FOURBURE

Le mot est lâché!

Le mot qui fout la trouille, qui revient à chaque printemps, qui arrive souvent, trop souvent trop tard… et qui est souvent mal compris.

(désolé pour les fautes, j’ai pas de correcteur et la grammaire me fait chier)

Si on tape « fourbure » dans google.fr (au moment où j’ai commencé cet article) on obtient 73 500 résultats.

On pourrait commencer par résumer les 4 premiers: wikipedia, equitv, veterinaire-armonia et les HN.

Les 3 premiers ne racontent pas grands choses. Les infos des 3 sites sont peu ou prou des copié/collé !

fourbure peut être aiguë ou chronique. congestion inflammatoire aiguë du pied, rotation de la 3ème phalange qui peut perforer la sole…

Ce qui me choque en 1er c’est les causes qui ne sont pas vraiment claires:

  • métabolique par excès de nourriture, déshydratation, infection généralisée provoquant la libération d’endotoxines, rétention placentaire.
  • traumatique, par excès de travail ou surcharge chronique, c’est-à-dire par excès de poids.
  • iatrogène par administration de trop grande quantité de corticoïdes.
  • infection de l’utérus suite au poulinage.
  • Une alimentation trop riche (telle que l’herbe des pâtures au printemps)
  • L’absorption d’une grande quantité d’eau froide par un cheval en sueur
  • Un travail trop intense sur sol dur
  • l’ingestion d’une quantité d’aliment excessive (grain ou herbe trop riche)
  • certains traitements aux corticoïdes
  • Les traumatismes (fourbure de routes)
  • l’obésité.

Le spectre est large…. mais on ne parle pas d’insulino résistance, ni de dysbiose intestinale…

On parle « d’excès de nourriture » ou d’aliments « trop riches » comme de « l’herbe »… le mot « grain » figure quand même… mais que veux il dire? céréale? granulé? floconné? industriel? artisanal? On ne sait pas…

Qu’elle herbe? C’est peu comme info « l’herbe de printemps »…

Je suis content, il est quand même précisé que les corticoïdes sont une source de fourbure… Bon, on précise: « certains » ou « donné en trop grande quantités » ce qui laisse penser que « certains » corticoïdes donné en faible quantité ne poseront pas de soucis… hum…

La fourbure peut être dû à un excès de travail… OU surcharge chronique… mais on ne précise pas dans qu’elle conditions de travail, ni dans quelle conditions de surcharge… un seul membre? ferré? pied nu? immobile? vitesse ou pas? Pas d’infos.

Bref. on dit tout et on dit rien en fait.

Toutes ces prétendu CAUSES ne sont que des « facteurs aggravant » ou « facteurs déclenchant » qui n’ont rien à voir avec la CAUSE réel.

On part un peu dans tout les sens puisque un cheval obèse donc ne travaillant pas, pourra fourber… tout comme son collègue qui travaille trop… donc pas obèse… Herbes, grains… eau froide… corticoïdes… infections… Y aurait il un lien entre tout ça?

Le site des H.N, va plus loin, l’article est issu d’un véto et d’un ponte de la maréchalerie Franco Française, donc attention, on ne rigole plus là!

Mots savants, termes techniques… « La fourbure reste une complication sérieuse de nombre de maladies primaires chez le cheval et il y a des différences importantes dans la physiopathologie de la fourbure en fonction de la cause initiale »

« La surstimulation des facteurs de croissance lamellaire par excès d’insuline est le mécanisme probable engendrant les dommages lamellaires »

« Une perfusion inadéquate du tissu lamellaire, en raison de réduction du flux sanguin dans le membre à l’appui, associée à la charge de support du poids excessive et continue, est la pathogénie la plus probable de SLL »

« La détérioration pathologique de l’appareil lamellaire du sabot, suspenseur de la phalange distale » …. 

ET LA… c’est le drame!

La théorie de la phalange suspendue! (Et oui, en 2015…) Malgré les nombreux cries de mes collègues maréchaux d’internet (ceux qui m’insultent sur FB au lieu de bosser) On parle bien de phalange suspendu en France, et c’est bien la théorie de base pour la compréhension du fonctionnement du pied du cheval.

La chose est validée par un article de cheval santé:

cheval santé cheval santé1

LA PAROI DU SABOT QUI DOIT SUPPORTER TOUT LE POIDS DU MEMBRE.

Bigre!

Mon autre source, c’est un cours d’équine, d’une école véto Française.

« La jonction Podophylle – Kéraphylle :

Elle va apporter une cohésion très solide entre les lamelles dermiques et épidermiques, assurant la solidarisation de la 3ème phalange et la boite cornée. C’est grâce à se système que le pied reste aligné »

Personne n’a encore essayé de simplement « imaginer » que la jonction keraphyle/podophyle n’est autre qu’une cohésion entre un tissu dermique et le tissu épidermique qu’il a lui même produit pour sa protection?

Pourquoi cela serait il évident pour tous les autres ongulés périssodactyle et pas pour le cheval?

structures caudales

Rhino

2261830950_23fec041c7

Tapir

tapir

Hyrax

Ces 3 mammifères, herbivores, ongulés, périssodactyle… ont des sabots d’un nombre impaires aux membres postérieurs… et on la particularité d’avoir un coussinet plantaire comme structure de support principale et un/des ongle(s) comme protection.

L’éléphant et le chameau aussi…

ung4camelfoot

Le chien est l’homme aussi…

coussin

L’homme ayant la particularité de marcher sur ses pointes de pieds… et pas en « talon » contrairement à son cousin le cheval… Il est intéressant de constater que pour l’un comme pour l’autre, le fait d’inverser la zone d’impact initiale va engendrer toute une cascade de problèmes musculo-squelettiques. (j’en parle là > lien*)

Le cours sur la fourbure (que j’ai trouvé) commence comme ça:

Définition : La fourbure est une inflammation des lamelles dermiques du pied du cheval, mais surtout, elle est accompagnée d’une atteinte du système vasculaire du pied. Elle peut aller jusqu’à la perte de jonction des lamelles, jusqu’au basculement de la 3ème phalange…. Et se révèle TRÈS douloureuse. On dit souvent que c’est une maladie de répercutions car elle est déclenchée par autre chose.

C’est une pathologie des plus importantes, puisque c’est la 2ème cause d’euthanasie après les coliques. Elle peut durer des mois et entraîne systématiquement l’arrêt sportif, pour un cheval compétiteur. Le cheval peut rester handicapé à vie, et voir son espace de vie être réduit au minimum (box ou petit paddock).

L’université de Liverpool a fait une étude* sur les causes d’euthanasies des vieux chevaux domestiques et il en ressort que c’est les boiteries à 24% (dont la fourbure pour 12% des boiteries) et la colique à 21% qui sont les principales causes d’euthanasie.

Une étude proposé à l’Université de Pennsylvanie*, montre que sur 591 chevaux admis pour fourbure, 234 ont été euthanasiés. (en clinique! … mais combien « un peu » plus tard?)

Pour ce qui est des causes les plus courantes, plusieurs études comme celle là* ou celle là*, donne l’insulino résistance et le cushing à 90%. Cela ressort aussi des sites de cliniques équine Américaines ou de sites spécialisé comme the laminitis site*.

On peut aussi noter un point important, c’est la différence entre « chronique » et « aigu ».

Pour le cheval, je penses que c’est pareil… il a mal…

Pour le praticien, il faudrait faire la différence entre une phase dite « inflammatoire » dite « aigu » et la phase d’après… quand c’est mal géré ou géré trop tard nous dit on, où il n’y aurait plus d’inflammation … mais de gros dégâts vasculaire et une perte de la jonction lamellaire. Ce serait donc la phase « chronique »… parce que les problèmes seront chroniques donc répétitif vue l’irréversibilité des lésions.

Voilà pourquoi, la fourbure est une cause d’euthanasie… Parce que SI on « rate » le moment où faut soigner, ben c’est foutu…  T’1… c’est chaud!

Les vétos (sur les sites où on parle d’euthanasie) citent en 1er la fourbure avec percement de la sole comme cause… et puis du fait qu’on ne puisse soulager la douleur de façon efficace et durable…

Mais du coup, pourquoi ou plutôt COMMENT une crise de fourbure pourrait survenir d’un coup et bousiller les pieds d’un cheval de façon irréversible?

La logique officielle c’est ça: (source cours de médecine vétérinaire équine)

F2 F1
L’endotoxémie entraîne tout le temps un phénomène d’ischémie et de reperfusion* (ce qui entraîne des zones d’infarctus et de nécrose, comme dans les suites d’un garrot par exemple)
Coupes histologiques ci dessous : Perte de la jonction podophylle – kéraphylle.

F3

On observe les lésions hémorragiques sur les images B et D, provoquant la séparation.
La séparation des lamelles se fait à cause de la présence d’un œdème de plus en plus gros ce qui entraîne une séparation des lamelles et une dégénérescence du pied.

F4

Je penses que les mécanismes physiologiques, même si pas tout à fait bien compris ou conceptualisé faute d’études en milieu naturelles, sont assez cohérents.

