J’en ai marre de voir des MF se fâcher contre nous au motif que nous voudrions tous nous installer « sans diplôme » et faire n’importe quoi et que les formations sont bidons et ceci ou cela…

D’où vient cette rage? D’où vient ce manque d’ouverture alors que c’est souvent l’argument massue des « pros fers » que les « pieds nus » sont des extrémistes!

Y a des gens qui ne veulent pas faire de compromis « partout »!

Y a 10 ans, on nous rigolait au nez quand on parlait de ne pas ferrer un cheval…

Les vétos et les MF parlaient « d’une mode passagère »! Un retour à la nature voulu par une classe de « bobo écolo » , « néo ruraux » qui comprenaient rien au monde du cheval. Aujourd’hui, « la mode passagère » est toujours là et la demande est exponentielle.

Des cavaliers PRO 1 déferrent leurs piquets de chevaux. Des cavalières de GP en dressage ont des chevaux pieds nus. Des centres équestres entiers sont gérés sans fers… Il y a environ 4 ou 5 pareurs par département! Des vétérinaires collaborent avec des podologues. Des études prouvent par A + B que la ferrure est nocive. Les gens sur le terrain s’en rendent compte et c’est d’ailleurs pour ça que la demande ne cesse de croître.

Pourquoi continuer de nier l’évidence?

Pourquoi insinuer des choses fausses?

Je n’ai absolument rien contre ce monsieur et je ne me permet de lui répondre publiquement que par soucis de transparence.

Je ne fais que répondre pour clarifier certains points qui ne sont pas exacte.

lien de la publication d’origine: https://www.facebook.com/jeanpierre.laurent.750/posts/883579018676572

« Les limites du parage naturel, je vais être un peu long mais c’est intéressant, en ce moment la grande mode est au parage naturel sur les réseaux sociaux nombre de podologue, association de pareur, de podologue inondent les réseaux d’articles de spécialistes, de photos avant après, de témoignages comme quoi rien n’est mieux pour le cheval qu’un bon parage naturel pour son bien-être. »

1er constat, il y a confusion (donc ignorance) entre deux pratiques différentes : le parage naturel qui vient du « Natural hoof care » (qui est une pratique de soins diffusée aux USA à la base) et la podologie équine qui est une discipline scientifique reconnue et enseigné dans des universités comme en Australie.

Les réseaux sociaux sont inondées d’informations… oui parce que en fait c’est le but ! Partager des trucs futiles ou très intéressants, c’est la fonction 1ere des réseaux sociaux. S’extasier ou s’horrifier en découvrant que des infos se diffusent sur le net est un peu étonnant.

Parler de « mode » en 2019 alors que le parage est diffusé depuis au moins 20 ans est assez drôle.

« Rien n’est mieux pour le cheval » ? C’est surtout que c’est sans doute une solution « plus adapté » à son anatomie fonctionnelle.

« Des formations sont assurées à l’issue de laquelle vous avez la science infuse pour pratiquer le parage NATUREL. »

Alors si il y a « formation » il y a donc « apprentissage » et diffusion d’un savoir et de connaissances… DONC il n’y a pas de science infuse… (Savoir qui viendrait du nulle part). Les formations sont là pour apprendre à gérer les pieds nus de SON cheval. C’est un ensemble de techniques et de savoirs accessibles et ça fonctionne très bien puisque le nombre de chevaux pieds nus fonctionnels ne cesse de progresser et ce depuis plus de 20 ans. Ce n’est donc vraisemblablement pas « une mode passagère ».

Il existe des formations qui sont sanctionnés par un examen. Il existe des dizaines de stages qui peuvent répondre à une infinité de questions.

Le but du parage n’est autre que de remplacer l’usure naturelle par une usure artificielle en faisant comme si le cheval était « parfait » et dans un environnement « parfait », ce qui en soit n’est jamais le cas.

« Et l’on voit de ci de là des pareurs, pareuses, podologue spécialisé qui exercent en toute impunité sans diplôme reconnu. »

La faute à qui ? A l’UFM qui a voulu modifier à la va vite une phrase du code rurale pour faire interdire le parage aux personnes qui ne sont ni vétérinaire, ni maréchaux ferrants. L’acte de parage, qui est un acte de soins courant pour un cheval vivant « pieds nus » est devenu d’un coup de baguette magique, un acte de médecine vétérinaire !

