Etude de cas, deuxième parage.

MISE A JOUR! le 28/11/13.

Suite du 1er article « Etude de cas », Trotteur pieds nus depuis 4 ans mais sans évolution positive.

Le dernier parage date de la semaine dernière, soit du 23/11/13.

Merlevenez-20130930-ADdX

Petit détail que je viens de remarquer, les zones où j’ai râpé la dernière fois apparaissent en négatif 2 mois après.  (zones sombre apparaissent en clair et vice- versa)

La pourriture profonde de fourchette est rebouchée de moitié. Malheureusement, la proprio n’a pas fait assez sérieusement le protocole « hoofstuff », donc l’appui en pince est toujours BIEN présent, la seime n’a donc pas évolué d’un pouce. J’espère qu’on pourra voir l’épine de la fourchette se reconstituer complètement d’ici 2 rdv. Le cheval pourra alors poser en talons et charger ses structures arrière, et on verra la lacune centrale s’ouvrir enfin.

Antérieur Droit:

Merlevenez-20131123-ADlM

ADl = Antérieur Droit vue latérale

Merlevenez-20131123-ADdM

ADd = Antérieur Droit vue dorsal

Merlevenez-20131123-ADsM

Merlevenez-20130930-ADsBT Pour mémoire à J zéro.

On remarque que la lacune centrale a changé de forme, commençant à s’écarter. On ne voit plus de tissu mort ou « à exfolier ». La sole est bien lisse et on distingue bien la concavité. Les barres n’ont pas repris une place exagérée. Le « purchase » (ou la surface d’appui des talons) est déjà mieux.

Antérieurs Gauche:

Merlevenez-20131123-AGdM

Merlevenez-20131123-AGlM

Merlevenez-20131123-AGsM

Merlevenez-20130930-AGsBT

L’antérieur gauche est clairement le plus malade.

On voit par contre que 2 mois plus tard, on a déjà fait pas mal de boulot et que le pied parait plus sain. Il ne faut pas oublier que c’est par l’intérieur que la guérison et le développement des structures va pouvoir se faire PUIS se voir.

Remarquez le peu de correction qu’il y a à faire même 2 mois plus tard, quand à la base on fait ce dont le pied avait besoin! La paroi toute pétée du début s’est complètement transformée. L’exposition de la sole a permis son exfoliation et son durcissement. La prochaine étape est vraiment de soigner cette épine de fourchette pour que le cheval puisse charger son coussinet digital et ré-ouvrir ce pied atrophié.

Postérieur Droit:

Merlevenez-20131123-PDlM

Pas grand chose à dire, si ce n’est que l’on voit bien que le parage respecte bien l’équilibre du pied en ne venant enlever que le surplus de paroi.

Merlevenez-20131123-PDdM Merlevenez-20131123-PDsM

Bel évasement en interne. Le mouvement de rotation du jarret pendant la phase d’appui vient user plus de pince, et le début du quartier en externe. On parle bien là d’usure et non pas d’appui. Des problèmes de ceacum, de foie, de gros intestin peuvent aggraver le phénomène sur le postérieur droit (rendant la contraction des abdominaux douloureux), et on voit une énorme usure et un affaissement du bord latéral du pied. Le talon latéral du postérieur droit est souvent effondré. La cause est aussi dûe au fait qu’on manipule toujours les chevaux à gauche, donc on les incurve toujours dans le même sens, et ils se tournent toujours avec le postérieur droit comme pivot.

Merlevenez-20130930-PDsBT La vue du postérieur à J zéro…

Avez vous remarqué comment on a rattrapé la forme du glome latéral!

Postérieur Gauche:

Merlevenez-20131123-PGlM Merlevenez-20131123-PGdM Merlevenez-20131123-PGsM

Petit détail intéressant. On remarque le traditionnel évasement en interne sur le pied avant parage. Après parage, on distingue en pince des inclusions de sang dans la ligne blanche. Ces inclusions sont placées pile poil dans l’axe de l’évasement. A cet endroit, la paroi est trop longue et l’appui est partagé entre la sole périphérique et la paroi…

Merlevenez-20130930-PGsBT

Sur la photo à J zéro, on remarque aux traces de poussières sur la paroi, la zone d’appui du pied avant parage… et on voit bien que l’appui périphérique se fait bien en paroi et pas en sole… provoquant un effort d’arrachement de la paroi… ce qui cause des saignements qui apparaissent 2 mois plus tard dans la ligne blanche à ras du sol.

On peut donc constater en direct les effets de l’appui périphérique et du décollement de paroi! Le pied essaye toujours de se casser là où il a besoin afin de limiter au maximum les efforts sur la paroi.