L’acidose et la dysbiose intestinale sont indiqué… ce qui est pour moi, les facteurs les plus importants.

Le soucis, c’est la suite!

Il est conseillé aux véto de faire des radios pour estimer les déformations. Je passerais sur le fait que l’étude de la boite cornée à l’oeil nu évite cet examen mais passons…

Il est dit:

L’angle de basculement de la troisième phalange est un bon indicateur pronostic, il est normalement de 0° :

  • De 0 à 6° le pronostic est favorable pour que le cheval puisse retrouver son activité sportive habituelle.
  • De 6 à 11° le pronostic est réservé, le cheval pourra éventuellement retrouver une activité physique mais elle sera de moindre intensité que dans le passé.
  • De plus de 11° le pronostic est défavorable.

Ça commence sur les chapeaux de roues!  L’angle palmaire à zéro degrés est normale… en école véto Française… Mais pathologique pour les Américains, les Anglais, les Allemands (sauf Strasser…) … bref.

Ils trouvent donc normale qu’un angle palmaire entre 0 et 6° puisse permettre l’activité… cool! Logique, vue que 6° c’est l’angle « normalement normale »…

Plus de 11° et ça sent déjà le sapin… pas cool, quand tu sais que pas mal de chevaux se baladent avec des P3 à 20° toute l’année… et sont capable de faire la rame avec… J’ai moi même réhabilité des chevaux avec des Angles Palmaires à 25° !

C’est pas finit….

Ils recommandent une radiographie dite de « contraste »… donc en fait un veinogramme…

F5

Si l’on fait une radio de contraste doit se faire avec le pied en flexion, on observe la ramification des veines ; une absence totale d’une artère digitale viable est d’un très mauvais pronostic (observation des infarctus), la pointe doit être bien irriguée.

On peut interpréter ce changement vasculaire de plusieurs façon…

L’appuie périphérique combiné à la descente distale, vont amener une pression non physiologique au bourrelet coronal qui en cas d’œdème va pouvoir pincer complètement le flux sanguin.

Ou alors, SI on baissent le paturon artificiellement (avec une cale inclinée) on pourrait vérifier que le cartilage joue bien son rôle de valve… et identifier le BON fonctionnement comme un mauvais pronostique!!! (le pied est ferré)

KC Lapierre a très bien expliqué ce phénomène hémodynamique de gestion du flux sanguin par le lobe proximal des cartilages collatéraux et du condyle de P2. Quand le paturon descend, P2 pince le réseau de veines et d’artères qui irriguent le pied. Cela permet de gérer l’énergie distribué dans les différent plexus par le sang, qui va jouer un rôle d’amortisseur hydraulique à détente contrôlée.

En fait, voilà ce que devrait être un VRAI veinogramme:

veinogramme

La circulation « normale » est en vignette.

———-

un autre cas:

Geronimo.Blackie.10-19-Jan-2013

On voit bien que l’angle de prise de vue indiqué en cours n’est pas le bon… et que les talonnettes même si elles sont supposés faire baisser la tension sur le fléchisseur profond, provoque quand même des problèmes vasculaires et des déformations importantes des structures internes. (lien*)

Cette radio nous montre aussi ce qu’est le PIED dans le sabot… et qu’un parage physiologique va devoir remettre le sabot en symétrie avec ces structures interne. Sur la radio de gauche, l’angle palmaire était négatif…

Une plastination nous montre les dégâts du stade « chronique »:

plastination

F6

Ce qu’ils appellent séparation de la couronne est une avulsion du sabot.

On remarque que sur la radio de gauche, le pied est ferré à l’envers…

Du coup, j’avais gardé de derrière les fagots, l’histoire assez détaillé d’une juju charcutée soignée par un véto Américain…

avulsion

On remarque assez vite que le fait de « bloquer » le fonctionnement de l’arrière du pied, tout en créant un gros support périphérique est TRÈS  traumatisant pour le pied du cheval et à fortiori, celui du cheval en crise de fourbure…

Lien  > Laminitis_Help*

Cette histoire est assez navrante car la jument a souffert le martyre pendant les soins dit « conventionnels » et son état à commencé à s’améliorer avec le déferrage.

Le support périphérique et la rigidité du ferrage apporte 2 énormes problématique:

DD1

Descente distale gros plan

Des efforts artificiels, non prévus, sont créé par le ferrage, qui en cas d’ischémie, d’œdème et d’inflammation comme peut l’amener une fourbure, s’avèrent désastreux.

La couronne et sa gouttière cutigérale ne peuvent plus gérer la liaison keraphyle/podophyle et le gonflement dus à l’oedème ne peut être géré normalement par l’expansion du sabot.

croissance paroi2

On peut donc assister dans le cas du pied ferré, à ce genre de scénario de descente distale massive avec au pire le percement de la sole (ce qui n’arrive jamais pied nu) et/ou l’avulsion du sabot devenue trop petit.

Le résultat? Le voilà, 3 ans de « soins » répondant aux critères des professionnels reconnus …

fourbure montage

A l’inverse, un pied nu, en équilibre, bénéficiant d’un appuie solaire physiologique, peut traverser une crise inflammatoire très importante (un Pemphigus* par ex.), sans avulsion et sans bascule de P3 !

11693233_10206086621238282_365041781_n

On peut avoir une séparation quasi complète du bourrelet sans avulsion puisque le poids de la colonne osseuse est sur la sole périphérique, la fourchette et le coussinet plantaire. Il suffit de chanfreiner correctement la paroi.

Jpeg

L’inflammation (et même une lymphangite massive) peut même déformer le bourrelet coronal qui, sans la contrainte de clous et de pinçons entravant l’expansion de la boite cornée, pourra suivre l’évolution et accepter de grosses déformations sans entraver la locomotion! La sole qui a été laissée intacte parage après parage a pus se compacter et s’épaissir suffisamment pour remplir son rôle naturelle de support. Tailler ou « toiletter » la sole est une erreur FONDAMENTALE !

Pour un cheval ferré, donc à la sole mutilée et sous fonctionnelle, après déferrage et parage, on pourra employer des pads* ou découper des pads* dans des planches de piscine pour enfant. (facile à trouver et pas cher) OU utiliser une paire de SOFT RIDE BOOTS* qui sont la solution idéale de réhabilitation. (Easycare vient de sortir les Clouds, mais le distributeur Français ne se bouge pas le ku…)

softride1

On peut donc, émettre l’hypothèse que le FAMEUX stade chronique inventé par le monde vétérinaire, n’est en fait qu’une conséquence du stade « aigu » géré de façon traditionnelle…. Perso. je l’affirme!

Il est assez facile de commettre une erreur d’interprétation.

On vous explique que la terre est plate et que si vous partez trop loin en bateau, vous allez tomber dans un trou… et la preuve en est que les bateaux qui partent « loin » disparaissent… Idem avec le soleil qui tourne autour de la terre… C’est grossier mais c’est un processus intellectuel qui se répète quelque soit les époques.

Aujourd’hui, on nous explique que les vaccins ont éradiqué les épidémies… Que le lait est bon pour les os… Que la viande est très importante dans un régime alimentaire « équilibré »… Que la Grèce doit payer sa dette… ou que la ferrure soulage l’arthrose… bref, y en a beaucoup des trucs bizarres qui mériteraient d’être tiré au clair.

Pour ma part, je me fais ma propre opinion. Cela demande d’étudier le problème… parfois longuement… parfois, ça demande de changer son point de vue… de réfléchir… de faire des erreurs… mais ça permet d’évoluer.

Le fait est que quand je vois ça:

13 - ressection dorsal view

Donc les lamelles tiennent la phalange… donc on retire la paroi pour éviter la bascule?

14 - ressections lateral view

Non mais, sans déconner?

AD

P3 bascule… se sépare des lamelles… descend dans la boite… et on enlève l’appuie AU seul endroit où il est nécessaire… et on s’étonne que ça dégénère??? Le gros point paradoxale de l’histoire, c’est qu’ils essayent de redonner de l’appuie en talon… alors que pour un ferrure conventionnel c’est l’inverse… va comprendre Charles!

ténotomie

et là, on atteins le sommet…

Je me dis que les professionnels qui sont capables de pratiquer cela, ont été VRAIMENT désinformés… et on comprend pourquoi la fourbure est une des principales causes d’euthanasies…

La résection de paroi, le ferrage à l’envers, les talonnette et le meilleur pour la fin la section du tendon fléchisseur profond sont des aberrations qui ne peuvent continuer en 2015.

Je ne sais pas à qui m’adresser pour faire évoluer les choses, donc je lance cet article comme une bouteille à la mer.

Je veux sensibiliser les propriétaires pour qu’ils sachent que ces traitements ne fonctionnent pas!

Je sais que les pros du secteurs, dans le dénie le plus totale, ne répondent que par l’agressivité et évitent ainsi tout débat qui pourrait être intéressant.

