Etude de cas, troisième parage.

MISE A JOUR! le 11/02/14.

Suite du 1er article « Etude de cas »(*), Trotteur pieds nus depuis 4 ans mais sans évolution positive.

Le dernier parage date de la semaine dernière, soit du 07/02/14.

Les photos sont prises « avant » et « après » entretient. (faut plus dire « parage » puisque ce terme est réservé aux seuls MFs… !)

Antérieur Droit:

ADl

ADl = Antérieur Droit vue latérale

?????????????

ADd = Antérieur Droit vue dorsale

La seime ne bouge pas… je vais devoir sévir lors du prochain rdv…

ADs

ADs = Antérieur Droit vue solaire

La fourchette a souffert de l’humidité extrême de ce dernier mois. Elle est exfoliée à son max. ce qui lui donne cet aspect chétif. La lacune centrale n’est plus infecté! Les craquelures noir en bout de barres indiquent des sorties d’abcès, le cheval n’aurait pas rechigné à avoir moins de délai entre les 2 rdv. Il n’a pas boité une seul fois.

Merlevenez-20130930-ADsBT Pour mémoire à J zéro.

Evolution entre avant et après parage à J0 et lors du dernier rdv à J+130, sur la vue solaire de l’AD:

Structures

Evolution en vue Latérale:

ADl

Vue Oblique et Caudale:

??????????????????????????

 

LE détail qui fait toute son importance! Reculer le point d’impact sans descendre les talons.

Antérieurs Gauche:

AGl

AGl = Antérieur Gauche vue latérale

AGf

AGd = Antérieur Gauche vue dorsale

Attention aux axes de prises de vue!!! La photo de droite n’est plus dans l’axe et on voit tout de suite la différence…

AGs

AGs = Antérieur Gauche vue solaire

Postérieur Droit:

PDl

PDl = Postérieur Droit vue Latérale

PDf

PDd = Postérieur Droit vue dorsale

Peut on parler de parage « parfait »? ( La grâce!) Sans déconner… cette photo aurait sa place dans le power point de KC!

PDs

PDs = Postérieur Droit vue solaire

Postérieur Gauche:

Pour le fun…. on se remémore ce que c’était lors du 1er rdv?

Merlevenez-20130930-PGBT

PGl

PGs = Postérieur Gauche vue latérale

PGf

PGd = Postérieur Gauche vue dorsale

Je peux vous dire qu’en voyant cette corne au soleil, la proprio en revenait pas… Perfect!

PGs

PGs = Postérieur Gauche vue solaire

Une vue de l’animal le jour du parage…

?????????????

Tout ce qu’on peux dire, c’est qu’il ne maigrit pas…

Conclusion:

Au final , on peut voir qu’il ne m’aura fallu que 3 entretiens pour faire mieux que 4 ans de soins dit « traditionnel » …

Même si Mathieu nous explique que le contenu est différent (en qualité et en quantité) suivant les écoles de maréchalerie, ce que je veux bien croire, je penses qu’il est grand temps que ces messieurs se penchent sur les techniques de la podologie équine.

J’ai contacté le Prof. vet. Hilary Clayton, l’auteur de cette étude (lien1 et lien2) en lui joignant des photos de mon travail et elle a trouvé ça très impressionnant. Reste, qu’il me faut répéter les cas et prendre des photos à chaque fois, pour rendre plus « scientifique » (reproductible) mon travail personnel.

On remarque bien qu’une fois que le pied à finit d’évacuer toute ses merdes… et qu’on a favorisé la pousse d’une sole périphérique suffisante, reculé les structures (barres, point d’impact, pince), inversé une éventuelle descente distale et « recollé » une séparation de paroi… la forme du pied devient fonctionnelle. Les cartilages et le coussinet prennent leurs volume physiologique et redeviennent fonctionnelle! Et le cheval PEUT ENFIN s’en servir!

Le cheval ne marche pas sur sa paroi!

34 réflexions sur “Etude de cas, troisième parage.

  1. Une de nos jument à souffert de fourbure l’an dernier au printemps,depuis ,j’applique tes conseils:nourriture et parage et elle est en pleine forme, elle trotte comme une jeunette avec ses 24 ans ,merci beaucoup!!!!!

