Le mensonge ou la vie?

Suite au jugement rendu pour exercice illégal de la maréchalerie contre un pareur de Vendée, le pdt du petit syndicat de MF signe un communiqué tapageur arrogant et mensonger… On reconnait là, son style habituel.

Comme pour son tristement célèbre édito « la fin du parage naturel » commenté ici même, on va essayer de rétablir un semblant de vérité sur ces affirmations calomnieuses.

Une jurisprudence pour exercice illégal de la maréchalerie.
L’UFM, a pour objet statutaire de défendre les intérêts de la profession de maréchal-ferrant et de ses membres, en procédant à l’amélioration et au respect du métier dans l’intérêt des animaux.

L’intérêt des animaux, parlons- en! Je voudrais juste rappeler que sans la ferrure toute l’industrie d’exploitation du cheval s’écroulerait.  Je parle bien d’EXPLOITATION, c’est à dire quand on veut aller au- delà des possibilités physiologiques d’un individu, qu’on exploite ses capacités et quand ce n’est plus possible on le remplace. C’est là, le mode de fonctionnement normal de la société de consommation.

Pour autant, quand il s’agit d’informatique, on ne fait que polluer les sols et inonder des pays tiers de montagnes de déchets toxiques et faiblement recyclables…

Quand il s’agit de chevaux, on parle plutôt des réformés de courses et de la filière viande, du fond de commerce du CIRAL, et des cliniques équines qui peuvent proposer de l’imagerie, des échographies, des infiltrations, des ondes de choc… On pourrait aussi parler des chevaux d’endurance qui crèvent d’épuisements ou de fourbures d’effort, des chevaux de CSO ou dressage naviculaires et tous les pauvres loulous de club aux pieds encastelés, de travers, aux tendinites, aux claquages ou aux pourritures profondes de fourchettes et ossifications diverses et variées… Voilà le CONFORT dont bénéficie le cheval ferré.

Le confort, il est FINANCIER et uniquement dirigé vers l’humain. point.

Sa constitution de syndicat professionnel lui permet, à la différence d’une simple association, d’ester en justice, au même titre qu’un ordre professionnel. C’est-à-dire d’aller jusqu’au procès, si nécessaire, pour défendre les intérêts de la profession.

Voilà, c’est dit, « défendre les intérêts DE LA PROFESSION » donc on est loin des considérations physiologiques ou des BESOINS fondamentaux des chevaux! En UN mot LOBBYING!

Voilà ce que ce procès représente, une action de lobbying contre la podologie équine. La chasse a déjà utilisé ce processus, où la loi est utilisée à des fins de protection des intérêts d’un groupe « privé ». Les industriels en ont fait une activité à part entière, et les cabinets de lobbying brassent à l’heure actuelle des milliards pour faire pression sur les politiques et l’opinion, afin de modifier des lois pour les intérêts de leurs clients.

Au USA où cette pratique est née, on s’aperçoit que le système est complètement parasité, les cadres des entreprises devenant députés, puis sénateurs et pour certains juges… ce qui facilite le jeu de passe passe juridique pour asseoir une pratique ou un marché.

L’UFM a été informée en 2011-2012 de diverses réclamations de confrères de la région des Pays de la Loire, qui avaient entendu parler d’un certain G. J, qui faisait profession de pseudo pareur naturel ou pédicure équin. Sans formation, ni diplôme ! Mais, à grand renfort de publicité et de critique contre la profession et ses membres, par l’intermédiaire de site internet ou de blog.

Voilà l’erreur de Guy… pas de diplôme en podologie et des MF de son secteur tellement mauvais, que la clientèle est obligée de faire appel à un pareur!!! C’est cela qui terrorise le Petit syndicat… la baisse dramatique du niveau du CAPA, ce qui engendre des pros qui font du travail de plus en plus mauvais et engendre toute une génération de propriétaire mécontents… qui se tournent alors vers une alternative qui fonctionne!

La fuite de clientèle en ces années de crise est insupportable. La critique de leurs croyances intolérable… Ils ne supportent pas la remise en question! C’est comme ça! Avez vous déjà demané des explications sur le fonctionnement des structures internes à un MF? Vous n’aurez pas de réponse puisque le contenu de sa formation n’en fait que très peu mention!

L’UFM a envoyé un courrier à ce monsieur pour lui demander la preuve de ses capacités pour exercer l’activité de maréchal-ferrant. Il n’en avait pas.

On l’a tous reçu…

C’est pourquoi, le 29 mars 2012, l’UFM dépose une plainte simple à Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance des Sables d’Olonnes.

Le sort s’est acharné sur Guy, puisque de la DIZAINE de plaintes déposés, SEULES 2 sont allées jusqu’au juge…

L’infraction visée par l’UFM est : exercice illégal de la maréchalerie réalisé par Monsieur G. J.

Guy aurait- il posé des fers? Rendu des chevaux boiteux? (comme ceux qui remplissent le CIRAL ou les ENV à longueur d’années? Non… il a raccourci des sabots…  avec une râpe et une rénette.

Pour l’UFM, entendu par la Gendarmerie, lors de l’audition du 15 novembre 2012, il est clair que la pratique du parage, quel que soit le qualificatif qu’on lui associe, est une activité de maréchal-ferrant.

Le souci, c’est que jusqu’à ce jugement, SEUL le Petit Syndicat (je dis bien SEUL AU MONDE), pouvait penser une chose pareille… On est en pleine crise paranoïaque… et pour TOUTES les autres plaintes, les gendarmes, après enquête, ont conclu que le parage n’avait rien à voir avec la maréchalerie dont l’essentiel de la formation repose sur la forge et la pose d’un fer…

Que ce parage précède ou non un ferrage.

Et là, c’est le drame! Le mec met dans le même panier un parage d’avant ferrage et un parage physiologique, et reste la tête plantée dans le sable sans vouloir voir les travaux de Ramey, Savoldi, Bowker, Rooney, Teskey, Taylor et j’en passe….. C’est incroyable de connerie!

Dans la mesure où il y a fort longtemps que les maréchaux-ferrants gèrent les chevaux pieds-nus comme l’expliquait déjà, Thary dans son Précis de Maréchalerie en 1896, et comme le pratique un grand nombre de maréchaux-ferrants actuellement.

Là, c’est vraiment le clou du spectacle!!! Le gars arrive à trouver LA SEULE MENTION d’une trace d’explication de la gestion d’un pied nu dans un bouquin de maréchalerie (que j’ai d’ailleurs raté, merci!) qui date du 19e siècle! MDR! Alors quand on dit que leur savoir est ancien et dépassé… là, on est en plein dedans!!! Il s’en vante par dessus le marché!