Alors on va encore me sortir cette expression de merde « TOI avec ta science infuse » … blablabla… NON, ma science n’est pas infuse et tout ce que je sais, j’ai été le chercher, je l’ai expérimenté et je l’ai validé après avoir longuement réfléchis au problème.

Finalement, je pensais que mon absence d’études serait un gros problème. J’ai fini par comprendre que c’est en fait mon plus gros avantage car tout ce que je veux savoir, je suis moi même obligé d’aller le chercher… et de l’assimiler pour le comprendre.

Cela est différent pour les gens issu de cursus universitaires qui suivront ce qu’avaient fait ou dit leurs paires… En ne se basant que sur des études bibliographiques, des études scientifiques (donc pratiqué dans un contexte artificiel) ou des cours prodigués par des gens qui sont issu du même cursus… donc on va comme ça pouvoir répéter les erreurs à l’infini de « père en fils » si je puis dire.

Les MF sont dans le même cas, puisqu’ils font leurs armes en apprentissage… chez des patrons qui pratiquent sur les même bases que leurs aïeux…. et sont eux aussi susceptibles de répéter des erreurs d’interprétations pendant très longtemps.

Le pire, c’est que dans ces 2 professions, les gens qui chercheront des solutions alternatives passeront au mieux pour des originaux, au pire pour des charlatans…

Ils se basent tous sur la paroi porteuse et le rôle passif de la sole.

( ne dites pas non, puisque c’est oui ! C’est écrit partout! ) Ce qui est déjà dommageable pour un cheval sain devient catastrophique pour un pied pathologique.

Alors, finalement, une fois qu’on a compris pourquoi ça fonctionne pas et que ça ne peut pas fonctionner… On fait quoi?

On réfléchis!

On repars de zéro.

La fourbure commence par un état inflammatoire latent, qui peut être chronique ou aigu suivant les cas de figures. (mais qui est différent des stades aigu et chronique décrit pour la fourbure!)

Cet état a été décrit par KC Lapierre comme le phénomène de l’élastose. (EDE*)

Soit on a une contamination brusque amenant une forte réaction soit on a un état inflammatoire généralisé à cause de mauvaises conditions environnementale. (Sachant que l’inflammation n’est PAS le problème ou un problème MAIS la réaction approprié du corps pour son rétablissement. Inflammation = cicatrisation, réaction à une agression…)

L’élastose peut arriver un peu n’importe quand puisque lié à l’hormone du cortisol qui est elle même l’hormone du stress… et le cheval en temps que proie, aux besoins fondamentaux pas souvent bien respecté pourra avoir pleins de causes de stress… ( stress métabolique, stress psychologique, stress physique… )

L’élastose est donc la pré fourbure ou la fourbure une élastose qui a dégénéré.

On pourra ensuite partir sur la piste du SME ou syndrome métabolique équin. J’en parle là > lien* ou >*

Ce qu’il faut comprendre c’est que tout part du sang et bien souvent des intestins qui vont contaminer le sang.

Comme je l’avais expliqué dans cet article: Céréales et Glucides, Hydrate de carbone, Fructanes…* La dysbiose intestinale va se finir dans les pieds… parce que les intestins sont reliés aux pieds par les artères… et manque de pot, pour le cheval, la situation assez complexe de sont système vasculaire périphérique (très riche réseau de capillaires coincés entre os et corne) va compliquer gravement les choses! (d’où certains abcès, qui quand le pied fonctionne bien, vont permettre l’évacuation des merdes au plus court)

SI le système sanguin se charge de composés pro inflammatoire, pro oxydant et pro acidifiant… une fois arrivé dans les pieds, l’œdème qui pouvait passer inaperçu ailleurs va rapidement pouvoir dégénérer surtout si la situation du système vasculaire est perturbé par une ferrure, un surpoids, un déséquilibre, un manque de mouvement… ou un apport constant de perturbateurs tout en prenant en compte l’effet du cortisol sur les tissus par dessus le marché!

Le système va pouvoir gérer, si tout fonctionne correctement… dans une certaines mesure.

On pourra donc voir apparaître des sensibilités, des boiteries, des abcès plus ou moins gros, des cercles de croissances, des décollements, des fourmilières et des déformations (souvent perte de concavité par affaissement de l’arche interne).

cercles

Il semble que passé un certains stade, plusieurs facteurs s’ajoutant les uns aux autres, une goutte d’eau puisse faire déborder le vase et le cheval va rentrer en crise avec sa position campé plus ou moins caractéristique.

campé

Le soucis, c’est quand le cheval en est là, c’est que SOIT, il a bouffé un sac de granulés… soit on lui a fait une bonne dose de corticoïdes… soit il a bouffé du désherbant… SOIT il couvait la crise depuis LONGTEMPS et l’élastose était là depuis LONGTEMPS… et les pieds en inflammations depuis longtemps aussi… ! ! !

bref. Passons… c’est fait.

Solution?

Régler la dysbiose intestinale! C’est La PREMIÈRE CHOSE à faire! sinon, « la chronicité » sera là directement!

Dans le même temps, redonner du confort au cheval. NON pas avec des anti inflammatoires… mais avec un parage qui va soulager la pression sur le bourrelet coronal et redonner de l’appuie à la sole! (sinon, les dégâts vasculaires dû à la descente distale seront important)

Le cheval ne se campe pas pour soulager sa sole…. il se campe pour soulager les efforts d’arrachements qui s’opèrent dans l’axe du processus extenseur de P3, en pince! Il essaye donc de reporter du poids vers l’arrière et d’aligner ses phalanges au dessus de ses structures caudales.

SI le cheval a trop de talons ou des talons migrés, la tension sur le fléchisseur sera maximale.

L’idée conventionnelle qui veut que se soit la tension du fléchisseur qui fasse « basculer P3 » est complètement « barrée » !

comparo2

Réfléchissez 5min… qu’est-ce qu’un TENDON? C’est du tissus conjonctif fibreux, très solide qui relie un OS à un MUSCLE. Le tendon n’est donc qu’un LIEN mécanique passif. DONC, dire « c’est le tendon qui tire » est juste débile!

Qui tire? Le muscle…  (réponse d’un enfant de 6 ans…)

Qui commande le muscle? Le cerveau… (pareil)

Pourquoi? Pour essayer de se soustraire à une douleur atroce… OK.

Du coup, dans l’esprit tordu de certains, il est possible de COUPER le tendon, pour que le cheval (ce pauvre kon!) arrête de tirer dessus…

Non mais je sais pas si vous conceptualisez bien l’atrocité du raisonnement et surtout des conséquences… bref.

Donc, Notre cheval, qui sent ses lamelles se déchirer à causes des forces exercé par sa pince (mauvaise gestion du point de bascule) et son appuie périphérique et/ou sa colonne osseuse qui cherche l’appuie solaire… va tirer sur ses fléchisseurs pour mettre du poids sur l’arrière du pied! Là où il n’y a pas de contraintes, ni de forces de déchirement… Encore faut il qu’il puisse le faire!

fig1_thumb 20140910_151417

Avec ce genre de talons et un point d’impact avancé quasiment à la moitié du pied… c’est impossible!

La solution est pourtant simple!

Il faut chanfreiner les talons.

En laissant l’appuie sur la paroi, on laisse se créer des forces d’arrachement (de séparation) devant, en pince et de bascule derrière (par une modification des cartilages collatéraux à cause de l’appuie)

fig1_thumb3

En rouge le poids de la colonne osseuse.

En Bleu, les forces d’arrachement devant et de rotation derrière.

En Orange, la force de réaction du sol, transmise aux quartiers et talons.

En Chanfreinant bien la paroi, on expose la sole et on permet de retrouver un appuie solaire, on soulage la paroi des déformations et arrachement, on soulage le bourrelet coronale de la descente distale.

IMG_0908

Le reculé du point d’impact va permettre de soulager l’ensemble des forces créé par la perte de cohésion, l’inflammation et la douleur. Cela va restimuler correctement le pied et permettre d’assurer une perfusion correcte des différents plexus donc d’éliminer les stases veineuses, donc d’éliminer l’ischémie.. donc la nécrose… donc la dégradation irrémédiable du pied.

ATTENTION: Trop baisser les talons sera mauvais… vue que les cartilages peuvent être déformés, c’est eux qui donneront la hauteur de talons… donc la sole… donc ne pas toucher à la sole permet de caler les talons sans risque de traumatismes/sensibilité.

Cela va aussi permettre au cheval d’arrêter de chercher cette positon antalgique responsable de la position campé et donc de la tension sur le fléchisseur… qui mets en charge des quartiers trop long… provoquant la bascule et l’accroissement de leurs hauteur! (cercle vicieux)

En jaune, le chanfrein, qui recule le point d’impact. En Vert, la hauteur de talon physiologique à niveau du Seat of corn; (SOC).

Devant, la sole très épaisse… à ne pas confondre avec une convexité dus à la pression du bord distale de P3… (comme cela m’est arrivé avec un véto de Quimper…. qui m’a bousillé 1 ans d’évolution positive!)

L’épaississement de la sole devant, permet d’ailleurs de diminuer l’angle palmaire!

fig1_thumb2fig1_thumbm

Voilà, on y est presque!