On peut aussi constater l’effet bénéfique pour la sole d’être exposée à la stimulation. Les photos parlent d’elles- mêmes, l’aspect des tissus est sans comparaison. On peut aussi s’apercevoir que plus il y a de tissus nécrosés ou « poudreux », exfoliés, moins le pied est stimulé comme il faut, et plus il y a de matière en trop par rapport à la forme physiologique de la boite cornée.

Beaucoup de personnes constatent que parage après parage, ils doivent « couper » ceci ou cela encore et encore… C’est tout simplement le signe que les choses ne sont pas faites dans le respect du pied, ni de sa forme physiologique correspondant à son développement du moment.

On voit bien que sur mon parage, même 2 mois après, je n’avais plus grand chose à faire, par rapport aux corrections apportées la première fois.

Pour moi, c’est LE signe que je vais dans la bonne direction. Si on agresse le pied, il va se défendre et produire du tissu pour se protéger. Si on laisse trop, les tissus vont mourir et servir de nourriture aux bactéries…

L’équilibre trouvé entre en enlever trop et pas assez est indiqué par les structures externes elles mêmes, qui sont des miroirs des structures internes qu’il convient de toujours laisser symétriques.

19 réflexions sur “Etude de cas, deuxième parage.

  1. On m’a appris (clinique du sabot spécialisée en traitement de fourbure par le pied nu et le parage http://www.barhufteam.ch/hufrehe.html désolée c’est en Allemand) que les hématomes de choc, pression ou appui se retrouvent dans les lamelles contre la paroi, mais que si ils étaient présents au coeur de la ligne blanche étirée (comme sur l’avant dernière photo), c’était signe de fourbure chronique ou non soignée et que les hématomes venaient de la pointe de P3 en légère rotation créant une pression interne, même si on et loin du percement de sole. Qu’en est-il?

    • Bonsoir,

      Le mécanisme est le même… efforts d’étirement sur la paroi qui provoque des micros lésions ou des lésions de la liaison keraphyle podophyle.

      BEAUCOUP de pieds sont en ELASTOSE chronique mais on pas vraisemblablement parler de « fourbure ». Le mot fourbure est utilisé un peu à tord et a travers un peu comme la maladie naviculaire… Alors qu’on peut parler de descente distale, de séparation de paroi, d’œdème, d’inflammation chronique, de rotations, d’angle palmaire important etc
      Laisser un cheval en appuie périphérique et le nourrir aux granulés auront des effets physiologique et biomécanique qui conduiront à l’état de « pré fourbure » même si on peut pas parler de fourbure aigu avec perte quasi total de la cohésion entre les lamelles et la paroi.

      Les appuies provenant du bord distale de P3 peuvent se voir sur la sole, à la jonction entre la sole primaire et la sole périphérique.

      La forme des lacunes et l’angle du bourrelet coronal viennent confirmer cette hypothèse.

      Dans ce cas présent, on reste sur un cheval qui a mal à ses fourchettes (surtout l’arrière) et qui pose en pince, donc voit son pied s’atrophier derrière et pousser devant… provoquant la migration de la pince et l’étirement de la paroi. ( les seimes en pince des ant. le confirment, il y a trop de pression! )

      • Bonjour!

        J’ai repris mon Allemand de plus près. En fait, dans le cas de cette équipe de spécialistes du sabot, ils ne différencient juste pas la fourbure (aiguë ou chronique) de la descente distale. Après tout, si l’origine est différente, le résultat est identique. Si je ne me trompe pas donc, entre mon Allemand et mon Anglais, le cas de ce trotteur serait ce que les Américains appellent ‘mechanical founder’ (opposée à ‘metabolical founder’), à savoir une descente de P3 due à des forces mécaniques trop importantes sur la pince comme vous les décrivez, c’est bien cela?

        On a parfois l’impression dans la podologie que tout le monde y va de son avis et de son propre vocabulaire, sans parler des soucis dans le choix de la traduction, mais au final, on s’y retrouve et le fil conducteur est le même.

        Merci de m’avoir éclairé ce point! Au plaisir du prochain article!

  2. ‘Fourbure’, ‘naviculaire’, ‘colique’, des mots très génériques en fait. L’importance est dans le détail de la cause et de la symptomologie. Il y a longtemps, un de mes chevaux, entier, s’est fait une hernie inguinale (l’intestin grêle s’est coincé dans l’aine), il a été opéré ‘suite à colique’, dans le même bateau que les bouchons digestifs, empoisonnements alimentaires et ulcères. Faut apprendre à détailler quoi. Selon la cause, le traitement sera différent! Idem donc pour les pieds.

  3. Voila qui m’éclaire. L’été dernier dans mes parages d’entretiens j’avais laissé un peu trop de pince, quand mon pareur est passé, il a évidemment corrigé le tire. Mais quand j’ai de nouveau paré 1 ou 2 mois plus tard (je ne me souviens plus), j’ai constaté la même chose qu’ici sur les 4 pieds, soit des traces de sang en ligne blanche. J’ai franchement été inquiète sur le moment, mais en constatant que ma jument marchait normalement et sans difficulté, j’ai relativisé, mais je n’avait pas compris d’où ça venait.
    Comment faites vous pour que le cheval refasse travailler son arrière du pied? Le soin de la fourchette et un parage équilibré suffit-il ou y a t-il des choses spécifique à faire?

    • Bonjour,

      Le soins des fourchette est la BASE puisque sans une fourchette SAINE on ne peut pas commencer la réhabilitation. Le cheval refusera de mettre en pression cette structure et comme c’est la structure CENTRALE du pied, celle d’où part la stimulation et les infos sensorielle on comprend que c’est essentiel. Le parage équilibré permet de symétriser le pied avec le sabot et de permettre aux structures internes de fonctionner normalement. (y compris sang, lymphe, articulation, utilisation et dissipation de l’énergie cinétique etc )

      Le petit chanfrein des talons est super important, la zone d’impact doit vraiment être à sa place mais sans abîmer la sole… (certains râpent la sole tellement ils descendent les talons!) Le cheval doit donc avoir sa couche de protection physiologique si on veux qu’il pose en talon sans gène!

      La paroi ne doit pas venir entraver l’appuie. Pour moi, son support doit être minoritaire.

      On peut aider le processus en mettant des semelles de support de fourchette ou des prothèses de fourchette en mousse haute densité dans des boots. (si la fourchette est saine, atrophiée mais saine)

      Faire marcher le cheval dans du sable et sur la route en mains. Pourquoi en mains? parce qu’il pourra mieux gérer ses appuies et pas « tricher » pour résister à cause de la charge d’un cavalier. De plus, on pourra mieux vérifier les appuies et la descente du boulet et le posé en talon si on est a pied… C’est une véritable rééducation fonctionnelle parfois!

      Dernier point, l’alimentation… trop riche et inadapté, elle va venir surcharger le foie, les reins, le pancréas et l’axe surrénaliens et provoquer l’encrassement du sang et du système lymphatique. Les pieds étant des émonctoires secondaires chez le cheval, il va « suppurer » (exsuder) des déchets métabolique sucré par les fourchettes ce qui sera la sources des attaques fongiques et bactériennes…. donnant l’impression que les fourchette sont tout le temps pourrit quelques soit les soins… Une alimentation « physiologique » permet d’avoir des fourchettes saines même sans soins!

  4. Merci beaucoup pour cette réponse très complète.
    Je suis tellement dégouter de ne pas avoir de bon pareur dans mon coin (72), Du coup j’en fait déplacer un de loin, et c’est compliquer de le faire venir plus 1 ou 2 fois par an.
    Parce que ça apporte vraiment plus que de se dépatouiller toute seule.
    Sur photos vous pourriez donner un avis?

    • Re,

      C’est la prochaine étape que je vais mettre en place… j’ai maintenant des demandes de toute la France, de Suisse, d’Allemagne… C’est super!

      J’aide beaucoup de monde par mail ou sur le forum azur déjà. Je sais que ça fonctionne, je voudrais maintenant perfectionner le truc et demander une participation financière car cela me demande de plus en plus de temps!

      Mon but est qu’un maximum de gens puissent se former, cela aidera beaucoup de chevaux (mes vrais clients!) et permettra de donner des bons exemples et ainsi arriver un jour à faire ouvrir les yeux des conservateurs!

  5. tu déconnes là Guillaume j’espère ?
    ça veut dire qu’on pourra plus rien te demander sans TE payer… ?

    Si tu veux aider les chevaux, c’est surement pas en faisant payer les personnes en charge de ces chevaux… A partir du moment où on inclue savoir et argent en même temps, on perd en simplicité et en coopération (prouvé par des études d’étho’ !).
    En t’inscrivant sur les forums, c’est toi qui va chercher les gens à conseiller et non l’inverse… et pourtant, ça te prend du temps. Dans ce cas arrête et concentre toi sur de vrais clients. C’est ton choix de faire tout ceci et tu voudrai que ceux qui viennent demander conseil en assument les conséquences ? Ces personnes qui demandent conseil sont peut être des futurs clients que tu pourrai aller voir si tu ne prenais pas autant de temps sur internet.
    L’un de l’autre, la vie est toujours affaire de choix et quand on veut, on peut.

