Rendre service à un poney

On a tous vue un poney dans un pré avec des pieds trop longs…. beaucoup trop long… AVANT de devoir sortir la scie, et avant que les déformations de la boite cornée ne soient trop importante, on peut l’aider!

Vous pouvez taper « poney babouche » dans google image et vous verrez ce que peuvent être des situations devenues intolérables.

Les poulinières, les « shets », les « vieux chevaux », les « tondeuses », les infirmes ou tout simplement les équidés domestique tombés dans de mauvaises mains ou chez des gens « ignorants », peuvent avoir des pieds beaucoup trop longs.

La première raison:  « on ne voit que ce que l’ont connait ».

Les pieds ferrés sont souvent trop long, tout simplement pour une raison assez pratique. Il est nécessaire de laisser de la « place » entre le chorion de la paroi (4) et la paroi elle même (8) pour pouvoir placer les clous (9) sans risquer de « piquer » ou « d’enclouer » (serrer) les tissus sensibles et vascularisés.

pince clous

La place est compté autour du PIED, car le SABOT (la protection du pied) doit être parfaitement ajusté.

fer et P3

La prise de repère derrière la ligne blanche, pour le parage, en pince, va entraîner sa lente migration.

déformation1laminitis-xray-1

Les pieds ont donc tendance à s’allonger, ce qui fait que notre œil, habitué à ce phénomène, ne sait plus reconnaître un sabot « trop long » d’un sabot « physiologique ».

20150610_162759

Mine de rien, ce « détail » va faire que la plus-parts des gens ne verront même pas que leurs poneys ou cheval à les pieds BIEN TROP  LONGS ! Et quand ils s’apercevront de la longueur, la situation ne sera pas dramatique, mais pas loin…

:La seconde:, un manque d’argent ou de temps. Ces considérations matériels sont la plupart du temps indépendantes de la volonté des gens… il arrive que certaines personnes ne veuillent pas dépenser un seul centime pour une bestiole… Vous pouvez dans ce cas là, avertir une association qui viendra constater les problèmes et soit obliger le propriétaire à faire les soins soit saisir l’animal si il y a urgence vitale.

La troisième: un manque de considération pour un animal « qui ne fout rien » ou qui « ne travaille pas » ou qui n’est pas monté… donc qui n’a pas besoin de soins!

L’ignorance pourra aussi jouer son rôle et donner pleins de bonnes excuses pour ne pas faire couper les ongles d’un équidé… Les gens ne se rendant pas compte des dégâts et des souffrances occasionnés par la paroi en excès. Des bras de leviers très importants vont créer des forces d’arrachements de la paroi et forcer sur les articulations, ligaments, tendons et muscles de l’appareil locomoteur.

Tout ceci installant une gène permanente, des compensations musculaires, des lésions ostéopathiques, une mauvaise vascularisation des membres et des pieds, une locomotion pénible et de plus en plus restreinte qui petit à petit viendra impacter le transit et donner de possible « coliques »…

Bref, tout cela pour ne pas se donner la peine de mettre un coup de râpe ou un coup de pince aux sabots!

Du coup, j’aimerais profiter d’un exemple pas si pire que ça, mais quand même, pour expliquer LES BASES d’un  entretien, sur un poney n’ayant pas de soucis locomoteur et aux pieds non déformés. En effet, un entretien sur un équidé aux pieds complètement déformés serait beaucoup plus technique et demanderait des bases d’anatomie afin de pouvoir retrouver des repères cohérents.

Ce n’est pas à proprement parler de la « Podologie équine », mais un entretien courant du sabot.

J’ai pris quelques clichés hier, lors d’une visite de routine chez des gens qui avaient attendu trop longtemps avant de m’appeler.

20150610_164334

On voit tout de suite que la pousse de la paroi est vraiment importante et que le sabot a commencé à se déformer, à souffrir de pressions inadaptées et a commencer à ce casser. (provoquant une seime)

Le but c’est d’enlever la paroi en excès, tout en préservant la protection maximale du pied.

On va donc « couper l’ongle », sans toucher à la fourchette, sans toucher à la sole.

?????????????

La pince à parer est de rigueur, car faire la même chose à la râpe serait très pénible et pour vous et pour le poney…

On place donc une des lames de la pince à parer « à plat » sur la sole et l’autre de l’autre côté de la paroi.

C’est la SOLE qui nous sert de guide pour couper « à plat » la paroi.

On suit sa forme, en tenant les branches perpendiculaires à la sole ou les lames, parallèles à la sole.

20150610_164435

Il est plus facile de commencer par un talon et de finir par l’autre talon.

La « hauteur » des talons sera calé toujours sur la sole. Ce sera sans doute à son point le plus haut. Le but étant de ne PAS couper ou râper (si vous n’avez pas de pince) un seule morceaux de sole!