Y a plus qu’à éliminer la CAUSE principale… qui sera dans tous les cas de figures une dysbiose intestinale provoqué par l’apport plus ou moins massif et/ou prolongé d’aliments concentrés granulés ou céréales… Combiné à un manque d’activité chronique lui aussi… et à une mauvaise gestion du parage (ou pire ferrage) on a un cocktail détonnant… qui ne demande plus qu’une étincelle… comme un vermifuge, une course, un printemps, un abandon dans un pré….

L’idée qui veux que le fourbus ne doit pas marcher est fausse!

Il ne doit pas marcher SI il est mal géré et que la situation empire même à l’arrêt… MAIS si ses pieds sont bien gérés… il DOIT marcher pour faire circuler le sang… et ainsi diminuer l’œdème et la stase veineuse. Faut juste lui mettre des mousses (pads) ou des boots adaptées.

Si vous avez à gérer un percement de sole. Il suffit de découper le pads juste sous la plaie pour permettre une repousse rapide de la sole et soulager la douleur.

Du Honey heal ou du Field past seront tartiné sous les pieds pour garder un environnement sain lors du port de boots (ou de pads) H24.

Pour la douleur on peut donner du Saule, du Curcuma, du traumasedyl… ou voir avec le véto ce qui sera le mieux pour passer la crise… tout en évitant la ferrure à l’envers…

Donc PAS de « petit carré » d’herbe rase ou de terre ! La limitation du mouvement est PIRE!

Le mieux est d’aménager un couloir pour que le cheval puisse marcher et suivre d’éventuels copains… tout en limitant sa prise de nourriture. On peux aussi mettre un grazing muzzle*.

Il faut aussi balayer l’idée que dans l’herbe rase donc surpâturée… le cheval n’a « rien à manger » … l’herbe rase est PLUS sucré (stressé) que l’herbe haute! Donc plus dangereuse…. (et plus contaminé par les parasites).

Donnez du foin de l’année passé… idéalement trempé (+ de 2h) ou passé à la vapeur (le top).

Pour rétablir l’écosystème digestif, j’ai 3 produits:

– Algohm 1 (poudre d’algues, d’orties et de prèles… le « 1 » semble aujourd’hui mieux adapté aux chevaux en IR) 5 à 10gr par jour.

– EMa (Micro organismes Efficaces) On peut en donner 30cl par jour pendant la crise… Certains chevaux en ont bu volontairement plusieurs litres d’un coup… (fonctionne aussi en cas de colique!)

– Sérum de Quinton (eau de mer filtrée, ramené à l’isotonie donc diluée à 1/3 > 2/3) de 50 à 100ml par jour. (idem, certains chevaux en ont bu au litre lors de crises… ils savent ce qu’ils font!)

Ce cocktail magique permet de rétablir l’homéostasie et donc permettre un fonctionnement digestif et par conséquent endocrinien adapté.

J’avais déjà fait un article sur le parage d’entretien des fourbus: lien*

La sole s’épaissit assez vite et on va pouvoir commencer à enlever les boots la nuit… ou ne les mettre que pour des ballades en mains… Le cheval qui retrouve de l’allant va mieux.

Inutile de préciser qu’il faudra supprimer définitivement toute sources de glucides rapides donc toute formes de céréales.

On peut donner des pommes, carottes en quantité très raisonnable.

Le parage régulier sera la clef (une fois par semaine parfois!) … Le mouvement et les contacts sociaux… un cheval seul, isolé… et souffrant… va se laisser mourir.

Contrairement à ce que peuvent penser certains, rien est perdu!

J’ai commencé à réfléchir à tout ça en 2010 suite à un échec sur un cheval Espagnole qui vivait au pré… obèse et avec des pieds dans un état catastrophique… et des prés trop riches… et un manque de boulot… et un manque d’oligos…. et une vie de céréales derrière lui… et des rdv trop espacés… bref… à l’époque ma formation KC Lapierre ne m’avait pas permit de gérer correctement… J’ai donc laissé la place à un collègue de formation différente qui habitait plus près et qui pouvait intervenir plus souvent.

Je me suis mis à fond sur le sujet. Cela m’a emmené assez loin dans l’étude du diabète, de l’insulino résistance, du syndrome métabolique, de la dysbiose, des problèmes des céréales… des dérégulations de l’axe cortico surrénalien… du travail de Pete Ramey sur la gestion de la descente distale et des fourbus… des stages avec Eric Ancelet… bref, tout cela est allé très loin et mes nombreux succès depuis et certaines évolutions rapides m’ont validé ce que j’avais pus trouver sur ma route.

C’est pas fini… c’est jamais fini.

Il est TEMPS que les professionnels du secteur comprennent l’importance de la podologie équine et du changement de paradigme qu’elle apporte.

Laisser les chevaux crever ou les euthanasier après avoir pratiqué sur eux des traitements moyenâgeux non adaptés ne devrait pas se répéter encore et encore… J’ai revue tout ce que je savais au 1er échec!

L’échec n’est pas acceptable. Les chevaux souffrent de notre ignorance et donc de pratiques inadaptés. Soigner ou réparer les conséquences de pratiques inadaptés peut être lucratif… car très répétitif… mais est-ce satisfaisant?

Comment arriver à dormir le soir tout en sachant qu’on aurait pus faire autrement?

Comment peut on couper les tendons d’un cheval et penser le soigner?

Comment peut on continuer à mettre des fers à l’envers?

L’état du cheval et de ses pieds après ces traitements suffisent déjà à se poser des questions!

Si questions il y a … réponses on peut trouver… A partir du moment où l’ont accepte de lâcher l’ancien et de créer du neuf.

Le fer fait parti des principales cause des problèmes… donc, en aucun cas il ne peut être une solution.

Des solutions alternatives existent… il suffit de se pencher pour les ramasser.

69 réflexions sur “FOURBURE

  1. Je n’ai pas de chevaux, ni de poneys, mais j’ai des ânes. Et dieu sait s’il y a nombres d’ânes fourbus. Pour eux, c’est souvent un problème d’alimentation de printemps, bcp trop riches. Voilà un excellent article plein d’enseignements. Merci !

  2. merci! j’ai tant de mal à comprendre pourquoi tant de chevaux non obèses sont aujourd’hui fourbus… ça pose vraiment question et voilà un début de réponse….

  3. c’est peut être une coquille, mais depuis quand l’humain marche sur ses pointes de pieds? (je ne remet absolument pas en question le vrai fond de l’article qui est très bien ;-))

    • Salut,

      Depuis toujours… Les Kényans sont plus performants grâce à cela… Les enfants quand ils apprennent à marcher… marchent eux aussi « en pointes »… Faites le test sur un sol glissant, marchez sur la pointes des pieds ou sur les talons… La chute est garantie avec une prise d’appuie sur le talon…

      Renseignez vous, il existe pleins de vidéos qui expliquent le phénomène, notamment pour l’apprentissage de la course pieds nus ou avec chaussures minimalistes.

      Le fait de poser en talon expliquerait l’explosion des problèmes de dos… qualifié de « mal du siècle »… Il y a pleins de pistes.

      • c’est facile de regarder l’angle qui nous arrange pour expliquer le mal de dos… il y a tellement de facteurs… je veux bien me tromper dans ma pratique quotidienne, hein (je suis kiné…) après tout je ne vaux peut être pas mieux qu’un maréchal! les enfants qui marchent en pointe, sont des enfants qui ont des pathologies neuro… pour la course à pied, c’est différent, mais pour la marche… le déroulement du pas avec attaque par le talon, déroulement, propulsion avec l’avant pied sont tout aussi important pour le retour veineux que chez le cheval… la fonction crée l’organe comme on dit… structure différente, mais même fonction, même combat…
        chez la personne agée, la marche se dégrade, et on observe le pied qui se pose à plat ou par la pointe…

      • et d’ailleurs, il n’y a qu’à constater la boiterie engendrée par une paralysie des releveurs du pied… si on ne peut poser le talon en premier, une boiterie apparaît…

      • C’est sur qu’en prenant pour modèle un individu handicapé on va aller loin… « c’est facile de regarder l’angle qui nous intéresse pour… » 😉

      • Analyses effectués chaussé… Vous parlez comme un véto qui n’a analysé que des pieds ferrés pendant son cursus… Mais ça reste néanmoins intéressant.

      • Je pense qu’on ne peut pas généraliser. C’est assez simple, moi qui marche à pieds nus partout et qui courre en minimalistes, je pose le talon en premier dans des conditions normales. C’est la marche normale. Après je pose la pointe en premier quand le sol est glissant, quand il y a des cailloux,… Et en courant, je pose le média-avant pied. C’est surtout la chaussure qui modifie notre façon de marcher.

  4. On vient de me prêter un livre intitulé (pompeusement) « La bible des soins naturels pour le cheval, le poney et l’âne »
    Au paragraphe Fourbure, il est écrit : »Le meilleur traitement de la fourbure reste la saignée (5 à 10l pour un cheval adulte) […] Le traitement local consiste à apporter un soutien au niveau de la fourchette, en plaçant sous la fourchette un paquet de compresses maintenues par un bandage collant. En cas de rotation de la phalange, un ferrage orthopédique en coeur est conseillé »
    J’ai bien peur que le moyenâgeux monde du cheval ne soit pas près de se remettre en question …

    • la saignée est toujours utilisée en médecine chinoise, encore maintenant. En Occident, on a toujours l’hirudothérapie, qui est le principe des saignées améliorée, car la salive des sangsues a de multiples bien fait. Donc la saignée (mais pas à l’aveugle n’importe comment) ne me parait plutôt intéressante!

  5. Article très intéressant! Pour ma part, mon cheval lusitanien, loin d’être en surpoids et au travail quotidiennement dans de bonnes conditions, a de très bons pieds, ne nécessitant pas de le ferrer, ni de le parer trop souvent. Malheureusement, un maréchal (mal formé à son job) l’a paré trop court et a abîmé toute la paroi en mettant des grands coups de limes. Résultat, le véto a diagnostiqué une fourbure aigue, qui a heureusement été prise à temps. Mon petit cheval est aujourd’hui encore arrêté, il va marcher tous les jours sur du sable parce que les cailloux sont trop douloureux mais il perd patience… Des idées pour l’occuper? Et pour faire favoriser la repousse du sabot?

    • Bonjour,

      Votre véto s’est peut être planté… La fourbure est mis à toute les sauces… Logique quand on voit leurs cours…

      Le MF a bousillé l’arche interne. Le pied ne peut donc plus fonctionner correctement. Vous pouvez mettre des boots pour le soulager sans entraver le fonctionnement du pied.

      Surtout bien laisser repousser la sole et la fourchette!

      • Pas d’erreur possible je pense : pouls digité fort, chaleur aux 4 pieds, douleur, difficulté à se déplacer, voire refus de se déplacer, position de fourbure… Je fais actuellement une cure de biotine et on m’a parlé d’un produit qui s’appelle Hippercorne (repousse et durcissement de la corne) , quelqu’un connait-il ce produit? Est-il vraiment efficace?

      • En fait, vous pouvez avoir une crise d’élastose avec forte sensibilité. Mettez lui des boots ou des pads !

        La biotine ne sert à rien.
        Pareil pour votre produit pour la corne…
        Un parage correcte et une alimentation physiologique suffisent.

  6. Péros élément je soigne un pur-sang qui, suite à un empoisonnement à eu une fourbure avec descente distale et rotation 23°
    Le veto, sans demander à mis des calles sous les talons soit disant pour éviter la rotation. Elle est quand même survenue. On lui a enlevé tout, il voulait lui mettre des fers, nous avons combattu pour refuser.
    Enfin nous l’avons gardé pieds nus avec boots et pads dans un premier et aujourd’hui plus que des pads. Parage tous les 8 à 15 jours, avec élimination des surplus en pince et descente des talons façon Anz, 7 mois après il recommence à galoper. Il boitille toujours un peu mais le résultat est spectaculaire.
    Fait avec EQUIPEDUM

  7. Bonjour, j’ai lu votre article, ma jument à eu une fourbure en mai elle n’en est tjrs pas vraiment remise … Est ce qu’il serait possible que je puisse vous contacter par téléphone pour en discuter… ?

  8. Salut Guillaume, j’ai fait ton stage de Lyon le mois dernier. Je lis tes articles avec beaucoup d’intérêt, je ne comprends pas toujours tout du 1er coup mais je m’accroche. Je serais ravie de t’aider à corriger grammaire et orthographe si tu veux un coup de main. Pour celui-ci, ceux d’avant et ceux d’après.

  9. Bravo !
    Quel travail !
    Que de temps utilisé pour dire tout cela!
    Ça en fait de l’amour pour les chevaux !
    Félicitations !
    Personnellement, je n’y connais rien. Mais je suis scotchée !

  10. Super Guillaume tes articles sont pour moi des références continue ainsi car on a besoin de gens comme toi ! Très bon site ! Cela amène à la réflexion et c’est ça qui est top ! Bonne continuation !

  11. Guillaume,
    «désolé pour les fautes, j ‘ai pas de correcteur et la grammaire me fait chier »
    Ce n’est pas la première fois que ce sujet est abordé et si j’en parle moi aussi, c’est parce que tu fais ce commentaire (hors sujet par rapport au thème de la fourbure) au tout début de ton article. C’est la première fois que je poste un commentaire et nous ne nous connaissons pas, et pourtant… Au fil de tes pages que nous lisons à chaque fois en les dévorant presque, ça coule de source, nous avons appris à te connaître petit à petit et en ce qui me concerne, j’ai trouvé « un frère de pensée » dans quantité de thèmes qui débordent le sujet de la santé des chevaux et celle de leurs pieds et pour lesquels je sens une étonnante convergence d’idées sur le fond.
    Mon tutoiement est bien un tutoiement « fraternel » et on tutoie ses vrais amis avec respect !
    Tu fais référence à ton absence d’études qui serait un gros problème, heureusement ce que tu dis ensuite me rassure, tu as 100 pour 100 raison, il y a d’un coté ceux qui se gavent de « vérités révélées » et se comporteront en moutons bêlant fondus passivement bien à l’abri dans la masse du groupe sans jamais se préoccuper de savoir où il les mène et ceux que leur curiosité (et l’intelligence qui en découle à chaque fois) pousse à chercher, souvent à contre courant, sans jamais lâcher le morceau et qui n’ont par peur de se jeter dans la fosse aux lions. Pas la peine de chercher bien longtemps de quel coté se trouve le courage !
    Alors, pour en revenir à tes fautes d’orthographe ou de grammaire, arrête de te préoccuper de ça, ceux à qui tu rends réellement un immense service en leur faisant part de ton expérience et de tes réflexions se foutent pas mal de tes fautes « à l’écrit », c’est le contenu qui les intéresse et pas la forme, et les autres continueront probablement à ferrer leurs chevaux et à les faire souffrir de façon indigne comme cette pauvre Jument Angel dont tu donnes le lien…
    Ça fait froid dans le dos, je partage ton indignation, continue à t’indigner et à t’opposer avec l’énergie qu’on te connaît à ceux qui s’acharnent à perpétuer le dogme de la ferrure par bêtise et ignorance ou encore pire, par intérêt personnel !
    Voila un cri du cœur d’un ami des bêtes, (pas seulement des chevaux) qui à aussi compris seul mais un peu tard que ferrer ses chevaux était nocif au plus haut point (et pour la petite histoire ancien client de Denis Leveillard …)
    Pardon pour la tartine !

  12. Bonjour Guillaume, tout d’abord je vous félicite pour votre travail de compilation, ça nous change des postures conservatrices trop courantes dans le milieu équestre.

    Je ne suis pas très expérimentée en parage (quoique qu’au moins 1 parage par semaine depuis 3 ans…dans le club ou je monte il y a 50 chevaux non ferrés).
    Je lis pas mal sur le sujet et j’ai suivi la formation de base de Pierre Enoff, j’attends avec impatience de suivre le niveau 2 (malheureusement pas programmé en 2015…).

    J’ai par contre une grosse expérience personnelle qui s’apparente au mécanisme de la fourbure, une fourbure du rachi lombaire émoticône wink, en termes médicaux ça s’appelle une spondylarthrite ankylosante.
    Cette maladie n’est pas guérissable en médecine conventionnelle et les anti-inflammatoires sur le long terme aggrave la maladie.
    Je me suis tournée vers un régime hypo toxique, aussi appelé régime originel par son « inventeur » Jean Seignalet. Ce médecin a émis l’hypothèse qu’un bon nombre de malades atteints de maladies chroniques dites de civilisation avaient un métabolisme qui ne permettait pas l’absorption de l’alimentation moderne.
    En gros la mutation de notre nourriture serait bien plus rapide que celle de nos enzymes. L’incapacité a digérer les aliments modernes générerait une dysbiose intestinale, elle même provocant une perméabilité intestinale cause du déclenchement des maladies chroniques.

    Lorsque je lis le début de votre article, vous listez un nombre de causes possibles en soulignant qu’elle ne sont pas claires.
     »
    1- métabolique par excès de nourriture, déshydratation, infection généralisée provoquant la libération d’endotoxines, rétention placentaire.
    2- traumatique, par excès de travail ou surcharge chronique, c’est-à-dire par excès de poids.
    3- iatrogène par administration de trop grande quantité de corticoïdes.
    4- infection de l’utérus suite au poulinage.
    5- Une alimentation trop riche (telle que l’herbe des pâtures au printemps)
    6- L’absorption d’une grande quantité d’eau froide par un cheval en sueur
    7- Un travail trop intense sur sol dur
    8- l’ingestion d’une quantité d’aliment excessive (grain ou herbe trop riche)
    9- certains traitements aux corticoïdes
    10- Les traumatismes (fourbure de routes)
    11- l’obésité. »

    Personnellement je trouve qu’au contraire (de mon point de vue) il y a une grande cohérence d’ensemble.
    Pensez que les causes sont multifactorielles est une bonne approche, c’est souvent le cas chez les humains, je pense que l’on peut transposer sans hésitation aux équins.

    Sur le point 1 l’aspect métabolique me parait bien vue, à la fois sur le catabolisme, capacité à découper les aliments, les chevaux ont été sélectionnés pendant quelques centaines de milliers d’année pour manger de l’herbe rase et pas autre chose. Egalement sur l’aspect métabolique quant à la gestion du corps et ses activités de nettoyage (augmentation des leucocytes) par l’inflammation… il faut aussi savoir voir l’intérêt du processus en jeux dans la fourbure (rétablissement de l’homéostasie).

    2 et 10 – Les points 2 et 10 ne sont pas, pour moi, la cause principale, mais il peut-être un facteur déclenchant (sauf comportement totalement irresponsable).

    3 et 9 – L’excès de médocs est rarement bon, il serait préférable de procéder comme avec les humains avec la nutrition. Lorsque vous consommez de l’huile de coco au petit déjeuné cela active vos glandes surrénales et la production de cortisone… avec les chevaux, je sais pas vous dire comment on fait…

    4- A-t-on noté une augmentation des fourbures lors des poulinages ? pour moi c’est un peu comme le point 2. Perso jamais vu ça, mais ici les poulignières sont au prè.

    5 et 8 – Là je pense que vous faites mouche, tout ce qui n’est pas de l’herbe n’a rien à faire dans l’intestin d’un cheval. Même l’herbe de plaine avec de forte teneur en glucide n’est pas faites pour les chevaux.
    Les céréales contiennent du gluten qui est un des aliments qui abîme les jonctions serrées des entérocytes (cellules qui constituent la membrane intestinale).
    L’excès de glucide déclenche des dysbioses de putréfaction qui font proliférer des bactéries qui dégradent la membrane intestinale.
    Les glucides sont pro inflammatoires car ils augmente chroniquement la glycémie.

    6 et 7 – Effectivement cela disjoint momentanément les entérocytes de même que les longs efforts d’endurance.

    10 – L’obésité, le surpoids indique qu’il y a surcharge glucidique et/ou manque d’exercice. Comme pour les humains, le manque d’exercice empêche le système lymphatique de bien fonctionner et la surcharge glucidique sont des facteurs aggravant. Mon avis c’est que les chevaux encore plus que les humains doivent bouger tous les jours.

    Dans le centre ou je monte depuis 10 ans, il n’y a jamais eu de fourbure tout les chevaux (50) sont pieds nus et mangent de l’herbe (pas toujours rase) ou du foin, jamais de céréale. Les seuls qui ont eu des soucis de locomotion sur les membres sont les chevaux de propriétaire qui mangent des céréales…et sont ferrés.

    Le ferrage nuit au bon retour veineux et empêche d’avoir un nettoyage optimal du membre, sans parler du manque de souplesse…

    Le lien central de toutes ces causes c’est la perméabilité intestinale.

    Je pense qu’une des méthodes a tester en cas de fourbure serait de faire jeûner le cheval (donner à boire seulement sur un période de 6h maximum), toute l’efficacité du métabolisme serait alors concentré sur le processus de nettoyage, ça marche très, très bien sur les humains pour les maladies que J. Seignalet a qualifié d’encrassage (c’est une hypothèse personnelle, je ne sais pas si la fourbure serait dans cette catégorie, il y en a 3 : encrassage, auto-immune et élimination)

    Le stade chronique pourrait aussi dû à un problème d’alimentation à modifier sur le long terme.

    Sinon on ne guérit pas d’un intestin perméable, il faut pratiquer une éviction des aliments perturbateurs générateur de dysbiose.

    En respectant ces évictions, je suis en rémission à 99 % de ma spondylarthrite,
    à 100% de tous les rhumatismes dans les épaules, les pouces et les genoux et mon hypertension est en baisse, j’ai l’impression d’avoir 15 ans de moins émoticône 🙂

  13. Guillaume, me faisait remarquer que ma suggestion de jeûne était inadapté, des lésions ulcéreuses pouvant apparaitre en moins 8 à 10h…

    Le choix du mot jeûne, n’est pas très approprié sortie du délais associé, 4-6 h serait suffisant, à répéter sur plusieurs jours, ma suggestion est d’avantage une questionnement qu’un conseil…
    C’est ce que j’observe très occasionnellement sur les chevaux atteint de « colique », qui ne mangent plus durant quelques heures.

    Dans le centre équestre ou je monte les chevaux sont soit au pré soit avec du foin à volonté.
    Chez l’homme c’est souvent assez efficace pour bien améliorer l’élimination des toxiques.

    Comme je l’ai écrit dans mon post, je n’ai pas d’expérience récente de fourbure avec les chevaux que je côtois.

    Le seul cas que j’ai vécu, date un peu, était dû à une surcharge en orge (c’est l’interprétation qu’on en a fait à postériori).

  14. Bonjour Guillaume,

    Je viens vous demander une petite précision, ma jument de 21 ans en pleine forme viens de faire une fourbure médicamenteuse… (merci les corticoïde !!!) Le véto ma conseiller une ferrure orthopédique et depuis c’est de pire en pire, j’ai comme l’impression que plus les jours passent plus la ferrure la gêne…
    c’est une jument qui n’a été pieds nu que 6 ans des postérieurs, jamais des antérieurs, pensez vous que je puisse la mettre pied nu des 4 membres avec un parage adéquate ??

    car j’aimerai vraiment qu’elle recommence à marcher: le mouvement c’est la vie !

    Merci de votre réponse.
    à bientôt
    cordialement !

  15. merci pour cet article très complet et très clair, j’ai appris beaucoup de chose et pourtant ça fait un moment que je me renseigne sur les fourbures.

  16. Bonjour ! Moi j’ai un sérieux problème; J’ai un cheval depuis 18 ans qui en l’espace de peu de temps a eu l’influenza qui meme apres traitement d’antibiotique a viré en pneumonie pour finalement se terminer en soufle et en ashme 😦 J’ai fait plusieur traitement pour pouvoir soulager les crises ! Et 2 ans après un nouveau problème est apparu ; LA FOURBURE 😦 Aujourd’hui en lisant votre article je réalise que se que j’ai fait pour traiter son problème de fourbure est tout a fait correct et c’est surement pour ça qu’il se porte mieux sur ses pattes , mais son problème respiratoire est revenu en force et là il ne répond plus a ses traitement et se depuis 3 mois 😦 jai tout essayer ce qu’on m’a proposer et j’en suis rendu au piqure de cortisone 😦 Je sais que se traitement pour soulager la crise d’ashme va a l’encontre de possible crise de fourbure 😦 Je me sent tres impuissante et s’il ne répond pas a se traitement on m’a parler de l’eutanasie et je ne peut pas croire a en arriver la 😦 Je ne voit pas sans mon cheval meme en lui apportant touts les soins nessecaire je contribue a le faire souffrire d’un sens comme dans l’autre 😦 Ses deux maladies avec des traitements contradictoire je ne sais que faire ! pouvez vous m’aider ??

  17. Bonjour
    J’ai un ponette fourbu chronique et elle galope , court … Elle ne fait plus de crise depuit un bon moment , elle a encore les lignes dans ses sabots et des lacunes et ont voit la petite bosse sur le devant quand ca devient trop long , je fait parer au mois ( mon pareur pense exactement comme vous) elle est capable de marcher sur le gravier mais quand elle est fraichement tailler , elle ne veux plus avancer sur ce gravier ( elle devient facher , en colere et se sauve ) donc je lui met ses easyboots en attendant , je traite aussi avec l’homeopathie qui fonctionne bien .
    Je suis quebecoise et j’aimerai avoir des infos sur les produits donc vous parler dans votre texte.
    Merci

  18. Bonjour,
    Je vous rejoins complètement sur le bon sens de votre article…

    Mon cheval (négligé en herbe trop riche) est fourbu, je l’ai recuperer au printemps avec des difficultés à se déplacer… Regime direct, parage du marechal, travail au pass… toujours très sensible, le MF a fini par couper la pointe, et le ferrer, on les lui a changer toutes les 6-8semaines, aujourd’hui, il se deplace tres tres tres bien, plus aucune douleur ne se laisse entrevoir dans sa locomotion, ses pieds ne sont pas tres jolis…

    Depuis une semaine, je l’ai du coup ramener en club beaucoup plus près de chez moi, afin de le travailler beaucoup plus souvent. A son arrivée, il était l’attraction avec ces anterieurs très moches… Le MF du club dans le coin est venu voir, il est effaré que le MF précédent n’ait pas couper plus la pointe, serait même près a le faire, avec ferrure en M, et talonnette, et resine…. Et là je suggère et « Si on abaisse le talon???  » il me regarde comme un OVNI, aurai aimé voir des radios du pied, je ne suis pas sure qu’on va etre copain…

    Que me suggérer vous? Faut-il que je le déferre? Une autre question, j’ai cru comprendre que si le cheval n’est pas ferrer, P3 ne bouge pas?
    Comment voir sans radio l’angle de P3?

    Merci d’avance pour votre réponse…

  19. Pingback: La fourbure d’origine alimentaire | Le cheval sans équivoque

  20. Pingback: La fourbure d’origine alimentaire | Le poney Black & White

  21. Bonjour,

    Une mine d’informations ce site : un grand merci ! Il y manque juste la présence des ânes…
    Nous soignons actuellement une ânesse fourbue (crise aiguë) : pourriez-vous me dire où trouver les produits tels que Alghom 1 et le sérum de Quinton sur le Net ? De qualité cela va sans dire.
    Merci beaucoup.
    Anne-Sophie

  22. j’ai une jument espagnole de 9 ans qui fait une trés grosse fourbure. Elle a basculé des 4 phalanges. ca fait plus de 5 semaines qu’elle est immobilisée et ne marche plus. Elle est sous equipalazone et aspirine matin et soir. Je suis très inquiète quant à son avenir et j’aimerais avoir des témoignages pour qu’on m’explique à quoi m’attendre car ce n’est pas trés clair pour moi et je n’ai personne autour de moi pour me renseigner. Je suis loin d’elle et c’est ma mère qui doit s’en occuper mais elle ne pourra pas le faire trés longtemps. Y a t’il une chance pour qu’elle s’en sorte? a quel prix, dans combien de temps. Doit-on la laisser souffrir avec cet espoir qu’elle puisse aller mieux ou dois-je me préparer à l’idée de devoir l’euthanasier et m’en séparer. Quelle va être sa vie future si on la garde? Par quelles étapes va t-on devoir passer? Merci pour vos conseils et témoignages

    • Bonsoir,

      Malheureusement, cela fait 5 semaines que la jument ne reçoit PAS DU TOUT ce qu’il faudrait et donc la situation ne peut pas évoluer positivement…

      Quand la communauté vétérinaire aura compris que donner des anti inflammatoires à un fourbus (ou pour un abcès) lui annule toute chance de guérison, nous pourront peut être enfin faire baisser ce chiffre atroce de la seconde cause d’euthanasie du cheval domestique…

      En dehors des fourbure spécifique d’effort et de rétention placentaire, la cause est avant tout intestinale. Il est donc primordiale de soigner l’écosystème intestinale à l’aide de pré et pro biotique, d’oligos éléments d’origines végétales et d’eau de mer ramenée à l’isotonie.

      Supprimer tout appuie de la paroi au niveau du sol et assurer un support confortable de la sole à l’aide de mousse ou d’hipposandales de soins comme les CLOUD de chez Easycare.

      Accompagner la circulation avec des plantes (vigne rouge), le foie (radis noir, chardons, artichaut), les reins (persil, ortie, prêle) et la douleur (saule, curcuma, arpago, arnica)

      Tremper le foin au moins 2 heures, et le donner en filet à petite maille.

      Faire marcher dès que possible, au pas, sur sols souple ou avec les boots. (même 10m ou 5 mn… pour favoriser le retour veineux)

      On peut aussi mettre en place des jeunes alternatifs, des purges, un panier… pour les animaux en obésité morbide.

      Au final, le plus dur, c’est de passer la crise suite à l’arrêt des anti inflammatoires qui empêche tout les processus régulateur !

  23. Bonjour
    Pour la fourbure
    Traumasedyl en homéo
    Phyto : Chardon marie ( la silymarine inhibe les endotoxines) Desmodium pour le foie
    Reine des Près Saule pour la douleur Vigne rouge Melilot pour la protection vasculaire
    Rajouter Bourgeons Gingko Arbre de Judée et Citronnier
    Pour le reste comme dit Guillmaume : Pads ou boots, EM , oligos

    Bon dimanche
    S

  24. Bonjour

    Pour les reins c’est plutôt Piloselle et Orthosiphon ( pour le drainage ) et Desmodium protégera le foie et le parenchyme rénal

    Sébastien

  25. Bonjour. On m’a donné votre lien hier soir car désemparée par la fourbure grave de ma jeune welsh ( 5 ans). Très intéressant. Mais ça remet bien en question ce que l’on a fait niveau ferrure avec notre maréchal 😦 . Elle a les 4 pieds touchés, bascule phalange. Elle a reçu une IV d’anti inflammatoire et 5 jours en oral. Elle a perdu pas mal de poids depuis 3 semaines. Le maréchal est venu vendredi dernier et a forgé des fers sur mesure ( pas inversé) mais posé comme des normaux, plus épais. Une amie nous a conseillé de lire votre bog et nous a parlé de perfect hoof wear. On va essayé de faire lire ce blog à notre maréchal mais j’ai un peu peur qu’il prenne mal notre envie de faire autrement…. Comment pourrais je rentré en contact avec l’auteur de ces articles et pourquoi pas trouver un pareur par chez moi ( Haute Loire, 1 h de St etienne) ?

    • A moins que votre maréchal ne soit un type très, très, vraiment très bien… je pense que vous risquez de perdre plus de temps à tenter de le rallier au « pied nu » et à ses techniques qui vont quasiment tout le temps à l’inverse des concepts du ferrage qu’à soigner efficacement votre cheval. Tachez plutôt de prendre contact avec un pareur « déjà testé » et qui a bonne réputation. Je vais essayer de chercher et de vous aider à en trouver un. A quel endroit êtes vous plus précisément ? (commune ?)

  26. Personne pour nous aider ? depuis que je lis ce blog et tous les liens qui si rattachent ça me rend malade de voir ma ponette ferrée et de ne trouver personne pour la parer correctement. J’ai trouvé des EMa à donner en interne et a pulvériser en local. Mon mari qui a un tout petit peu fait de maréchalerie se demande même ( si les 2 pareurs contactés ne nous répondent toujours pas) si lui même ne va pas la déferrer et essayer de la parer correctement suivant l’article  » aide mémoire pour le parage d’un fourbu ». J’envisage aussi d’acheter des hipposandales jogging all terrain avec semelles hoof pads. Ou alors des perfect hoof wear. Mais sans bon parage on a peur de faire plus de mal que de bien…..:( . Enfin voilà le temps passe, presse et notre ponette souffre.

    • Si vous avez besoin d’aide vous pouvez vous rendre sur la page Facebook « nos chevaux pieds nus parage naturel » car ce blog ci : PEL, étant celui géré personnellement par Guillaume Parisot, je suppose que si il ne vous répond pas, c’est que il n’est pas disponible en ce moment. Si vous avez des questions à poser pour préciser ce que vous avez lu sur « aide mémoire pour le parage d’un fourbu » nous pourrons vous répondre sur la page Facebook plus facilement et vous pourrez nous poster des photos ce qui est toujours très utile. RDV là bas donc.

      • Merci je viens de m’inscrire sur le groupe. Hier soir on a eu une pareuse du département mais qui ne veut pas se déplacer. Elle nous a donné les coordonnées d’une autre personne de la Loire. On essaie de la joindre…Je viens de commander Top Drain sur ses conseils.

      • Je cherche désespérément à joindre Guillaume Parisot…pouvez vous m’aider svp ?

      • Si Guillaume Parisot ne vous répond pas pour le moment, c’est qu’il doit avoir de bonnes raisons de ne pas le faire et qui lui sont personnelles, vous pouvez quand même nous exposer votre problème sur la page de groupe dont je vous ai parlé plus haut, on se pliera en quatre pour vous aider, vous et votre cheval.

  27. bonjour, pourriez-vous me donner une adresse concernant les produits pour rétablir l’écosystéme digestif.Ma jument non ferré fait des fourbures à répétition plus abcés au niveau de la couronne.On a décelé un cusching actullement elle prend du prascend qui la rend faible.

  28. Bonsoir,
    Ma ponette a été longtemps abandonnée par un paysan (environ 10ans) : sabots en babouches et poulains chaque années qui lui permettaient en quelque sorte de pas faire de fourbure. Arrêt des saillies et début de fourbures = l’année où j’ai commencée à m’en occuper (il y a 7ans).

    Maintenant : suivie par une pareuse régulièrement, vit avec un congénère. En bonne santé ! Mais certaines crises reviennent, et à des seuils d’ingestion d’herbe beaucoup plus bas (dernière fourbure le 25 décembre car herbe visiblement trop riche cette année là.) Je compte mettre en place un paddock paradise pour l’aider.

    Or j’aimerai savoir ce que je peux lui donner en compléments, en minéraux etc pour l’aider quand elle n’est pas en crise ? Je cherche un peu de partout mais difficile de trouver quelque chose de vraiment naturel..
    De plus, elle est toujours très grosse malgré un exercice physique (raisonnable car elle a 20ans) et une nourriture pourtant pas si riche.. Quand elle maigrit elle maigrit du dos (garrot et colonne qui commencent à se sentir) mais le ventre est toujours très gros..