  2. Beau boulot, reste à être patient et constant dans l’entretien pour obtenir une belle position carrée avec charge uniforme de chaque pied et éliminer les étirements lamellaires 🙂

    Question technique concernant les postérieurs en vue solaire: pour quelle raison avoir râpé de la sole en pince là où on recherche précisément de la callosité pour constituer une forte sole périphérique? Y avait-il un bourrelet disgracieux créant des pressions qu’on ne voit pas bien sur La photo des vues solaires ‘avant’?

    Enfin en regardant, je constate qu’il y a eu aussi du retrait de sole sur les antérieurs, mais moins jusqu’en quartier. Mais ma question demeure!

    • Salut Sophie,

      Pour garder un angle palmaire « presque » idéale, il est important de pas laisser la pince partir en hauteur parce qu’on aura sollicité la pousse de la sole périphérique.

      La partie que j’ai râpé est très proche de la ligne blanche et au dessus d’une bonne concavité.

      KC appel ça « l’équation d’équilibre » avec grosso merdo un angle de 5° entre l’axe « talon-pince » et l’axe de la fourchette.

      Cela permet aussi de répartir la pression sur une surface en appuie et pas sur un point haut, et donc de stimuler uniformément la zone de break over.

      Ce cheval n’a pas d’étirement lamellaire et sa position « carré » me demandait d’attendre qu’il veuille bien se détendre à la fin du travail… grand anxieux… Mr saute un peu sur place en permanence… mais ça va beaucoup mieux AUSSI depuis le début des rdv !

    • Il reste quelques traces d’étirement sur certains quartiers (les fentes noires), mais si il n’y a pas d’évasement, ça partira tout seul à la pousse. Quoi que, sur mon loulou qui a chargé longtemps toujours plus l’extérieur que l’intérieur des antérieurs, j’ai eu du mal à m’en débarrasser.

      Sur les photos solaires, on ne voit justement pas si ce sont des callosités irrégulières ou proéminentes, d’où ma question 🙂 Je me rappelle que mon loulou au début qui avait la paroi épaisse comme du papier et qui s’émiettait comme du biscuit, la sole fine comme du papier et plate, il avait poussé des callosités qui faisaient un peu boudin, mais je les avais laissées en protection. Elles ont disparu seules quand la pousse de paroi était plus saine et plus épaisse et que la sole périphérique s’était bien développée. ça a peut être nui au breakover quelques semaines, mais ça m’a dispensé de lui mettre des boots 24/24, c’était déjà bien assez pénible comme ça en plus avec son chancre aux fourchettes…

      Quoi qu’il en soit, en 3 parages, le résultat dépasse de loin ce qui a été fait en 4 ans auparavant!

      • Non, ce ne sont pas des traces d’étirements! Mais des traces d’éliminations et d’infections….. J’adores quand tu veux m’apprendre mon boulot! MDR ! 😀

      • Pour moi, évacuation ou pas, les lamelles ne sont pas solidaires, la ligne blanche est bouffée, la paroi et les tubules sont détachées. Donc, on a un trou dans les lamelles, donc une espace, donc un étirement entre la structure interne et externe, bien qu’il n’y ait pas d’évasement!

        Je ne veux pas t’apprendre ton job, mais c’est comme la fourbure: qu’elle soit d’origine mécanique ou métabolique, le résultat est une fourbure. Donc là, que ce soit un étirement mécanique ou métabolique (ici métabolique), ça reste un tissu lamellaire étiré qui a lâché et ne se resolidarisera plus avant que la nouvelle pousse de paroi solidaire ait atteint le niveau de la sole.

      • Je pense qu’il va falloir que tu ouvres ton propre blog de podologie équine Sophie…

        Je te répète une dernière fois (et moi, j’ai le pied sous les yeux) il n’y a pas d’étirements!

      • Mais alors comment appelles-tu ce trou dans la zone lamellaire? Les toxines et les saletés ont creusé à travers ces lamelles pour sortir, désolidarisant la paroi de la structure interne. On a donc un étirement, non? Comment tu appellerais ça sinon?

      • Il n’y a pas de TROU, la paroi n’est pas séparée. La ligne blanche est noircie, point.

        Des déchets métabolique, une mauvaise pousse, un mauvais fonctionnement du pied tout cela peut produire des tissus de mauvaise qualité.