Demain, couper la crinière sera un acte de médecine vétérinaire ? Corriger la ration ? Prendre la température ? Graisser les pieds ? On ne sait pas… l’absurdité de la décision étant évidente.

Il est évident qu’obliger des gens à passer par une formation de forge pour devenir « podologue équin » est complètement aberrant. Au-delà de l’inutilité du contenu de formation, la compréhension du fonctionnement du pied du cheval est opposée… donc cela n’est pas possible de prétendre à une quelconque utilité du diplôme pour garantir la justesse des actes proposés. Le cheval ne marche pas sur son ongle… et la ferrure n’est pas adaptée aux spécificités de la boite cornée. Partant de là, comment on fait ?


« À grand coup de témoignages poignants ils veulent faire du parage naturel un paradigme. »

Et alors ? Une nouvelle manière de voir les choses est-elle mauvaise en soi ?

La base du raisonnement scientifique n’est-il pas de pouvoir remettre en question les anciennes théories ?

Soit on est dans un fonctionnement « dogmatique » basé sur les traditions… soit on est dans un fonctionnement scientifique basé sur l’évolution des connaissances.

La podologie équine (j’insiste) est juste une nouvelle façon de voir, de comprendre et donc de gérer le pied du cheval domestique.


« Alors en me lisant vous vous direz ouais c’est un maréchal ferrant il est contre le parage naturel, il veut empêcher les podologues et pareurs naturel d’exercer. »

Ben, oui… pourquoi, c’est autre chose ???


« Et bien il y a des années que je rêve du jour où on pourrait se passer des fers, des clous et je le disais déjà il y a 30 ans, »

Et oui… sauf que depuis 30 ans (400 ans pour être plus précis), vous répétez les mêmes erreurs encore et encore… et donc n’obtenez que toujours les mêmes résultats… et ce comme avant vous, ceux qui ont fait la même chose.

« j’ai appris à posé des fers collés, j’ai recherché et écouté tout ce qui pouvait améliorer le confort des chevaux, à l’heure actuelle des résines nous permettent de se passer de fers et de faire la transition douce entre la ferrure et le parage, ce qui limite à chaque fois l’utilisation de ces techniques c’est le coût, le nerf de la guerre. »

Non, le nerf de la guerre c’est de respecter le cheval et donc d’essayer de répondre à ses besoins à lui.

L’argent, c’est le problème du proprio… du cavalier… de celui qui veut en tirer un bénéfice. Les techniques les plus coûteuses sont souvent les moins adaptées… Et au final, on s’aperçoit que le problème n’est pas la recherche de « techniques » mais bien de la compréhension des besoins réels du cheval et de son appareil locomoteur.

Comprendre les interactions qui existent entre le cheval et son environnement et entre les pieds du cheval et son organisme. En cela, « les techniques » ne servent à rien… et la connaissance, une fois acquise ne coûte rien, voir permet d’économiser beaucoup d’argent.

« Un bon maréchal-ferrant peut vous faire la ferrure que vous désirez et qui conviendra au mieux à votre cheval mais souvent la réalité du coût vous font faire des choix différents et actuellement le meilleur compromis en terme de coût reste la ferrure traditionnelle. »

La ferrure que vous désirez… mais est-ce la ferrure que le cheval a besoin ?

La ferrure de base, en tant que technique pur, n’est tout simplement pas adaptée aux fonctionnements du pied du cheval. Par conséquent, parler de « ferrure adaptées » est déjà en soit un non-sens.

Historiquement, la ferrure ne servait qu’à une chose : protéger le sabot d’une usure excessive dans le cadre d’une utilisation abusive.

Bien plus tard, on a brodé des « formes » en fonction des problèmes que générait l’utilisation de la ferrure sur l’appareil locomoteur du cheval… et on a créé de toute pièce un cercle vicieux générateur de problèmes insolubles qui appelait une infinité de fers censé régler les problèmes que la ferrure avait généré…

On peut parler des effets iatrogène de la ferrure!