    J’aurai grandement besoin de votre aide pour ma jolie ponette qui a déjà tant souffert..
    Merci d’avance

  29. Bonjour
    Article très intéressant qui remet en cause beaucoup de choses
    J’ai un cheval qui a un cushing et qui a une fourbure très avancé sur le pied gauche la phalange a commencé à percer la sole
    Le vétérinaire et le maréchal parle d’euthanasie
    D’après cet article je crois qu’il y a d’autres solutions pouvez-vous m’éclairer s’il vous plaît pour pouvoir le laisser vivre encore un peu car il a souffert qu’après trois quatre jours de pluie où il est resté couché une journée le lendemain il boitait et trois jours après il est sous anti-inflammatoire et trottine dans son parc

    • Bonsoir,

      Lisez conseils pour le parage d’un fourbu… les articles sur les abcès… et l’article sur les anti inflammatoires…

      « il est sous anti-inflammatoire et trottine dans son parc » ben oui! il est drogué… mais pas guérit!

      Aucune chance de guérison sous AINS.

      Si c’était moi, j’appliquerais le parage PEL et le protocole de base:

      algohm, EMA, eau de mer diluée.

      Achetez des CLOUD chez Fabrice Creignou (écuries creignou)

  30. Je vous donne mon retour d’expérience suite à mon intervention plus haut pour ma ponette gravement fourbue des 4 pieds. On a rapidement mis en place tout le protocole dont Guillaume parle et depuis le mois d’octobre la ponette trotte galope et revit normalement alors que quelques mois auparavant on se posait des questions pour la faire euthanasier…Donc franchement ça marche, ne surtout pas écouter et appliquer tout ce qu’on peut vous conseiller ( maréchal, véto…) 😉

    • Vous voyez Pierre, nous vous l’avions dit, avec le bon protocole, on fait ce qui pour les autres tient du miracle. Dommage qu’ils ne réfléchissent pas plus au « pourquoi du comment » !
      Bravo pour les efforts de tous ceux qui se sont occupés de votre ponette !
      Avec le « pied nu » bien géré, nous en soulagerons encore plein d’autres… 😉

  31. Bonsoir, j’ai une question concernant une ponette de 20 ans qui a les pieds déformés surtout un à l antérieur gauche qui semble être sur talons aiguilles semblable à la radio présentée dans votre article. À chaque fois le maréchal pare très peu en disant qu elle fait une fourbure et qu il ne faut donc pas couper…résultat la pauvre ponette se déplace difficilement. Elle est au pré à l année avec d’autres poneys, elle ne mange que de l herbe et un peu de foin, elle n est pas du tout en surpoids et à un beau poil. J ai commencé à parer pour baisser un peu les talons et rééquilibrer le pied mais en y allant progressivement et je vais essayer d intervenir toutes les semaines mais il y a au moins cinq cm de talons et des hématomes. Du coup, j y vais à la râpe et non à la pince de peur de trop couper mais est ce que j agis correctement?

  32. Merci tout simplement… J’ai pas fais de grandes études non plus (en fait pas du tout) et il me faut parfois relire et rechercher en parallèle pour comprendre certaines parties de vos articles,mais je persiste car j’y trouve des explications et réponses cohérentes je découvre tout juste votre site mais je ne le lâche déjà plus! Chaque individu est libre de suivre une doctrine ou d’avoir une réflexion plus singulière, vous avez fait le choix de la seconde option en faisant vos propres recherches en ayant vos propres observations et vous partager ce savoir,c’est une preuve de courage de nos jours que d’exposer ses convictions lorsqu’elle ne vont pas dans le sens de certains ohh grands « spécialistes du cheval ». Je n’ai pas la prétention de réfuter les thèses des uns où des autres j’aime cependant avoir une réflexion et ne pas suivre bêtement un avis seulement par ce qu’il est inscrit dans un grand livre vendu à la FNAC. Merci pour ce partage preuve de générosité et d’humanité.

  33. Bonjour,

    je viens de prendre connaissance (avec beaucoup d’espoir) de votre article. J’ai une ponette connemara de 8 ans fourbue des 2 antérieurs suite à une entérite (avec bascule de P3 32° à gauche et 25° à droite). Je me rends compte avec le temps qui passe que la ponette a été très mal gérée : AI à répétition, ferrures…. Depuis plusieurs mosi j’ai insisté pour la laisser pieds nus et même si elle ne marche toujours pas très bien, elle est beaucoup moins douloureuse. Depuis quelques mois, je me suis rapprochée des méthodes naturelles pour ma ponette : ostéo, shiatsu et elle va commencer un suivi en phytothérapie. En revanche je cherche un pareur qui saurait gérer le parage des pieds de ma juju en respectant les implications de la fourbure. Je suis désemparée de la voir souffrir ainsi (je lui donne du drainant en cure mais je me sens un peu impuissante…; j’attends avec impatience ma commande de phyto pour essayer de la soulager un maximum naturellement!) Si vous pouviez me donner les coordonnées d’un pareur près de chez moi : je suis en Haute Loire près de Brioude

    D’avance merci

    • Si vous avez besoin d’aide pour votre ponette, je peux me rendre à Brioude à l’occasion d’une tournée. Prenez contact avec moi par ma page facebook « richard hauville ».
      Je suis sûr qu’ensemble nous trouverons rapidement le moyen de soulager votre ponette.

  34. Bonsoir,

    Félicitation pour ce site que j’ai découvert il y a peu suite à l’achat d’une double ponette dite fichue car fourbue…
    Je tiens un centre équestre en montagne dans lequel mes chevaux vivent en troupeau, dehors et pieds nus. Je les pare moi même et n’ai jamais suivi de formations particulières, je fais au feeling et avec quelques lectures choisies !
    Bon en fait j’ai quelques lacunes du coup quant à cette ponette fourbue :
    achetée en octobre 2016 ferrée à l’envers, crise de fourbure en mai 2016 suite à évasion du parc (excès d’herbe au printemps), soignée à la mode des vétos, rechute car peu de suivi avoué par l’ancien propriétaire, du coup ferrage et vente. J’avais l’envie de lui donner une seconde chance, persuadée que la guérison était possible tout en ne sachant pas trop dans quoi je me lançais… mais au fond j’avais raison, en lisant vos page je me rassure !
    Je l’ai déferrée à son arrivée. parée selon mon feeling, puis j’ai fait appel pour la première fois à une « pareuse nat » qui m’a dit « c’est bien elle a des supers pieds » mais sans m’aider plus…
    Je fais les parages réguliers selon votre méthode, elle est au foin 3x/jour ( pas grosse) et paddock toute la journée avec 10min de marche sur enrobé pour y accéder matin et idem le soir, box la nuit, mais la jument reste bof… position parfois encore campée, allures désunies et saccadées…bien mieux qu’à son arrivée malgré tout mais je trouve que ça n’évolue plus beaucoup…
    mes questions sont les suivantes :
    – je n’ai jamais donné de compléments spéciaux comme vous l’indiquez. serais-ce nécessaire pour la guérison totale ? serait-ce la cause de cette stagnation ?
    – comment verrais-je qu’elle est complètement guérie ?
    – Elle a dù passer 6 mois ferrée à l’envers (pffff), campée. Cela a-t-il pu avoir un impact sur sa morphologie et ses allures à long terme au point qu’elle reste raide de tout l’arrière main ?
    – je veux la faire reproduire, est-ce que c’est contre indiqué avec la guérison? sachant qu’elle partirait avec mes poulinières en alpage à l’herbe …(herbe de montagne haute et pas spécialement tres riche, avec nécessite de marche pour aller boire…)
    – quand faites vous un prochain stage en rhone alpes ??? ca m’intéresse beaucoup car j’ai la même vision des choses concernant les pieds que vous à vous lire !

    merci d’avance
    Charlène
    Les écuries de grand coeur

  35. Bonjour! Je tenais a vous remercier pour cet article qui est de loin le plus complet que j’ai pu lire (et Dieu sait que j’en ai lu)!! Celà m’a appris énormément, moi qui ai eu un cas de fourbure sur un de mes bébés .. Qui a été tres bien soigné grâce à une saignée faite par le véto et un bon parage elle s’est très vite remise sur pieds ! En tout cas je garde très précieusement cet article, il est vraiment très très bien fait, on en apprend tellement !!! Encore merci, une très bonne continuation à vous !!!!!!

  36. Et quand la fourbure est liée à l’âge du cheval (26 ans) et que le basculement de la 3e phalange est imminent, que peut on faire ?

    • Bonsoir,

      La fourbure n’est PAS lié à l’âge du cheval. Elle est lié à l’environnement de vie du cheval et souvent plus précisément à sa nourriture…

      Le basculement de phalange ne veut rien dire et n’est pas « imminent » mais un processus long qui vient d’un parage inadapté. Disons que le sabot se déforme autour du pied et que c’est trop souvent AUSSI à cause de talons laissé trop « haut » (éloigné du pied, sur un plan verticale et déplacé vers la pince, sur un plan horizontale)

      J’indique ce que le l’ont peut faire et cela fonctionne quelque soit l’âge du cheval!

      Les EMA et le parage adapté avec éventuellement la mise en place d’hipposandales « CLOUD » (de chez EASYCARE) sont la clé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s