Deuxièmement, il indique qu’un grands nombre de MF pratiquent le pieds nu… Et bien j’aimerais bien les rencontrer et savoir un peu ce qu’ils font… car récemment un MF justement m’écrivait ceci:

Bonsoir,
Je reviens à la charge !
Je me pose pas mal de questions sur l’anatomie du pied du cheval, et avec mon CAP de maréchalerie je n’ai pas les réponses.
Alors, je me tourne vers vous .

Voici un des points qui me tracasse :

En ce qui concerne les profondeurs des lacunes latérales, j’ai vu que c’était un point important dans un parage physiologique et j’aimerais comprendre et/ou pouvoir décrire l’importance d’avoir des lacunes de la même profondeur (si c’est ça qu’il faut).
Qu’est-ce qu’il faut faire s’il y a une différence de hauteur de lacunes, et cela a-t-il un impact à court ou à long terme ?
Qu’est-ce que le pied veut nous dire ?
J’espère que vous voudrez bien me répondre et me permettre d’élucider cette question.

Je vous en remercie par avance.

Bien cordialement ,

Quant à l’avis d’un étudiant en médecine vétérinaire, c’est pas mieux!

Bonsoir,
Je suis très impressionné par la quantité et la qualité du contenu de ce site. J’avais fini par abandonner tout espoir de trouver un site francophone consistant sur le parage naturel et ses thèmes satellites.
Je finis actuellement mes études de vétérinaire, et les cours d’équine restent malheureusement exclusivement « méthode traditionnelle », les profs n’accordant que de l’indifférence, sinon du mépris pour des méthodes alternatives telles que vous les pratiquez. Je n’ai trouvé aucun directeur de thèse acceptant que je fasse une thèse véto biblio sur le parage naturel, tous trouvaient le sujet trop « casse-gueule ». Tant pis, je continuerai de me documenter et d’apprendre seul, grâce à des gens comme vous.
Je pratique aujourd’hui le parage naturel en autodidacte sur mes 2 juments de selle, et je suis de plus en plus convaincu de son bien-fondé et de la nécessité de persister dans cette voie.

Merci pour tout ce partage de connaissance

DONC, mais de qui se moque t-on? Des propriétaires, à qui ce petit lobby veut faire avaler des couleuvres et passer des vessies pour des lanternes!

On est plus au 19e siècle, bordel… Internet nous permet de savoir que partout dans le monde, la podologie équine se développe et que des vétos collaborent avec des pareurs! Que le parage physiologique en prenant comme repère les structures internes, se profile comme étant une espèce de référence unanime… MAIS EN FRANCE, l’UFM a décidé que NON!

Mais aussi que pour réaliser cette opération, il est nécessaire, a minima, de posséder une qualification reconnue de maréchal-ferrant, qui fait suite à une formation dans le métier.

DONC oui Monsieur, pour POSER DES FERS, il faut un CAPA de maréchalerie MAIS pour savoir gérer un cheval pieds nus ET de façon satisfaisante, il faut un diplôme de podologie équine!

Cette appréciation est consolidée, selon nous, par les articles 16 et 24 de la loi du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat et des articles L 241-1 et 243-3 du Code Rural et de la pêche maritime.

Qui dit que pour être Maréchal ferrant, faut avoir un CAPA… jusqu’ici rien d’illogique! En 96 le législateur n’imaginait pas (et il ne le sait d’ailleurs toujours pas) qu’il est possible de se passer de fers et qu’en leur absence on n’a pas besoin de se taper 1000 heures de forge pour gérer des pieds nus et choisir des hipposandales…

Dans le cadre de l’enquête de cette plainte et, sur réquisition du Procureur de la République, la Direction départementale de la Protection des Populations de la Vendée concluait, le 22 avril 2013, que : le parage ne peut être réalisé que par certaines professions et notamment par les maréchaux-ferrants.

La supercherie du Petit Syndicat et l’absence d’avocat pour Guy nous a crucifié! Ils ont réussi à tromper les juges et imposer leurs put1 de parages d’avant ferrage à une juge qui n’a jamais imaginé que le pied nu puisse être une spécialité à part. L’ignorance l’a emportée… Il n’a, je pense, fallu que 5 min de réflexion pour boucler le truc… et condamner les pieds de milliers de chevaux et anéantir le développement de la podologie équine en France.

Comme en l’occurrence, Monsieur J. n’avait pas de diplôme de maréchal-ferrant, contrairement aux dispositions de la loi du 5 juillet 1996 et son décret d’application. Pour cette administration, l’infraction d’exercice illégal de la maréchalerie était constituée.

Pas de CAPA parce que pas de fer… ça c’est la logique. Mettre un coup de râpe sous les pieds d’un cheval n’est pas de la maréchalerie, même la chambre des métiers le reconnait! (j’ai passé 2 heures au téléphone avec eux!)

Monsieur G.J., quant à lui, déclare aux enquêteurs, lors de son audition du 16 novembre 2012 : «qu’il travaillait sur les pieds des chevaux dans le but de simuler une usure naturelle du sabot par l’emploi d’une râpe et d’une rénette ».

Oui, et alors?

Que, selon lui,  la différence entre un maréchal-ferrant et un pseudo pareur naturel ou pédicure équin « tient de la façon de parer, qui est différente puisque le but n’est pas le même ».

Et là, on reconnait le piège intellectuel dans lequel ils se sont engouffrés! Nier la différence de technique!

Même s’il déclare plus loin : « prendre 40 euros pour un parage classique » (tiens !?) comme le font et pratiquent les maréchaux cette région.

Tiens quoi? Que les tarifs soit sensiblement les mêmes? Ou que par maladresse rhétorique Guy ai mentionné le mot « classique »? Cette façon de juger cette affaire tient plus de l’inquisition que du droit… Le prévenu étant mort d’avance quoi qu’il puisse dire!

Il est à noter, également, qu’il nous informe sur sa manière de parer : « on touche uniquement à la corne et jamais aux parties vascularisées, on ne prodigue pas de soins ».

Jusque là, cela semble PLUS que logique. Il n’y a qu’un MF ou véto pour faire saigner un cheval pendant les soins… Eux ont le droit légal de le faire!

Et que « si le cheval boite, on dit aux gens d’appeler le vétérinaire », ah bon ! Et pas le maréchal-ferrant, pourquoi ? Que, de fait, « ce n’est pas de la médecine vétérinaire ».

Boiterie = suspicion de problème de santé = diagnostic = acte de médecine vétérinaire.  Si les MF commencent à vouloir usurper leurs droits on sait plus  où on va, là! 

Et que, enfin : « le parage est différent, le maréchal-ferrant pare pour poser un fer », tiens donc !

Argl…. Je m’étouffe… Quelle mauvaise foi ! C’est énorme! Mensonge, désinformation… C’est beau le lobbying!

On voit bien là la méconnaissance du métier de maréchal-ferrant

Non, AU CONTRAIRE! C’est bien parce qu’on commence à bien le connaitre qu’on s’est formé pour faire autrement! C’est bien pour cette raison que les gens nous appelle AUSSI !

par ceux qui pensent que jusqu’à présent tous les chevaux étaient ferrés et que les maréchaux-ferrants ne réalisaient des parages que dans le but d’apposer une ferrure sous le pied des chevaux.