Bien souvent, la hauteur de fourchette et la hauteur max. de la sole seront les même. Si la fourchette est plus haute, caler vous sur la hauteur de fourchette pour ce qui est des talons. Si la fourchette est beaucoup plus basse que la sole en talon (le SOC !) fier vous a la sole et ne descendez surtout pas les talons à la fourchette!

Les talons devront être à la même hauteur par rapport à la sole des 2 côtés. (ou au même niveau que la sole)

En procédant ainsi, vous ne POUVEZ PAS vous tromper, pour un poney qui vit au pré et qui a ses pieds trop longs.

Les choses seront les même pour un cheval au pré, à qui ont aura pas touché la sole depuis longtemps. (qui sera donc un bon repère)

Ne pas faire ce type d’entretien simpliste, pour un déferrage, un cheval au boxe ou un cheval avec des soucis.

?????????????

Une fois toute la paroi en excès mis à niveau de la sole, on obtient un « plan de sole » qui fixe la hauteur de paroi.

Le cheval ne marchant PAS sur son ongle, mais sur son pied, il est important de ne pas laisser dépasser la paroi de la sole de plus de 1 ou 2 millimètres, ce qui correspond à peut près à l’affaissement de la sole quand le pied est en charge. De cette façon, la sole périphérique (celle qui est autour de P3) pourra jouer son rôle de support et la paroi pourra participer mais pas de façon principale.

?????????????

Note: La sole à prendre en compte pour la « hauteur » correspond au trait noir à l’intérieur, juste à côté de la ligne blanche.

Sur ce poney, qui a une sole relativement « plate » cela fait peut de concavité, mais sur un pied plus « creux » donc concave, le repère est le même! c’est bien la partie de la sole la plus « haute »… celle où vient s’appuyer la pince à parer.

Vous avez donc un « plan de sole » mais on remarque que la paroi n’est pas SYMÉTRISÉE par rapport à la SOLE et donc « au pied »…

Pour une locomotion et une croissance correcte du sabot, il FAUT que la chaussure, soit symétrisé avec le pied…

Shoes-for-Plantar-Fasciitis

Qui arrive à jouer au tennis avec des rangers qui auraient 3 tailles de plus?

Donc on va définir avec un feutre, la projection de la forme de la sole (de P3) sur la paroi, afin d’éliminer tout ce qui est en trop. (On l’a fait en hauteur, maintenant, on le fait en largeur et en longueur)

?????????????

La sole, tracée avec mon repère au feutre et les lignes théoriques qui fixent les proportions physiologique et les axes du pied.

Symétriser oui… mais avec quoi?

Le carré noir (sur la photo au dessus) indique la partie de la paroi la plus « fine » de tout le pourtour du pied. C’est donc un bon repère pour éviter d’en enlever trop.

Il suffit de reporter cette épaisseur sur tout le tour et on remarques que ça colle avec la forme de la sole!

La suite, c’est couper cette paroi qui dépasse sur les côtés, en suivant le trait de feutre. On place les lames à 45°.

On ne coupe PAS dans la ligne mais SUR la ligne… On peut même le faire en 2 fois, histoire de pas rogner un gros bout… parce que 3 fois coupé, 3 fois trop court…

Cela donne:

?????????????

Vue de dessous, on commence à être pas mal. On peut laisser comme ça à ce stade. Si on a pas plus de connaissances, on aura déjà bien aidé le poney !

On a pas fait de conneries, on a pas mutilée la fourchette, on a pas mutilée/creusée la sole sous prétexte de la « toiletter »… les talons seront presque pile poile de base… On a un chanfrein et une symétrie PIED / SABOT.

Beaucoup de pros n’auront pas ce résultat à cause de théorie complexes plus ou moins foireuses ou la croyance obsolète que le cheval marche sur sa paroi.

Un super chanfrein ! 

Notre sole périphérique est bien au contact. L’assiette physiologique du pied est respectée car la sole est la projection de son chorion qui est fixé à la 3e phalange.

Il est ultra important de ne PAS toucher à la sole!

Dans quelques jours la paroi sera redescendu (vue qu’on a bien relâché la pression qui s’exerçait dessus) et le poney sera moins « sensible ».

Vous pourrez mettre un petit coup de râpe léger sur les aspérités pour gommer les angles donné par les coups de pinces et lisser un peu plus les talons pour qu’il n’y ai pas de bouts qui dépassent, mais un poney au pré pourra très vite s’user tout seul ces petites aspérités.

Voilà, vous avez finit !

20150610_165646

Pour ce pied, j’ai rattrapé l’angle de pince et ses évasements, ce qui nous donne un angle de pousse correcte.