Tout cela a donné la « maréchalerie moderne » qui est effectivement très coûteuse en temps, en énergies de toutes sortes et surtout en argent. C’est par contre un travail très exigeant qui peut amener beaucoup de technicité et de réflexions mais en pur perte. (Je suis conscient que cette conclusion soit très difficile à appréhender)

« Alors se lève une vague d’indignation de pseudos pareurs spécialistes du pied ( si si j’ai fais un stage avec un maréchal américain spécialiste du parage naturel, il m’a remis un diplôme signé ) qui pour le bien être du cheval revendique le parage naturel. »

Là, on commence à sentir l’amertume, le jugement et la frustration. « pseudo pareur » traduit une volonté de rabaissement d’une « corporation » vis-à-vis d’une autre. Pour le MF, tout ce qui n’est pas MF est de la merde… Tout ce qui ose remettre en question leurs savoirs séculaires est de la merde.

Comment faire ? Ils ne veulent pas entendre que leurs techniques ne sont pas adaptées aux pieds des chevaux.

La tradition ou la durée d’utilisation d’une technique ne prouve pas sa véracité ou sa justesse. La science ou l’histoire regorge de techniques ou de savoirs qui un jour, deviennent inutiles ou tout simplement on se rend compte qu’elles étaient inadaptés ou même complètement dangereuses. (L’amiante ?)

C’est assez marrant parce que là, on parle de diplôme… et avant de « formation » et après on nous explique que les pareurs n’ont ni l’un ni l’autre…  On n’a pas le CAPA de maréchalerie pour être podologue, ça, c’est un fait.


« Et ils parent prennent des photos avant après et si ça ne va pas c’est la faute de ces maréchaux avec leur ferrure et ils encaissent des euros tranquilles sur le dos des chevaux, bon plan, ça va vite le parage, on a pas le coût des fers des clous du gaz tout les frais liés à la ferrure disparaissent et encore mieux on se met en autoentrepreneur comme ça pas de tva et de compta, vous comprenez le topo »

Ok, on y vient… la jalousie.

Faire des photos de l’évolution du boulot est une preuve de sérieux et permet de garder une trace des progrès. En quoi est-ce un problème d’avoir un dossier photographique ? Mise à part pouvoir montrer aux gens que ça fonctionne très bien ? De pouvoir archiver? D’avoir une trace des actes? C’est demandé dans toutes les procédures sérieuses dans l’industrie.

La faute des ferrures ? Ben, si dans 95% des cas, les clients des « pareurs » sont des ex chevaux ferrés… c’est qu’il y a sans doute une raison valable, non ? Les gens ne vont pas changer de crèmerie si tout allait super bien… Y a un moment donné, faut aussi pouvoir regarder les choses en face, honnêtement.

Les pareurs encaissent des euros tranquilles sur le dos des chevaux… Ha oui… « Tranquille »… mais les MF, EUX, encaissent pas tranquille… et sur le dos de qui du coup ? Les pareurs, proposent un service en fonction d’une demande… personne n’obligent les proprios à demander du parage… et si les MF pouvaient le faire correctement, ben, il est fort probable que les proprios leurs demanderaient, non ?

Le parage va vite ? Oui, et alors ?

Y a pas le coût des fers ? Oui, mais comme un fer ça coûte environ 80 centimes pièce…

Les clous ? Une boite de 100 clous ? 8/10€ ?

Une bouteille de gaz ? 20€ ?

Bon, après, faut savoir, vous êtes MF ou pas ? Comment reprocher à un autre professionnel le matos et les charges qu’il n’a pas ? Le plombier ne va pas reprocher au plaquiste de ne pas avoir les mêmes charges…  Les toubibs ont essayé pendant 20 ans d’éradiquer les ostéos… et les vétérinaires les dentistes équins… puis au final, les deux métiers ont été légalisés.

Un MF peut très bien s’installer comme AE… qui l’en empêche ? (ou en micro BNC) Ha, le plafond de CA est trop bas… ben oui… 😉 Ce qu’il oublie aussi de dire c’est qu’un AE ne récupère pas la tva… et ne peux pas soustraire ses frais à son CA pour calculer ses charges ! Il paye donc plein pot ! (Vous comprenez le topo ?)