Les clients le savent mieux que nous, ils peuvent pleurer au téléphone pour avoir des rdv pour des parages… les MF ne se déplacent pas! Le parage ne les intéresse pas et pour un MF un cheval pieds nus ne peut RIEN faire… ils sont victimes de la désinformation qui règne à tous les étages de leurs formations!

Ce qui n’est pas étonnant puisque ces « spécialistes » sont, déjà  à cent lieues de savoir que l’on peut ferrer également des bovins.

MDR! L’argument massu! Les bovins sont bien entendu ferrés couramment en 2013! D’ailleurs cela fait partie de l’examen? Non… ben, non! Puisque on ne ferre plus les bovins depuis près de 50 à 80 ans…

PAR CONTRE, par contre… que dire de la formation de pédicure Bovin justement? Puisque d’après ce cher Dom. seul les MF sont apte à faire un parage, sur équin ou sur Bovin, il a quand même été possible de créer une formation de pédicure Bovins! Tout simplement pour la même raison qui nous pousse à devenir Pareur équin ou podologue équin (donc sans ou avec un diplôme…) c’est que les MF ne veulent PAS et NE SAVENT PAS parer les vaches!!! Ils n’avaient pas envie d’aller se faire chier sur la tête dans un élevage laitier… alors « bons seigneurs » ils ont laissé le métier de Pédicure Bovins se monter!

La GRANDE MAJORITÉ des MF en ont rien à foutre des pareurs ou podologues puisque y a jamais assez de MF vue qu’ils arrêtent quasiment tous avant 3 ans d’exercices…

Bref. pour cette histoire de bovins, il aurait mieux fallut fermer sa bouche…

Mais là, il faut de la culture…  de la culture professionnelle, de celle des gens qui s’occupent des animaux, pour leur bien!

C’est clair! Je ne vais pas mettre des photos…. y en a plein sur le blog et des milliers sur Google images…  d’ailleurs c’est pour cette raison précise que le nombre de chevaux pieds nus ne cessent d’augmenter, le nombre de pros de s’installer et donc de devoir faire quelque- chose pour enrayer la fuite de clientèle…

Pas de celle des utopistes qui pensent avoir créé une nouvelle science uniquement sur la base de leur ignorance.

Tous les professeurs d’université qui travaillent sur le pied nu à travers le monde apprécieront… ainsi que tous les proprios qui nous ont confié leurs chevaux suite aux catastrophes occasionnées par le fer…

Sans surprise, devant le tribunal correctionnel des Sables d’Olonnes, le 26 septembre 2013, Monsieur G.J, minimise ses actes et déclare : «  juste limer un peu les sabots ».

Seul, devant un tribunal inquisiteur et des gens de mauvaise foi…. que faire de plus? Ce n’est que la triste vérité!

Nous sommes néanmoins étonnés par ce discours, devant la Justice, de ces personnes qui devaient renvoyer au Moyen Ages les Maréchaux-ferrants en nous abreuvant de palabres sur la cruauté de notre art, pourtant tout entier tourné vers le bien-être des animaux confiés, ceci depuis des lustres.

Les lustres… dont date aussi leur savoir!  La fer a t-il changé de forme depuis le moyen âge? non. Les clous ont- ils changé et la technique de forge d’un morceau de métal pour le clouer sous le pied n’a jamais vraiment changé non plus. Oui, c’est bien du moyen âge que déboule la maréchalerie.

En fait, le pédicure-podologue équin, même affublé de ce titre n’est qu’un homme, pas vraiment un héros, pas vraiment, sachant qu’il voudrait l’être. De plus, il est pris à son propre piège.

Non, il s’est trouvé piégé dans les griffes d’un homme président d’un syndicat minoritaire dont les blessures narcissiques l’ont poussé à mener sa petite vendetta personnelle avec le soutien d’une justice aveugle et ignorante. 

D’ailleurs et même s’il n’en apporte aucune preuve, Monsieur J. affirmait avoir suivi une formation pour exercer son métier.

Oui… grosse erreur de Guy… ne pas avoir fini sa formation de DAEP!

C’est là où le bât blesse. En effet, c’est la seule formation, celle des pseudos pareurs naturels ou des pédicures équins qui dure si peu de temps (2 jours entre observation d’une personne n’en sachant pas beaucoup et une pratique courte sur pied mort) et ou on doit se débrouiller seul, ensuite.

Encore un mensonge… puisque la formation du DAEP dure 18 mois et comporte théorie ET pratique sur pieds morts ET chevaux en situation réelle sous la supervision de KC Lapierre lui- même. Alors arrêtez de raconter connerie sur connerie! Nous, on n’a pas besoin de passer 1000 heures à suer au dessus du charbon!

Contrairement à la formation séculaire des maréchaux-ferrants qui s’étend sur 3 années civiles avec de la pédagogie en centre de formation et de la pédagogie d’entreprise, avec la mise à disposition pour l’apprenant d’un tuteur ou d’un maître d’apprentissage, permanent.

Séculaire est le mot juste! MDR! C’est encore un mensonge… puisque la formation ne dure que 1800 heures et que tout le reste est composé de pratiques en entreprises où l’apprenti sert de larbin sous- payé au patron!

De plus, on peut voir en direct sur le propre forum du Petit Syndicat que le niveau des élèves et des patrons est à ras les pâquerettes (pour certains) :

Le 18/10/2013, parages pas plats:
bonjour, je suis apprenti et je suis content d’avoir trouver ce forum parce que j’ai un problème, je n’arrive pas à faire parages plats. Mon patron n’arrête pas de me pourrir avec ça, mais il dit qu’il sait que me montrer mais pas m’expliquer. Alors voila nous on ferre souvent à froid des trotteurs de course et je n’arrive pas à faire des parages bien plat. ,avec la pince à parer c’est un peu Beyrout, mais après, pour rattraper avec la râpe, je ne fais pas de trous mais c’est jamais nikel, le fer est pas partout en contact pile poil comme il faut. Mon patron, il gueule, mais je ne sais pas comment faire, puisque lui il n’arrive pas à m’expliquer. Il y a un truc ou des repères pour y arriver ? Est ce que vous pouvez m’aider svp ?
—————————————————————————————————————————————
Wouahou! Là y a du niveau! Pourtant le gars est en CAPA, pourtant le gars est sous la surveillance d’un patron!
Réponse:
Bonsoir, Il n’y a pas de remède miracle, c’est plus un coup de main à prendre.
Avec la pince à parer, on a tendance a faire des trous en quartier.
L’idéal, c’est de pencher les manches vers l’intérieur du pied pour toujours garder la paroi plus haute que la sole puis régulariser avec la râpe en prenant comme point de repère un talon et la pince puis l’autre côté avec la râpe qui va toujours àplat .
Avec le rogne-pied, on fait un peu pareil, il est à plat ou légèrement incliné vers l’intérieur puis la râpe comme ci-dessus.Pour s’entrainer, on peut prendre un rondin de bois d’un mètre et environ 15 cms de diamètre que l’on tient entre les jambes et on essaie de le râper bien à plat.
—————————————————————————————————————————————–
Y a PAS de MIRACLE? c’est un coup de main à prendre???? Ok. C’est cool la maréchalerie, on prend le coup de main et ça roule!
Apprendre sur un rondin de bois! Super!
J’adore l’explication du parage « à plat »… celui là même qui permet de laisser son cheval pieds nus hein??? MDR!