        Ce que tu décris c’est un ABCÈS, voir une crise de fourbure ou en pareil mais moins pire, une fourmilière…

        Là, même si certains tissus sont noirâtres, donc attaqués par des bactéries nécrophiles, tout le pied est bien structuré.

        Le pied peut produire des mauvais tissus OU évacuer des tissus…. ici, sole, ligne blanche et paroi sont bien joints, même si leurs couleurs prouvent que tout n’est pas terminé.

      • Te fâche pas, je ne remets pas en question le parage, qui comme je l’ai dit, en 3 séances a fait 100 fois mieux que la peudo taille d’entretien des 4 ans avant. Je n’accuse pas non plus ton parage d’avoir rendu le sabot malade! J’ai bien vu avec la mon gros que 10 mois après l’avoir acheté, il m’a encore fait une sortie massive de toxines (par la peau des pâturons lui par contre). Je m’interroge juste sur le résultat où l’on trouve de petites zones où la paroi s’est détachée du sabot pour permettre la sortie d’un abcès ou de déchets, et que ces zones, ici petites, présentent donc une absence de lamelles (donc un sillon où on peut aisément creuser dedans). Effectivement on se rapproche plus d’un phénomène de fourmilière, sauf que ça a été généré par dedans le pied plutôt que dehors. Et que la paroi n’est pas tombée à cet endroit, car l’infection est sortie et non entrée pour coloniser. Quoi qu’il en soit, dans quelques semaines on n’y paraîtra plus!

        Par contre, on est d’accord qu’en l’absence de parage régulier avec ce genre de phénomène, si on laisse agir des forces de levier sur ces zones de paroi aux lamelle fragilisées, c’est la porte ouverte aux évasements mécaniques et au décollement visible de la paroi 🙂

        En fait, ces ‘points de sortie’ d’infections sont positifs, les pied se nettoie, ne se congestionne pas, ne fait pas d’énormes abcès douloureux. Mon gros a eu donc 4 chancres aux pieds, 10 mois plus tard on a de superbes fourchettes qui s’élargissent, s’épaississent, dont la texture est au top, qui ne pèlent plus, qui fonctionnent en termes de dynamique, mais la lacune centrale est toujours en son centre aussi profonde que l’épine aux antérieurs, et au fond, de la taille d’une tête d’épingle, un tout petit spot qui paraît pelucheux. J’ai longtemps cru que c’était une zone à réinfection, mais aujourd’hui qui je peux mettre tout un pouce au fond de cette lacune bien large, que la fourchette fonctionne, que le cheval pose talons en premier, que la texture est splendide et que je peux gratter au cure-pieds sans la moindre sensibilité, je suppose que c’est plutôt un point de drainage des petites saletés qui restent dans le pied. Donc quand le pied sera nettoyé par dedans, rien n’y paraîtra plus et les lacunes se combleront.

        Le pied du cheval est vraiment une vraie merveille! Dommage que comme avec ce trotteur par le passé ou avec le mien qui était pieds nus mais sans soins et sans suffisamment de mouvement, on en arrive à des catastrophes en termes d’équilibre et de santé…

  3. Dommage qu on ait pas le travail en parallèle du maréchal-ferrant de j0 à j 130 avec 3 parages comme vous. Car je pense que dans les 4 années précédentes, au vu de son pied au départ, ce Cheval n a pas du voir le marechal 3 fois en 130 jours. De plus comparer un pied de cheval qui est resté plusieurs mois au près en pleine saison sur terrain sec et dur avec un pied retouché régulièrement et laissé plus que probablement en boxe ou sur terrain tendre au vu de la saison hivernal n est pour moi pas une comparaison des plus objective.

  4. Un pied en conditions estivales et l autre en conditions hivernales pour moi ce ne sont déjà pas du tout les mêmes conditions. Aucune trace de râpe visible en face pariétale… Les traces de parages devraient clairement être encore visible après 2 mois de parages. Si la seime est la pour moi c est clairement une négligence du pied. Ou alors on avait vraiment affaire à un marechal-ferrant incompétent, mais comparer c est pieds pour dénigrer le travail des maréchaux je ne trouve vraiment pas cela honnête de votre part!!

    • Bonsoir,

      Ce qui est important, c’est le suivis. Ce cheval est suivis depuis 4 ans par un (ou des MF) en pieds nus. Le résultat est là, la podologie équine permet de retrouver un pied sain en 3 rdv.

      Je ne compare pas un pied d’hiver et un pied d’été… Je compare le RÉSULTAT. Ce qui est d’autant plus paradoxale puisque l’été, les pieds sont toujours plus jolis!

      Il est facile de dire « oui mais CE MF est nul »… non, c’est pas ça la conclusion de mes recherches… La conclusion, c’est « LA FORMATION DES MF EST OBSOLÈTE » !

      IL faut changer de paradigme et ne pas rester bloqué sur des querelles de personnes mais bien sur des questions de fonds, de théorie, des bases scientifiques et des résultats sur le terrain.

      Il n’y a plus d’excuses! Ce cheval a de mauvais pied, ce cheval n’a pas été suivis, ce cheval à une mauvaise génétique, il a été vu par un incompétent… etc etc etc… NON.

      Les techniques utilisés ne permettent pas à un MF « lambda » de s’en sortir. Il est là le problème.

      Et SA réponse sera toujours la même: il faut ferrer.

      Et la suite, c’est la ferrure orthopédique « qui soulage » ….

      Et la suite, c’est un cheval mis à la retraite ou au couteau…

      Y a marre.

      Je comprends tout à fait que les MF voient les gus-gus non diplômés d’un très mauvais œil (surtout après en avoir chié pendant 2 ou 3 ans comme esclave chez un patron…) MAIS, il faut arriver à ravaler son EGO, et a ouvrir les oreilles pour commencer à se pencher sur des évolutions inéluctable de votre métier.

      Cet été on verra les pieds de ce cheval et ils seront encore plus beaux…

      Y a pas de magie là dessous, y a juste une profonde remise en cause des règles que vous pensez inébranlables.

  5. La seul raison qui fait qu aujourd’hui, ce cheval à de plus jolis pieds, c est pour la simple et bonne raison que vous parer le cheval plus souvent. En parant un cheval toutes les 6 à 8 semaines il est impossible de récupérer un pied comme celui présent à j-0. la majeure partie des maréchaux-ferrant, on une plus grosse clientèle de chevaux parés que de chevaux ferrés et non le maréchal-ferrant n est pas la que pour mettre des fers!
    Ma conclusion est que : N importe quel marechal compétent est capable de récupérer des pieds sains en 3 rendez- vous sur 130 jours!

    • Bonsoir,

      De ce que j’en vois sur le terrain… non.

      De ce que mes clients en voit sur le terrain, non plus.

      De ce que les forumeurs ou les gens sur Facebook en disent…. non plus.

      Et c’est valable en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Belgique et même aux USA. (de ce que j’en sais)

      Si vous avez des exemples isolés, tant mieux, et je serais le 1er à m’en réjouir. Mais la réalité « de terrain » c’est que les propriétaires ne sont pas content du travail des MF pour le pied nu. D’où la demande croissante pour des « pareurs », « pédicures » ou « podologue équins » (suivant le niveau de compétence).

      Si la situation était si idyllique que vous la présentez, JAMAIS je n’aurais eu de travail et aucun de mes collègues non plus.

      Vous savez très bien que le métier de MF est basé sur la forge et que pour beaucoup, voir une majorité, c’est un aspect très important du métier qui demande beaucoup de temps et de pratique pour arriver à devenir un artisan qualifié.

      Comment dans ses conditions, après cet apprentissage, demander à ces professionnels de ne pas appliquer leurs compétences?

      D’un point de vue humain, c’est logique.

      Et beaucoup préféreront ferrer, parce que « c’est leur métier ».

      De l’autre côté du problème, il y a la formation et sa base théorique.

      La théorie de la paroi porteuse!

      Comment continuer à ferrer quand on comprend que c’est la sole, la fourchette et le coussinet plantaire qui doivent gérer la plus grande partie de l’énergie cinétique de la locomotion?

      L’appuie périphérique du fer ne permet PAS un fonctionnement physiologique du pied… et donc entraîne des effets secondaires inéluctable. MAL nécessaire? non, aujourd’hui, on a les boots, les système à coller… voir la podologie équine!