Perso. j’ai été un peu plus loin en traitant les barres, les points d’impact des talons, en affinant la position du point de bascule, et en redonnant une assiette aussi juste que possible au pied en fonction du poney ce jour là, afin d’influencer positivement la croissance des structures.

Tout cela peut commencer à être abordé en stage, ce qui permet d’aller au delà du simple raccourcissement d’ongle.

Parce que les poneys, les poulinières, les vieux ou les handicapés ont tous besoins d’avoir des pieds avec une forme physiologique!

Leurs besoins sont les même et les techniques et soins apportés aux entretiens seront donc les mêmes que pour un cheval qui « travaille »…. Les dernières subtilités ne tiendront que du détails…

Mais sachez qu’un simple coup de râpe en pince pour « mettre à plat » peut changer un cheval « sensible » en un cheval « boiteux »… Pareil avec des coups de rénette malheureux dans la sole primaire située sous P3…

Laisser la sole et la fourchette s’épaissir et se compacter sans les mutiler change beaucoup de choses!

16 réflexions sur “Rendre service à un poney

  1. Bonjour Monsieur, vos articles sont hyper intéressants et documentés, très utiles et je vous en remercie. Je déplore malheureusement (et au risque de vous froisser) que l’orthographe soit un peu faible. C’est trop dommage. Je vous propose de vous envoyer une version corrigée si vous l’acceptez afin que vous puissiez mettre en ligne une information plus parfaite. Ceci sans aucune arrière pensée ni allusion désobligeante : la méthode globale pour enseigner l’orthographe aux enfants a du encore faire ses ravages… Et bien sûr gratuitement pour le bien des chevaux. Dites -moi ce que vous en pensez ? A votre disposition, bien cordialement.
    Marie-Christine Desjean-Bergès
    Refuge de Kerhusky, domaine de Gleyzes BALMA
    06 85 01 21 10

  2. Bonjour
    Article très intéressant. C’est un peu ce que j’ai l’habitude de faire. Mais je rencontre quelques soucis avec ma Shet de 4ans, qui sort en petites balades 6j/7 sur terrains caillouteux. Pour ma part, j’ai tout tenté pour obtenir une sole à la même hauteur que la paroi (à peu près), mais mon souci est que la sole de ma ponette est toujours très creusée. J’ai tenté de laisser pousser pendant plusieurs mois, sans rien toucher, afin de laisser pousser la sole et de pouvoir couper la paroi comme vous indiquez, mais la sole de ma ponette est creuse au point que si je me fiais à sa hauteur pour couper la paroi, ce serait une catastrophe. Auriez-vous quelques conseils à me donner ? Y-a-t’il des astuces pour faire croitre la sole ?
    Et question non moins importante, votre parage est-il valable pour ma ponette qui, par ses balades, s’use rapidement les pieds ? On m’a toujours dit de « laisser un peu + de longueur », mais j’ai l’impression que si je suis cette indication, la sole reste forcément creuse.
    Merci à vous

    • Si tu ne mets pas la paroi à la hauteur de la sole, la dite sole périphérique ne pourra JAMAIS se developper…

  3. Bonjour
    Sur l’avant dernière photo de profil on voit le trait au feutre sur la sole
    Est ce qu’un coup de rape ( à 45 ° comme la paroi coupée à la pince ) jusque là pour accentuer le rolling deP3 peut être judicieux ou dangereux vu qu’on est très proche de la sole ?
    Merci d’avance
    Sébastien KNOCKAERT

  4. Bonjour,
    Je pare mes poney moi même entre deux passages de mon podologue. j’entretiens quoi et je ne pense pas leur faire courir de grands risques. Je taille tj la fourchette, surtout par temps de pluie, pour éviter qu’elle pourrisse. Pourquoi insistez vs autant pour que l’on y touche pas. Quel est sont rôle, exactement ?
    Merci
    Cat. J

    • Bonjour Catherine,

      Je ne vois pas en quoi mutiler les fourchettes vont les empêcher d’avoir des infections.

      C’est même l’inverse qui se produit! J’ai fini par comprendre au fil des années que moins on y touchait et mieux elles se portaient pour enfin avoir la texture du vieux cuir que Pete Ramey exposait dans son livre.

      La fourchette, comme la sole sont des tissus de protection ET de support qui ont la particularité de se compacter sous la masse du cheval. Couches après couches, elles vont former un tissus dur et compact qui deviendra de plus en plus fonctionnel avec une « croûte » externe tannée insensible aux agressions.

      Le fait de couper la couche externe de la fourchette (ou de la sole) la prive d’une épaisseur indispensable à son compactage mécanique et expose aux agressions chimiques et bactériennes sont intérieure fragile et non oxydé.