En effet, les équidés ne sont pas des cobayes.

Ha ben tu m’étonnes! Faut juste « prendre le coup de main » et après ça roule tout seul!

C’est un cas de mauvais traitements envers des animaux que d’accepter le travail d’un néophyte non encadré par un tuteur.

Oui, mais quand ce néophyte est en formation CAPA, là, c’est normal!

C’est pourtant ce que font ces pareurs naturels.

Non, c’est CE QUE VOUS faites! MDR!

C’est pour cela qu’ils décrient notre formation…car eux n’en ont pas.

OUI, en France… mais le monde c’est PAS la France. La France a 20 ans de retard en locomotion et en vétérinaire équine. ( en dentisterie je vous en parle même pas!!!) Et les lois, elles, c’est 50 ans de retard qu’elles ont!

Alors qu’ils n’hésitent pas à agir sur les pieds des équidés en disant que si le cheval boite après leurs interventions, c’est normal. Car d’après eux, c’est la faute de la ferrure précédente et que le cheval peut même boiter durant 2 ans.

C’est sûr que quand on veut mentir au gens, en tournant les choses comme ça… ça peut passer auprès de personnes qui n’ont pu lire QUE des livres de droit… ou tout simplement d’autres MF… mais les propriétaires de chevaux rendu BOITEUX par la ferrure qui ont VU de leurs yeux vu l’évolution des pieds parages après parages, ne se feront pas avoir.

Si mes clients étaient juges, le procès aurait pris une autre direction…

Et OUI, c’est vraiment faire preuve d’ignorance ou de malhonnêteté intellectuelel que de vouloir nier les conséquences délétères de la ferrure. Encore une fois, partout dans le monde où des scientifiques s’intéressent à la question, on peut voir que leur vision des choses évolue et que les choses changent. Il n’y a qu’en France qu’une petite poignée d’irréductibles veut garder son gâteau et essaie de nier tout ce qui se fait autour d’elle.

Comment peut-on accepter de laisser des chevaux boiter ? Juste, parce qu’on ne veut pas apprendre les compétences minimales pour soulager les équidés. Où est l’amour du cheval ?!

Confondre « boiter » comme quand un cheval a été encloué, brûlé, a le pied serré, ou que le pinçon est passé sous la sole…. ET la sensibilité normale qui suit le déferrage lié à des changement de proprioception et de perception nerveuse, c’est encore une fois faire preuve d’une ignorance totale de la podologie et finalement du pied…..nu, donc, du pied tout court.

L’amour du cheval? Ferrer c’est pratiquer l’Amour du cheval??? En stage, tous les gens sont consternés de voir que TOUS les pieds de cadavre étaient ferrés… et on peut même s’amuser à décrypter les causes de l’envoi à la casse en étudiant les problèmes de conformations, de blessures ou les déformations sur les sabots… toutes en relation avec la ferrure!

Revenons à ce jugement correctionnel :

Pour sa défense Monsieur G. J. déposait un document issu de « l’académie vétérinaire de France » de 2009 qui circule dans le milieu des pareurs naturel et sur internet, exprimant le point de vue, controversé, d’un vétérinaire. Que l’ordonnance de 2011, modifiant le Code Rural, n’a pas retenue, du reste.

La juge a refusé d’étudier le document! Les choses se sont passées en quelques minutes!

Le prévenu, se disant pédicure équin, présentait également, au tribunal la réponse du Ministre de l’agriculture à la question posée par une Sénatrice de la Gironde en décembre 2012.

Certes, pas la question au gouvernement qui demandait une exonération de taxes et une inscription au Répertoire des Métiers, par les personnes qui s’affichent comme pédicures équin. (Si, ils ont osé !). (Voir article précédent)

Le gars raconte encore une fois n’importe quoi! ( voir la question içi : lien )

Mais la réponse à la question qui demandait une reconnaissance du droit de pratiquer des parages par des pédicures-podologues équin. Question à laquelle le Ministre répondait « qu’il n’est pas apparu le besoin de créer une nouvelle profession de pareur ou de pédicure équin ».

Mais le prévenu ne citait qu’une partie pourtant aussi explicite de cette réponse : «Ainsi, répondait le Ministre, les pédicures et les pareurs équins ne faisant pas partie de la liste des professions dérogataires pour l’exercice d’actes de médecine et de chirurgie des animaux, sont autorisés à réaliser des soins sur les pieds des chevaux dès lors que ces soins ne sont pas considérés comme étant des actes de médecine ou de chirurgie des animaux ». Tout le monde comprend, ici, qu’il s’agit des opérations essentielles, que sont le curage des pieds ainsi que le graissage de ces mêmes pieds ! Tout le monde, sauf les intéressés !

Mauvaise foi, interprétation… La Sénatrice parlerait de professionnels des soins aux sabots… d’un statut légal… pour curer les pieds?????? Il se fout vraiment de notre gueule en fait! MDR!

Mais tout au plus, cette réponse ministérielle est une information pour une meilleure compréhension du texte, envers ceux qui ne veulent pas l’accepter.

C’est sûr! Mais on se rend bien compte que demander à des gens qui savent à peine faire la différence entre une vache et un cheval, de légiférer sur les soins à apporter aux pieds des équidés… avec Fers ou sans… c’est mission impossible! C’est comme demander à un ministre de légiférer sur la culture biodynamique… s’ il est conseillé par la FNSEA… ou de lui demander de légiférer sur l’homéopathie si il est conseillé par SANOFI…

La surprise de cette audience du 26 septembre 2013 venait du substitut du Procureur qui demandait la relaxe du prévenu. Car, le représentant du Parquet ne voyait pas en quoi couper de la corne aux pieds des chevaux pouvait avoir une incidence sur le confort et le bien-être de ceux-ci.

Le seul à avoir toute sa tête ce jour là!

C’est la difficulté d’expliquer l’importance et les incidences de notre art à des personnes qui voient le parage des pieds des chevaux comme le fait de couper les ongles sur les doigts des humains.

C’est surtout là qu’on peut apprécier toute la malhonnêteté intellectuelle, la désinformation et les manipulations politiques et judiciaires qui ont permis de pouvoir arriver à ficeler les textes pour entraver toute évolution de la podologie en France!