Le problème du travail au noir est un autre soucis, qui touche pareur ou MF… mais qui touche bien entendu plus les pareurs puisque le système les poussent dans l’illégalité, donc à travailler clandestinement… Interdire n’est pas la solution. Interdire la drogue ou la prostitution n’a jamais permis d’arrêter leurs développements… A l’époque, les vétos voulaient interdire la dentisterie et l’ostéopathie… et y a toujours eut des dentistes et des ostéos… Donc y aura toujours des pareurs et des podologues.


« Alors comme je disais au début le parage naturel a ces limites »

Heu, non, du tout, depuis le début là on a que des lieux communs sur des idées préconçus… mais AUCUN faits précis ou aucunes explications détaillés.

« il y a un peu plus de deux mois j’ai récupéré un cheval à ferrer qui suite à des problèmes de ferrure a été déferré pendant un an »

CQFD ! (MDR)

« suivi par une pareuse naturel, le cheval se déplacer avec beaucoup de mal, présentait une boiterie sur l’antérieur gauche et désespérée la propriétaire a fait appel à mes services. »

Depuis quand est-ce un problème que de chercher des solutions ? Depuis quand une « boiterie » a pour cause unique une absence de fer?

« Le cheval a été ferré pour la deuxième fois la semaine dernière, à ce jour il ne boîte plus et il se déplace normalement sans souffrir. »

Pour l’instant… et les photos ne prouvent strictement rien pour le coup. Il faudrait avoir un « avant/après » des pieds pour comparer… voir une vidéo… mais 2 ferrures, c’est 12 semaines… c’est-à-dire rien du tout. La ferrure peut très bien masquer un problème qui ne fera que réapparaître plus tard… compte tenu qu’il y a déjà eu un problème de ferrure… « avant »… donc cela veut tout simplement dire que « le problème » n’a pas été solutionné, même pieds nus… tout simplement parce que ce n’était vraisemblablement pas un problème de pieds… mais on ne peut pas se prononcer vue d’içi.

« Pour la première ferrure le cheval ne savait pas comment se tenir sur ces membres, pendant la deuxième ferrure ce n’était plus le même calme reposé, il avait retrouvé du bien-être. »
Super ! Où est l’exploit ?

Une paire de boots ou même une planche de piscine scotché peuvent faire la même chose. Une séance d’ostéo également. Je pourrais citer des dizaines de contre exemple où le cheval a été soulagé en lui retirant ses fers… ou en le remettant simplement en équilibre.

Le problème n’est donc pas la ferrure ou le CAPA, mais juste la prise en charge du cheval, quelques soit la solution trouvé.

« Le maréchal ferrant précédant ainsi que la pareuse ont bien encaissé leurs prestations pendant plus d’un an sans amener de solution de confort à ce cheval. Mais rien de grave… »

Donc, ça prouve que les MF et les pareurs … font tous la même merde ? C’est d’ailleurs la conclusion d’une étude Danoise sur le sujet !

« Alors posez des questions et les bonnes, pourquoi les formateurs de parage naturel et tous ces pseudos podologue équins veulent supprimer le diplôme obligatoire à l’installation. »

NON ! non, non… c’est pas du tout ça ! Ça c’est la propagande des MF de FB… ou de l’UFM, je ne sais pas… mais ce n’est pas du tout ce qu’on veut… Ce qu’on veut, c’est avoir un métier « reconnu » et donc une formation reconnue aussi ! Donc une formation de « podologue équin » et pas de forgeron… parce que la FORGE est inutile aux podologues.

On le voit aujourd’hui de toute façon, l’interdiction n’amène qu’une chose… le travail clandestin… si le statu était réglementé « logiquement » les gens passeraient le diplôme de podologue équin et seraient donc encadrés légalement.

« Simplement parce qu’une formation essentiellement de parages est facile et rapide à réaliser »

Où est le problème avec une technique plus simple ? Pourquoi on serait obligé de passer par des trucs pénibles et longs ? La tradition du « j’en ai chié, donc tu vas en chier » est assez débile…

C’est justement parce que c’est facile que tout le monde peut le faire ! Merci de le préciser !