    Tout se paie dans ce monde… et ça en devient dingue. Je suis juste déçue que tu en sois arrivée à cette logique libéraliste également.

    Bref, promis, je ne viendrai plus prendre ton temps, puisque le mien n’est pas compté.
    Erell

    • Bonjour Erell,

      Et oui, j’ai une vie moi aussi!

      Donc c’est un choix comme tu le dis de distribuer son temps et son expérience gratuitement à longueur de temps et de vivre des dons comme un moine bouddhiste ( bols de riz et quelques fruits… ) MAIS en France, il fait froid et humide (surtout en BZH!) et j’ai besoin d’un toit, de chauffage, de vêtements, d’un ordinateur, d’une ligne téléphonique et d’électricité pour alimenter le tout. Je dois manger aussi… accessoirement. Tout ça coûte de l’argent.

      Je suis allé vers les gens et ils viennent maintenant à moi… et ce qui était une sorte de hobby il y a encore un an c’est transformé en véritable travail avec le temps et le nombres de demandes qui augmente sans cesse.

      Donc je fais quoi? Je vais bosser à l’usine et je prends sur mon temps libre pour aider les proprios? Non…

      Je continues de passer des dizaines d’heures à aider gratos? Pour finalement me lasser ou tout simplement arrêter parce que ça risque de me prendre la tête en empiétant sur ma vie privé et mes loisirs et ce sans rien m’apporter à moi? (mise à part nourrir mon besoin de reconnaissance et encore… vue que je me fais souvent plus rembarrer qu’autre chose)

      OU je peux évoluer et essayer de marier un truc qui me porte, me motive et mon activité professionnel puisque à la base la podologie équine est quand même mon métier et pas un passe temps…

      Je proposes un échange, moi qui passes des heures à perfectionner mon savoir et la compréhension des rouages de la podologie je peux aider des gens isolés qui sont seul et dont les chevaux ont des problèmes. L’échange c’est que MOI je fais les recherches et voit sur le terrain ce qui fonctionne et les gens me paye ce temps là… sinon, oui, ils peuvent eux même se taper les formations et les milliers d’heures de recherches et voir ce que ça donne sur leurs chevaux… gratuitement.

      Eux aussi ont le choix: regarder leurs chevaux aller de travers… (gratuit) appeler un pro non formé au pieds nus pour un résultat très aléatoire (payant) OU demander des conseils issu de 6 ans de recherches qui pourront aider le cheval a aller droit… et me rétribuer parce que je leurs apporte un savoir, une technique, une expérience et un suivis qui pourront les guider, les faire évoluer et souvent simplement les rassurer quand à la gestion de leurs chevaux.

      C’est un partenariat gagnant – gagnant.

      Ce processus m’impliquera d’avantage et permettra a des gens d’avoir des conseils avisés qu’ils n’auraient pas eu de toute façon gratuitement près de chez eux!

      Le suivis à distance se pratique dans tous les métiers et même en podologie et cela fonctionne très bien avec les moyens modernes de communication. Je ne parle pas de faire payer un petit conseils puisque c’est déjà ce que je fais avec le blog et toute les questions auxquels je réponds en commentaires mais bien de proposer un service de suivis sérieux avec analyses et conseils d’entretien personnalisés pour les gens déjà autonome avec leurs chevaux.

      Je le répète, je dois VIVRE. simplement vivre comme toi ou n’importe qui d’autre. ( tu as un métier? les gens te payent? tu es donc une capitaliste… ou tu vis au crochet de quelqu’un? )

      Je suis Auto entrepreneur, ce qui veux dire que je ne cotise pas au chômage et que je n’ai pas d’indemnités journalière en cas de pépin… bref, y a plus serein comme statu.

      Si cette proposition ne te convient pas, je comprends tout à fait mais rien n’est gratuit dans la vie et tout ce qui est « offert » a demandé un sacrifice quelque part, de la part d’un animal, d’un végétal, d’un minéral et/ou d’un humain. La richesse des uns est alimenté par la pauvreté des autres, sauf pour le savoir qui est une richesse qui ne fait qu’augmenter la richesse de celui qui le reçoit mais aussi de celui qui le donne.

      Si mes conseils permettent d’éviter des milliers d’euros de dépenses vétérinaires ou de ferrures orthopédique ou même simplement la souffrance de ferrure classique mal posés, personne ne sera floué.