Ce sont les limites de l’anthropomorphisme. Ces personnes ne prennent en considération que les incidences que cela peut avoir sur eux. Ce qui n’est pas vraiment la même chose que sur les animaux dont leur base de sustentation est leurs sabots.

Hé bien non! Les chevaux sont debouts sur leurs pieds! Grande nouvelle, on a évolué depuis les croyances du 19e siècle… aie, aie, aie…

Du reste, déconcertant, il exposait qu’il ne voudrait pas être convoqué devant ce tribunal pour exercice illégal de la chirurgie parce qu’il lui arrive de se servir d’un scalpel pour réaliser des maquettes. C’est vrai : une pince à parer dans la main, un pied de cheval entre les jambes ce n’est certainement pas pour réaliser un parage…mais seulement pour prendre 40€ pour curer les pieds.

Si des gens sont prêts à payer 40 euros pour qu’on cure les pieds de leurs chevaux, où est le problème? D’autres mettent des MILLIERS d’euros en soins pour essayer de réparer une maladie naviculaire provoquée par une simple pourriture profonde de fourchette…  D’autres font euthanasier leurs poneys parce qu’ en France on ne sait pas encore soigner la fourbure ??? Mais faut arrêter 5 min !

Ces aberrations misent en avant. C’était à la magistrate du siège de délibérer et de dire le Droit.

Super… Et en cas de procès pour une prothèse cardiaque on rendra aussi un jugement en 5 min???

Donc, le 10 octobre 2013, Le tribunal correctionnel des Sables d’Olonnes se prononçait sur la culpabilité de Monsieur G. J. de la manière suivante :

Considérant que l’article L243-1 du Code Rural dispose : « On entend par acte de médecine des animaux : tout acte ayant pour objet de déterminer l’état physiologique d’un animal ou son état de santé, de diagnostiquer une maladie, y compris comportementale, une blessure, une douleur, une malformation, de les prévenir ou de les traiter… »

La juge, ne se présentant pas comme une spécialiste du cheval ou de l’équitation et encore moins de la maréchalerie, à ses dires en préambule d’audience,

mais ayant bien compris nos argumentaires oraux et écrits,

déclare : « le parage vise à agir sur la corne, avec ou sans ferrage ensuite, pour que le cheval puisse se déplacer convenablement et en fonction de l’usage prévu par son propriétaire. Qu’en l’absence de parage ou avec un parage inadapté, le cheval peut avoir des douleurs ou éventuellement développer une maladie ou des déformations. Qu’à l’inverse cette opération permet de prévenir et de traiter des douleurs du cheval qui seraient liés à un mauvais positionnement du sabot sur le sol ». Mais aussi, qu’avant de parer, il faut diagnostiquer si le pied est sain ou pas. Ce qui, reconnait cette juridiction, « nécessite des compétences en matière médicale ».

Tromperie….. et on voit bien que le jury a été manipulé par l’argumentaire de l’avocat du Petit Syndicat et que seul, Guy n’a pu suffisamment se défendre… et n’avoir aucune crédibilité face à des magistrats qui ont du boulot par dessus la tête et d’autres chats à fouetter…

Les compétences ne sont pas « médicale » mais « podologique »!

Est-ce que le podologue humain est médecin? non. Est-ce que le pédicure Bovin est vétérinaire? non.  La définition de l’acte vétérinaire est pourtant très clair:

« acte de médecine des animaux ” : tout acte ayant pour objet de déterminer l’état physiologique d’un animal ou d’un groupe d’animaux ou son état de santé, de diagnostiquer une maladie, y compris comportementale, une blessure, une douleur, une malformation, de les prévenir ou les traiter, de prescrire des médicaments ou de les administrer par voie parentérale. 

Quant à l’  » acte de chirurgie des animaux ”, c’est tout acte affectant l’intégrité physique de l’animal dans un but thérapeutique ou zootechnique. 

Ok, du coup le moniteur qui juge si tel ou tel cheval est « maigre » va déterminer l’état physiologique d’un animal… FAUT l’ATTAQUER!

Le propriétaire qui va « soigner une gale de boue » aura « diagnostiqué et soigné une maladie » … FAUT l’ATTAQUER!

Le praticien Shiatsu? Il est mort lui! 😆

Pour autant dans la même loi il est indiqué: Art.L. 243-3.-Outre les soins de première urgence autres que ceux nécessités par les maladies contagieuses, qui peuvent être réalisés par toute personne…

Donc si on considère que le parage est a faire d’urgence n’importe qui peux le faire?

Il est très drôle de remarquer que les Dentistes et les osthéos équins ont pus EUX demander la reconnaissance de leurs métier suite à ce texte… Alors que les dentistes n’avaient même pas de formations mise en place en France!

Il apparaît donc, en Droit, que le parage peut être qualifié d’acte de médecine des animaux.

En médecine vétérinaire, non. Nous verrons bien si la Cour d’appel puis la Cour de cassation en décide autrement!

L’académie de médecine le définit TRÈS clairement! La juge ne sait pas lire… voir ce document qu’elle A REFUSÉE DE PRENDRE EN COMPTE! > lien

Qu’à partir de cette constatation. Puis en se référant à la loi et principalement au texte de l’article L 243-1 confirmé par l’article L 243-3 du Code Rural qui dispose que des actes de médecine ou de chirurgie des animaux peuvent être réalisés par, notamment, les maréchaux-ferrants pour le parage et les maladies du pied des équidés.

La magistrate en convient : « seuls les maréchaux-ferrants et les vétérinaires peuvent procéder au parage des pieds des équidés ».

Au vue de la partialité des infos dont disposait la Cour, le jugement est logique…

Mais aussi, comme nous l’avions exposé, il n’y a pas de parage : naturel, physiologique, de Strasser, de Fiashi, ou de Thary etc…

C’est FAUX, archi faux!

Il n’y a que le parage stricto sensu. Que celui-ci soit ou non suivi d’un ferrage, qui n’est qu’une pose d’orthèse sur un organe préparé à le recevoir. Du reste, le jugement précise que : «  le Législateur a donc manifestement, en toute connaissance de cause, fait le choix de ne pas distinguer les différentes pratiques en matière de parage pour les réserver toute, exclusivement, aux maréchaux-ferrants (ou aux vétérinaires) ».

Donnez moi vite une corde!!!  moldar

Il semble donc, au regard de ces éléments, que le prévenu qui procédait à des parages dans un exercice professionnel, a exercé des actes réservés à l’activité de maréchal-ferrant et donc a exercé l’activité de maréchal-ferrant.

A mort! A mort! A mort…

Or, l’activité de maréchal-ferrant est réglementée par la loi relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat du 5 juillet 1996, dont l’article 16 dispose qu’il est nécessaire d’être qualifié pour l’exercer. Le Conseil Constitutionnel l’a confirmé consécutivement à une question prioritaire de constitutionnalité en date du 24 juin 2011 (Décision 2011-139).

Dans la mesure où Monsieur G.J. ne possède pas de diplôme de maréchal-ferrant reconnu et que l’UFM l’avait préalablement averti, il ne pouvait donc se cacher derrière une méconnaissance de la loi. D’ailleurs : nul n’est censé ignorer la loi, rappelle le jugement correctionnel.

Le tribunal est donc entré en voie de condamnation pénale à l’encontre de Monsieur G.J. pour une amende de 1000€ dont 500 avec sursis, la diffusion de la condamnation sous la forme d’une publication dans le journal France-Ouest, à sa charge.

Blablabla…

L’UFM quant à elle, n’a demandé qu’un euro symbolique au titre du préjudice moral et obtient de cette condamnation délictuelle de Monsieur G.J. 750 € pour les dépens.

Grand seigneur!

Cette première jurisprudence pour exercice illégal de la maréchalerie, si bien argumentée, fait réellement entrer les maréchaux-ferrants français dans le 21éme siècle en délimitant juridiquement le champ et les contours de notre métier. Elle invite, également, la profession à de nouveaux objectifs, tant en matière de formation qu’en terme d’organisation de la profession. Ce qui lui favorisera une meilleure reconnaissance. Mais aussi de meilleures compétences professionnelles dans l’intérêt des animaux pour lesquels nous travaillons.

Si bien argumenté??? Non mais Allo quoi? Elle fait rentrer votre métier dans le 21e siècle???? MDR ! Elle fait surtout prendre encore 10 ans retard à la France pour la compréhension du pied nu… C’est hallucinant.

Il est à remarquer que les dernières dispositions législatives intéressant notre profession sont une avancée. En effet, c’est la première fois qu’une modification du Code Rural ne retire rien aux capacités professionnelles des maréchaux-ferrants voire même requalifie d’une manière supérieure les compétences des maréchaux-ferrants, requalification confirmée par la Justice.

Le gars s’extasie à demi- mot devant l’action de lobbying… et l’impact que cela a eu!

Cette avancée conséquente pour la profession de maréchal-ferrant est à mettre à l’honneur des maréchaux-ferrants responsables de leur métier que sont les seuls artisans maréchaux-ferrants, membres de l’UFM. Mais pourtant, nous avons besoin de tous et tous, nous avons besoin de l’UFM pour pouvoir nous épanouir dans notre passion.

C’est surtout l’oeuvre d’un mec qui n’a pas digéré les altercations et critiques dont il a fait l’objet sur le forum du Petit syndicat par 2 comparses qui l’avait ridiculisé à une époque… L’ego blessé amène la violence…

C’est donc aux professionnels de faire fructifier ces reconnaissances professionnelles que l’UFM a chèrement conquises par son expertise et son travail mais aussi par la confiance des maréchaux-ferrants.

Au secours!

Président

 

18 réflexions sur “Le mensonge ou la vie?

  1. il est ou le bucher ? on a pas eu de nouvelles ils l’ont brûlé pour sorcellerie ?

    Les mfs ils sont gentils … ça n’a été que des catastrophes avec mon cheval depuis 2005 et j’en ai vu un paquet ! kaplan est désormais suivi par une DAEP dont je suis très très satisfaites les rendez vous sont toujours pris à l’avance ( jamais de nan pas avant 1mois ) elle est a l’heure ( nan parce qu’attendre 2 h toutes les 6 semaines c’est bon ) elle est douce avec mon cheval ( qui a shivering et harper et qui a pris moult coups de marteaux dans le ventre l’amour du cheval sans doute ! et qui devient incontrôlable a l’odeur et au bruit de la forge ) elle prend son temps se souvient de son nom et me raconte pas des conneries plus grosses qu’elle vis a vis de mon cheval ( que pour 3 semaines oui mais après il va saigner des pieds, que je le met a la retraite et qu’il est pied nu a cet effet )

    quand on voit que les vétos on mis en cause le pied nu sur l’entorse de kaplan … ( vous y connaissez quoi en pied nu ? bah rien … on est d’accord ) !

    alors l’UFM ils sont gentils ils nous lâchent la grappe !

  2. Dans le mot maréchal ferrant, il y a « ferrant. » donc on en déduit qu’il pose des fers. Dans le mot pareur ou podologue équin, point de référence au fer, donc on en déduit qu’il ne pose pas de fer. conclusion : ce sont bien 2 métiers différents. Et nous, clients, avons quand même le droit de choisir le professionnel que l’on souhaite, non? et si l’on ne veut pas du parage du maréchal, c’est bien parce qu’à aucun moment dans sa formation il n’y est abordé le parage pour pied nu. donc il n’est pas formé pour cela.Il faut absolument préparer un dossier qui montre les différences des 2 parages et qui serait à la disposition des personnes éventuellement mises en cause .
    c’est un peu comme la bataille entre ostéos et médecins pour nous les z’humains. il faut que les 2 cohabitent.

  3. Je vous suis sur de nombreux points :

    – Beaucoup de maréchaux sont incapables de faire la différence entre parage pied nu et parage avant ferrage ;
    – Beaucoup ne se déplacent pas pour un parage ;

    Je suis également d’accord sur le fait que la formation de maréchal-ferrant est lacunaire et un bon maréchal continue d’apprendre, de chercher à comprendre, même après sa formation. Il y a de bons maréchaux, comme il existe de mauvais pareurs. Je préfère un bon maréchal qui cherche des réponses encore et toujours, que celui qui ne se remet pas en question.
    Je connais un maréchal qui cherche toujours à proposer le pied nu plutôt qu’une ferrure, même si ça lui rapporterait plus. Et quand je parle de pied nu, ce n’est pas faire un parage simple, c’est comprendre l’anatomie du cheval, son aplomb, redonner à la sole son rôle initial, chercher progressivement à ouvrir le pied étriqué par des ferrures trop serrées… Il existe des maréchaux qui se soucient du bien-être des chevaux. Et mieux que tout, ce maréchal explique quand il pare, et il répond aux questions. Et généralement, les gens ne lui posent pas de questions pour lesquelles il n’a pas de réponse, simplement parce qu’il s’interroge en permanence sur son travail. Il a sans doute encore à apprendre mais on a tous toujours quelque chose à apprendre. Il en est conscient et à mon sens, c’est un bon maréchal.