      Les études scientifiques prouvent que les structures caudales souffrent de la ferrure et s’épanouissent sans…

      Alors, oui, je veux bien que les MF ne ferrent peut être plus autant qu’avant mais pourquoi il persiste autant de méfiance vis à vis du pied nu, de notre métier et de tout ce qui l’accompagne?

      Comment font ils pour parer correctement en se basant sur les théories de la paroi porteuse?

      Le simple geste de « toiletter la sole ou la fourchette » c’est déjà être dans l’erreur… quand à la gestion des barres, aucun ne pourra donner la même réponse… le concept d’arche interne n’est pas connu… l’hémodynamique? la croissance des cartilages collatéraux? Le besoin d’appuie et de stimulation de la sole périphérique? etc etc etc

    • si c’était vraiment le cas pourquoi le maréchal n a pas proposé à sa cliente d’intervenir plus souvent?
      et l’idée c’est pas de rendre + joli, mais bel est bien + « performant »… performant ne voulant pas dire « exploitation »… et certes la perfection devient jolie c’est un fait !

  6. Je n ai jamais entendu parler de la théorie de la paroi porteuse( muraille, ligne blanche, bord externe de la sole, le coin des barres ainsi que les glomes, sont les 5 points d appui du pied du cheval pour le marechal-ferrant).Théorie de la paroi porteuse??? Sûrement une théorie inventée par les pareurs pour casser le travail du marechal. Sinon je reverrais mes sources à votre place car je vous certifie qu une grande majorité de maréchaux parent plus de chevaux qu ils les ferrent. Mnt la majeure partie des gens qui se tournent vers le parage naturel sont des gens amateurs( ce sont peut être les gens qui s y connaissent le moins dans les chevaux) qui on entendu parler de ça via internet ou le voisin et qu y on envie d essayer pcq c cool de pouvoir aller promener sans fers. Voilà la majeure partie de votre clientèle. Je pense que votre podologie équine a encore beaucoup de chose à prouver.

    • Et bien… c’est sur qu’en tenant ce genre de discourt on est pas prêt de s’entendre…

      Si vous commencez à qualifier les gens soucieux du respect des besoins fondamentaux « des mateurs qui n’y connaissent rien » et vous béatifiez les « pros » qui eux « s’y connaissent en chevaux » ceux là même qui les enferment H24, leurs font bouffer de la merde, les ferrent, les tondent, les torturent avec des enrênements, des mors, des piles à bœufs, et les transportent parfois sur des milliers de kilomètres pour aller sauter quelques barres…. si c’est ça, VOTRE modèle de gestion du cheval, alors oui, nos mondes ne pourront jamais se côtoyer.

      Les « pros » sont justement pour MOI, ceux qui font le plus de mal…. justement parce qu’ils pensent s’y connaitre…. mais ne font que reproduire des comportements aberrant issu de la cavalerie et empiré par le sport et l’appât du gain.

      La théorie de la paroi porteuse et de P3 « suspendu dans la boite cornée » est inscrite dans tous les manuels vétérinaire que j’ai pus consulter… ainsi que les livres de maréchalerie, ou les présentations de gens tel que Denoix ou Leveillard! Donc, non, je n’invente rien.

      La littérature ne manque pas d’exemples.

      La théorie de la paroi porteuse oppose depuis plus de 150 ans les esprits…

      Quand à ma clientèle, elle comporte des « pros » qui ont à coeur de favoriser le bien être de leurs chevaux au détriments des idées reçu ou de prétendus performances à court terme.

      Les pros « fermés », n’ont tout simplement rien compris. Le monde du cheval étant très lent pour évoluer…. et tout le système pas du tout fait pour la santé du cheval (un meuble!) mais pour la rentabilité à court terme.