« et on prend un maximum d’argent en peu de temps, »

Qu’est-ce qui empêchent les MF de le faire du coup ? Ils aiment souffrir ?

D’ailleurs, je vois souvent des pareurs rouler en Porsche Cayenne… et avoir des nombreuses maisons, voire plusieurs CE… Ha non… ça c’est des MF, ceux qui ont une dizaines d’apprentis… 😉

 « comme exécuter essentiellement des parages c’est trop facile. »

C’est tellement facile que aucun MF ne veux le faire dis donc ! Du coup, les proprios doivent se démerder à trouver des « pareurs clandestins » pour le faire ou pire, se former pour le faire eux même !

Comment expliquer ce paradoxe ?

 « Alors que faire une formation de maréchal-ferrant pendant deux ans c’est long et en est-on capable? »

A quoi ça sert de faire une formation de maréchal ferrant pour ne pas ferrer ?

A quoi ça sert de taper sur une enclume pendant des mois pour rien ?

A quoi ça sert d’apprendre à planter des clous dans un sabot si tu ne le feras JAMAIS ?

A quoi ça sert d’aller apprendre que le cheval marche sur sa paroi, si tous les jours tu le fais marcher sur sa sole ?

A quoi ça sert d’aller apprendre le parage à plat si le boulot de podologue ne fait JAMAIS de parage à plat ?

Donc, oui, c’est long pour apprendre des trucs qui ne serviront jamais.

« Comme il est facile de botter en touche quand plus rien ne va chez un cheval et de dire à un propriétaire que c’est la faute du maréchal ferrant et que cela ira mieux. »

Mais si c’était vrai ?

OU si en fait, ce n’était PAS la faute du MF mais juste du FER ? Du parage à plat ? Des granulés de merde ? Du box H24 ? Des mauvais traitements ? De la selle pas adaptée ? Du manque de boulot ? Des enrênements ? D’un accident ?

Tout ce dont un podologue va parler pour essayer d’installer le cheval dans un environnement de vie qui lui soit moins inadapté ou essayer de trouver la meilleure solution avec le bon professionnel. Le métier de podologue ce n’est pas de râper de la corne… c’est de faire comprendre aux proprios tout ce qui fera en sorte que le cheval puisse vivre pieds nus en bonne santé. Aucun fer ne pourra corriger un environnement de vie inadapté.

« Alors peut-être vont t’il y arriver à éviter l’examen, »

L’examen de forge ? Ben oui… L’examen de ferrage ? Ben oui ! Où est le problème ? Nous on demande un examen de podologie équine !

Pourquoi ne pas mettre en place un examen de podologie équine ????

Les gens qui veulent bosser ne veulent qu’une chose : faire leur métier du mieux possible, comme vous ! Alors arrêtez d’imaginer des histoires à dormir debout aux sujets des pareurs…  

« pour ma part je ne pourrai pas faire payer des stages de parage naturel à des gens qui au terme de quelques semaines vont parer des chevaux en revendiquant que c’est la meilleure solution pour eux. »

C’est un choix ! Certains font payer des formations de maréchalerie à des gens qui quelques mois après iront ferrer des chevaux en revendiquant que c’est la meilleure solution pour les eux… Faut juste changer de fauteuil…

« Si seulement les chevaux pouvaient parler, le rêve… »

Ha ? En fait, les chevaux parlent à ceux qui les écoutent… et puis il existe aussi des indicateurs… comme le changement de comportement des chevaux… comme l’évolutions structurelle des pieds dans le temps… prouvé par des photos… ou des vidéos de locomotion… ou des radios… ou tout simplement la disparition de symptômes gênants, ou de lésions… ou même les sensations des cavaliers… ou la baisse des frais vétérinaires dans les écuries de concours… dans les centres équestres… des indicateurs factuels y en a des dizaines en fait…


« Leur limite est là les pareurs naturels où podologues comme vous voulez ne peuvent que proposer des parages, c’est tout, ils n’ont aucune formation. »

Aucune formation… en ferrure… oui!

C’est marrant, parce que plus haut, vous parlez à plusieurs reprises de « stages » de « formations » … ?