    Que faire quand le propriétaire ne veut pas de pied nu ? Doit-on laisser les chevaux se faire ferrer par des maréchaux moins scrupuleux ? Avec une formation de maréchalerie ET des recherches personnelles, on adapte la ferrure, on respecte l’équilibre du pied et on fait en sorte que le cheval soit le plus à l’aise possible avec des fers. La connaissance de l’anatomie du cheval et du fonctionnement du pied, sont une aide précieuse aussi lors d’une ferrure. Un bon maréchal est conscient que le fer n’est pas la panacée, mais il adapte de manière à ce que le cheval soit le mieux possible. Et les retours clients comme vous le dites, ne mentent pas. Quand on voit des propriétaires, qu’ils aient leurs chevaux pied nu ou ferrés, qui disent qu’ils ont « enfin retrouvé leur cheval », « que leur cheval est transformé », ça ne peut pas être pour le travail d’un mauvais maréchal.
    Je suis également navrée de lire dans un précédent commentaire que des maréchaux se permettent de mettre des coups de marteau (j’ai déjà vu des coups de pieds pour ma part) dans le ventre des chevaux, mais là encore, tous les maréchaux ne sont pas comme ça. Il y en a qui prennent le temps et qui sont patients avec les animaux.
    Chez les maréchaux, il y a des mauvais, mais heureusement, il y a aussi des bons.

    C’est triste, mais si la maréchalerie est encore d’actualité c’est parce que de nombreux propriétaires n’ont pas envie de respecter les besoins de leur cheval et préfèrent leur plaisir. Je suis propriétaire de chevaux qui ne sont pas ferrés, qui ne l’ont jamais été, et qui ne le seront jamais. Je monte au licol et si mes chevaux ont besoin d’un an pour des soins ou pour une éventuelle transition pour moins de sensibilité de pied, je prendrais l’année. Mais combien de propriétaires sont comme ça ? Là où je vis, les sols ne sont pas aussi doux que dans le Jura, ou en Normandie. Ici, c’est de la roche volcanique, c’est très abrasif. Donc, il faut plus de temps d’adaptation pour un cheval qui passe au pied nu… et les gens ne veulent pas prendre le temps.
    Alors pour le moment, on fait une gentille propagande pour que les gens passent à autre chose, mais la transition et l’évolution des mentalités prend du temps. Pour être très investie dans la protection animale, je peux assurer, que c’est avec la douceur qu’on amène les gens à se remettre en question (même si on trépigne intérieurement). Quand on leur rentre dedans, ils se braquent. Donc, la diplomatie est essentielle quand on défend une conviction.

    Je reviens également sur les pareurs :

    – J’ai déjà vu un pareur naturel reconnu faire saigner le pied pour un coup de rénette de trop (méthode Strasser, il est vrai), mais ce n’est pas spécifique au maréchal ou au vétérinaire.

    – Dans ma région, il y a une pareuse « autodidacte ». Elle ne connaît rien de la maréchalerie, rien de la podologie, rien du système locomoteur du cheval, de la fonction ou du fonctionnement du pied… Elle sait tailler des pieds et s’est mise pareuse. Heureusement que sa réputation la précède. Ce sont ces gens-là qu’il faut réguler. Car oui, il existe aussi de mauvais pareurs.

    Il est clair qu’il est essentiel de redonner à la podologie équine la place qu’elle mérite, mais pas n’importe comment. Il faut l’intégrer aux formations de maréchaux-ferrants et créer une formation à part entière pour le parage. La maréchalerie a besoin d’évoluer, c’est un fait. Néanmoins, je dois avouer que je trouve dommage que vous dénigriez des professionnels ou futurs professionnels qui ont compris l’importance du pied nu, du respect de la nature de l’animal, et qui souhaitent en savoir plus, justement pour le bien-être du cheval. Ces personnes ont le mérite de vouloir améliorer leurs compétences. Reconnaître ses lacunes et vouloir les combler est plus à apprécier qu’à blâmer, que ce soit pour le maréchal qui vous a écrit que pour l’étudiant vétérinaire. Il est difficile, lorsque l’on a été formé et formaté d’une certaine façon de sortir des rangs et s’ouvrir. Il faut encourager ces gens-là.

    On peut trouver des exemples de bon et de mauvais partout, il est donc important de ne pas faire de généralités. De bons maréchaux sont eux-mêmes désolés de voir les ravages de certains de leurs confrères.

    Je me permets enfin de vous citer :

    « Deuxièmement, il indique qu’un grands nombre de MF pratiquent le pieds nu… Et bien j’aimerais bien les rencontrer et savoir un peu ce qu’ils font… »

    Nous avons une chambre d’amis et nous vous proposons de vous accueillir en toute simplicité, afin que vous puissiez échanger, partager et savoir que ce peut faire un maréchal qui fait du pied nu.

    Bien cordialement.

    • Bonjour,

      « Beaucoup de maréchaux sont incapables de faire la différence entre parage pied nu et parage avant ferrage »

      A commencé par le pdt de l’UFM … Ce qui est logique vue qu’ils n’ont pas appris… et qu’ils refusent l’existence même d’une autre façon de faire!

      Pour le reste, je suis d’accord avec vous, bien entendu!

      • Hélas, c’est un peu comme partout : ce ne sont ni les meilleurs, ni les plus expérimentés, ni les mieux renseignés qui sont placés à la tête des organismes. Le réseau est mieux valorisé que les compétences pour évoluer vers des postes élevés. Et effectivement, on en arrive à une entité industrielle et commerciale qui protège ses intérêts au détriment de la santé et du bon sens. Ce qui mène à beaucoup d’incohérences.

        La France est particulièrement concernée par ce schéma, car la pression des lobbies et cette sorte de gel des strates décisionnelles est plus présente qu’à l’étranger… Elle pousse à la pensée unique.

  4. bravo, du grand guillaume, j’adore la pertinence
    tu veux que je t’en raconte une bien bonne: j’ai lu un papier il y a quelques mois que deux MF qui donnaient une conf ont trouvé une ferrure spéciale pour….préparer le pied du trotteur de course à courir pieds nus!!!! celle la fallait quand même y penser, tu vois bien qu’ils sont entrés dans le 21° siecle.
    Philippe

    • Salut Philippe,

      Un coup de colère passager….

      Tout ce que je veux au final moi c’est qu’on me foute la paix! Et tant mieux si les MF arrivent à créer une filière « Pieds nus » dans leurs écoles comme le proposait le pdt de l’institut de la maréchalerie! (Y aura plus qu’a régulariser notre statu à nous, diplômés pour de vrais)

      Tiens, regardes dont ça: http://www.equidiawatch.fr/#/video/1661838

      MDR! Les pauvres trottous ont pas finis d’en baver!

  5. Indépendamment de toute considération politique (l’industrie du fer ressemble au lobby du pétrole au final), je trouve quand même impensable qu’aujourd’hui ou hier la maréchalerie dans sa formation n’inclue ni anatomie, ni équilibre du pied. Aussi longtemps que le pied sera préparé pour un fer et non un fer préparé pour un pied correctement soigné et équilibré, c’est l’échec. Heureusement qu’une infime partie de MF a compris cette distinction cruciale.
    Indépendamment de toute polémique fer ou pas fer, mon loulou est pieds nus et cela nous convient. Il est suivi par une podologue diplômée après 2 ans de formation.
    J’espère que je ne me fera pas dénoncer pour maltraitance ou acte vétérinaire illégal à un juge parce que je donne un coup de râpe par-ci par là entre les parages! Non mais allô quoi…

    • Bonjour Sophie,

      La formation inclue de l’anatomie mais d’un niveau CAP ! C’est quand même un peu juste pour après parler de « connaissances vétérinaires »! Quand à l’équilibre du pied, il ne le conçoivent qu’en terme de « forces et de leviers » en se basant sur la biomécanique du 19e siècle. Les choses ont évolué depuis et on parle maintenant de bio-énergétique (gestion de l’énergie cinétique par les cellules), d’hémodynamique (dynamique du sang), et surtout des capacité d’homéostasie qui pousse les cellules à toujours vouloir retrouver leurs équilibre intérieur (physiologique) mais aussi dimensionnel.

      C’est la grande différence d’approche: la maréchalerie veux protéger le pied, la podologie veux exposer le pied à une stimulation adapté.

      Toute ses considérations ne seront bien sur pas prises en compte puisque le débat n’est motivé que par la protection d’un monopole commerciale!

  6. Comment en tant que propriétaire de chevaux on peut ce faire entendre et leur dire le fin fond de notre pensée??? Que je sache, nous sommes proprio de notre animal et donc on est libre de choisir qui intervient sur notre cheval!!
    Comme le dit une amie, il faut que nous nous fassions entendre avant que le parage physiologique soit considéré comme maltraitance et que la ferrure soit rendu obligatoire!

    • Bonjour Audrey,

      Et NON, avec les idées de cette personne, VOUS NE POUVEZ PLUS DÉCIDER !

      Comme je l’expliquais, la suite, c’est des MF qui viendront « parer à plat » et provoqueront l’obligation de ferrure car vous n’aurez plus le choix! Le processus est très vicieux mais terriblement efficace…

      Comment vous pouvez vous faire entendre?

      Que des MILLIERS de propriétaires se mobilisent comme ils l’ont fait pour les dentistes et les osthéos en 2011…. et demandent la reconnaissance du métier de Podologue équin (diplômé)!

      Nous avons les dossiers, y a plus qu’a convaincre le ministre de l’agriculture.

      Il est temps de se bouger car comme vous le dites, les choses ne vont pas aller en s’améliorant!

      • Il est hors de question que cette personne aussi dérangé m’oblige a faire ferrer mes chevaux!! Hors de question de ce laisser mener par le bout du nez!!
        Comment peuvent-ils être aussi aveugle??? Mon cheval a été sauvé d’une euthanasie certaine GRACE au parage pieds nu! Il faut manifester! Que tout les partisans du parage pieds nu se rassemble pour ce faire entendre ou que l’on écrivent a cette personne en lui décrivant notre expèrience du pieds nu

      • Vous pouvez TOUS rédiger une lettre expliquant POURQUOI vous faites appel à un Podologue équin et pourquoi vous voulez avoir le droit de choisir.

        Il faut absolument que le ministre de l’agriculture, les députés et sénateurs et les pdt de chambre des métiers lisent ses lettres AFIN de les informer des réalités de terrains qui nous motivent tous!

        Toutes ces personnes ont été contactés par l’UFM et ont eu une version partiel des choses….. C’est a VOUS maintenant de vous faire entendre si on veux continuer à avoir des chevaux bien dans leurs pieds.

  7. La loi sur la protection des animaux en Suisse est plus stricte dans son ensemble tout en étant plus ouverte qu’en France quant aux soins des pieds:

    http://www.bvet.admin.ch/tsp/02414/02415/02423/index.html?lang=fr

    Ce paragraphe parle de lui-même et n’exclut pas le parage naturel:

    « Les chevaux détenus par l’homme ont besoin de soins. Leurs sabots et leur pelage notamment doivent être soignés. Des soins des sabots dans les règles de l’art sont exigés pour que les chevaux ferrés ou non aient une conformation anatomique correcte et puissent se mouvoir de manière naturelle. Ces soins préviennent les maladies des sabots. »

    Ci-après les conditions pour le sorties et le mouvement:

    http://www.bvet.admin.ch/tsp/02414/02415/02417/index.html?lang=fr

  8. Ne jamais sous estimer l’ego blessé…
    Sinon, pour obliger un juge à prendre en compte toutes les infos et pas seulement celles qui les arrangent, il faut qu’elles soient consignées dans un procès verbal. Pas juste dans un  » dossier »
    Il faut évidemment se mobiliser, mais surtout surtout médiatiser, ça c’est LE moyen de pression que les  » petits » ont pour faire pencher la balance de leur côté, mettre en lumière l’injustice, la connerie, la souffrance des chevaux ect…
    Dans un autre contexte, tout aussi décrié, une personne seule en procès mais soutenue par bcp avec les médias à l’appui, cela à fait la différence, elle a gagné.
    Il ne faut pas laisser les podologues seuls se défendre lors des procès, il faut du monde là présent sur place, avant, après l’audience, et les médias.
    Il faut  » juste » s’organiser….

    • Y’a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

      Je ne suis pas sûre qu’on puisse le convaincre même si on vient à 20 000 frapper à sa porte avec un dossier béton (Ego blessé, remise en question d’une vie, …). Par contre, je pense qu’il faut aller frapper à la porte des décideurs en utilisant un langage qu’ils peuvent entendre (là je rejoins Amandine) et commencer à se poser les bonnes questions.

      De toute manière c’est un peu le travail qu’on a à faire sur tous les plans …. On s’est laissé tondre comme des moutons durant des décennies, là on n’en peut plus, on veut du changement, si on attend que ça vienne d’en haut on va attendre un moment…

      Il est temps de nous reprendre en charge et d’assumer nos décisions et nos responsabilités (soyez certains que je m’inclue dans le lot).

      Cdlt

      Aurélia

      • Ce que je veux dire, c’est qu’en cas de procès, de toute façons le but n’est pas de convaincre le juge, on est pas au pays des bisounours..,mais l’obliger à Tout prendre en compte, ce qui l’arrange, mais surtout ce qui ne l’arrange pas, ou n’arrange pas son lobby… mais un seul pareur seul avec personnes derrière lui en live…peu d’espoir, c’est du pain béni pour eux.
        Donc soutient, d’autre pareurs, et propriétaires + médias pour mettre en lumières leurs incohérences et mensonges.
        Cela n’empêche pas une action parallèle avec interpellation du gouvernement.
        C’est sur que faut pas juste attendre qu’ils vous laissent tranquille, ça en France ils savent pas faire…et se terrer en souhaitant que ça ne tombe pas sur vous c’est reculer pour mieux sauter. Il faut absolument soutenir publiquement ceux qui vont au front en premier.

  9. *Lève ses pompoms derrière Guillaume* si si, courage! ^^
    Article et commentaires passionnants à lire encore… bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s