      Quand à votre histoire de clientèle pieds nus supérieur aux fers, je n’y crois pas une seule seconde. La plupart des propriétaires de chevaux pieds nus ayant TOUS galéré pour trouver UN MF acceptant de ne pas ferrer! (et je passes du temps sur des forums nationaux, donc ce n’est pas lié à la Bretagne…)

      • Sans faire la moindre apologie du fer ou discuter sur le manque de fonctionnalité du pied ferré au quotidien, un commentaire: là où je rejoins Quentin sur un point, c’est qu’un ferrage ne propose pas QUE la paroi porteuse, MAIS: cela dure une semaine ou deux. Ensuite avec la pousse de la corne, on se retrouve avec la seule paroi qui porte. Et Quentin oublie un point d’appui: la fourchette. Même si un ferrage aux talons correctement abaissés permettrait à la fourchette non coupée à l’extrême de venir au contact du sol (ce que fait rarement un MF), même topo, après une semaine ou deux l’effet est perdu. Idem avec tous les fers orthopédiques, leur effet correcteur ne dure que quelques jours avant que la pousse n’éloigne le fer de tout ce qu’il était censé soutenir. Donc là où je rejoins à nouveau Quentin (qui argumente en faveur de Guillaume), Guillaume est intervenu plus souvent pour apporter rapidement et efficacement les corrections nécessaires au pied. Et c’est NECESSAIRE! Sinon le problème ne se résout pas sur le long terme. Car le problème est là pour un MF: comment apporter des corrections rapides, efficaces et durables en intervenant toutes les 8 à 10 semaines? Combien de propriétaires savent qu’il faut impérativement faire venir leur MF toutes les 4 à 6 semaines même sur un pied sain? Et comment un MF pourrait rendre sa ferrure efficace sur un pied à soigner en la changeant toutes les 2 semaines? Il y aurait tant de trous de clous dans la paroi qu’elle partirait en morceaux… Donc la solution correctrice MF ne fonctionne pas sur un pied malade, car il est impossible d’en assurer l’efficacité sur le long terme sans détruire toute la paroi… Et malheureusement, le MF de ce cheval ici n’a pas dû venir bien souvent et ignorait apparemment ce dont le pied avait besoin pour être fonctionnel, hormis si il avait fallu poser un fer dessus. Et encore.

        Quand j’étais enfant, j’ai appris à monter avec un militaire (qui déjà déferrait tous ces chevaux de novembre à mars. car ils ne faisaient que du manège et du parc et pas de sorties en terrain), et son MF ne jurait que par ‘on ne ferre qu’un pied sain’, donc chaque cheval présentant un problème de pieds quelconque était déferré, paré et corrigé, et seulement referré lorsque le problème était corrigé.

    • Régulièrement tous les combien? Toutes les 4 à 6 semaines, ou tous les 3 mois? En fait peu importe, ce MF a fait ce que font souvent les MF pour un cheval qui ne fait pas de compétition et n’a rien de prestigieux: juste couper ce qui dépasse. Je l’avais dit dans un autre sujet déjà, ce qui est agaçant avec beaucoup de MF, c’est que si vous avez un cheval de sport qui tourne en compétition, vous avez un travail soigné. Dites au même maréchal que vous avez un poilu de rando-loisir et il fera un boulot de cochon. Avant même de remettre en question la ferrure, avec mon ancien cheval, c’est le triste constat que j’avais fait. Lorsque je le sortais en concours et qu’il avait de la prestance, le travail était nettement mieux que lorsque que je l’ai mis en semi-retraite-balades-parc et que physiquement il avait pris un coup de vieux. Aujourd’hui avec mon cheval ‘de loisir-qui-ne-sert-à-rien’, je n’ose pas imaginer ce que j’aurais comme boulot: 1m43, velu à souhait, ‘que de la rando’. C’est costaud, on peut parer n’importe comment 😦 Bref. J’aime ma podologue et je le dis.

      • Je confirme ce qui est dit plus tôt. Le MF est venu sur les pieds nus de mes chevaux lourds, car je n’avas plus de pareur. ça lui a pris 20 min pour faire les 2 (un record) alors que ça faisait plusieurs mois qu’il n’y avait pas eu d’intervention. Et je passe le discours sur l’abération de laisser un cheval lourd pieds nu, qu’il faut le ferrer, que les pieds vont se déformer avec le poids du cheval,……(Heureusement finalement qu’il n’a pas passé 3h).
        Bref, 3 jours plus tard, tous les pieds cassaient et j’ai dû réintervenir. C’est dommage que « des professionnels des pieds » n’essaient pas dévoluer car c’est un travail intéressant.

  7. la seime en pince , ça m’a tout l’air d’un « seedy toe » . faudrait pas ouvrir un peu pour pouvoir le traiter ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s