Les podologues ne proposent pas de ferrures parce que c’est justement le métier du maréchal ferrant !

Exprimez-vous clairement ! Les podologues n’ont pas le CAPA de maréchalerie, donc ils ne peuvent pas proposer de ferrures. Mais, ça tombe bien, parce que les gens demandent autre choses que des ferrures !

Les propriétaires demandent un accompagnement sur la gestion des pieds nus… sur la bobologie quotidienne… sur la gestion de la locomotion qui vient bien entendu jouer dans les activités… sur l’alimentation non perturbatrice…. Sur les hipposandales… sur pleins de choses en fait… qui en effet, n’ont rien à voir avec des fers ou de la forge.


« Pensez y et partagez un maximum s’il vous plaît parce que dans la réalité je vois de plus en plus de chevaux souffrir de parage naturel et là personne ne témoigne. »

Oui, partagez un maximum en effet !

Bien entendu que les gens témoignent! Il existe pleins de techniques de parages inadaptées et il ne faut pas avoir peur d’en parler ouvertement!

« Je met deux photos d’un cas avant après avec 10 jours d’intervalle, vous pensez qu’avec un parage naturel et quelques semaines de formation on peut obtenir ce résultat ? »

(ps: on ne fait pas de photos dans la paille car on ne voit pas les pieds!)

Oui… il suffit d’appeler un ostéopathe compétent ! 😉

Ou de laisser mûrir un abcès. Ou d’équilibrer correctement le pied. Ou de faire une radio pour voir une fracture de P3…


« En conclusion choisissez bien votre maréchal-ferrant et les pareurs ou podologues doivent avoir le diplôme de maréchal-ferrant pour exercer. »

Voilà, tout ça pour ça… pour ENFIN cracher le morceau… Venez forger 800h pour vous cassez les bras et le dos comme nous bon dieu ! Ce n’est pas juste que nous on soit tout cassé physiquement ! C’est pas juste que nos ferrures nous prennent un temps de dingue… et que vous ne nous reconnaissiez plus comme des dieux…

On veut retrouver notre prestige d’avant.

On veut filtrer la population des nouveaux podologues en les massacrants aux examens du CAPA… pour garder le pouvoir.

On ne veut pas que les gens puissent gérer tout seuls les pieds de leurs chevaux, dans la facilité.

Le chant du cygne…

Les podologues « doivent avoir le diplôme de MF » donc devenir des MF…. Pour savoir poser des fers…

Quand est-ce que la possibilité de ne PAS poser de fers va pouvoir enfin émerger dans les esprits ?

Quand est-ce que les MF vont comprendre que leur « fameuse formation » n’est peut-être pas la meilleure et pas la plus adaptée du monde ? Et quand bien même, elle ne serait pas adaptée à la podologie équine tout simplement.

Pourquoi refuser l’évolution du marché ou pourrait cohabiter des MF et des podologues chacun dans leurs domaine de compétence ?

Les clients auraient ainsi le CHOIX de ferrer OU de ne pas ferrer et ce avec des professionnels assurés et déclarés!

Les clients pourraient même faire poser des semelles en matériaux synthétique pour faciliter le fonctionnement physiologique du pied par des MF qui seraient formé pour ça… et puis ensuite passer pieds nus et demander des conseils à un podologue qui est lui aussi formé pour ça…

Le fait que des « pareurs du dimanche » s’installent au « black », sans une réelle expérience, pour répondre à une demande grandissante des propriétaires nous indique clairement que le système du TOUT FERS et du TOUT CAPA ne fonctionne pas ! C’est simple à comprendre pourtant.

Vociférer ne sert à rien… Il n’y a qu’une solution : reconnaître le statut de podologue équin et l’encadrer par un métier et une formation à part.

Le MF pourra ferrer ou pas. Le podologue lui, restera avec les pieds nus et/ou conseiller des boots. C’est tellement simple.

