Congrès de l’Association Vétérinaire Équine Française – AV F, 2012 – Reims, France

Je viens de recevoir ce matin, la newsletter de l’IVIS. (International Veterinary Information Service).

Ils nous parle du dernier congret de l’AV F…..

Nous sommes heureux d’annoncer que les Proceedings du Congrès de l’Association Vétérinaire Équine Française – AVEF, qui s’est tenu du 11 au 13 octobre 2012, à Reims, France, sont maintenant disponibles en ligne sur IVIS. Consultez les Proceedings. Ce rendez-vous trans-générationnel incontournable pour le domaine d’activité, a été l’occasion pour les vétérinaires équins de faire leur marché en terme de formation continue et de rencontrer leurs partenaires, les laboratoires pharmaceutique, les fournisseurs en matériel et des institutionnels de la profession et de la filière équine.[…] Ce rendez-vous a été dense, profitable sur le plan professionnel et très agréable sur le plan humain, moments privilégiés d’échanges et de confraternités.

Il y a eu des interventions dans plusieurs domaine et notamment la maréchalerie! J’ai lu en 5min 3 articles … et les bras m’en sont encore une foi tombé! 😦

Maréchalerie

On va analyser ces articles. (résumé d’intervention)

Le plus facile! La perfusion du pied!

RESUMÉ: La perfusion des organes contenu dans le sabot est extrêmement complexe. [cool! Enfin, ça commence à se pencher sur l’hémodynamique! La podologie équine le prenait en compte y a déjà 10 ans!]

L’auteur soutient que le pied fonctionne comme un coeur avec double pompe, une externe et une interne séparé par les cartilages unguéales, ligaments collatéraux et tendon extenseur des phalanges avec fonction des valves et modulé par le tendon fléchisseur profond. [Bon, ça commence à réfléchir sur le FAUX concept de fourchette pompe…  c’est bien! Le problème c’est que le gars a pas vue LE détail des condyles de la 2e phalange! A savoir que ce sont ces 2 condyles qui rendent possible la mise en pression dans le pied( avec des CL correctement développé…) pendant la phase d’appui! Mais bon, ça avance, c’est le principale!]

L’auteur étudie in vivo en utilisant le phlebogramme et la Pression Veineuse Périphérique le fonctionnement de la pompe entre 167-450 Kg et avec manipulation de l’Angle Palmaire dans un range de 30° (-15°a 15°) aussi bien en statique et en surcharge. L’auteur fait la comparaison avec les études précédentes en ex vivo avec 1000kg pour le fonctionnement de la double pompe en dynamique (pas, trot, galop et saut). En dynamique la double pompe du pied fonctionne avec la systole en phase d’appui et diastole en phase de vol; mais en statique la double pompe est complètement fermé pour la venocompression mécanique. La manipulation de l’AP et conséquente dislocation du Centre de Pression Statique induit un effet pompage dans un système fermé même en statique ou pendant le surcharge du controlateral.

Doit y avoir un problème de traduction parce que c’est pas du tout clair son truc…

INTRODUCTION:

La perfusion de la main est caractérisée par l’absence quasi complète des veines sur la face dorsale et la relative simplicité et voluminosité de celles de la face palmaire. Au contraire la vascularisation des organes contenu dans le sabot est extrêmement riche et complexe[1] . La ferrure corrective pour augmenter l’effet pompage est une intervention assez commune, mais l’effet de lever la pince ou les talons n’est pas complètement compris.

On compare la main humaine et le sabot du cheval… logique! (MDR) La ferrure qui augmente l’effet de pompage? Oui, parce que P3 étant soulevé du sol, c’est la sole qui joue le rôle d’un hamac et qui vient « pomper » à chaque mise en charge… avec tous les problèmes que l’ont commence à comprendre! ( descente distale, sole étirée et aminci, décollement de paroi… ) Aprés, le gars avoue ne pas comprendre les effets de ferrures orthopédique pourtant couramment utilisé… et donc « prescrit » c’est beau!

ANATOMIE de la PERFUSION DU PIED:

Anatomiquement on peut distinguer une architecture vasculaire ou arborisation interne au cartilage unguéales, ligaments collatéraux et tendon extenseur des phalanges avec prévalence artérielle (en rouge fig.1) et une architecture vasculaire externe au cartilage unguéales, ligaments collatéraux et tendon extenseur des phalanges avec prévalence veineuse (en bleu fig.1)

veino1

Anatomiquement on peut différencier les Vaisseaux en 5 zones de majeur intérêt: Lamellaires dorsaux, circonflexes, bulbaires, plexus coronaire et arc terminal [3] (Fig.2)

veino2 Là, c’est pas tout à fait correcte…

En podologie ont a définie aussi 5 plexus mais c’est plutôt:

Le Solaire – nourris le corion produisant la corne qui génère la sole.

Du Coussinet plantaire – un réseau de vaisseaux sanguins qui traversent le coussinet plantaire.

Des cartilages latéraux – fournis les cartilages en sang qui contribue à l’utilisation de l’énergie.

Du podophyle – nourrir le corion qui produit la corne intertubulaire de la paroi interne.

Le Coronaire – fournis au bourrelet coronal les éléments nutritifs dont il a besoin pour produire les tubules de la paroi externe.

Ce qui est quand même plus précis!

La présence des nombreux anastomoses (en jaune fig.3) donne au sang une grande liberté et favorise le cours des liquides, cette multitude de voies si variées dans leur dispositions ouvrent au liquide des canaux d’échappements dans tous les sens [2]. [ oui, et donc??? peut être pour une meilleur gestion de l’énergie ?]

veino3 Un petit schéma de Politt.

« La recherche sur la physiologie de la pompe du pied est un travaille de recherche en évolution qui au state de l’art (traduction foireuse encore…) reste plus ou moins basée sur des connaissances empiriques sur l’observation du piétinement et marche et conséquente formulation de concepts de systole et diastole du coeur succenturié[2], complètement mécanique[2] dans le mouvement qui influence la circulation et le model dynamiques sur l’influence du temps d’appui [2] sur l’élatère du pied, l’élasticité de la boite cornée et la dilatation transversale du coussinet, fourchette et cartilages unguéales qui fonctionnent comme des valves cardiaque. » 

La vache! Les vétos commencent à découvrir l’intérieur du pied du cheval!!! On est en 2013, et ça fait peu ou prou 6000 ans que le cheval est domestiqué!!! Whouaou! Bientôt ils risquent de découvrir les structures internes et leurs interactions! Mais chute… attendons de voir…

CONCLUSIONS ANATOMIQUES:

Après plusieurs études et dissections anatomiques l’auteur retiens que enfaite le pied ne fonctionne pas comme une pompe, [ c’est pas possible!!!] mais plutôt comme une double pompe [Aprés, LA POMPE, de mieux en mieux, LA DOUBLE POMPE! lol], une externe plus veineuse et une interne plus artériel séparé par les cartilages unguéales, ligaments collatéraux et tendon extenseur des phalanges (Fig. 4).

C’est toujours pas ça, mais on sent que ça va dans le bon sens! KC doit quand même bien rigoler… ou pas.

flèches du haut: « à l’intérieur de la pompe. »

veino4

flèches du bas: « à l’extérieur de la pompe. »

Ce système de double pompe permet de fournir l’oxygène au tissu du pied qui consume des quantités énorme d’énergie pour les hemidesmosomes qui tiennent unit l’engrenage dermo-unguéale (fig.3).

Oui, oui… on est encore sur l’engrenage Keraphyle podophyle… donc la phalange suspendu… donc encore au moyen âge…

veino5 L’auteur analyse ces images et « voit » que le sang et plus ou moins présent suivant l’angle du paturon… Qu’elle avancé! (sait il au moins si ce pied est sain? en équilibre? Si ces structures sont développé correctement? Bien sur que non… A t’il fait son étude sur pleins de pieds? non… donc, ça vaut pas grand chose)

CONCLUSIONS sur la PHYSIOLOGIE de la PERFUSION DU PIED:

En dynamique la pompe du pied fonctionne comme d’écrit empiriquement par les auteurs précédents avec la pression sur le coussinet, fourchette, élatère de la boite cornée… avec la systole en phase d’appui et diastole en phase de vol; mais pour un cheval en statique, débout, au box ou atteint de fourbure ou autre maladie, la double pompe est complètement fermé après 5 minutes [3] par la venocompression statique. [ et surtout par l’oedème!]  Mais si on utilise les effets automassantes qui peuvent manipuler l’AP et induire une minime dislocation continue du Centre de Pression Statique et provoquer des vides et pleins dans un système fermé comme le lit vasculaire succenturié par les phalanges et la boite cornée, alors on peut obtenir un effet pompage aussi avec le cheval en quasi-statique ou statique même en surcharge d’appui .

J’ai peur de comprendre que le gars va vouloir nous expliquer que le cheval peut rester au boxe sans que ça lui nuise? ( je m’attends à tout avec eux…)

A final, est-ce que cette étude à fait avancer le problème? Non. Elle a juste mis en lumière l’ignorance totale des fonctionnements internes du pied du cheval par la communauté scientifique Européenne.

Le gars a pas pus faire de relation entre la mise en pression de l’intérieur du pied et la physiologie, ni sur la gestion de l’énergie cinétique, ni sur la croissance des tissus… il a pas remarqué les condyles qui viennent pincer les veines et artères avec les cartilages… Il reste dans le « mécanique », et en oublie le vivant. Faut pas s’étonner qu’après, ils ne fassent que « s’étonner » devant les échecs des ferrures orthopédiques…

On verrat les 2 autres interventions après!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s