      Plus on va exposer les tissus sans protection et plus ils seront sujet aux agressions externes.

      De plus, il faut VRAIMENT prendre en compte que les infections de fourchette ne sont que le reflet d’un milieu intérieur « pourrit » à cause d’une alimentation non physiologique. Le système lymphatique pouvant se charger de toxines acides, propice au développement bactériens.

      Le noir au fond des lacune ne vient pas de l’extérieur mais bien souvent de microbes nettoyeurs ( bactéries nécrophiles ) venant bouffer les exsudations du pied.

      La fourchette est une protection externe du coussinet digital formant avec lui, un bloc compact (normalement) pouvant accueillir la pression de la 2e phalange pendant la phase de mise en charge.

      Il est donc impératif de lui laisser son épaisseur et de faire en sorte qu’elle reste saine.

  5. super article, j’avais compilé petit à petit les infos de ce blog passionnant, et voici tout résumé et avec de super photos et des explications très claires pour les amateurs, ça me rassure sur ce que je fais sur mes chevaux (sans prétention hein !!)
    à propos je cherche un stage pour apprendre les bases, proposez vous des dates ? (je suis dans le jura)
    encore merci pour toutes les publications, c’est une mine d’info ce blog !!

  6. bonjour ,
    il y a peu de temps on ma demander de m’occuper d’ un shetland. il a les pieds long ( d’où ma recherche pour pouvoir le parer et l’aider). vos articles vont être d’ une aides précieuse par contre au niveau des antérieurs la fourchette est plus longue que la sole. or vous aviez dit de ne pas toucher la fourchette. comment je remède a ce problème ? Merci d’avance

    • Bonsoir,

      Tu peux retrouver mon article où je parles des proportions (nombre d’or je crois) et en déduire la longueur physiologique de la fourchette.

      Pour une 1ere correction on peut corriger une fourchette qui aurait dépassée sa taille « normale » pour aider une pousse correcte.

      Faut retrouver le vrai apex… là où se rejoigne la sole et la fourchette.

      Quoi qu’il en soit être toujours très prudent si on commences à couper de la fourchette !

  7. Ce que tu expliques en début d’article, la pince qui s’allonge… Aïe, ça me rappelle un mauvais souvenir… Les chevaux d’un pote que j’ai revus l’autre jour après des années. Je me souviens d’eux à 5 et 7 ans à l’époque, et certes, c’était y a longtemps et certes, j’étais pas vieille et n’avais pas le regard que j’ai aujourdhui, mais je n’ai pas le souvenir de pieds catastrophiques à l’œil (ils étaient déjà ferrés mais avaient une forme « normale »). Ils en ont 16 et 18 aujourd’hui, et quand j’ai vu leurs pieds l’autre jour j’ai eu envie de pleurer… Un peu comme sur la photo et la radio que tu montres, en plus horizontal/écrasé encore… Ça pique les yeux.
    Et le pote qui louange son maréchal… Outch…

  8. Pingback: Les pieds l’hiver | Honey Poney

  9. Génial cet article… pour de « l’entretien » au moins on comprend ce qu’il faut faire (respecter les structures du pied, tailler, mettre la sole 2ndaire au contact du col quand pression)… et ne pas faire (mutiler…) Article que je partage avec plaisir!

  10. Super intéréssant , je commence depuis presque un an , à faire les pieds de mes chevaux pour des raisons financières , et médicales ( j’ai un cheval qui doit s’étirer toutes les 5 minutes aux postérieurs car il a eu des soucis .. et aucun  » maréchal » ( il n’y a pas de podologue dans ma région ) n’as cette patience ! du moins pro car je connais certains maréchaux qui ne sont que amateurs et eux , ont tous leur temps devant eux car il ne vivent pas de cela !
    bref , j’ai un vieux trotteur donc je n’ai pas touché les talons mis a part les remettre a hauteur « normale  » ( la meme hauteur que d’habitude avant que je commence à les parer moi-même ) car j’avais peur de faire des bétises . Mais grâce a vos articles , dont je me suis d’ailleurs permise de recpoier certaines parties tres enrichissantes , je vais pouvoir régler cette hauteur de talont qui au ofnd m’a toujours dérangé . je le ferais progressievment sans doute .

    Heureusement qu’il y a des gens comme vous pour faire part de votre savoir faire !!

    ps: je vais acheter une chandelle pour poser le pied de mes chevaux dessus pour éviter de me casser le dos et pour mieux reposer le pied de mes chevaux
    malgré ça , le repose pied que l’on trouve dans le commerce coute assez chèr.
    je pense mettre un coussin pour eviter de blesser le paturon des chevaux en leur posant le pied dessus.
    Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement et a bientôt peut-être !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s