10 Comments on “Droit de réponse à Jean Pierre Laurent.

  1. Autant de rage d’un côté que de l’autre,autant de mf furieux de devoir récupérer les dégats de certain podologue que de podologues rageant sur les erreurs de mf incompétents comme partout des bons et des mauvais,il y a 35 ans mon mf m’a conseillé de déferrer,je n’ai plus jamais ferré un cheval et n’ai jamais eu de soucis mais j’ai eu de la chance,j’ai eu des chevaux avec des pieds solides et sans problèmes

  2. Quels cavaliers pro ne ferrent pas leurs chevaux en compétition ? Pouvez vous nous donner quelques exemples. Merci d’avance.

    • L’italien Lucas Monetta il me semble.
      Il existe un groupe facebook chevaux de concours pieds nus. Et un facebook podologie equine libre avec des articles ou sont cités des exemples de chevaux pieds nus en concours haut niveau.

  3. Il y a 12 ans que je fais faire un parage et que j ai enlevé tous les fers de les 10 chevaux au fur et à mesure que j en achetait ( pour une écurie familiale) il n y a jamais de boiterie et les chevaux sensibles je leur mets des hipposandales
    Par contre au début je m adressais à un MF pour parer et c était une catastrophe car les chevaux ne pouvaient plus marcher pendant au moins un mois ensuite j ai trouvé un spécialiste du pied nu et là un genre exceptionnel puisque c est un MF qui s est reconverti au parage pieds nus et qui ne fait que cela et tous les chevaux de propriétaire qui feraient se sont reconvertis pieds nus et dont très s contents
    Le bilan c est que le chevburn pare régulièrement à le pied qui s adapte qui durci et surtout il est en meilleure santé générale il faut juste être patient dans la transition et le faire avant l hiver et l été il faut que les pieds soient mouillés régulièrement. Pour ma part cela fait 12 ans et je constate que même les chevaux de sport sont en meilleure santé générale et aussi ils vivent en petits troupeaux au près avec abris avec de l attention et des soins utiles. ( pas juste shampoing de la queue pour être beau par exemple) ahah mais soins adaptés à chacun et au maximum au naturel et je vous assure que mes chevaux vont très bien et même si l hiver ils sont dans la boue plus que dans les clubs
    Ils se portent à merveille ex mon cheval de 25 ans travaille encore 2 fois par semaine et il parait toujours 6 ans juste de la logique de l’observation et de l amour mais pas entropomorphique
    Vive le pieds nu qui permet à la pompe de faire circuler le sang partout
    Et aussi vive les gens qui réfléchissent et après je ne critique pas les maréchaux mais il faut évoluer quand même et réfléchir
    Il y a tant de choses néfastes dans notre société malheureusement

  4. Bonjour je me permet de répondre à votre question , certes je ne suis pas pro mais j’ai monte dans les épreuves pro en CSO 130 et 135 ( bon ok c’est pas de la 150 ) mais pendant plusieurs années et ceux presque tous les weeks end avec mon cheval qui était pieds nus , jamais eu de problèmes ( sur sable ou sur herbe ) . Après c’est vrai qu’en France je ne connais pas de pro qui montent leurs chevaux pieds nus et c’est dommage je pense !

  5. Bonjour, ma jument a subi une fourbure traumatique après l’intervention malheureuse d’un maréchal-ferrant. Après demande dune ferrure napoléon talonnée par la vétérinaire pour compenser le basculement de phalange dû à l’abcès formé, ma jument ne pouvait plus marcher tant elle souffrait. Avec mon nouveau maréchal, j’ai pris la décision de revenir à une ferrure classique le temps de la cicatrisation de la sole, puis nous avons tout enlevé et laissé la jument au pré. Aujourd’hui, elle ne boite pas et marche, trotte et galope avec le copain sans séquelles. Sa sole est épaisse et saine et elle restera pieds nus. Je ne milite pour aucun des deux camps. Chaque cheval est un cas, la corne des pieds est une matière vivante, plus ou moins dure, cassante, en fonction du cheval et de son lieu de vie (paramètre essentiel) et des saisons. C’est donc à son propriétaire, en toutes connaissances (pluriel choisi) de faire le choix le mieux adapté à son cheval et pour cela, il faut bien le connaître et construire ses aplombs et la santé de ses pieds avec des professionnels conscients et consciencieux, pas avec des gourous d’une cause ou d’une autre, car le vrai professionnel est celui qui servira la cause du cheval et de son bien-être avant tout. Nous avons tous appris avec les déboires de ma jument et chacun a fait des concessions pour elle, jusqu’à la solution qui lui convenait.