      En donnant plus d’autonomie aux gens (c’est mon but, pas de leurs soutirer du fric en les ficelant), en aidant les chevaux, je penses que je peux quand même attendre en retour autre chose que le plaisir du devoir accompli tout simplement parce que je ne suis pas un moine bouddhiste…

    • Bonjour Erell,

      Je me mêle peut être de ce qui ne me regarde pas mais j’ose…

      Personnellement cela ne me choque pas que Guillaume fasse payer pour une étude de cas complète. Il y passe du temps. Et il a passé des 100aine de milliers d’heures en recherches et tests. Tout cela a un coût. Pour les personnes n’ayant pas un pro compétent à moins de 200 bornes je pense que ça peut être salvateur. Nous on l’a sous le coude, c’est une chance! Il faut bien le dire. J’ai confiance en la capacité de Guillaume à savoir ce qu’il peut « facturer » et ce qu’il peut donner. Je dirais même que c’est une très belle évolution personnelle pour lui. Nous rêvons, pour bcp d’entre nous, d’une société où le financier n’est pas le nerf de la guerre. ça n’est pas encore le cas malheureusement. En attendant, je ne me vois pas lui reprocher d’être en accord avec des besoins matériels qui lui sont propres.

      Cordialement

      Aurélia

  6. C’est intéressant ce que vous dites sur la seime en antérieur droit et le lien avec le gros intestin. Justement, mon poney Totem avait une seime qu’aucun parage (ni le vôtre, malgré que j’en étais ravie et qu’il n’avait jamais été aussi bien dans ses pieds, ni d’autres pareurs) n’avait pu faire disparaître. J’ai fait appel à une praticienne shiatsu qui lui a débloqué le gros intestin (il faisait des petites coliques souvent et toujours très « gonflé ») et il a d’abord eu un abcès à l’endroit de la seime et ensuite plus rien! Je pense vraiment qu’il est important que les différents métiers collaborent.

    • Bonjour,

      Oui, c’est tout à fait possible!

      Patricia Wyssenbach a fait des liens entre les méridiens et les soucis de pieds! Une sorte de kinésiologie plantaire équine quoi…

      J’avoue que je serais assez intéressé d’en savoir plus.

      • Tous les plantigrades ont des terminaisons de réflexologie aux mains et pieds qui sont assez bien connues, il serait intéressant de connaître la ‘carte’ des terminaisons chez les ongulés, cela pourrait effectivement aiguiller vers divers problèmes internes selon l’endroit et la nature des défauts du sabot. Les seules choses réellement connues dans le domaine sont les cercles de pousse liées aux sucres et au médicaments, et la pourriture de fourchette liée aux déséquilibres alimentaires. C’est un sujet intéressant à creuser!

  7. en pince postérieur: estomac, en pince antérieur: triple réchauffeur. Fourchette postérieur: rein et antérieur: maître coeur. etc etc, 6 méridiens antérieur et 6 postérieur. Mais à part en stimulant les points rings, difficile encore de savoir si on stimule un méridien en parant plus ou en parant moins…..

      • Oui, intéressant!

        Un sabot (correctement entretenu, pas négligé) qui pousse toujours une difformité ou un défaut malgré du parage respectueux et bien fait indique souvent un problème ailleurs, qu’il soit mécanique ou métabolique. En gros, comme tu dis Guillaume, ce n’est pas en ‘creusant’ pour faire disparaître visuellement le défaut du pied que le problème en amont est réglé! Il faut régler la cause avant le symptôme (osthéopathe, équilibre alimentaire, bio-résonnance, shia-tsu ou autre) et ne pas boucher (au sens ‘boucherie’) le pied, sinon on ajoute un problème de sensibilité en laissant un ‘joli’ moignon mais sensible dont on a retiré non seulement la protection intrinsèque, mais la protection/compensation vis-à-vis du problème en amont qui risque même de s’empirer!

      • Je trouve la photo ci-après intéressante. Un mustang sauvage avec un pied déformé, mais qui semble parfaitement fonctionnel, la biodynamique du corps semble rectiligne et souple, le corps paraît bien musclé. Ce cheval a dû souffrir d’une blessure ou de quelque problème, et le pied le démontre et compense à priori parfaitement ce handicap. En tant que cheval sauvage, c’est la clé de sa survie. Si il avait été un de nos chevaux domestiques, parer un tel pied de manière à le rendre parfait visuellement sans soigner le problème en amont (si c’est possible) serait rendre ce cheval plus esthétique, mais plus boiteux… Le parage seul n’est pas la clé, la vision doit être holistique!

  8. les postures et aplombs sont aussi révélateurs des méridiens déficients, ex: campé: méridien estomac
    ouvert de l’arrière main: système biliaire (comme Atout qui a aussi la seine de la vésicule biliaire….)
    etc etc aussi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s