimentation. [Surtout d’un mauvais parage et/ou d’une alimentation trop sucré/riche !-ndt] La relation de la fourchette non taillée avec la sole indique la position de P3 à l’intérieur de la boite cornée (ie, l’angle palmaire). 23

Par exemple, si l’apex de la fourchette est profondément enfoncée et la fourchette semble être inclinée vers le bourrelet coronal en pince, la phalange distale est probablement en situation semblable, en ayant un angle palmaire négatif [ce qui indiquerait une pince beaucoup trop haute, vue de dessous]. 23

Lacunes collatérales :

La profondeur des lacunes peuvent fournir une référence anatomique précise pour prédire la relation entre les structures internes et externes du pied et la surface d’appui du pied.

Ceci est utile parce que la profondeur des lacunes n’est pas altérée par les méthodes parage, 24 tandis que le plan de la fourchette peut être modifié par une rénette. 25

Basé sur des études de dissection du pied, il semble y avoir une relation constante entre les lacunes et la conformation / structure du sabot. a, b Les structures du pied qui peuvent être décrites en fonction des caractéristiques des lacunes sont : la profondeur de la sole, la distance de P3 par rapport au sol, l’angle palmaire / plantaire.

Les lacunes latérales sont parallèles et à une distance fixe (10 -11mm) de la surface solaire de la phalange distale dans la partie dorsale du pied, et une distance similaire des cartilages collatéraux dans la moitié palmaire du pied.

Dans le pied sain avec une épaisseur suffisante de sole, le fond des lacunes collatérales à l’apex de la fourchette sont à 10 – 20 mm du sol. 25 Ceci indique que la phalange distale est placée à une distance suffisante de la terre, parce que l’aspect concave de la phalange distale est positionné à 10 – 11 mm à proximité de la partie la plus profonde de la lacune a, b. Cette relation de la profondeur des lacunes au sommet de la fourchette avec une épaisseur de sole donné a récemment été validée par une étude radiographique. 26

Les lacunes de certains chevaux ont une marche d’escalier ou une forme ondulée, où les creux ou courbes deviennent plus profond dans la région du talon. Les lacunes latérales qui présentent ce type de conformation sont une indication du mauvais développement de la structure interne du talon [les cartilages !]. Un pied qui présente des lacunes avec cette courbure profonde dans la zone du talon, a aussi couramment une longue pince et des talons fuyant. Les sabots avec cette conformation devraient être examinés par radio pour confirmer l’alignement phalangien et l’inclinaison de P3 (angle palmaire).

Cette conformation aux postérieurs peut être associée à des douleurs dans les jarrets, des ligaments suspenseurs et des régions lombaires. 27 -29

Talons :

Lors de l’examen du pied, la partie caudale du pied, les cartilages collatéraux et le coussinet digital doivent être évalués. La « partie caudale du pied» comprend la paroi du sabot, les talons et les barres. 30 Les tubules du talon doivent être droites et ont un angle d’incidence avec la surface de mise en charge qui est de moins de 5° 9 de celui des tubules de la pince. [Tout ça pour dire que les talons sont environ 5° plus incliné que la pince…-ndt]

Idéalement, le positionnement le plus palmaire de la surface d’appui des tubules du talon serait à la base de la fourchette et très près d’une ligne verticale passant à travers le milieu du troisième métacarpiens/métatarsien. 30 [Il est beaucoup plus facile de positionner le bord d’attaque du talon (point d’impact) au niveau du point le plus large de la fourchette !-ndt] Les talons fuyant qui poussent en avant vers la partie la plus large du pied souvent s’écroulent sous le poids du cheval provoquant une pousse des tubules du talon parallèle au sol. Les barres et les talons peuvent être écrasés, déformés ou blessés à cause de talons très fuyant. Chevaux avec des talons fuyants ou effondrés ont généralement un coussinet digital peu épais (moins de 4 cm 9) qui est facilement déformé par la pression du doigt.

Proportionnalité solaire :

Lorsque vous regardez l’aspect solaire d’un sabot en bonne santé, la surface au sol doit être environ aussi large que long. 20 [un pied rond, quoi!] Cela crée une proportion relative par rapport à l’avant du pied de la face palmaire qui est lié à l’alignement du centre d’articulation (de l’articulation interphalangienne distale) dans le milieu du pied, ou lorsqu’il ferré, au milieu du fer. 31 La surface solaire normale du pied peut être plus large latéralement que médialement. 20,24

Sole :

sole

La sole saine tend à être calleuse et entre 10 à 15 mm d’épaisseur 25 sous la bordure distale de P3. Cette épaisseur de sole protège la phalange distale de traumatisme associé à l’impact. 4,25

L’épaisseur de sole peut être mesurée en plaçant une règle graduée en millimètres dans les lacunes collatérales à l’apex de la fourchette afin de mesurer la distance entre la partie la plus profonde de la lacune et le plan du périmètre extérieur de la sole. Cette mesure prévoit la hauteur à laquelle la phalange distale est suspendue au-dessus du sol et peut être utilisée pour prédire la profondeur solaire.

Il est fréquent de trouver des chevaux à soles fines chez lesquels la profondeur des lacunes mesurées au sommet de la fourchette est à zéro millimètres du sol (ie, pas d’espace). Ces chevaux à soles fines qui n’ont pas de profondeur de lacune au sommet de la fourchette, ont généralement moins de 7 mm de profondeur solaire (de concavité-ndt) le long du bord de la phalange distale 25 (et moins de 4 mm d’épaisseur de sole !-ndt) Ces chevaux sont prédisposés à des ecchymoses, des abcès subsolaire, le remodelage ou des fractures de P3.

sole2

La situation inverse est vraie pour les pieds avec des lacunes profondes à l’apex. Ces pieds ont une profondeur solaire suffisante et / ou la concavité nécessaire pour élever et protéger la phalange distale du traumatisme associé à l’impact. [D’où la nécessité de laisser de la sole ! Ce qui m’étonne c’est que l’auteur ne détaille pas sole primaire et sole périphérique…-ndt]

Palpations du sabot :

L’examen par palpation doit commencer par une évaluation de la température de la paroi du sabot, de bourrelet coronal et des glomes à l’aide de la paume ou du dos de la main. La main peut détecter des différences de température dans les tissus de 1 à 1,5 ° C. 32

La température élevée d’un pied peut indiquer la présence d’une inflammation. La diminution de la température du bourrelet coronal peut indiquer une mauvaise perfusion du corium coronaire comme cela se produit souvent avec la fourbure subaiguë – chronique. Certains cliniciens et les professionnels du sabot [comme moi ! J ] utilisent des thermomètres infrarouges bon marché pour augmenter leur capacité d’évaluer objectivement la température du sabot et du bourrelet coronal. Le bourrelet coronal d’un sabot en bonne santé devrait se sentir épais et spongieux 33 et ne devrait pas avoir la preuve d’une  » corniche « , où un doigt peut être placé derrière la partie proximale de la capsule du sabot. Un rebord de premier plan ou de dépression indique qu’il y a une distance excessive entre le bourrelet coronal et le processus extenseur. 33 [signe d’une descente distale ! –ndt]

La face dorsale du bourrelet coronal et la région immédiatement proximale par rapport à lui devrait être palpé pour trouver un épanchement de la capsule de l’articulation interphalangienne distale (IPD). [La thermographie permet maintenant d’aller encore plus loin et de découvrir des problèmes une semaine à l’avance ou de localiser plus précisément des inflammations. Je songe à lancer une contribution afin de m’équiper d’une caméra infrarouge !] thermo

ça chauffe au niveau du bourrelet! (appuie périphérique? … )

Heel :

Au cours des dernières années, le développement insuffisant des fibrocartilages dans la partie palmaire / plantaire du pied a été reconnu comme un précurseur de lésions tissulaires et de boiteries. 22,34 Les chevaux avec des talons sous-développés ont généralement un coussinet digital mal formé et des cartilages collatéraux minces. Ce sont ces structures qui déterminent la conformation générale de la partie palmaire / plantaire du pied. Les cliniciens doivent acquérir une appréciation de la variation de la cohérence et de la taille globale du coussinet digital et des cartilages collatéraux. Le coussinet digital peut être palpé avec le pouce placé entre cartilages collatéraux et les doigts placés sous la fourchette. La sensation de « fermeté » du coussinet correcte peut être appris en palpant les coussinets digitaux de chevaux qui ont de « bons pieds » (donc sans fers…-ndt] et en comparant ces résultats avec ceux des chevaux avec des pieds mal conformés [donc ferrés. On peut parier ce que vous voulez !- ndt]. 22,34,35 L’épaisseur des tissus combinés du coussinet digital normal et de la fourchette devrait être de 4/5 cm. 4 Les chevaux avec des coussinets digitaux sous-développés et des cartilages collatéraux « fragiles » 33 ont généralement des taons fuyants. Et des talons qui peuvent être facilement déplacés vers le haut et vers le bas de manière indépendante, et des fourchettes qui peuvent être déformées avec la pression des doigts. 22,25

Les chevaux qui ont été mis en box longtemps, sont susceptibles d’avoir des talons plus faibles dans les postérieurs par rapport aux antérieurs. [ enfin, même des pieds pourris aux 4 membres malheureusement!]

L’épaisseur, la densité et la souplesse des cartilages collatéraux doivent être notées 33 Les cartilages collatéraux inflexibles (rigides) sont souvent trouvés dans les pieds « droit » alors que les cartilages « fragiles  » sont généralement trouvés dans les pieds à talons effondrés. 33 Les chevaux avec des talons étroits (moins de 2 doigts de largeur entre les cartilages collatéraux) ou avec des talons bas peu développés peuvent être prédisposés aux blessures de l’os naviculaire et du tendon fléchisseur profond.

Debra Taylor a d’ailleurs mis au point une méthode pour quantifier la santé d’un pied, en mesurant la prise de masse du coussinet digital:

Trois pieds avec des caractéristiques externes différentes sont choisis pour l’évaluation.

Le pied 1 est représentatif de chevaux qui ont des soles minces, des talons bas et fuyants.

Le pied 2 est représentatif des chevaux, avec les pinces allongées, et des talons serrés.

Le pied 3 est représentatif des chevaux aux sabots sains avec des fourchettes et des talons larges et des soles épaisses.

Chaque pied a été analysé par 2 techniques : tomodensitométrie (TDM) et Imagerie par résonance magnétique (IRM). Les images en trois dimensions reconstruites informatiquement (voir ci-dessous) ont été créées  à partir des données TDM et d’IRM en utilisant un logiciel de traitement d’image médicale.

De gauche à droite, pied 1, 2 et 3:

Sabots comparo1

Sabots comparo2b

Le volume de tissu des talons de chaque pied est déterminé et comparé au volume de la troisième phalange dans le tableau 1.

TABLE 1. VOLUME de tissus des talons en % du VOLUME de la 3e phalange
Pied 1 Pied 2 Pied 3
Cartilages Collateral (CC) 21,4% 25,9% 35%
Coussinet Digital (CD) 73,1% 97,5% 124%
CC + CD 94,5% 123% 159%

Merci à HorseHoofHelp.com, pour ces photos et vidéos de comparaison de coussinets digitales!

CD2

Comparaison en coupe sagittal d’un pied « SAIN » à Droite et d’un pied « atrophié » à gauche… Le fer ne permet PAS au coussinet digital de se développer, ni de se transformer en FIBROCARTILAGE.

CD1

Voilà ce que ça donne en coupe transversale. A gauche un pied « atrophié »,

on remarque la coloration moindre dûe au manque de vascularisation.

L’épaisseur des Cartilages n’est pas la même, et leur vascularisation non plus. (la vascularisation et la taille des vaisseaux va conditionner la faculté du pied à gérer l’énergie cinétique dans le mouvement, grâce à un système « hydraulique » (hémodynamique) complexe. On remarque que l’épine de la fourchette est BEAUCOUP plus grosse chez le pied nu à droite. La taille du coussinet est plus importante MAIS c’est surtout au niveau de la TEXTURE du tissu qu’il faut se pencher! Le coussinet plantaire a la possibilité de se renforcer de l’intérieur, en tissant tout un réseau de fibres entrecroisées qui font faire comme un « maillage » interne, véritable « haubanage intérieur » qui va donner au coussin toute sa résistance pour gérer l’appui « talons en premier », comme l’avait prévu la nature. (c’est ce que l’on appelle le fibrocartilage)

En vidéo, c’est extrêmement parlant….

Cela nous explique pourquoi on peut trouver dans les manuels vétérinaires Français, une description du coussinet digital comme je cite » un amas graisseux » … Les vétérinaires n’étudiant QUE des pieds pathologiques, ils ne savent PAS ce que peut être un pied SAIN, et donc on cru bon de devoir le protéger avec des fers… sans comprendre que c’était le FER qui provoquait les dégâts qu’il essayent d’éviter… etc… le chien qui se mord la queue quoi!

De mon expérience, TOUS les pieds ferrés ont un coussinet digital tout mou… après déferrage, il faudra entre un et 2 ans pour retrouver un coussinet digital digne de ce nom.

Je ne sais pas combien d’articles il va falloir que je publie avant que les sceptiques commencent à se poser des questions?

(Résumé de : Schumacher J and Taylor DR, Localization of foot pain in the equine foot emphasizing the physical examination and analgesic techniques. Proceedings, Am Assoc Eq Pract, 2012)

References:

1. Bowker RM. Innervation of the equine foot: Its importance to the horse and to the clinician In: Floyd AE, Mansmann RA, eds. Equine Podiatry. St. Louis: Saunders Elsevier, 2007;74-89.

2. Ridgway K. Low heel/high heel syndrome In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont,GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;368-380.

3. Ramey R. Club foot In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont,GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;382-389.

4. Redden RF. Hoof capsule distortion: understanding the mechanisms as a basis for rational management. Vet Clin North Am Equine Pract 2003;19:443-462.

5. Verschooten F. Locomotory System of the Purchase Examination in the Horse. Equine Pract 1992;8:9-16.

6. Ross MW. Movement In: Ross MW,Dyson SJ, eds. Diagnosis and managment of lameness in the horse 2 nd ed. St. Louis Elsevier Saunders, 2011;64-80.

7. Parks AH. Foot balance conformation and lameness In: Ross MW,Dyson SJ, eds. Diagnosis and managment of lameness in the horse 2nd ed. St. Louis: Elsevier Saunders, 2011;282-293.

8. Dabareiner RM, Moyer WA, Carter GK. Trauma to the sole and wall In: Ross MW, ed. Diagnosis and managment of lameness in the horse 2nd ed. St Louis: Elsevier Saunders, 2011;309-319.

9. Turner TA. The use of hoof measurments for the objective assessment of hoof balance. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 1992;389-395.

10. O’Grady SE, Castelijns, HH. Sheared heels and the correlation to spontaneous quarter cracks. Equine vet edu 2011;23:262-269.

11. O’Grady SE. How to manage sheared heels. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 2005;451-456.

12. Eliashar E, McGuigan MP, Wilson AM. Relationship of foot conformation and force applied to the navicular bone of sound horses at the trot. Equine Vet J 2004;36:431-435.

13. Redden RF. Identifying and treating the negative palmar angle, 2010. http://www.nanric.com/identifying_negative%20_palmar_angle.asp

14. Rooney JR. Functional anatomy of the foot. In: Floyd AE,Mansmann RA, eds. Equine Podiatry. St. Louis: Elsevier Saunders, 2007;57-73.

15. Parks A. Structure and function of the equine digit in relation to the palmar foor pain. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 2006;52:188-197.

16. Goetz TE. The treatment of laminitis in horses. Vet Clin North Am Equine Pract 1989;5:73-108.

17. Booth L, White D. Pathological conditions of the external hoof capsule In: Floyd AE,Mansmann RA, eds. Equine Podiatry. St. Louis: Saunders Elsevier, 2007;224-252.

18. Ramey R. Evaluating and trimming the frog In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont,GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;302-313.

19. Dabareiner RM, Carter GK. Diagnosis, treatment and farriery for horses with chronic heel pain. Vet Clin North Am Equine Pract 2003;19:417-441.

20. Parks A. Form and function of the equine digit. Vet Clin North Am Equine Pract 2003;19:285-307.

21. Ovnicek G. Natural balance trimming and shoeing In: Ross MW, Dyson SJ, eds. Diagnosis and managment of lameness in the horse 2nd edition. 2nd ed. St. Louis: Elsevier Saunders, 2011;303-306.

22. Bowker RM. The concept of the good foot: Its evolution and significance in a clinical setting In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont,GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;2-34.

23. Foor D. Balancing and shoeing the equine foot In: Floyd AE,Mansmann RA, eds. Equine Podiatry. St. Louis: Elsevier Saunders, 2007;379-392.

24. Roland E, Stover SM, Hull ML, et al. Geometric symmetry of the solar surface of hooves of thoroughbred racehorses. Am J Vet Res 2003;64:1030-1039.

25. Ramey P. Evaluating and trimming the sole In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont, GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;285-300.

26. Rouben C, Taylor DR, Schumacher J, et. al. Evaluation of the shape and depth of the collateral grooves of the foot as a method to predict the position of the distal phalanx within the hoof capsule, unpublished data, 2012.

27. Dyson S. Diagnosis and Managment of common suspensory lesions in the forelimbs and hindlimbs of sport horses. Clin Tech in Equine Pract 2007;6:179-188.

28. Mansmann RA, James S, Blikslager AT. Long toes in the hind feet and pain in the gluteal region: An observation study of 77 horses. J Equine Vet Sci 2010;30:720-726.

29. Redden RF. Clinical and radiographic examination of the equine foot. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 2003;49:169-185.

30. O’Grady SE. Strategies for shoeing the horse with palmar foot pain. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 2006;209-217.

31. O’Grady SE, Poupard DA. Physiologic horseshoeing: an overview. Eq Vet Edu 2001;13:330-334.

32. Verschooten F, DeClercq T, Saunders J. Skin surface temperature measurements in horses by infared monitors. Vlaams Diergeneeskundig Tijdschrift 2001;70:65-67.

33. Turner TA. Examination of the equine foot. Vet Clin North Am Equine Pract 2003;19:309-332.

34. Bowker RM. Contrasting structural morphologies of « good and « bad » footed horses. Proceedings, Am Assoc Equine Pract 2003;49.

35. Ramey P. Hoof care therory In: Ramey P, ed. Care and rehabilitation of the equine foot. Lakemont,GA: Hoof Rehabilitation Publishing LLC, 2011;60-78.

8 réflexions sur “CHAQUE PIED a une histoire : un regard en profondeur sur les examens physiques du sabot du cheval

  1. Merci pour cet article ! vraiment extra la dernière partie avec la vidéo 🙂 c’est beaucoup plus parlant que de longues explications sur l’hémodynamique et le rôle des cartilages ungulaires. Je vais la mettre sur mon téléphone xD

  2. Je fais mes études en productions animales et je m’interesse de très près sur la génétique bovine. Pour se qui concerne le pied des vaches on recherche un sabot qui est le plus de talon possible pour que la pince (ou plutot les pinces…) s’use plus facilement dans les champs, sur le chemin de l’étable, sur le béton de l’aire d’exercice, ect…
    La séléction artificielle bovine a compris l’importance des pieds pour la longévité d’un animal depuis le 18eme siècle. Quand le monde du cheval s’y mettra?

  3. J’ai une question.

    On entend souvent que la qualité d’un pied adulte bien développé vient des stimulations reçues en tant que poulain et pendant la croissance (sols diversifiés, beaucoup de mouvement, etc).

    Il se dit également qu’un pied plus ou moins pathologique peut, grâce à de bons parages et du mouvement en terrain varié, peut se régénérer tout au long de la vie du cheval.

    Mais quelle est l’influence de ces paramètres sur le type de parage à utiliser? Mon cheval est né et a été élevé à l’état semi-sauvage (donc pieds nus) en Argentine jusqu’à son débourrage à 5 ans, puis a été exporté en Italie où il n’a été ferré que quelques mois avant d’arriver pieds nus, après de longs mois de négligence avec trop peu de mouvement, dans mes Alpes Suisses. Il semble ne pas bien répondre à aucune type de parage ‘standard’ (pour ne pas citer de ‘grands noms’) et semble se porter à merveille uniquement si … on fout une paix royale à ses pieds et qu’on se contente seulement d’enlever le surplus de paroi (et de soigner une ancienne pourriture de fourchette profondément incrustée). Ayant ‘appris’ à s’auto-parer selon son environnement, ses pieds auraient-ils ‘appris’ à s’adapter seuls, et en ce sens il réagirait mal à une intervention extérieure trop prononcée? Il vit dans une stabulation avec abri comportant une zone stabilisée en tout-venant et un grand parc type alpage en légère pente. Il est monté sur du béton, du tout-venant et des roches de montagne.

    Ses alignements phalangiens se sont améliorés, sa 3ème phalange est remontée, sa sole a fait d’importantes callosités protectrices, mais chacune des interventions de parage pour parfaire le tout semblent lui déplaire fortement. Ses peids ne cessent de s’améliorer, mais pas moyen de les ‘obliger’ à aller plus vite ou plus juste.

    Patience, ou chercher une autre ‘méthode’? Sa génétique, ses pieds de jeunesse sont-ils ancrés dans sa ‘mémoire’ physique?

  4. Merci pour cette article et pour tout les autres.
    Novice dans le pied nus cela m’aide beaucoup a comprendre le fonctionnement du pied et son anatomie, vos articles donnent envie d’en savoir plus.
    Hâte de participer a votre stage en février.

  5. Merci pour cette article, mon cheval est dans le cas de sole tres fine, avec aucuns coussinets ….
    J’espère avec le temps que son pieds va se rééquilibrer . Que conseillez vous pour aider les pieds a se refaire une santé en plus d’un suivi PEL ?
    Cordialement,

  6. Bonjour,
    Merci pour cet article très interessant !
    Mon cheval de 3 ans a deux antérieurs avec une sole très très fine et aucuns coussinets….. 😦
    Que me conseillerez vous pour aider ses pieds a aller mieux en plus d’un suivi PEL ?
    Cordialement,

    • Bonsoir,

      Revoir peut être l’alimentation… donc pas de céréales, des fibres et des oligos éléments d’origines végétales.

      Revoir le parage… mais c’est peut être fait. Il faut du temps pour effacer les dégâts d’un parage à plat!

      Faire marcher le cheval en main régulièrement sur la route, dans le sable et en terrains variés (sous bois…)

      On peut aussi utiliser des boots avec des semelles de stimulation pour la sole périphérique.

      Vois aussi la posture avec un ostéo et les fonctions organiques et énergétiques avec un Shiatsu (confirmé).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s