  6. Je n ai juste qu un truc à dire. Mon conjoint est maréchal ferrant et il fait de bons parages. Il a même le livre sur le parage naturel. Perso je n aime pas ce mot « naturel » car rien de naturel du tout. Je préfère physio encore.
    Bref je souhaite apprendre le métier mais il n y a que le parage qui m intéresse. La ferrure ne m intéresse pas du tout. Mon conjoint comme moi même ne sommes ni pro ou anti ferrure. Souvent mon homme a fait déferré des chevaux car pour lui le ferrer ne servait à rien par rapport à ce que le cheval faisait.
    Bref je suis pour qu il existe une formation diplômante pour les podologues car effectivement y en a marre des pseudos pro qui font du tort en faisant une formation d une semaine et se proclame podologue. Dans la formation de maréchal ferrant il n y a pas que la forge et ma ferrure il a a aussi l anatominie, les patholgies etc… et tout ça doit s apprendre.
    Nombre de fois mon homme a repris des chevaux malheureux dans leurs pieds car un pseudo pareur avait ratiboisé n importe comment le pieds. Il lui a fallu quelques parages pour soulager le cheval. Au final des proprios content car en plus la pareuse prenait en plus bien plus cher…. bref. Il faut qu une formation diplômante soit enfin créée pour les pareurs.

  7. Alors bravo, ce Pierre Laurent a obtenu ce qu’il voulait : qu’on parle de lui !
    Comme c’est agaçant une énième « discussion » maréchalerie VS podologie…
    Comment voulez-vous qu’on progresse vers un mieux si les 2 disciplines sont en constante opposition ?
    Même si, en tant que podologue en formation, je trouve ce post plus que douteux, de mon point de vue la meilleure chose à faire aurait été de ne rien répondre.
    Car en quoi ça va faire avancer les choses de, encore une fois, se balancer toujours les mêmes arguments ?
    Que chacun fasse son travail le plus consciencieusement du monde, plutôt que de passer son temps sur les réseaux sociaux à démonter les autres !
    Oui la maréchalerie est semble obsolète…mais mettez-vous à la place des maréchaux. Ils ont suivi une formation spécifique, et se retrouvent de plus en plus confrontés à des clients qui souhaitent autre chose, ils se trouvent face à des problèmes de pieds qu’ils ne savent pas résoudre…Vu qu’ils n’ont pas les connaissances adéquates pour évoluer dans leur métier, ils sont en plein désarroi voilà tout (et certains se défendent en attaquant)
    Alors laissons les choses évoluer. Fatalement ils faudra qu’ils deviennent podologues eux-aussi.
    Les choses avancent bien trop lentement en France, c’est sûr. Et pas qu’au niveau de la formation, mais sur le côté législatif aussi.
    Et que certains proposent des stages faisant de vous un podologue en 2 ou 3 jours, ça n’aide pas à crédibiliser la profession. A bon entendeur.

  8. Le soucis ce n’est pas maréchal ou « podologue » . le soucis ce sont les podologues du dimanche qui font n’importe quoi sans d’ailleurs savoir ce qu’ils font! apprendre sur le tas ? peut etre ?! Mais malheureusement certains chevaux vont en souffrir et être  » ratés ». J’en ai fais l’expérience avec mon cheval qui avait toujours bossé pieds nus sans difficultés même en randonnées… puis le jour ou j’ai justement cherche un encore meilleur suivi des pieds et me suis tourné grâce au bouche a oreille vers podologue « naturel » qu’elle catastrophe cela a donné 8 mois de boiteries avec un cheval incapable de marcher sur l’herbe avec des sabots taillés plus qu’il en fallait avec une inflammation des tissus impressionnante. une vraie catastrophe de stress et de souffrance pour lui et moi! Ainsi que des frais +++ ! oui aux pieds nus NON aux gens qui de proclament podologues sans aucunes bases solides! J’ai fais des stages en centre équestre ce n’est pas pour cela que je me proclame palfrenier ou moniteur ! Pour eux cela devrait être la même chose.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :